Conférence internationale sur la lutte contre le harcèlement entre élèves

L’Unesco et le ministère français de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports ont organisé une Conférence internationale sur la lutte contre le harcèlement entre élèves le 5 novembre 2020. Elle s'est tenue au format virtuel à l'occasion de la Journée internationale contre la violence et le harcèlement à l'école, également consacrée au cyberharcèlement.
En ligne le jeudi 5 novembre 2020 de 13h à 15h

Retour sur la conférence internationale sur la lutte contre le harcèlement entre élèves

 

La Conférence internationale sur la lutte contre le harcèlement entre élèves s'appuie sur les engagements pris lors de la réunion des ministres de l'Éducation du G7 sous la présidence française en juillet 2019, et a au lieu à l’occasion de la première Journée internationale contre la violence et le harcèlement à l'école, y compris le cyberharcèlement.

Les conséquences du harcèlement et du cyberharcèlement

Le harcèlement à l’école prive des millions d’enfants et de jeunes du droit fondamental à l’éducation. Un rapport récent de l’Unesco révèle que plus de 30 % des élèves dans le monde ont été victimes de harcèlement, causant des conséquences dévastatrices comme la chute des résultats scolaires, l’abandon scolaire ainsi que des problèmes de santé physique et mentale. Le confinement imposé dans le cadre de la pandémie de Covid-19 a entraîné une hausse sans précédent du temps d’écran par les enfants et les adolescents. L’accroissement du temps passé en ligne et l’absence de structuration de celui-ci peuvent les exposer à un plus grand risque de cyberharcèlement.

Une dynamique pour mettre fin au harcèlement à l'école

La conférence, organisée le jeudi 5 novembre 2020 de 13h à 15h, vise à créer une dynamique mondiale pour mettre fin au harcèlement à l’école, en sensibilisant tous les acteurs, en partageant ce qui fonctionne et en mobilisant les gouvernements, les experts et la communauté éducative.

La conférence se composera de nombreuses séquences en direct, dont des tables rondes interactives impliquant des ministres, des experts et des représentants de la communauté éducative, y compris des messages de personnalités et des témoignages.

La conférence sera précédée de travaux d'experts renommés en matière de lutte contre le harcèlement, qui présenteront leurs conclusions lors de l’événement du 5 novembre.

Appel pour un code de bonnes pratiques sur internet afin de combattre le cyberharcèlement des mineurs     

À l’occasion de la Conférence internationale  sur la lutte contre le harcèlement entre élèves, qui marque la première "Journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire, y compris le cyberharcèlement", organisée le 5 novembre 2020, nous, ministres soutenant l’appel*, appelons à un internet plus éthique, plus soucieux de ses responsabilités à l’égard des jeunes, de l’éducation et de la vie civique. 

L’attentat abject qui s’est déroulé en France le 16 octobre démontre une fois de plus le rôle que peuvent avoir les réseaux sociaux dans l’escalade de la violence. Cet appel prend ainsi, au regard de ces circonstances dramatiques, une résonnance particulière. 

Un tiers des jeunes interrogés par les Nations unies dans 30 pays ont déclaré avoir été victimes de cyberharcèlement. 
Pour lutter contre ce phénomène, de nombreux États renforcent leur législation. Cependant, les lois peuvent être difficiles à appliquer du fait de la multitude des canaux utilisés, du caractère mondialisé des réseaux sociaux 
aujourd’hui et de la difficulté à identifier les auteurs avec certitude. Il est également difficile d'établir une définition rigoureuse, juridiquement contraignante et utilisable du cyber harcèlement. 

De nombreuses initiatives impliquant des États, des organisations non gouvernementales et des entreprises sont en cours de développement. Parmi celles-ci, on peut notamment citer The Alliance to Better protect Minors Online, lancée en 2017 avec le soutien de la Commission européenne.

Toutefois, nous devons faire plus. C’est pour ces raisons que nous :

  1. Rappelons les recommandations formulées par les experts internationaux lors de la conférence organisée par l'UNESCO et la France à l'occasion de la première Journée internationale contre la violence et le harcèlement à l'école, y compris le cyberharcèlement, qui faisait suite à la déclaration des ministres de l'éducation au G7 de 2019 ;
  2. Soulignons la nécessité d'établir de respecter et de renforcer des principes juridiques communs pour protéger les utilisateurs d'Internet, en particulier les mineurs, ainsi que les bonnes pratiques liées à l'utilisation des données personnelles (application rigoureuse de l'âge minimum d'utilisation, rédaction claire et accessible des conditions d'utilisation, accès simplifié aux données collectées, et facilitation du droit à l'oubli, etc.). Ceci, tout en accordant une attention toute particulière aux risques spécifiques auxquels sont confrontées les femmes et les jeunes filles, et tout en respectant les normes internationales sur la liberté d'expression ;
  3. Encourageons l'adoption par les réseaux sociaux de normes éthiques essentielles, telles que la conception éthique des applications, la limitation de l’anonymat des mineurs, la collaboration entre les plateformes et les structures de prévention du cyber harcèlement, tout en assurant une transparence en termes de menaces identifiées et d'actions entreprises ; 
  4. Soulignons l'importance de l'éducation, y compris par les médias et l'information et/ou la culture numérique, pour construire des sociétés tolérantes et respectueuses ainsi que pour enseigner un comportement responsable en ligne.

Cet appel n'est pas destiné à être juridiquement contraignant et vise à favoriser une dynamique internationale durable et à long terme. C’est pourquoi, il est souhaité que des rendez-vous annuels de niveau ministériel puissent être organisés, à tour de rôle, par les pays qui le soutiennent et avec la participation des principaux acteurs de l'industrie des médias sociaux, afin d’évaluer les avancées qui auront pu être réalisées, mettre en valeur les résultats obtenus, actualiser les objectifs et priorités.

* Afrique du Sud : Mme Angelina Matsie Motshekga, Ministre de l’éducation de base
Allemagne : 
Mme Stefanie Hubig, Présidente de la Conférence permanente des ministres de l'éducation et des affaires culturelles des Länder en République fédérale d'Allemagne (KMK)
M. Joachim Stamp, Vice-Ministre-Président de Rhénanie-Nord-Westphalie, Ministre pour les Enfants, Familles, Réfugiés et l’Intégration et responsable pour la lutte contre le harcèlement.
Argentine : M. Nicolás Alfredo Trotta, Ministre de l’éducation
Canada : M. JF Roberge, Ministre de l’Éducation du Québec et représentant du Conseil des ministres de l’Éducation du Canada (CMEC) 
Costa-Rica : Mme  Giselle Cruz Maduro, Ministre de l'éducation publique et présidente du Conseil de l'enseignement supérieur
Croatie : M. Rodovan Fuchs, Ministre des sciences et de l'éducation
Espagne : Mme Maria Isabel Celaa Diéguez, Ministre de l’éducation et de la formation professionnelle 
Estonie : Mme Mailis Reps, Ministre de l'Éducation et de la recherche 
France : M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports
Grèce :  Mme Níki Keraméos, Ministre de l’éducation et des religions 
Inde : M. Shri Ramesh Pokhriyal 'Nishank', Ministre de l’éducation  
Luxembourg : M. Claude Meisch, Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Maroc : M. Saaïd Amzazi, Ministre  de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
Mexique : M. Esteban Moctezuma Barragán, Ministre de l’Éducation Publique  
Portugal : M. Brandão Rodrigues, Ministre de l’éducation 
Royaume-Uni : Mme Ford, Sous-secrétaire d'État parlementaire pour l'enfance et la famille au ministère de l'éducation
Singapour : M. Lawrence Wong , Ministre de l’ Éducation
Slovaquie : M. Branislav Gröhling, Ministre de l'éducation, des sciences, de la recherche et des sports
Slovénie : Mme Simona Kustec, Ministre de l'éducation, des sciences et des sports
Tunisie : M. Fethi  Sellaouti, Ministre de l’éducation

L’UNESCO salue et soutient cet appel.

 

Afrique du Sud - L'appel de Mme Angelina Matsie Motshekga pour la lutte contre le harcèlement scolaire

Espagne - L'appel d'Isabel Celaá, Ministre de l'Éducation et de la Formation professionnelle

Maroc - L'appel de Saaid AMZAZI, ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Mexique - L'appel de M. Esteban Moctezuma Barragán, Ministre de l’Éducation Publique 

Québec-Canada - L'appel de M. Jean-François Roberge Ministre de l’Education (Québec) et représentant le Conseil des Ministres de l’Education (Canada) 

Rhénanie-Nord-Westphalie - l'appel du Dr Joachim Stamp, Vice-Ministre-Président de Rhénanie-Nord-Westphalie, Ministre pour les Enfants, Familles, Réfugiés et l’Intégration et responsable de la lutte contre le harcèlement

Royaume-Uni - L'appel de Vicky Ford, Sous-secrétaire d'État parlementaire pour l'enfance et la famille au Ministère de l'éducation

Singapour - Le message de M. Lawrence Wong Ministre de l’Education de Singapour

La force du collectif contre le harcèlement : le message des footballeurs 

Le programme de la conférence

  • 13h - 13h15 Ouverture
    • Mme Audrey Azoulay, Directrice-Générale, UNESCO Pourquoi cette conférence est-elle importante pour les jeunes ?
      • Emilie Bierre, 16 ans, Porte-parole de la Fondation Jasmin Roy, Québec, Canada
      • Shouptik Roy, 16 ans, Tagore International School, New-Delhi, IndeM.
    • Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, France Présentation du clip de la campagne française de sensibilisation de lutte contre le harcèlement : "Ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on a des petits problèmes"
  • 13h15 - 13h20 La nouvelle Journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire, y compris le cyber-harcèlement
  • 13h20 -  14h05 Les réponses efficaces au harcèlement
  • 14h05 - 14h50 Combattre plus efficacement le cyber-harcèlement
  • 14h50 - 15h Clôture

Exemples de pratiques et mobilisation internationale

Retrouvez en vidéo des exemples de pratiques et de mobilisation à travers divers pays du monde :

Exemple de pratiques et de mobilisation en Allemagne

L'Australie se mobilise : le message de Dan Tehan, Ministre de l'Education 

L'Estonie se mobilise : le message de HE Mailis, la ministre de l'Education et de la Recherche 

Le Japon se mobilise : Le message du Ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et des Technologies K. Hagiuda

Les Pays-Bas se mobilisent : le message d'Arie Slob,  ministre de l'Enseignement primaire et secondaire et des Médias