Être administrateur de l'État

Les administrateurs de l'État constituent un corps unique à vocation interministérielle relevant du Premier ministre. Ils exercent des fonctions d'encadrement, de direction, d'expertise, ou de contrôle dans les administrations et les établissements publics administratifs de l'État.

Missions

Les administrateurs de l’État constituent un corps d’encadrement supérieur de la fonction publique de l’État, à vocation interministérielle, rattaché au Premier ministre.

Ses membres exercent des missions de conception, de mise en œuvre et d'évaluation des politiques publiques. Ils sont chargés de fonctions supérieures de direction, d'encadrement, d'expertise et de contrôle. Ils exercent ces missions dans l'ensemble des services de l’État et de ses établissements publics.

Les administrateurs de l’État restent le vivier majoritaire des emplois de direction (64 % des emplois de chef de service et 50 % des emplois de sous-directeur). Ils peuvent être nommés dans des emplois fonctionnels des services déconcentrés de l’éducation nationale (EFSDEN) ou des établissements publics.

Au 1er janvier 2022, les administrateurs civils ont été intégrés au corps des administrateurs de l'État.

Organisation du corps

  • Administrateur de l’État : 10 échelons
  • Administrateur de l’État hors classe : 8 échelons
  • Administrateur général de l’État : 6 échelons

Modalités et conditions d’accès

Voie de l'INSP

Administrateurs de l’État recrutés parmi les élèves de l’Institut national du service public (INSP).

Promotion interne au choix par liste d’aptitude

Les nominations au choix sont prononcées après inscription sur une liste d’aptitude établie par ordre alphabétique par le Premier ministre, sur proposition du ministre chargé de la fonction publique, après avis d’un comité de sélection interministériel. Peuvent être inscrits sur cette liste d’aptitude :

  • les fonctionnaires titulaires d’un corps de catégorie A ou assimilé de l'État, ou accueillis en détachement dans un corps de catégorie A ou assimilé de l’État, fonctionnaires et agents en fonctions dans une organisation internationale intergouvernementale justifiant au 1er janvier de l’année considérée, de huit ans au moins de services effectifs dans un corps ou un emploi de catégorie A ou assimilé ;
  • les administrateurs des finances publiques adjoints justifiant de deux ans de services effectifs dans le grade ;
  • les attachés économiques justifiant au 1er janvier de l’année considérée de quatre ans de services en qualité d’attaché économique principal ou les fonctionnaires de catégorie A justifiant au 1er janvier de l’année considérée de quatre ans de services dans un grade comportant un indice maximum au moins égal à l’indice le plus élevé du grade d’attaché économique principal, justifiant d’une expérience professionnelle à l’étranger dans les domaines économique, financier ou commercial ;
  • les administrateurs adjoints du Conseil économique, social et environnemental, justifiant de huit ans d’ancienneté en qualité de fonctionnaire de catégorie A ;
  • les fonctionnaires appartenant aux corps énumérés à l’article 1er du décret n° 69-222 du 6 mars 1969 relatif au statut particulier des agents diplomatiques et consulaires et classés dans la catégorie A prévue à l’article L. 411-2 du code général de la fonction publique, et les agents du corps des traducteurs du ministère des affaires étrangères et justifiant d’au moins huit ans de services publics. En particulier, les secrétaires des affaires étrangères, les attachés des systèmes d’information et de communication et les traducteurs du ministère des affaires étrangères doivent en outre appartenir au grade de principal depuis au moins quatre ans.

L’ensemble des nominations prévues au titre de la promotion interne par voie de la liste d’aptitude, détachement dérogatoire et intégration directe dérogatoire est au moins égal à 50% du total des emplois à pouvoir.

Intégration directe dérogatoire à l’ article L511-6 du code général de la fonction publique

Après une évaluation réalisée par une instance collégiale ministérielle ou interministérielle, peuvent être intégrés dans le corps des administrateurs de l’État les fonctionnaires civils appartenant à un corps ou cadre d’emplois classé dans la catégorie A qui occupent ou ont occupé pendant au moins cinq ans un ou plusieurs emplois :

  • dont la nomination est laissée à la décision du Gouvernement, ou de niveau équivalent ;
  • de chef de service ou de sous-directeur, d’expert de haut niveau ou de directeur de projet, de direction de l’administration territoriale de l’État (DATE) classé dans le groupe I, II ou III, ou de niveau équivalent.

En savoir plus sur legifrance.gouv.fr

Détachement dérogatoire à l’article L513-8 du code général de la fonction publique

Peuvent être détachés dans le corps des administrateurs de l’État les fonctionnaires civils appartenant à un corps ou cadre d’emplois classé dans la catégorie A mais de niveau différent de celui des administrateurs de l’État qui occupent depuis au moins cinq ans un ou plusieurs emplois de DATE classés dans le groupe IV ou V ou de niveau équivalent.
A l’issue de deux ans de détachement dans le corps des administrateurs de l’État, les agents peuvent être intégrés dans ce corps, après une évaluation réalisée par une instance collégiale ministérielle ou interministérielle.

En savoir plus sur legifrance.gouv.fr

Nomination et titularisation

La nomination et la titularisation dans le corps des administrateurs de l’État sont prononcées par décret.

Les administrateurs de l’État recrutés par voie de l’INSP sont nommés et titularisés à compter du lendemain du dernier jour de leur scolarité à l’Institut.

Les agents détachés ou intégrés par la voie d’accès dérogatoire dans le corps des administrateurs de l’État suivent une formation dispensée par l’INSP.

Les administrateurs de l’État recrutés par voie de liste d’aptitude sont nommés stagiaires puis titularisés après une formation dispensée par l’INSP. Leur première affectation est prononcée par arrêté du Premier ministre.

À l’exception des lauréats de la liste d’aptitude, l'affectation des administrateurs de l’État est prononcée par chacun des ministres ou autorités dont relève le service auprès duquel elle est effectuée.

Mobilité

Membres d’un corps recruté par la voie de l’INSP, les administrateurs de l’État ont vocation à accomplir, pendant une durée de deux années qui peut être prolongée, une période dite de mobilité au cours de laquelle ils exercent des activités différentes de celles normalement dévolues aux membres du corps auquel ils appartiennent ou de celles relevant de l'administration où ils ont été initialement affectés.

Au terme de cette période de mobilité, les administrateurs de l’État rejoignent leur administration d'origine où ils sont réintégrés ou réaffectés de droit, au besoin en surnombre.
Les services accomplis au titre de la mobilité sont assimilés à des services effectifs dans le corps d'origine. Toutefois, en application de l’article 3 du décret n° 2008-15 du 4 janvier 2008 modifié relatif à la mobilité et au détachement des fonctionnaires des corps recrutés par la voie de l’INSP, ceux qui l'ont été en position de disponibilité auprès d'un organisme de droit privé ne sont pas pris en compte dans le décompte des années dues au titre d'un engagement de servir.

Les avancements de grade sont subordonnés à l’accomplissement d’une mobilité dont les modalités sont précisées par les lignes directrices de gestion interministérielle.

Évaluation

Le décret n° 2010-888 du 28 juillet 2010 relatif aux conditions générales de l'appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de l’État est applicable aux administrateurs de l’État. Ainsi, leur valeur professionnelle est appréciée par le biais de la mise en œuvre de l’entretien professionnel annuel.

De plus, ces agents bénéficient, conformément à l’article L. 412-2 du code général de la fonction publique, d’évaluations approfondies, à différents moments de leur parcours professionnel, destinées à apprécier la qualité de leurs pratiques professionnelles et de leurs réalisations ainsi que leur aptitude à occuper des responsabilités de niveau supérieur.

Les agents sont évalués au moins une fois tous les six ans.

Lignes directrices de gestion interministérielle

Elles déterminent la stratégie pluriannuelle de pilotage des ressources humaines de ces agents et fixent les orientations stratégiques générales les concernant en matière de recrutement, de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, de mobilité, de promotion, d’évaluation, de formation, de valorisation des parcours professionnels et d’accompagnement des transitions professionnelles.

Les lignes directrices de gestion interministérielle (LDGI) sont établies par la délégation interministérielle à l’encadrement supérieur de l’État (DIESE) pour une durée pluriannuelle de cinq années.

Chaque ministère est chargé de la mise en œuvre des LDGI au sein de son périmètre et s’assure que ses lignes directrices de gestion ministérielle respectent les LDGI.

La circulaire du Premier ministre n° 6346/SG en date du 20 avril 2022 précise le contenu de ces LDGI.

Rémunération et indemnités

Traitement brut annuel au 1er janvier 2022

  • administrateur de l’État culminant à l’indice brut 1015 : 46 167 € ;
  • administrateur de l’État hors-classe culminant en hors-échelle B bis : 63 205 € ;
  • administrateur général de l’État culminant en hors-échelle D : 71 921 €.

Il peut être complété par une nouvelle bonification indiciaire (NBI) selon le poste occupé.

Le régime indemnitaire du corps est constitué, d’une part, de l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE) et, d’autre part, du complément indemnitaire annuel lié à l’engagement professionnel et à la manière de servir (CIA) composant le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP).

Taux de promotion

Le nombre d’administrateurs de l’État pouvant être promus chaque année au grade d’administrateur de l’État hors classe est déterminé par application d’un taux au nombre des administrateurs de l’État promouvables pour l’ensemble du corps. 

L’accès au grade d’administrateur général de l’État se fait par voie d’inscription sur tableau d’avancement (avoir atteint le 5ème échelon du grade, justifier de 15 ans de services en qualité d’agent public en position d’activité ou de détachement, et avoir accompli au moins une période de mobilité depuis la nomination dans le grade dans les conditions prévues par les lignes directrices de gestion interministérielle.

Actualités

  • Création de la délégation interministérielle à l’encadrement supérieur de l’État (DIESE), des délégués ministériels à l’encadrement supérieur et du comité de pilotage stratégique de l’encadrement supérieur de l’État : décret n° 2021-1775 du 24 décembre 2021 ;
  • Composition du comité de pilotage stratégique de l’encadrement supérieur de l’État : arrêté du 22 mars 2022.

Les fiches de poste des emplois vacants ou susceptibles d’être vacants d'encadrement supérieur sont publiées sur la Place de l'emploi public.

Références

Statut

INSP

Emplois supérieurs pour lesquels les nominations sont laissées à la décision du Gouvernement

Lignes directrices de gestion interministérielle

Mise à jour : novembre 2022