Les publications

Partager cet article
  • Envoyer à un ami

Les publications du ministère présentent des données complètes et actualisées sur le système éducatif français. Elles sont l'aboutissement d'enquêtes systématiques ; elles comportent aussi des séries d'indicateurs analytiques, des études ciblées ou des réflexions méthodologiques.


Recherche

Moteur de recherche

Vous pouvez également effectuer votre recherche à partir de mots clés.

Le moteur de recherche

  • Le devenir des bacheliers professionnels qui poursuivent des études Note d'information
    Un élève sur cinq entré en sixième en 2007 est diplômé d’un baccalauréat professionnel. La moitié d’entre eux ont obtenu ce diplôme sans avoir connu de redoublement dans leur scolarité. Six bacheliers professionnels sur dix poursuivent leurs études l’année post-bac et la moitié d’entre eux s’orientent en section de techniciens supérieurs (STS). Le parcours scolaire et la mention obtenue au baccalauréat sont déterminants dans leur poursuite d’études et leur réussite.La moitié des bacheliers professionnels qui poursuivent leurs études en STS obtiennent leur BTS en deux ans.Ils réussissent moins que les bacheliers technologiques (66 %) et généraux (81 %).
    avril 2019

  • Le diplôme et la conjoncture économique demeurent déterminants dans l'insertion des apprentis Note d'information
    En février 2018, sept mois après leur sortie d’un centre de formation d’apprentis, 72 % des jeunes ayant suivi des étudesde niveau CAP à BTS ont un emploi, soit 3 points de plus qu’en 2017 et 7 points de plus qu’en 2016. Le taux d’emploiretrouve un niveau similaire à celui de 2008. Parmi eux, un peu plus de la moitié a un contrat à durée indéterminée.Quel que soit le niveau de formation, sortir du système éducatif après avoir obtenu le diplôme préparé demeure déterminantpour l’insertion des jeunes. L’écart des taux d’insertion selon ce critère est en moyenne de 17 points : 76 % des sortantsdiplômés sont en emploi contre 59 % des jeunes sortis en année terminale d’un cursus sans obtenir le diplôme.
    avril 2019

  • Le diplôme et la conjoncture économique restent déterminants dans l'insertion des lycéens professionnels Note d'information
    En février 2018, sept mois après la fin de leurs études professionnelles en lycée, près de 51 % des lycéens sortant de niveau CAP au BTS ont un emploi. Cela représente une hausse de 2 points par rapport à 2017 et de 5 points par rapport à 2016.Quel que soit le niveau de formation, obtenir le diplôme demeure déterminant dans l’insertion des jeunes : les diplômés ont un taux d’emploi de 53 % contre 40 % pour ceux qui n’ont pas obtenu le diplôme préparé.
    avril 2019

  • Le bilan annuel de la stratégie européenne en matière d'éducation et formation (« EF 2020 ») Note d'information
    Avec son cadre stratégique dans les domaines de l’éducation et de la formation (« Éducation et formation 2020 »), l’Union européenne (UE) s’est fixé, à l’horizon 2020, sept objectifs appelés critères de référence (ou benchmarks). Selon le dernier rapport de suivi, paru en octobre 2018, un seul objectif est atteint au niveau de l’UE. La France a atteint quatre objectifs communautaires : – la part de sorties précoces de l’éducation et de la formation, pour laquelle l’objectif est fixé à 10 %, s’élève à 8,9 % en France contre 10,6 % en moyenne européenne ; – la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur atteint en France 44,3 % et dépasse ainsi l’objectif défini à 40 %, qui reste légèrement au-dessus de la moyenne de l’UE (39,9 %) ; – la totalité des jeunes enfants en France participe aux dispositifs d’éducation et d’accueil, tandis que l’objectif commun vise 95 % et la moyenne européenne correspond à 95,3 % ; – avec 18,7 % d’adultes qui participent à la formation tout au long de la vie, la France dépasse l’objectif commun (15 %), alors que la moyenne de l’Union n’est que de 10,9 %.
    mars 2019

  • L'évolution des performances en calcul des élèves de CM2 à trente ans d'intervalle (1987-2017) Note d'information
    En 2017, la reprise d’une enquête initiée en 1987, portant sur le calcul en fin de CM2, permet de comparer les performances des élèves à trente ans d’intervalle. Cette enquête donne des résultats à quatre temps de mesure : 1987, 1999, 2007 et 2017. Entre 1987 et 1999, les performances des élèves avaient fortement baissé. Cette tendance s’était atténuée entre 1999 et 2007. Dix ans plus tard, on assiste à une baisse des performances des élèves moins marquée cependant qu’entre 1987 et 1999. Les écarts restent les mêmes selon l’origine sociale.Les garçons réussissent mieux que les filles sur toute la période, mais l’écart de performances se réduit en 2017.La baisse des performances des élèves en retard scolaire, moins nombreux en 2017 qu’en 1987, est plus marquée que celle des élèves « à l’heure ».
    mars 2019

  • La dépense d'éducation des collectivités territoriales : 36,2 milliards d'euros en 2017 Note d'information
    En 2017, les collectivités territoriales (régions, départements et communes) ont consacré 36,2 milliards d’euros à l’éducation, soit un peu moins d’un quart de la dépense intérieure d’éducation (DIE).La contribution des communes et groupements de communes représente plus de la moitié de cette dépense, avec 18,7 milliards d’euros. Les départements ont dépensé 6,8 milliards d’euros et 10,7 milliards d’euros ont été versés par les régions.Les responsabilités et compétences des collectivités territoriales en matière d’éducation ont été accrues par les lois de décentralisation successives. En matière de dépenses, cet accroissement se fait nettement sentir jusqu’en 2009. Depuis, les dépenses des collectivités territoriales pour l’éducation sont plus stables.
    mars 2019

  • Prévision des effectifs du second degré pour les années 2019 à 2023 Note d'information
    Les effectifs de l’ensemble du second degré vont augmenter à chaque rentrée scolaire entre 2019 et 2023. En 2019, 34 400 élèves supplémentaires sont attendus. L’augmentation des effectifs devrait se poursuivre à un rythme similaire en 2020 et 2021 avec environ 30 000 élèves supplémentaires attendus chaque rentrée. La hausse des effectifs serait deux fois moins forte en 2022 et 2023. Ces évolutions sont liées à la démographie, les générations nées entre 2008 et 2012, qui entreront dans le second degré entre les rentrées 2019 et 2023, sont plus importantes que celles qui les quitteront. Une forte augmentation des effectifs en collège se produira en 2019 (35 700 élèves supplémentaires) ; elle se poursuivrait en 2020 à un rythme sensiblement moins soutenu. Les effectifs des lycées professionnels, tout comme les lycées d’enseignements généraux et technologiques, devraient être relativement stables les deux prochaines rentrées (2019 et 2020).
    mars 2019

  • Prévisions d'effectifs d'élèves du premier degré : la baisse des effectifs devrait se poursuivre jusqu'en 2023 Note d'information
    Le nombre d’élèves dans le premier degré devrait s’établir à 6 714 000 à la rentrée 2019, à 6 660 200 à celle de 2020 et à 6 432 600 à la rentrée 2023 ; il était de 6 750 200 à la rentrée 2018, en forte baisse par rapport à 2017 (- 33 000 élèves).Ces prévisions tiennent compte de l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire, qui passera de 6 ans à 3 ans, à la rentrée 2019. Malgré la hausse prévue des taux de scolarisation de 3 à 5 ans, la baisse se poursuivra à la fois dans le niveau préélémentaire et dans le niveau élémentaire. Ceci résulte essentiellement des évolutions démographiques, avec des générations de plus en plus petites.
    mars 2019

  • En 2017-2018, l'absentéisme touche en moyenne 5,6 % des élèves du second degré public Note d'information
    De septembre 2017 à mai 2018, dans les établissements publics du second degré, 5,6 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d’absentéisme moyen annuel est de 3,2 % dans les collèges, de 6,8 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 18,3 % dans les lycées professionnels (LP).Comme chaque année, le taux d’absentéisme varie fortement d’un établissement à l’autre : en janvier 2018, l’absentéisme touche moins de 1,7 % des élèves dans la moitié des établissements, alors que, dans un établissement sur dix, il dépasse 12 %. Ces 10 % d’établissements les plus touchés concentrent la moitié des élèves absentéistes. L’absentéisme est plus élevé dans les établissements socialement défavorisés.Du fait de leurs absences non justifiées, les élèves perdent en moyenne 1,6 % de temps d’enseignement. Lorsque toutes les absences, quel que soit le motif, sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu passe à 6,7 %.Dans 95 % des départements, la proportion des élèves signalés pour leur absentéisme persistant est inférieure à 1 %.
    mars 2019

  • Cedre 2016 Espagnol en fin de collège Les dossiers de la DEPP
    Le dossier de la DEPP n° 211 développe l’analyse des résultats obtenus en espagnol en 2016 dans le cadre du cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillon (Cedre).Il fait le point sur les acquisitions en fin de collège au regard des objectifs fixés par les programmes officiels.Il propose un bilan des compétences et des connaissances des élèves et rend compte de leur évolution entre 2010 et 2016.Ce dossier éclaire également sur les attitudes et représentations des élèves vis-à-vis de la discipline et interroge sur les pratiques d’enseignement.Une analyse de certains items « ouverts » est aussi proposée.Cet ensemble de ressources intéresse tous les acteurs pédagogiques du système éducatif, des décideurs aux enseignants de terrain, en passant par les formateurs.
    mars 2019

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

calendrier
 
 
     




Handicap, tous concernés

Le handicap





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter