Mars 2020 - mars 2021 : un an de continuité pédagogique et de gestion de la crise sanitaire dans les écoles et les établissements

La crise sanitaire connue par la France et par le monde depuis mars 2020, a provoqué une mobilisation sans précédent de l’ensemble de la communauté éducative. Retrouvez l’ensemble des initiatives ministérielles et locales mises en place pour assurer à tous les élèves une poursuite de leurs apprentissages, puis un retour dans les écoles et les établissements en toute sécurité.

La crise sanitaire connue par la France et par le monde depuis mars 2020, a provoqué une mobilisation sans précédent de l’ensemble de la communauté éducative. Retrouvez l’ensemble des initiatives ministérielles et locales mises en place pour assurer à tous les élèves une poursuite de leurs apprentissages, puis un retour dans les écoles et les établissements en toute sécurité. Ce retour sur l'année passée de mars 2020 à mars 2021 permet de mesurer toute la gratitude que nous devons à l’ensemble des acteurs de l’éducation qui, malgré les difficultés, ont toujours gardé pour objectif de garantir à tous la continuité pédagogique.

Adopter de nouvelles ressources et favoriser l’usage du numérique à l’école

Une information régulière des équipes sur eduscol.education.fr et education.gouv.fr

Afin de permettre aux professeurs d’assurer la continuité pédagogique, de nombreuses ressources ont été mises à disposition sur le site "éduscol" qui comporte une trentaine de pages en lien avec la continuité pédagogique comme par exemple : des conseils aux professeurs et des sélections de ressources académiques pour le premier degré et pour la plupart des disciplines du second degré, un accès aux services numériques du CNED, etc.

Depuis la rentrée scolaire 2020, le cadre réglementaire national et des fiches sont disponibles avec pour objectif de faciliter la mise en place de la continuité pédagogique.

La fréquence de consultation des pages "éduscol" constitue en ce sens un indicateur intéressant de la nécessaire modification des pratiques pédagogiques pour faire face à un contexte sanitaire inédit et une expérience de classe sans précédent : la page dédiée à la continuité pédagogique a été consultée plus de 300 000 fois depuis la rentrée scolaire 2020 et les pages dédiées aux ressources par disciplines ont été visitées plus de 100 000 fois.

Mise en place, activation et renforcement de différents services numériques CNED et déploiement ENT

Des services numériques soutiennent les pratiques pédagogiques des professeurs depuis mars 2020, dès le début de la crise.

Il s’agit des services offerts, depuis longtemps pour certains, par les environnements numériques de travail (ENT) et des services numériques proposés par le CNED :

  • Le centre national d’enseignement à distance (CNED) a proposé, dès mars 2020 le dispositif de continuité pédagogique Ma classe à la Maison constitué de 3 plateformes et d’une solution de classe virtuelle pour les élèves et les enseignants. Conçu à la suite du cyclone Irma pour permettre d’assurer la continuité pédagogique en cas de fermeture d’établissements, le service est d’abord déployé en Chine pour les élèves de l’AEFE dès janvier 2020, avant d’être utilisé en France.

    Les trois plateformes conçues à destination des élèves ont proposé des parcours pédagogiques pour tous niveaux : l’école (de la petite section de maternelle au CM2), le collège (de la sixième à la troisième et sections d’enseignement général et professionnel adapté-SEGPA), le lycée (seconde et première rénovées – terminale L, ES, S et baccalauréat professionnel) avec des cours de spécialités pour les classes de premières générales.

    Ces dispositifs ont permis aux élèves de travailler dans l’ensemble des disciplines grâce à un ensemble de parcours conformes aux programmes (activités en ligne, séquences de cours, entraînements, exercices en téléchargement, cahier de bord, livres numériques, vignettes actives, ressources en langues vivantes pour l’école, illustrations).

    En parallèle, le CNED a proposé aux enseignants un outil de classes virtuelles permettant aux enseignants et à leurs élèves de se retrouver et d’échanger, d’entretenir le lien de cette dynamique de groupe. Il permet également aux enseignants de conseiller leurs classes sur les séances à travailler en priorité en fonction de la progression pédagogique, d’animer un cours à distance et de donner des ressources pédagogiques complémentaires.
     
  • Le ministère a mis à disposition des enseignants une nouvelle plateforme de services numériques partagés "apps.education.fr" pour répondre aux besoins d’outils pour travailler à distance rassemblant : un service de visioconférence, d’écriture collaborative, de blog, de partage de documents et de fichiers, de partage de vidéos et de forum.
     
  • Enfin, les ENT ont été fortement mobilisés. Un espace numérique de travail (ENT) est un ensemble intégré de services numériques, choisis, et mis à disposition de la communauté éducative (élèves, parents, professeurs, personnels administratifs) d'une ou plusieurs écoles ou d'un ou plusieurs établissements scolaires dans un cadre de confiance en partenariat avec les collectivités territoriales. L'ENT offre des services pédagogiques, d’accompagnement de la vie scolaire et de communication.
    Les ENT sont largement déployés et utilisés. Le dispositif de mesure d’audience estime qu’à la rentrée 2020, 80% des élèves du second degré et 20% des élèves du premier degré (ainsi que leurs parents et leurs enseignants) bénéficient d’un ENT.


Lors du premier confinement (mars-juin 2020), les ENT comme les services numériques offerts par le CNED ont massivement soutenu la continuité pédagogique

  • Les services numériques offerts par le CNED (Ma classe à la maison et la classe virtuelle) ont permis d’accompagner 1 873 197 familles et ont recensé 17 513 561 visites. L’utilisation du service a été très importante du côté enseignants avec 479 368 enseignants utilisateurs sur la période.
    Les trois plateformes ont connu une évolution similaire de leur fréquentation. Le pic de fréquentation correspond aux premières semaines de fermeture des établissements et notamment la dernière quinzaine de mars.
    Sur la même période, 11 467 214 classes virtuelles se sont tenues, pour une moyenne de 164 000 classes par jour.
     
  • Les environnements numériques de travail (ENT)

    Durant la période de mars à juin 2020, les ENT ont massivement contribué à la continuité pédagogique (+ 346% de visites pour le mois de mars 2020). 58 millions de pages vues par jour. 217 millions de visites pour le seul mois de mars 2020 et les premières semaines de continuité pédagogique.

    Deux constats prouvent la mise en œuvre d’une continuité pédagogique à large échelle pendant la période de confinement :  
     
    • Des usages massifs sur l’ensemble du territoire national, pour toute la communauté éducative (élèves, enseignants et parents), et sur tous les indicateurs (nombre de visites, nombre de pages vues, durée moyenne des visites, etc.)
      • Une augmentation considérable de l'utilisation des services pédagogiques (+ 226% versus rentrée 2019), essentiellement sur les services visioconférence, parcours pédagogiques, stockage/partage de documents.

Des pratiques numériques pédagogiques renforcées à la rentrée 2020

Les indicateurs relatifs aux services numériques du CNED ou aux ENT témoignent de pratiques moins intenses que pendant le confinement, notamment par rapport au pic de fin mars 2020.
Cependant, dans le cas des ENT il est possible de comparer sur un temps plus long les pratiques des élèves, des professeurs et des parents. Les indicateurs d’utilisation montrent en effet une progression forte par rapport à l’année précédente. Depuis le premier confinement, les pratiques pédagogiques sont sans doute modifiées, enrichies, avec une intégration accrue des ressources et des services numériques.

  • Les services des ENT sont largement utilisés

Depuis la rentrée, le dispositif national de mesure d’audience des ENT révèle des usages accrus par rapport à l’an dernier. Pour la semaine du 9 novembre 2020, il y a eu 29 930 953 visites (+117% par rapport à l’année dernière).

Le récapitulatif indique, par profil, les pourcentages d’augmentation de la consultation des principaux services utilisés par rapport à l’an dernier sur la même période.

Pourcentages d’augmentation de la consultation des principaux services utilisés par rapport à l’an dernier sur la même période
  Elèves Enseignants   Parents
Courrier électronique  +30,4%  +105,1% +209,2%
Cahier de textes +2,4% +112,7% +82,6%
Travail collaboratif    -7,2% +73,8%  +46,6%
Parcours pédagogiques  +57,8%  +202% +25,2%
Visioconférence  +574200%  +52410%  -

La hausse considérable de la visioconférence s’explique par l’introduction de ce service dans certains ENT durant le premier confinement.

  • Statistiques CNED depuis la rentrée :

Depuis début novembre, les trois plateformes du dispositif Ma classe à la Maison concernent 1 367 032 utilisateurs (dont 210 438 professeurs).

Classes virtuelles : répartition et total des participants uniques
  Ecole  Collège  Lycée  Total
Septembre 2020   5.428  5.427 76.062   86.917
Octobre 2020  6.813  6.812   95.469   109.094

Une forte hausse des pratiques numériques liée à l’hybridation des lycées en novembre 2020

Les indicateurs relatifs aux classes virtuelles du CNED témoignent de cette progression très forte, liée à la mise en œuvre d’une nouvelle organisation dans 68% des lycées.

Les professeurs s’appuient sur les services des ENT ou la classe virtuelle du CNED pour mettre en œuvre cette hybridation, enseigner, accompagner les élèves qui restent à la maison une partie de leur emploi du temps.

Classes virtuelles : répartition et total des participants uniques
  Ecole Collège  Lycée  Total
Novembre 2020     126.407 126.387 1.771.327   2.024.121
Décembre 2020 108.874 108.856  1.525.632   1.743.362

Le maintien de pratiques numériques intenses dans la période actuelle (janvier-février 2021)

La période la plus récente est marquée par une utilisation forte des services proposés par les ENT, qui témoigne de pratiques renforcées sans doute durablement

L’utilisation des classes virtuelles du CNED se maintient également à un haut niveau, depuis novembre 2020, en particulier dans les lycées.

Classes virtuelles : répartition et total des participants uniques des CV du CNED
   Ecole  Collège   Lycée   Total
Janvier 2021 130.819 130.798   1.833.147   2.094.763
Février 2021   74.389   74.377 1.042.402 1.191.168

Une mobilisation de l’ensemble de la communauté audiovisuelle (Cours Lumni et Nation apprenante) et de la presse

Des programmes spécifiques de télévision (Lumni) et de radio (en particulier en outremer) ont été mis en place dans le cadre de la Nation apprenante.

Lumni, l’offre éducative gratuite de l’audiovisuel public, s’appuie sur une plateforme créée en novembre 2019, qui a été mobilisée pour le lancement de cours et de ressources pédagogiques en mars 2020 lors de la crise de la COVID-19.

Entre mars et juin 2020 :

  • 3,4 millions d’élèves (visiteurs uniques) en moyenne par mois ont visité la plateforme Lumni pour un cumul de 9,1 millions de vidéos vues ;
  • 417.000 visiteurs uniques ont été comptabilisés en moyenne par mois sur la brique « Enseignement » pour 451.000 visites, 517.000 vidéos vues et 1,3 millions de pages vues.

Depuis la rentrée 2020, Lumni s’installe dans le paysage des ressources pédagogiques :

  • Chaque mois, 1,2 millions de visiteurs uniques ont visité la plateforme pour la brique "Élèves", pour 1,1 millions de vidéos vues ;
  • 211.000 visiteurs uniques en moyenne par mois ont consulté la brique "Enseignement" pour 204.000 vidéos vues.

En plus de l’offre Lumni, la chaîne franco-allemande Arte a proposé Educ’Arte, plateforme éducative accessible aux enseignants et à leur classe : educ.arte.tv/

Radio France participe également à la "Nation apprenante" comprenant l’ensemble des contenus éducatifs de ses chaînes : www.radiofrance.com/education

Enfin, l’ensemble des presses quotidiennes régionales ont proposé, pendant le confinement, des pages dédiées aux apprentissages, avec des contenus éducatifs accessibles à tous. Par exemple, "L’Actu en classe" de Ouest France (education.ouest-france.fr/) ou encore le partenariat de l’académie de Nancy-Metz avec le groupe Ebra (L’Est républicain, le Républicain Lorrain et Vosges Matin) pour que les élèves expriment leur créativité dans les pages des journaux.

Apporter une réponse aux familles en rupture numérique

Dispositif Devoirs à la maison en partenariat avec Docaposte, filière numérique de La Poste :

Pour les élèves à partir du CP, en métropole et en outremer, un partenariat avec Docaposte a permis la mise en place d’une plate- forme d’envoi des devoirs papiers aux familles et d’une plate-forme de consultation des devoirs revenus numérisés.
La plateforme a été ouverte le 10 avril pour la France métropolitaine et le 17 avril pour les DROM.

Eléments de bilan entre avril et juillet 2020 :

En France métropolitaine : 40 699 élèves ont été bénéficiaires du service pour 7,1 devoirs envoyés en moyenne par élève (289 123 devoirs envoyés au total). Le dispositif est rapidement monté en charge avec un pic le 4 mai 2020.
43 677 devoirs ont été déposés et imprimés pour les collectivités d’Outre-Mer.

Accélérer le développement des équipements des écoles

Dans le cadre du Plan de relance, l’État a lancé l’appel à projets pour un socle numérique dans les écoles élémentaires qui vise à réduire les inégalités scolaires et à lutter contre la fracture numérique. Son ambition est d’appuyer la transformation numérique des écoles en favorisant la constitution de projets fondés sur trois volets essentiels :

  • L’équipement des écoles d’un socle numérique de base en termes de matériels et de réseaux informatiques ;
  • Les services et ressources numériques ;
  • L’accompagnement à la prise en main des matériels, des services et des ressources numériques.

Dans ce but, l’État investit 105 millions d’euros dans le cadre du plan de relance pour soutenir les projets pédagogiques de transformation numérique dans l’ensemble des écoles.

Les projets sont construits conjointement par les collectivités locales concernées et les équipes pédagogiques sur la base d’un diagnostic partagé et d’objectifs validés par tous.

Diversifier les supports pour répondre à tous les besoins

De nombreuses ressources pédagogiques mobilisables dans le cadre de la continuité pédagogique pour accompagner les élèves à besoins éducatifs particuliers, du premier et du second degré, ont été mises en ligne sur éduscol :

  • Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers par exemple, la plateforme CAP école inclusive propose par ailleurs de nombreuses fiches pédagogiques, des films, des podcasts et des liens pour aider à adapter la pédagogie pour les élèves à besoins éducatifs particuliers ou encore AccessiProf qui propose des ressources et des adaptations pédagogiques pour adapter son enseignement aux élèves à besoins éducatifs particuliers…
     
  • Pour les élèves allophones par exemple, le dispositif Nation apprenante a consacré sur ses sites des onglets spécifiquement dédiés à ces élèves.

Du matériel numérique (et parfois spécifique à l’instar des tablettes braille ou le stock de matériel pédagogique adapté) a été mis à disposition des familles avec l’appui des collectivités territoriales ou des partenaires de l’école en plus de celui des établissements scolaires.

Une attention particulière a été portée aux familles démunies, pour les enfants placés (collaboration avec l’ASE) ou en situations difficiles : les modalités et format de travail demandé ont été adaptés, la maintenance et la réparation du matériel ont été assurées à distance.

Exemples de ressources produites par les académies :

  • Académie de Nancy-Metz : traduction du protocole sanitaire en 12 langues pour maintenir une liaison avec les familles lisant une autre langue que le français, les élèves allophones nouvellement arrivés (EANA), les enseignants d’UPE2A et les intervenants OEPRE.
  • Académie de Nancy-Metz : mise à disposition au sein de la bibliothèque de ressources vidéo "Eduvidéo" dans une section intitulée « L’enseignement à distance pour les élèves à besoins éducatifs particuliers » du témoignage d’un professeur référent en éducation prioritaire ainsi que d’une formation à distance dédiée au numérique et besoins particuliers.

Accompagner le changement des pratiques pédagogiques

Favoriser la mutualisation des ressources

Près de 350 scénarios pédagogiques ont été indexés par les académies sur la plateforme nationale Édubase depuis mars 2020 : ces scénarios produits par des enseignants et validés par l’inspection ont permis d’accompagner les enseignants dans la mise en œuvre de l’enseignement à distance puis l’enseignement hybride.

Une cartographie des ressources développées en académies pour la continuité pédagogique est disponible sur le site éduscol.

Réseau Canopé propose également aux enseignants, à travers l’espace CanoTech, des conférences d'experts, des modules d'accompagnement et de formation à distance (webinaires, tutoriels, podcasts, etc.) et des articles.

Exemples de ressources numériques produites par les académies :

A destination des élèves :

  • Académie de Guadeloupe : conception de la plateforme « énigm@tiques » proposant des capsules vidéos permettant d’essayer de résoudre les énigmes du Rallye Mathématiques de l’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques (IREM) de l’Université des Antilles. A destination de tous les élèves du cycle 3 jusqu’au lycée et de leurs parents, ces capsules sont proposées en version multilingue.
  • Académie de Besançon : mise en place par l’académie d’un outil de messagerie instantané sécurisé intitulé « BlablaCl@sse » pour maintenir le contact avec les élèves et entre les élèves. L’application, téléchargeable sur smartphone, permet des créer des discussions, des groupes privés et échanges privés.

A destination des parents :

  • Académie de Clermont-Ferrand : élaboration d’un site académique dédié aux parents qui propose une dizaine de vignettes portant sur le travail scolaire à la maison, l’accompagnement des enfants dans leurs apprentissages, l’accompagnement des élèves en situation de handicap, etc.
  • Académie de Reims : conception d’un guide à destination des parents (utilisation de l’ENT, accompagnement des enfants, classes virtuelles, etc.).

A destination des enseignants :

  • Académie de Rennes : rédaction et diffusion de mars à juin 2020, par l’inspection pédagogique régionale en arts plastiques, de lettres d’informations à destination des enseignants (exemples de thèmes traités : « quelle rencontre dématérialisée avec les œuvres ? », « quelle analyse sur les productions plastiques des élèves ? Comment leur en faire retour ? »...).  

Former les professeurs au et par le numérique

La crise sanitaire a engendré une valorisation des formations autour des outils du numérique.
Au niveau national, dès mars 2020, Réseau Canopé a mis en place une offre de formations adaptée qui s'est affinée en s'appuyant sur des études de besoins menées en collaboration avec l'académie de Poitiers et l'IFE.  

Le site Canotech, mis en ligne dès le début du premier confinement, a permis de former plus de 125 000 enseignants. L'offre de formation s'articule à ce jour autour de trois axes pour répondre aux besoins des professeurs en matière d’enseignement à distance :

  • Les métiers de l'humain (28% des sessions) ;
  • L'accueil de l'hétérogénéité et la différenciation pédagogique (17% des sessions) ;
  • L'articulation présentiel / distanciel (55% des sessions).

Cela représente 604 000 heures dispensées.
Le site Canotech :  https://www.reseau-canope.fr/canotech.html
 
 Au niveau académique, des formations dédiées ont également été mises en place :

Exemples de formations dispensées :

  • Académie de Strasbourg : mise en place d’une « brigade 4.0 » pour accompagner le dispositif régional « lycée 4.0 ». L’activité de cette brigade est essentiellement centrée sur l’accompagnement à l’hybridation. A ces actions ponctuelles de formation en établissement, s’ajoutent la conception de webinaires en ligne accessible librement sur l’hybridation, l’inclusion par le numérique, l’usage des ressources en ligne, etc.
     
  • Académie de Nancy-Metz : mise en place d’un studio pédagogique, conçu par un enseignant, qui crée en direct des séances pédagogiques, comprenant un espace de réactions via un chat. Diffusées en direct, les sessions du studio pédagogique sont également accessibles en replay.  Parmi les thématiques traitées par le studio pédagogique : « réaliser son escape game pédagogique », « inverser sa classe pour réviser », « organiser des portes ouvertes à distance », « dynamiser l’évaluation formative ».
     
  • Académie de Martinique : organisation par la DANE de temps courts de formation dédiés aux modalités pédagogiques intitulés les "BAR’Nums" (Bol d’Air Rapide au Numérique). Ces « BAR’Num » se présentent sous la forme d’une classe virtuelle de 30 à 45 minutes et portent sur les thématiques suivantes : « usage pédagogique de l’ENT », « tactileo : créer des parcours à distance et suivre les élèves », « Lumni : des ressources pour le travail autonome à distance », « évaluer, développer et certifier ses compétences avec PIX », etc. Mis en place depuis la mi-novembre, déjà plus de 25 BAR’Nums ont été proposés aux enseignants.

Mettre en œuvre la continuité pédagogique

Les enseignements tirés du premier confinement

La crise sanitaire a permis l’intégration de nouvelles modalités d’enseignement à distance, mobilisant le numérique. Elle a fait de l’enseignement à distance une modalité incontournable pour préserver la continuité pédagogique dans tous les établissements du premier et du second degré.
Les usages développés durant le premier confinement ont favorisé la mise en place ultérieure de l’enseignement hybride dans le cas de clusters ou en lycée à partir de novembre 2020.

Selon la note d’information de la DEPP , près de huit enseignants sur dix s’accordent pour dire que la période du premier confinement aura eu des effets bénéfiques sur les compétences numériques des élèves et leur autonomie. Plus d’un enseignant sur deux identifie un effet bénéfique sur la quantité de travail fourni.

Exemples académiques de retours d’expérience du premier confinement :

  • Académie de Nancy-Metz : mise à disposition au sein de la bibliothèque de ressources vidéo Eduvidéo de cinq témoignages de professeurs, chefs d’établissements, CPE, élèves intitulés "Les retours d’expérience de la période de confinement en lycée 4.0".

L’ouverture des écoles et des établissements dans un cadre sanitaire préconisé oblige à repenser leurs organisations pédagogiques, à réétudier les aménagements des espaces scolaires, et à donner un cadre clair au fonctionnement numérique professionnel dans un cadre de confiance.
En Europe, plusieurs enquêtes et études permettent d’identifier les défis à relever et de construire des réponses publiques ciblées.

En Allemagne, près de la moitié des enseignants utilisent davantage les outils numériques dans les classes, et la grande majorité des écoles travaillent avec des plateformes numériques d'apprentissage et de travail.

L’Espagne connait de grandes disparités entre les communautés autonomes : certaines sont connectées à 100% quand d’autres connaissent des taux inférieurs à 50%. Face à cette situation, les communautés ont décidé d’intervenir afin de renforcer la connexion de leurs établissements et peuvent aussi bénéficier du plan d’investissement dans le numérique, "Écoles connectées" qui, d’ici à 2022, doit permettre de doter en connexions près de 4.7 millions d’élèves espagnols dans plus de 15.000 établissements.

La France au cœur de la mobilisation internationale

L’Unesco a lancé, en mars 2020, la Coalition mondiale pour l’éducation, plateforme de collaboration et d’échanges visant à protéger le droit à l’éducation pendant et après cette situation sans précédent. Elle rassemble plus de 140 membres venant de la famille des Nations Unies, de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé afin d’œuvrer pour garantir la #ContinuitéPédagogique.

Dans ce cadre, l’UNESCO a lancé, en décembre 2020, Imaginecole une plateforme régionale d’apprentissage en ligne qui mettra à la disposition de 6,6 millions d’élèves francophones de l’Afrique de l’Ouest des ressources éducatives de qualité pour assurer la continuité pédagogique. Développé dans un esprit de partenariat, Imaginecole est le résultat d’une coopération étroite avec la CONFEMEN, La Francophonie, le ministère français de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, et l’expertise de son opérateur Réseau Canopé, à travers le financement du Partenariat mondial pour l’éducation.

Consolider les apprentissages des élèves en identifiant leurs besoins et en y apportant une réponse personnalisée à la rentrée scolaire 2020

L’enjeu de cette rentrée scolaire inédite a été de résorber les écarts qui ont pu naître du fait du premier confinement, ce qui a impliqué d'identifier les besoins propres à chaque élève et d'y répondre de manière personnalisée.

Les dispositifs Vacances apprenantes et stages de réussite ont été instaurés pour tous les élèves volontaires durant les vacances scolaires dans le premier et second degré. A la date du 1er octobre 2020, plus de 25 000 stages ont été organisés durant l’été et plus de 176 000 stagiaires y ont participé sur les premier et second degrés confondus.

A la rentrée scolaire, des outils de positionnement du CP à la terminale ont été mis à disposition des professeurs. Ces tests, courts et ponctuels, ont permis de mesurer instantanément la maîtrise des compétences fondamentales et d'identifier les priorités pour chaque élève.
Ces outils ont été consultés plus de 378 000 fois.

Le dispositif Devoirs faits au niveau du collège est renforcé depuis la rentrée scolaire 2020, dans le double objectif d’offrir à tous les élèves volontaires un service d’accompagnement aux devoirs et d’aider les élèves en difficulté.

Dès la rentrée de septembre 2020, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé des élèves, les équipes pédagogiques ont veillé à ce que les élèves maîtrisent les connaissances et les compétences indispensables à la poursuite de leur année dans de bonnes conditions. Pour réduire les éventuels écarts constatés, les apprentissages ont été concentrés, entre la rentrée et les vacances d’automne.

A l’automne 2020, les évaluations annuelles nationales de CP, CE1 et 6e ont montré des résultats en baisse par rapport à 2019, illustrant logiquement que malgré les efforts de tous, les apprentissages des élèves, et particulièrement des plus fragiles, ont été affectés par la situation particulière du printemps 2020. Au début de l’école primaire, les progrès accomplis en 2018-2019 ont ainsi été effacés pour l’année 2019-2020 ; à la fin de l’école primaire, les progrès n’ont par contre pas été effacés, bien au contraire, et une approche renforcée des savoirs fondamentaux a ici montré des effets très encourageants. Mais la proportion d’élèves en difficulté, notamment en REP et en REP+, reste trop élevée.
En janvier 2021, les évaluations de mi-CP ont néanmoins montré une très forte progression des élèves, résorbant les écarts dus à la période de confinement. Le travail en présentiel porte donc ses fruits, même si l’écart entre éducation prioritaire et non prioritaire reste patent, notamment parce que le niveau hors éducation prioritaire a connu une hausse plus forte, et que le niveau en éducation prioritaire a résorbé les retards sans connaître une hausse aussi forte.

Un plan de continuité pédagogique permettant de s’adapter à l’évolution de la situation sanitaire

Le ministère a élaboré un cadre national avec différents documents d’ordre organisationnel et pédagogique, tout en laissant une marge de manœuvre aux établissements afin de l’adapter au plus près des réalités de terrain. L’idée de ce « plan de continuité pédagogique » n’était, en aucun cas, d’imposer un cadre rigide, qui ne serait, de toute façon, pas adapté à l’ensemble des cas de figure possibles, mais de fixer un cadre général, dans lequel les écoles, les collèges et les lycées inscriraient leur action, et d’identifier les ressources et les bonnes pratiques utiles, en veillant à préserver la souplesse nécessaire pour déployer les modalités et les actions adaptées au contexte local.

Afin de faire face à la situation sanitaire tout en assurant la continuité des apprentissages, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a publié, en juillet 2020, un plan de continuité pédagogique présentant différentes modalités d’organisation du service public de l’enseignement en fonction de l’intensité de la circulation locale ou nationale du virus.

Ce plan a été complété par plusieurs circulaires qui invitent les directeurs d’école et chefs d’établissements à préparer, avec leurs équipes, un plan de continuité pédagogique pour faire face aux différentes situations susceptibles d’intervenir. Par ailleurs, les lycées ont la possibilité d’adapter leur fonctionnement de manière à assurer la plus stricte application du protocole sanitaire en vigueur, en organisant une partie des enseignements à distance, ainsi que, à titre exceptionnel, les collèges pour les classes de 4e et de 3e lorsque la situation sanitaire l’impose.

Ainsi, depuis le 9 novembre 2020, ce sont plus de 1 600 plans de continuité pédagogique qui ont été élaborés en lycées publics (44% de LP concernés contre 80% de LGT au niveau national), ce qui représente plus de 67% des lycées publics au niveau national.

L’objectif est d’assurer la poursuite régulière des apprentissages pour tous les élèves, dans toutes les disciplines.

Structurer la continuité pédagogique en académie en lien avec le ministère

Depuis la rentrée scolaire 2020, une cellule de continuité pédagogique a été mise en place dans l’ensemble des académies et un réseau national de correspondants académiques "continuité pédagogique" a été constitué pour alimenter le dialogue entre le ministère et les acteurs de terrain.

Leur rôle est d’accompagner les directeurs d’école, les chefs d’établissement, les professeurs et parfois les inspecteurs et les parents. Pour répondre aux questions, différentes modalités de communication ont été mises en place : adresse courriel, site internet ou encore lettre d’information.

Exemples d’outils d’accompagnement produits en académie :

  • Académie de Montpellier : mise à disposition par la DANE d’une boite à ressources, à destination des enseignants, qui recense et met à disposition une sélection de ressources et d’outils pédagogiques numériques. A la date du 1er mars, cette boite à ressources contient 816 vignettes et a été vue 478 000 fois.
  • Académie de Strasbourg : conception d’un guide pour la mise en œuvre de l’enseignement hybride
  • Académie d’Amiens : proposition par la DANE de formations à distance de prise en main d’outils et d’applications numériques.
  • Académie de Nancy-Metz : création de la bibliothèque de ressources vidéo Eduvidéo mettant à la disposition de la communauté éducative plusieurs reportages et courts documentaires fixant le plan de continuité pédagogique.

La continuité pédagogique à l’échelle européenne

La plupart des pays se sont appuyés et s’appuient encore, lorsque les enseignements sont dispensés à distance (établissements scolaires fermés, enseignement hybride), sur des plateformes en ligne existantes, nationales ou régionales, pour permettre aux élèves de suivre les cours et aux enseignants d’accéder à des ressources utiles. Un certain nombre d’entre eux ont aussi pris des mesures d’urgence et adopté des dispositifs ad hoc pour assurer la continuité pédagogique et limiter les risques de décrochage scolaire :

  • En Belgique (Fédération Wallonie-Bruxelles), la plateforme Happi (hybridation des apprentissages interactifs), inaugurée en juin 2020, permet d’assurer l’enseignement à distance pour tous les élèves du fondamental et du secondaire.
  • Au Danemark, la continuité repose sur deux plateformes nationales, AULA (primaire et collège) et LECTIO (lycée), qui facilitent la communication d’informations entre les enseignants, les élèves et leurs familles.
  • En Espagne, le ministère de l'Éducation et de la Formation professionnelle a créé au début de la crise sanitaire une page web pour mutualiser des ressources ainsi que des outils et des applications pédagogiques : Procomún (94 000 ressources), projet EDIA (organisé par thèmes de programme).
  • L’Italie a développé la plateforme Nuovo Coronavirus pour les élèves et les enseignants de même que le portail INDIRE qui donne accès à des webinaires spécifiques (travail collaboratif à distance, enseignement inclusif des mathématiques, etc.

Selon l’Unesco, la France fait partie des trois pays de l’Union européenne (avec la Croatie et la Finlande) qui ont fermé leurs établissements scolaires moins de 11 semaines entre mars 2020 et janvier 2021. La durée moyenne de fermeture des écoles est de 19 semaines (14 semaines au Portugal, 15 en Belgique et en Espagne, 19 en Allemagne, 21 au Royaume-Uni et 26 en Italie) .  

Une attention renforcée sur la santé psychique des élèves

La situation sanitaire actuelle et les règles strictes qu’elle implique, notamment en termes d’accès à certaines activités, d’enseignement hybride au lycée, et plus généralement de gestes barrières, ont une incidence forte sur la vie quotidienne et les relations sociales des élèves.

L’ensemble de ces éléments peut, pour certains élèves, être source d’anxiété et avoir des conséquences psychologiques. L’ensemble des personnels de l’éducation nationale se mobilise afin de mieux prévenir, identifier et accompagner les élèves en situation de fragilité psychologique. Plusieurs outils, notamment ceux élaborés par l’hôpital Robert Debré, ont été récemment mis à disposition des personnels de l’éducation nationale.

Retour sur la chronologie de la gestion de la crise sanitaire

  • 8 février 2020 : apparition d’un cluster en Haute-Savoie. Les 5 cas confirmés de Covid-19, 4 adultes et 1 enfant, sont hospitalisés, ainsi que 6 autres contacts proches. Les trois établissements scolaires fréquentés par l’enfant malade sont fermés pendant deux semaines par mesure de précaution et pour mener les investigations nécessaires (test diagnostique).
     
  • 9 février 2020 : un centre de consultation exceptionnel est installé dans la salle d’animation de la commune de Contamines-Montjoie afin de dépister les enfants de l’école où était scolarisé l’enfant malade.
     
  • Publication au Bulletin officiel (BOEN) de la circulaire n° 2020-056 du 28 février 2020 : "Continuité des apprentissages en cas d'éloignement temporaire ou de fermeture d'école ou d'établissement"
     
  • Début mars : le site eduscol met à disposition de tous les professeurs qui le souhaitent une sélection d’outils et de ressources numériques.
     
  • 6 mars 2020 : le Premier ministre annonce la fermeture des écoles maternelles et primaires, collèges et lycées dans l’Oise et le Haut-Rhin. "Ma classe à la maison" est ouvert à l’ensemble des équipes et des familles de ces départements.

Au total, ce sont environ 2 millions de foyers et 500 000 professeurs qui créent une session sur Ma Classe à la maison. Jusqu’à 3 millions d’élèves bénéficieront de classes virtuelles chaque jour sur la plateforme du CNED.

  • 16 mars 2020 : début de la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités et mise en place d’un service d’accueil, région par région, pour les personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire qui ne disposeraient pas d’un mode de garde alternatif. Généralisation de Ma classe à la maison.
     
  • Mi-mars : en lien avec l’Igésr, des pages disciplinaires sont créées sur éduscol Elles dispensent des conseils pour l’enseignement à distance, des ressources pédagogiques et des liens vers les sites académiques. Une page est dédiée à la continuité pédagogique pour les élèves en situation de handicap et une autre pour les élèves allophones. Toutes ces pages sont regroupées au sein d’une rubrique dédiée à la continuité pédagogique qui donne aussi accès aux services numériques tels que Ma classe à la maison du CNED et aux formations dispensées par Réseau Canopé.
     
  • 27 mars 2020 : annonce par le Premier ministre de la prolongation de la période de confinement jusqu’au mercredi 15 avril 2020.
     
  • Fin mars : cours Lumni. Les cours diffusés par France 4 sont également disponibles en streaming sur eduscol et sur Lumni. 900 cours seront élaborés par des professeurs de l’éducation nationale et diffusés entre mars et juin, recueillant jusqu’à 1 million de téléspectateurs. Organisés par niveaux, ils sont accompagnés, sur eduscol, de supports pédagogiques et de liens vers les programmes.
    Une autre page d’eduscol recense les liens vers tous les médias participant au dispositif "Nation apprenante" (Arte, FTV, chaînes régionales, France Culture, RMC, LCP, presse quotidienne régionale…).
     
  • Avril 2020 :  publication d’un ensemble de parcours culturels pour le premier degré et le collège et création de la rubrique "un jour, une idée" qui alimentaient la page education.gouv.fr dédiée pour accompagner les parents lors des vacances de printemp
     
  • 10 avril 2020 : ouverture d’une plateforme d’envoi des devoirs papiers aux familles en partenariat avec Docaposte (filière numérique de la Poste). Entre avril et juillet, 40 699 élèves de France métropolitaine, à partir du CP, ont bénéficié du dispositif : 289 123 devoirs ont été envoyés aux familles au total, dont 43 677 pour les collectivités d’outre-mer.
     
  • 13 avril 2020 : annonce de la prolongation du confinement de la population jusqu’au 11 mai par le président de la République.
     
  • Vacances de printemps : généralisation des stages de réussite : 250 000 enfants bénéficiaires de stages de soutien et de remise à niveau sur une des deux semaines, à distance.
     
  • Publication au BOEN de la circulaire du 4 mai 2020 : "Réouverture des écoles et des établissements scolaires".
     
  • 11 mai 2020 : déconfinement progressif et différencié de la France. Création et mise en place du dispositif "2S2C" (sport, santé, culture, civisme), en lien avec les collectivités locales, pour offrir aux élèves qui ne peuvent pas être accueillis en classe, du fait des contraintes sanitaires, des activités éducatives sur le temps scolaire, pour compléter le travail en classe et/ou à la maison. Près de 3 000 communes participent.
     
  • 28 mai 2020 : plus de 80% des écoles primaires sont ouvertes et 90% des communes ont décidé de rouvrir leurs écoles pour accueillir les élèves qui en avaient le plus besoin. Un protocole sanitaire est mis en place pour permettre aux élèves et aux personnels de revenir en classe en toute sécurité ; une FAQ est mise en ligne pour répondre aux questions précises et pratiques posées par la situation sanitaire
     
  • 2 juin 2020 : deuxième phase de déconfinement.
     
  • De mars à juin 2020 : les ENT contribuent massivement à la continuité pédagogique (+ 346% de visites pour le mois de mars 2020). Ils absorbent jusqu’à 57,91 millions de pages vues par jour.
     
  • La circulaire de rentrée du 10 juillet 2020 prend en compte la nécessité de prioriser les apprentissages fondamentaux, pour compenser les effets du confinement : "Pour réduire les éventuels écarts entre la rentrée et les vacances de la Toussaint, les apprentissages sont concentrés sur les connaissances réputées acquises dans le cadre d’une scolarité ordinaire et nécessaires pour commencer une année dans de bonnes conditions. C’est pourquoi, à l’école primaire et au collège, pour chacun des niveaux d’enseignement, des objectifs pédagogiques prioritaires sont identifiés et mis à disposition des équipes pédagogiques".
     
  • Entre avril et juin 2020 : 73 millions de masques distribués, jetables puis progressivement en tissu
     
  • Juillet 2020 : publication sur éduscol d’objectifs pédagogiques par discipline et d’outils de positionnement du CP à la terminale mis à disposition des professeurs afin de déterminer les besoins des élèves dès la rentrée.
     
  • Publication début juillet d’un plan de continuité pédagogique avec deux scénarios (fermeture de classes ou d’établissements ou organisation en mode "hybride") : 300 000 téléchargements entre début juillet et la rentrée de septembre.
     
  • Eté 2020 : dans le cadre de l’opération Vacances apprenantes, 1 million d’enfants bénéficient de dispositifs pédagogiques pendant les vacances d’été. Parmi eux, 250 000 élèves se sont inscrits en Écoles ouvertes (dont 14 000 lycéens professionnels et 8 000 en École ouverte buissonnière) afin de bénéficier d’un accompagnement associant renforcement scolaire et activités sportives et culturelles.

    La mobilisation des personnels en académie est sans précédent : 3 800 écoles et établissements sont restés ouverts début juillet et fin août avec plus de 20 000 professeurs et personnels (soit trois fois plus que le nombre de personnels mobilisés habituellement dans le cadre du dispositif École ouverte programmé sur une année scolaire).

    École ouverte a été complétée par des "parcours buissonniers" en zone rurale, à la mer ou à la montagne pour permettre aux élèves résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de partir à la découverte de la nature et du patrimoine local, avec une sensibilisation au développement durable.

    Lancement de  l’été du pro qui conduit à l’ouverture des lycées professionnels pour les élèves de 3e ou les lycéens pour découvrir la voie professionnelle et bénéficier de cours dédiés
     
  • Rentrée 2020 dans les écoles et établissements pour tous les élèves de la maternelle à la classe terminale :
    • Sur éduscol, mise en place d’une nouvelle page, au sein de la rubrique "continuité pédagogique", qui présente le cadrage national, la FAQ (régulièrement actualisée) et les outils pédagogiques disponibles.
    • Des outils de positionnement sont mis à disposition des professeurs pour que chacun identifie les priorités de ses élèves. Ils sont téléchargés près de 300 000 fois.
    • Tenue des évaluations nationales, qui permettent aux professeurs de mesurer les éventuelles lacunes des élèves en CP, CE1 et 6e. Pour la première fois est organisé un test de lecture à voix haute individuelle pour les élèves entrant en 6e (test de fluence).
    • Une cellule de continuité pédagogique est mise en place dans chaque académie et un réseau national de correspondants académiques "continuité pédagogique" est constitué pour assurer l’efficacité du dialogue entre le ministère et les acteurs de terrain.
    • Le dispositif Devoirs faits est renforcé, au niveau du collège, pour accompagner les élèves en difficulté.
    • Un effort inédit d’accompagnement personnalisé est réalisé dans chaque école, collège et lycée, avec la mobilisation, dès la rentrée scolaire, de l’ensemble des moyens des heures supplémentaires disponibles (1,5 million), des moyens de remplacement, des étudiants en pré-professionnalisation et de tous les partenaires de l’éducation nationale.
    • La rentrée scolaire 2020 montre une augmentation significative de la fréquentation des ENT du 2nd degré sans qu’il soit observé de rupture de charge : + 50% de visites sur les 4 premières semaines de septembre 2020 comparé à la période équivalente de 2019, dont +26% sur la vie scolaire, +51% sur les services pédagogiques (parcours pédagogique, stockage/partage de documents), + 34 000 visioconférences (service quasi inexistant à la rentrée 2019). 80% des élèves du second degré et 20% des élèves du premier degré (ainsi que leurs parents et leurs enseignants) bénéficient d’un ENT et du cadre de confiance assorti, avec une sécurité pour les données personnelles nécessaires au fonctionnement des services, sous l’autorité du chef d’établissement – ou du DASEN pour le premier degré – en tant que responsable de traitement.
    • Création d’une cellule d’appui numérique : 7 500 ordinateurs et plusieurs centaines de kits 4G, livrables en 24h partout en métropole, pour faire face à d’éventuelles fermetures de classes ou d’établissements.
       
  • Depuis la rentrée 2020 : 57 millions de masques sont mis à la disposition des personnels et des élèves. Parmi eux, 23 millions de masques en tissu pour les élèves issus de familles précaires, 20 millions de masques en tissu aux personnels enseignants et non enseignants, 13.5 millions de masques chirurgicaux pour les personnels vulnérables.
     
  • Octobre 2020 : livraison aux académies de 300 000 masques inclusifs.
     
  • Vacances d’automne : le dispositif Vacances apprenantes mobilise près de 1 134 écoles et établissements, permettant d’accueillir un peu plus de 50 000 élèves.
     
  • 5 novembre 2020 : le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports annonce l’annulation de trois périodes d’évaluation commune au baccalauréat général et technologique et le report de la certification des compétences numériques Pix pour les élèves de terminale.
     
  • Publication au BOEN de la circulaire du 6 novembre 2020 : "Modalités d’organisation des lycées face à la situation sanitaire" qui permet aux lycées de mettre en place de l’enseignement à distance
     
  • Novembre-décembre 2020 : début du déploiement des tests antigéniques dans les établissements scolaires. Au total depuis le début du déploiement, 1,5 millions de tests antigéniques et de tout l’équipement de protection (masques FFP2, gants, blouses de protection) pour les personnels faisant passer ces tests
     
  • Rentrée de janvier 2021 : la France choisit de maintenir ses écoles et ses établissements scolaires ouverts. Selon l’UNESCO, la France est l’un des 3 pays de l’UE (avec la Croatie et la Finlande) qui ont le moins fermé les établissements scolaires (moins de 11 semaines entre mars 2020 et janvier 2021).
     
  • Publication au BOEN de la circulaire du 15 janvier 2021 : "Poursuite de la continuité pédagogique dans les établissements face à la situation sanitaire".
     
  • Début 2021 : nouveau réassort de masques pour les élèves et les personnels, avec 7 millions de masques en tissu pour les personnels, 16 millions de masques en tissu pour les élèves et 300 000 nouveaux masques inclusifs
     
  • 21 janvier 2021 : le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports annonce la suppression des épreuves de spécialité du baccalauréat, qui auraient dû se tenir le 15 mars, pour répondre aux inquiétudes des élèves et des professeurs. Le Grand oral, l’épreuve de philosophie et les épreuves anticipées de Français sont maintenus.
     
  • Publication au BOEN de la circulaire du 19 février 2021 : "Poursuite de la continuité pédagogique dans les établissements face à la situation sanitaire".

En bref

  • Ouverture des écoles et établissements français : hormis pendant la période de confinement du 16 mars au 11 mai 2020, ils sont restés ouverts, permettant de réduire les conséquences psychologiques, sociales et éducatives pour 12, 5 millions d’élèves, grâce à la mobilisation de 1,1 million de personnels de l’éducation nationale et au respect collectif d’un protocole sanitaire strict
  • Maintien du calendrier scolaire et adaptation des examens (adoption du contrôle continu pour le bac 2020 par exemple)
  • Création et mise à disposition de ressources et de services numériques pour soutenir la continuité pédagogique, dès avant le confinement
  • Mobilisation de l’ensemble des personnels de l’éducation nationale, des collectivités territoriales, des opérateurs et des partenaires de l’école
  • Des pratiques pédagogiques numériques renforcées
  • Une performance logistique sans précédent dans un temps réduit pour adapter le protocole sanitaire et fournir masques, tests et fournitures sanitaires aux établissements
  • Une capacité d’adaptation permanente des différents acteurs
  • Une palette d’outils unique : plateforme pédagogique Ma Classe à la maison, classes virtuelles, ENT, partenariat pour l’envoi des documents par La Poste pour les élèves en rupture numérique, 2S2C, vacances apprenantes, Nation apprenante, cours télévisés Lumni…

Le ministère et les académies se sont organisés et structurés avec la mise en place d’une structure de suivi territoriale et nationale composée de cellules académiques dédiées à la continuité pédagogique animé par une équipe nationale dédiée.

Mise à jour : mars 2021