Proposition pour une rénovation de la voie technologique au lycée

lycée - Rapport - Christian Forestier - avril 1999

En France, le concept de voie technologique recouvre des formations plus ou moins identifiées selon que l'on se place au niveau de l'enseignement secondaire ou au niveau de l'enseignement supérieur.  Les propositions faites dans ce rapport peuvent s'organiser autour de quatre pistes de réflexion. Il y a urgence à tenir un discours politique très explicite sur la nécessité, d'une part d'élargir le champ des bacheliers scientifiques, qu'ils soient "généraux" ou "technologiques", d'autre part de freiner le développement des formations tertiaires. Il faut préserver et renforcer le palier d'orientation de fin de seconde. La logique des tuyaux d'orgues et de l'orientation précoce jouent actuellement contre les formations scientifiques et techniques. Il faut faire éclater l'actuelle voie technologique du lycée en deux parties aux missions clairement établies et mettre en place :  des baccalauréats "technologiques" (en nombre limité) préparant à toutes les formations supérieures (DEUG, DUT, BTS et CPGE), ce qui signifie pour le domaine scientifique de ne conserver que les champs technologiques dominants ; le basculement sur la voie professionnelle des spécialités à petits flux et professionnalisantes. Il faut enfin préserver et renforcer le caractère spécifique de la pédagogie inductive dans la voie technologique. A pédagogie différente, modes d'évaluation différents ; les baccalauréats technologiques se prêtent naturellement au développement du contrôle en cours de formation et à l'évaluation sur projet