Les savoirs fondamentaux, qu'est-ce que c'est ?

Lire, écrire, compter, respecter autrui : la maîtrise des savoirs fondamentaux est un facteur de la réussite scolaire.

2017-2021 : ce qui a changé

  • L’instruction est obligatoire dès l’âge de 3 ans. Le programme de l’école maternelle a été renforcé.
  • Les classes de grande section (100 % en 2022), de CP et de CE1 des écoles situées en éducation prioritaire ont été dédoublées.
    Hors éducation prioritaire, leurs effectifs sont limités à 24.
  • À chaque rentrée scolaire, les élèves de CP, CE1 et 6e passent des évaluations nationales en français et en mathématiques, permettant aux professeurs d’adapter leur pédagogie.
  • Des guides de référence ont été mis à disposition des professeurs des écoles.
  • Des repères et attendus de progression ont été établis du CP à la 3e.

L’école maternelle offre à chaque élève, dès l’âge de 3 ans, des conditions propices à son épanouissement et à la réussite des premiers apprentissages, tout en respectant le rythme de développement de chacun.

L’école maternelle est le lieu où l’enfant apprend à entrer dans un rythme collectif et se familiarise progressivement avec une manière d’apprendre spécifique. Elle s’appuie sur des activités et des expériences à la portée des jeunes enfants et veille à ce qu’il en tire des connaissances ou des savoir-faire avec l’aide des autres enfants et du professeur.

Plus la fréquentation des objets d’apprentissage est précoce et régulière, plus la réussite est favorisée pour tous les élèves.

Le programme de l’école maternelle, révisé et complété en juin 2021, réaffirme la spécificité pédagogique de l’enseignement au cycle des apprentissages premiers et précise les objectifs visés, les contenus et attendus d’acquisition, notamment dans les domaines du langage et des apprentissages mathématiques.

Pour lutter contre la première des inégalités, celle devant le langage, l’apprentissage d’un vocabulaire de plus en plus étendu et la découverte de la structure de la langue sont la première des priorités de l’école maternelle. Les acquisitions langagières réalisées à l’école maternelle préparent l’apprentissage de la lecture et de l’écriture à l’école élémentaire.

Par ailleurs, l’ouverture aux langues étrangères dès le cycle 1 fait l’objet de la plus grande attention. Les élèves découvrent l’existence de langues parfois très différentes de celles qu’ils connaissent et prennent conscience que la communication peut passer par d’autres langues que le français.

Les mathématiques contribuent à la structuration de la pensée. Le développement des premières compétences en mathématiques par un enseignement, structuré et ambitieux, est assuré à travers le jeu, la manipulation, le langage et la résolution de problèmes. Cet enseignement s’attache à stimuler chez les élèves la curiosité, le plaisir et le goût de la recherche.

En s’appuyant sur des connaissances initiales liées à leur vécu, l’école maternelle met en place un parcours qui leur permet d’ordonner le monde qui les entoure, d’accéder à des représentations usuelles et à des savoirs que l’école élémentaire enrichira.

Afin de réduire l’impact des inégalités sociales et territoriales sur la réussite scolaire des élèves, le dédoublement des classes de grande section de maternelle s’amplifie dans les territoires de l’éducation prioritaire, dans la continuité de ce qui existe déjà en CP et en CE1. Mis en oeuvre à partir de la rentrée 2017, ce dédoublement se traduit par des effectifs réduits à moins de 15 élèves par classe et par un accompagnement personnalisé des élèves dans l’objectif de parvenir à 100 % de réussite dans la maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui).

À la rentrée scolaire 2021, la mesure bénéficiera à près de 330 000 élèves (tous les élèves de CP et CE1 en REP et REP+ et près de la moitié des classes de grande section) ; son extension à l’ensemble des classes de grande section de maternelle en éducation prioritaire se poursuivra aux prochaines rentrées.

Hors éducation prioritaire, la limitation des effectifs de classe à 24 élèves dans les classes de grande section d’école maternelle, de CP et de CE1 vise à créer pour tous de meilleures conditions de scolarisation en faveur des apprentissages fondamentaux. À la rentrée scolaire 2021, ce sont ainsi, au niveau national, plus de 86 % des classes de GS, CP et CE1 de l’enseignement public qui bénéficient d’un effectif inférieur ou égal à 24 élèves.

Mise à jour : août 2021