Le suivi de la santé des élèves

Le suivi de la santé des élèves fait partie des missions de l'École. Il est assuré tout au long de la scolarité, au travers de visites médicales et de dépistage notamment.

Hygiène de vie

Afin de développer la lutte simple contre les infections microbiennes saisonnières, responsables notamment d’absentéisme scolaire important dans les petites classes, le rappel régulier des "gestes-barrières" doit être réalisé en milieu scolaire :

  • se laver les mains plusieurs fois par jour, au savon et pendant trente secondes
  • utiliser un mouchoir jetable pour éternuer ou tousser
  • jeter immédiatement ce mouchoir à la poubelle et se laver les mains à nouveau

Vaccinations

Vaccinations obligatoires

Les enfants doivent obligatoirement être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (souvent associés à la coqueluche) pour être inscrits dans une école.
La vaccination contre la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR) et l’hépatite B est vivement recommandée.

Les vaccinations et, dans certains cas, les rappels sont vérifiés régulièrement tout au long de la scolarité. Soyez vigilants sur les dates de rappel. Pour être sûrs de ne rien oublier, consultez le calendrier des vaccinations sur le site service-public.fr. En cas de non-vaccination, un certificat de contre-indication médicale est exigible.

Dans l'enseignement professionnel, les élèves exposés à des risques de contamination dans le cadre de leurs stages ou de leurs études (le virus de l'hépatite B par exemple), doivent être immunisés. Certaines vaccinations spécifiques peuvent donc être exigées.

Qui contacter ?

Pour toute information complémentaire, contacter son médecin, le médecin de l’éducation nationale ou un centre de protection maternelle et infantile (PMI), qui peuvent faire les vaccinations. L'adresse des centres PMI est disponible dans les mairies.

Vaccination contre le Coronavirus Covid-19

La vaccination contre la Covid-19 est ouverte à tous les enfants et adolescents de 5 à 17 ans.

Elle n’est pas obligatoire et est gratuite, c’est-à-dire qu’elle est intégralement prise en charge par l’Assurance Maladie, sans avance de frais.

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans

Les enfants porteurs de maladies graves ou atteints de comorbidités sont plus vulnérables face au Covid-19. Un vaccin spécialement dosé pour eux est disponible. Il est trois fois moins dosé que le vaccin des adultes. Aussi efficace et sûr que celui des adultes, il leur permet d’éviter les formes graves du Covid-19 et réduit fortement le risque d’hospitalisation.

La vaccination des enfants des 5 à 11 ans les plus à risque se fait dans les services pédiatriques des centres hospitaliers (CH et CHU) ainsi que dans les hôpitaux pédiatriques, établissements spécialisés et centres d’accueil moyens/longs séjours pour enfants.

Pour tous les enfants, la vaccination est possible :

  • En centres de vaccination avec ligne pédiatrique (liste disponible sur www.sante.fr)
  • Chez le médecin (généraliste, pédiatre ou autre spécialiste)

Concernant la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, l'autorisation d'un seul des deux parents est suffisante.

La vaccination des adolescents de 12 à 17 ans

Outre la protection contre les formes graves d'infection et le "Covid long", la vaccination des adolescents constitue une mesure sociétale de santé publique et de protection de l'ensemble de la population en limitant la dynamique de transmission du virus.

Dans le cadre scolaire, elle contribue à maintenir un maximum d’enseignement en présentiel et, à terme au retour à un fonctionnement habituel des écoles, collèges et lycées permettant :

  • d'offrir des conditions optimales de réussite des élèves et de lutter contre le décrochage ;
  • de favoriser le bien-être des élèves grâce à un retour apaisé en collectivité ;
  • de limiter les risques pour les personnels, les élèves et leurs proches.

Les adolescents entre 12 et 15 ans ont besoin de l'autorisation d'au moins l'un des parents pour se faire vacciner ; les adolescents de 16 ans ou plus peuvent se faire vacciner sans l'accord de leurs parents.

Les adolescents peuvent se faire vacciner comme les adultes dans le centre de vaccination de leur choix mais aussi par un médecin, un pharmacien ou un infirmier.

Téléchargez le dépliant "j'ai un enfant qui a entre 12 et 17 ans : mes questions sur sa vaccination Covid-19"

Visites médicale et de dépistage

Une première visite médicale obligatoire entre cinq et six ans

Une première visite médicale obligatoire intervient dans la sixième année de l'enfant, en grande section de maternelle ou au cours préparatoire (CP). La présence d'un parent est fortement conseillée.

Cet examen comprend le repérage précoce des signes qui peuvent entraîner des difficultés ultérieures d'apprentissage : problèmes visuels, auditifs, troubles du langage. Il prévient et détecte les cas d'enfants maltraités. Après ce premier examen complet, si des difficultés sont mises en évidence, vous pouvez rencontrer les personnels de santé de l'éducation nationale pour envisager le suivi de votre enfant.

Un suivi de santé tout au long de la scolarité

Une visite de dépistage infirmier a lieu lors de la douzième année de l’enfant.

Lorsque des problèmes de santé ont été repérés, les médecins et les infirmiers de l'Éducation nationale travaillent en lien avec les parents, les infirmiers et l'équipe éducative afin qu‘une prise en charge et un suivi adaptés à l’enfant soient réalisés.

Tous les élèves qui le souhaitent peuvent rencontrer un infirmier ou un médecin.

Soins et urgences

L'organisation des soins et des urgences dans les écoles, les collèges et les lycées est précisée dans le cadre d'un protocole national. Il permet ainsi d'harmoniser les pratiques professionnelles et de préciser les modalités.

Des consignes précises sur la conduite à tenir en cas d'urgence doivent être affichées.

Une ligne téléphonique permettant de contacter les services d'urgence doit être accessible en permanence. L'infirmier ou la personne désignée dispose alors, en quelques secondes, d'un avis médical et, en cas de besoin, d'une assistance totale :

  • aide à l'évaluation d'urgence
  • mobilisation des moyens adaptés

En cas de scolarisation d'élèves atteints d'une maladie chronique ou de handicap, les médicaments prescrits doivent être à disposition du personnel de santé ou de l'adulte responsable et tous les matériels nécessaires doivent être disponibles dans l'infirmerie. Les médicaments inscrits sur le protocole d'urgence doivent être dans la trousse de secours de l'enfant et leur validité vérifiée annuellement.

Tous les établissements et les écoles s'assurent le concours d'un service d'hospitalisation proche, susceptible d'accueillir les élèves en cas d'urgence. Les lycées et collèges avec internat ou ateliers disposent souvent d'une infirmière à temps plein.

Dans tous les cas graves, la famille est prévenue ainsi que le directeur d’école ou le chef d'établissement.

Bonnes postures et poids du cartable

Éducation gestuelle pour prévenir le mal de dos

De bonnes habitudes d'hygiène de vie préviennent le mal de dos : limitation de la position assise, des heures passées devant la télévision, des jeux vidéos et pratique d'une activité physique régulière.
L'activité physique régulière, diversifiée et sollicitant l'ensemble du corps développe les ressources physiques et la motricité. Le travail en EPS renforce la mobilité articulaire et les muscles de façon équilibrée. Les élèves apprennent à veiller à leur santé.
La gymnastique au sol ou les activités d'acrosport sont indiquées.

Travailler à la maison : Les bons gestes

La situation sanitaire du pays, liée au coronavirus Covid-19, change nos habitudes de travail et celles des élèves. Écrire, réviser, lire, faire des fiches, etc., semblent être des efforts légers mais leur nature répétitive et les postures prises pour exercer ces activités peuvent provoquer des douleurs.

Il convient alors de comprendre les zones corporelles à risque afin de limiter les postures contraignantes.

Avec archiclasse.education.fr, découvrez en infographies des conseils pour adopter les bons gestes et les postures adéquates quand on travaille ou étudie à la maison.

JE TRAVAILLE DANS LE SALON SUR UNE TABLE BASSE
Infographie "JE TRAVAILLE DANS LA CUISINE SUR UNE TABLE"
Infographie "JE TRAVAILLE SUR LE CANAPÉ OU LE LIT"
JE TRAVAILLE DANS LA CHAMBRE À MON BUREAU
Archi Classe : pour en savoir plus

Port de charges et poids du cartable

Éduquer les enfants au port de charges et à la manipulation d'objets prévient d'éventuels problèmes.
La façon de lever et porter des charges est importante car la colonne vertébrale est sollicitée. Les jambes doivent être fléchies. La charge doit toujours être soulevée au plus près du corps. Pencher le buste en gardant les jambes tendues est mauvais pour le dos.

Le poids du cartable n'est pas le seul responsable des problèmes de dos mais peut les aggraver. Un cartable est adapté au niveau d'enseignement de l'élève, à son âge et sa morphologie. Il est pratique, facile à manipuler et n'excède pas 10 % du poids de l'enfant.

Matériel de classe adapté

Le matériel utilisé en classe contribue à limiter les douleurs vertébrales. Le confort des élèves est respecté pendant les cours, déplacements, activités physiques et sportives et travaux pratiques en laboratoire.

Le matériel de classe

  • soulage les efforts de maintien et de posture
  • est réglable pour s'adapter à l'âge et à la morphologie de l'enfant
  • n'est pas utilisé pour un autre usage que celui pour lequel il est prévu

École numérique

Un bon poste de travail est composé d'une table qui permet d'y reposer les poignets et d'un écran légèrement en dessous des yeux, d'un siège pivotant et réglable en hauteur, d'un repose-pieds et d'un bon éclairage.
Des pauses courtes et régulières sont nécessaires lorsque l'on travaille devant un écran pour éviter la fatigue visuelle et le stress.

Mise à jour : septembre 2022