Enseignement des mathématiques : Des perspectives positives et un accompagnement renforcé au lycée

Les mathématiques représentent un langage universel commun, permettant de développer les compétences logiques et le sens de l’abstraction des élèves. L’apprentissage de cette discipline est fondamental dès le plus jeune âge, au même titre que la lecture, l’écriture et le respect d’autrui. L’augmentation du niveau général des élèves en mathématiques de manière durable, à tous les âges, est une priorité du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. 

Le Plan mathématiques, mis en œuvre à l'école primaire dès 2018 et désormais étendu au collège, complété par la réforme du lycée et la création de l’enseignement de spécialité mathématiques en voie générale, rénové et renforcé, ainsi que d’un tronc commun de mathématiques de 3h en voie technologique, commence à porter ses fruits.
Un rapport de l'Inspection générale de l'éducation nationale (IGESR), publié cette semaine, montre que ces mesures permettent aux lycéens, avec la diversification des parcours de mathématiques, de choisir le parcours adapté à leur vœu d’orientation. De leur côté, les formations supérieures ont désormais la possibilité d’accueillir des étudiants avec des profils mathématiques variés, davantage en adéquation avec leurs attentes.

Mise en place d’un accompagnement personnalisé pour les élèves de 2de 

Au début de l’année de 2de, un test de positionnement permet d’évaluer le niveau des élèves en mathématiques dans quatre domaines principaux : organisation et gestion des données ; nombres et calculs ; géométrie ; calcul littéral. 
 
Cette évaluation des compétences permet de mettre en place un soutien personnalisé pour ceux qui ont besoin de s’améliorer. Les 54 heures d’accompagnement personnalisé sont intégrées à l’emploi du temps des élèves. Elles font partie des nombreux dispositifs d’accompagnement mis en place pour aider les élèves à approfondir leurs connaissances et les soutenir dans leur projet d'orientation et, ainsi, à réussir au lycée. 
 
Après deux années de crise sanitaire, cette aide a été renforcée par le dispositif "Je réussis au lycée", qui représente 1 500 équivalents temps plein dans les lycées publics. Ce dispositif doit notamment permettre à tous ceux qui en ont besoin de bénéficier d’une heure supplémentaire par semaine, tout particulièrement en mathématiques, jusqu’à la fin de l’année scolaire. 
 
Afin d’aider les professeurs dans cet accompagnement, des outils de positionnement sont accessibles en ligne sur le site Éduscol pour les élèves de 2de mais également de 3ème. De nouvelles ressources sont également disponibles pour les chefs d’établissement et les formateurs sur Eduscol.

Favoriser l’apprentissage des mathématiques dès le plus jeune âge 

Depuis cinq ans, les mathématiques sont au cœur des priorités éducatives, de l’école maternelle au lycée. Des guides et ressources ont été mis à disposition des professeurs pour les épauler dans le cadre de l’enseignement des nombres, du calcul et de la résolution de problèmes au CP et au collège.  
 
Ces guides, destinés au professeur, proposent des pistes d’enseignement et des séquences d’apprentissage pour la classe tout au long de l’année. Un guide pour la résolution des problèmes au cours moyen est publié aujourd’hui et vient compléter cette collection.
 
Ces différentes actions s’inscrivent dans la dynamique du Plan mathématiques, lancé en 2018, qui tire les enseignements du "rapport 21 mesures pour enseigner les mathématiques" de Cédric Villani et Charles Torossian. Dans le 1er degré, il se traduit par une transformation profonde de la formation continue des professeurs des écoles. Désormais, un référent mathématiques est présent dans chaque circonscription pour les accompagner selon deux modalités :  

  • Une formation intensive de 5 jours en groupe : une équipe de 6 à 8 professeurs des écoles, réunis en "constellations" travaille sur une thématique de travail choisie ;
  • Une formation individuelle ou en groupe de 6h. 

Dans le 2nd degré, ce Plan permet l’implantation à terme de 300 laboratoires de mathématiques dans les lycées et collèges, lieux de formation à long terme, entre pairs et au plus près du terrain. Les laboratoires s’articulent autour d’interventions d’enseignants-chercheurs organisées en fonction des besoins des enseignants. Depuis 2018, près de 150 laboratoires se sont développés dans les collèges. 

Pour en savoir plus sur le Plan mathématiques : https://www.education.gouv.fr/relever-le-niveau-en-mathematique-de-la-maternelle-la-terminale-324680 

Après la réforme des lycées

L’enseignement des mathématiques dans la voie générale en quelques chiffres 

  • En 2021-2022 plus de 60% des élèves de terminale générale suivent un enseignement de mathématiques, soit en spécialité mathématiques, soit en mathématiques complémentaires.
  • 49 000 élèves de Terminale S avaient choisi la spécialité mathématiques en 2019-2020 : ils sont 52 000 en 2020-2021 à avoir choisi la spécialité mathématiques et l’option mathématiques expertes après la réforme. 
  • Avant la réforme, les élèves de Terminale S qui avaient choisi la spécialité mathématiques suivaient 8 heures de mathématiques par semaine ; après la réforme les élèves qui suivent la spécialité mathématiques et l’option mathématiques expertes suivent 9 heures de mathématiques en terminale.
  • Les programmes de la spécialité mathématiques et de l’option mathématiques expertes (après la réforme) sont plus exigeants que ceux de Terminale S avec la spécialité mathématiques (avant la réforme).
  • L’on comptait 17 000 filles qui suivaient la spécialité mathématiques couplée à l’option mathématiques expertes en 2020-2021 ; pour mémoire, en 2015, elles étaient 15 500 en TS à suivre la spécialité mathématiques.
  • En 2021 la part des filles en spécialité mathématiques en 1ère est de 48,1% et en Terminale de 39,8% (soit près de 56 000).
  • En 2021, la part des filles dans les options de mathématiques en terminale est la suivante : 62,6% en mathématiques complémentaires (soit 40 500) ; et : 31,4% en mathématiques expertes (soit 17 000).  
  • 45,8% des filles en terminale suivent un enseignement de mathématiques, soit 96 500.

Mise à jour : janvier 2022