Bilan de l’expérimentation du dépistage réactif Covid-19 dans les écoles maternelles et élémentaires

Santé publique France a publié le bilan de l’expérimentation de dépistage dit "réactif" à l’école. Cette nouvelle stratégie, expérimentée entre le lundi 11 octobre et le 26 novembre 2021, avait pour objectif de limiter les fermetures de classe tout en sécurisant le milieu scolaire. Le bilan publié vendredi 10 décembre 2021 montre l’efficacité de cette stratégie.

Une stratégie de dépistage, dite "réactive", dans les écoles maternelles et élémentaires de dix départements de France métropolitaine

Afin de limiter les fermetures de classe tout en assurant une sécurisation du milieu scolaire, l’expérimentation d’une nouvelle stratégie de dépistage, dite "réactive", a été conduite entre le lundi 11 octobre et le vendredi 26 novembre 2021. Elle concernait l’ensemble des écoles maternelles et élémentaires de dix départements de France métropolitaine, choisis de manière à pouvoir représenter la diversité des situations sur le territoire.

Le protocole expérimental prévoyait la procédure suivante suite à la survenue d’un cas confirmé :

  • Un premier dépistage a minima de l’ensemble des élèves de la classe est organisé le jour du signalement du cas ou le jour d’école suivant avec une délivrance des résultats dans un délai de 24 heures (le dépistage est réalisé au sein de l’école par des tests salivaires RT-PCR) ;
  • les élèves dépistés négatifs restent en classe alors que les élèves positifs et les élèves dont les parents n’ont pas autorisé le dépistage suivent les apprentissages à distance pendant respectivement une période de 10 et 7 jours ;
  • si les délais d’intervention et de communication des résultats ne sont pas respectés ou si trois cas (en incluant le cas index) sont ainsi détectés dans un délai de 7 jours, la classe est fermée ;
  • un second dépistage est organisé 7 jours après le premier dépistage et les élèves qui ont été isolés en raison de leur non-participation au premier dépistage reviennent en classe.
Infographie - Une expérimentation pour éviter les fermetures de classe grâce à l'organisation de tests

Bilan de l’expérimentation

Le bilan présenté par Santé publique France au ministère des Solidarités et de la Santé et au ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, montre que :

  • Ce protocole expérimental a suscité une forte adhésion des parents et des élèves : 75% des élèves avaient été testés en période 1 (période de trois semaines avant les vacances de la Toussaint) et 82% l’ont été en période 2 (période de trois semaines après les vacances de la Toussaint)
  • Les taux de positivité sont restés relativement faibles lors du premier dépistage à J0 :1,9% des élèves testés étaient positifs et pour 79% des classes tous les élèves étaient négatifs. Ils ont peu évolué dans la période 2 malgré la très forte augmentation de l’incidence : 2,5% d’élèves positifs et 75% des classes entièrement négatives.
  • De même, les infections dépistées n’ont pas été plus nombreuses au second dépistage : 90% des classes entièrement négatives à J7 en période 1 contre 89% en période 2.

A consulter

Expérimentation du dépistage réactif du Sars-cov-2 en écoles primaires. Analyse après cinq semaines de mise en œuvre.

En savoir plus

Déclinaison dans le nouveau protocole du premier degré appliqué depuis le 6 décembre 2021

A la suite des résultats de cette expérimentation, il a été décidé d’étendre ce dispositif à l’ensemble des écoles du territoire national. Néanmoins, et afin de répondre à la demande des parents d’élèves, le protocole a été ajusté. Désormais les tests peuvent être réalisés par les familles et pas nécessairement en milieu scolaire. Enfin, la fermeture de classe si 3 cas sont détectés dans une période de 7 jours est maintenue.

Protocole de contact-tracing pour les écoles primaires

Mise à jour : décembre 2021