Le budget et les finances du système éducatif

Retrouvez les chiffres clés du financement et du budget du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et du système éducatif.

Temps de lecture 10 minutes

Le budget du ministère

En 2020, le budget de l'Éducation nationale et de la Jeunesse augmente d'un milliard d'euros, et demeure le premier budget de la Nation. La priorité accordée à l'école primaire est de nouveau affirmée et les moyens d'enseignement dans le 2d degré sont maintenus. Ce budget renforce les moyens en faveur d'une école pleinement inclusive et permet un soutien accru à la jeunesse et à la vie associative avec une augmentation significative de 8,5%.

"Un pays qui a confiance en son avenir investit massivement dans son École. Cette année encore, la Nation se donne les moyens de faire de l’École un levier de réussite pour tous les élèves en augmentant le budget du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse d’un milliard d’euros.  

Ce milliard supplémentaire est destiné pour les trois-quarts à la rémunération des personnels du ministère, notamment à la revalorisation à hauteur de 300 millions d’euros au titre du PPCR. La sanctuarisation du nombre d’emplois dans notre ministère permet de renforcer l’école primaire, qui demeure la première des priorités, et de mieux accueillir les élèves en situation de handicap.

Ce budget est un budget à la visée profondément sociale. Il porte l’ambition de transmettre à tous les enfants, où qu’ils se trouvent, les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter et respecter autrui) dont ils ont besoin pour réussir. L’abaissement de l’instruction obligatoire à trois ans, le dédoublement de 10 800 classes en CP et en CE1 en réseaux d’éducation prioritaire constituent des actions d’ampleur contre la difficulté scolaire et donc pour la justice sociale. Elles seront complétées par la limitation progressive à 24 du nombre d’élèves dans les classes de grande section, de CP et de CE1.

Ce budget est un budget d’avenir. Le budget consacré à la jeunesse et à la vie associative est en augmentation de 8,5 %. Après la préfiguration réussie de l’année 2019, le SNU sera généralisé aux volontaires de tous les départements.

Cette confiance dans la jeunesse de notre pays se traduit concrètement par la réforme des lycées qui permet de mieux accompagner les élèves dans leur choix par un renforcement du service public d’orientation et de leur donner plus de liberté dans la conception de leur projet de poursuite d’étude et d’insertion professionnelle.

Ce budget est le premier de la Nation et à ce titre il nous oblige collectivement à nous rassembler afin de mener chaque élève au meilleur de lui-même. Chaque jour, par la transmission de savoirs et de valeurs, nous œuvrons au progrès social et nous bâtissons le monde toujours plus humain que nous voulons pour nos enfants. "  

Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse

Chiffres clés 2020

En savoir plus sur le budget du ministère

Le coût d'une scolarité

En 2017, la dépense moyenne par élève ou étudiant, tous niveaux confondus, est de 8 690 euros. Mais elle varie fortement suivant le niveau d’enseignement : de 6 800 euros pour un élève scolarisé en préélémentaire, jusqu’à 15 760 euros pour un étudiant de classe préparatoire aux grandes écoles (C.P.G.E.).

La dépense moyenne par élève

 

Dépenses moyennes par élève et par étudiant en France (2017)

Niveaux d'enseignement

Effectifs

Dépense moyenne par élève (euros)

Dépense globale
(milliards d'euros)

Enseignement pré-élémentaire

2 492 500

6 800

pour le premier degré : 
29,1

Enseignement élémentaire

4 206 600

6 400

Collège

3 374 400

8 710

pour le second degré : 
38,8

Lycée général et technologique

1 621 800

11 060

 

Lycée professionnel

648 900

12 730

 

Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)

86 500

15 760

 

Source : Ministère de l'éducation nationale, "Repères et références statistiques", 2019

Ces dépenses correspondent surtout à des dépenses de personnel.

Les écarts résultent des différences de taux d'encadrement (nombre d'élèves par classe), de statut des enseignants, des caractéristiques de chaque type d'enseignement (les dépenses de fonctionnement matériel sont par exemple plus importantes pour les formations techniques).

Comparaisons internationales

Concernant les dépenses moyennes par élève, la France figure parmi les premiers pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) pour l’enseignement secondaire, elle est au-dessus de la moyenne de l’OCDE pour l’enseignement supérieur, et en-dessous pour l’enseignement primaire.

Coût par élève et par niveau d'enseignement en équivalent dollars (2016)
 

Primaire

Secondaire

Supérieur

Allemagne

8 960

12 268

17 429

France

7 603

12 100

16 697

Italie

7 991

9 193

11 616

Royaume-Uni

11 188

10 963

23 772

Espagne

7 653

9 502

13 173

Suède

11 338

11 892

25 766

Japon

8 978

11 219

20 537

Etats-Unis

12 184

13 845

.

Moyenne pays O.C.D.E.

8 470

9 968

16 756

Source : Regards sur l'éducation, 2019

La dépense d'éducation

En 2016, la France a consacré 149,9 milliards d'euros à son système éducatif, soit 6,7 % du PIB. La dépense moyenne pour un élève ou un étudiant est de 8 480 euros. Elle augmente avec le niveau d'enseignement, allant de 6 300 euros pour un écolier à 11 510 euros pour un étudiant.

L'État est le premier financeur de l'éducation (57 %), devant les collectivités territoriales (24 %). Alors que les dépenses des communes diminuent depuis 2013, celles des régions augmentent.

La Note d'Information de la DEPP n° 17.32 fait le point sur la dépense d'éducation et présente l'essentiel des résultats disponibles pour l'année 2016.

Télécharger la version imprimable de la Note d'information de la DEPP n°17.32

Le financement de l'éducation

En 2017, la dépense d'éducation a été financée à 54,7 % par l'État. Les familles et les entreprises participent également au financement de l'éducation.

La dépense intérieure d'éducation (comprenant les activités d'enseignement et les activités connexes, comme l'administration, les cantines, les transports scolaires, les livres scolaires, etc.) a été évaluée, pour l'année 2017, à 154,6 milliards d'euros, ce qui représente environ 6,7 % du produit intérieur brut (P.I.B.).

Les financeurs du système éducatif français en 2017
  Participation à la dépense globale d'éducation de 2017 (en millions d'euros) Pourcentage de participation à la dépense globale d'éducation de 2017
Le ministère de l'Éducation nationale 80 084 51,8 %
Les autres ministères 4 542 2,9 %
Les autres administrations publiques 3 051 2,0 %
Les collectivités territoriales 36 154 23,4 %
Les entreprises et autres financeurs privés 13 421 8,7 %
Les familles 17 331 11,2 %

Source : Ministère de l'éducation nationale, "Repères et références statistiques", 2019

Les postes de dépenses les plus importants pour l'année 2017
Postes de dépenses Pourcentage de la dépense totale
Enseignement public du premier degré 22,8 %
Enseignement public du second degré 35,6 %
Enseignement public du supérieur 12,9 %
Enseignement privé subventionné 13,8 %
Services administratifs 5,3 %

La France dépense plus pour l'éducation en proportion du produit intérieur brut (P.I.B.) que la plupart des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (O.C.D.E.).

Cependant, la part des dépenses publiques d'éducation dans les dépenses publiques totales est inférieure à la moyenne des pays de l'organisation de coopération et de développement économiques (O.C.D.E.).

Mis à jour le 03 mars 2020