Les conditions d'inscription au troisième concours de recrutement de conseillers principaux d'éducation (CPE)

Pour se présenter au troisième concours de recrutement de conseillers principaux d'éducation (CPE), le candidat doit remplir des conditions générales d'accès à un emploi public (nationalité, droits civiques, aptitude physique...) et justifier d'au moins 5 années d'activités professionnelles accomplies dans le cadre d'un contrat de droit privé. Il n'y a aucune condition de diplôme.
Ce concours n'est pas organisé en 2020.

Temps de lecture 5 minutes

Ce concours, bien que prévu par les textes, est rarement organisé.

Les conditions générales d'accès à la fonction publique

Aucune limite d'âge n'est imposée mais, pour pouvoir concourir, le candidat ne devra pas avoir dépassé la limite d'âge légale au moment de la titularisation, après accomplissement du stage d'un an.

Le candidat doit, au plus tard le jour de la première épreuve d'admissibilité :

  • posséder la nationalité française ou être ressortissant d'un autre État membre de l'Union européenne ou partie à l'accord sur l'Espace économique européen, ou d'Andorre ou de Suisse,
  • jouir de ses droits civiques,
  • ne pas avoir subi de condamnation incompatible avec l'exercice des fonctions,
  • être en position régulière au regard des obligations du service national,
  • justifier des conditions d'aptitude physique requises.

Les conditions spécifiques

Toutes les conditions spécifiques s'apprécient à la date de publication des résultats d'admissibilité.

Condition de titres ou diplôme

Aucune condition de titre ou diplôme n'est exigée.

Activités professionnelles

Le candidat doit justifier, pendant une durée de cinq ans au moins, d'une ou de plusieurs activités professionnelles accomplies dans le cadre d'un contrat de droit privé.

Nature des activités professionnelles

Toute activité professionnelle rémunérée accomplie sous un régime de droit privé est prise en compte.

Les activités professionnelles accomplies en qualité de fonctionnaire, de magistrat, de militaire, d'agent public, de maître ou de documentaliste des établissements d'enseignement privés sous contrat d'association avec l'État ne peuvent pas être prises en compte

Calcul de la durée des activités professionnelles

Le calcul est effectué en déterminant la période comprise entre la date de début et la date de fin du contrat. La durée totale du contrat est prise en compte dans la limite de ces deux dates quelle que soit la quotité de service prévue dans le contrat.

Toute période de congé est prise en compte pour sa totalité qu'elle soit rémunérée ou non, dès lors que la personne est sous contrat de travail durant cette période de congé. Les périodes suivantes entrent dans le cadre des activités professionnelles :

  • le congé annuel,
  • le congé de maladie rémunéré ou indemnisé (le congé de grave maladie est donc pris en compte),
  • le congé accordé à la suite d'un accident du travail ou pendant une maladie professionnelle,
  • les congés de maternité, de paternité ou d'adoption rémunérés ou indemnisés,
  • le congé parental,
  • le congé de formation syndicale,
  • le congé de formation professionnelle.
Mise à jour : février 2020