Continuité pédagogique : moyens disponibles et point sur la situation technique des réseaux

Lors du déploiement lundi 16 mars du dispositif de continuité pédagogique dans les écoles, collèges et lycées, il a pu être constaté par des professeurs et des élèves se connectant à l’ENT (espace numérique de travail) de leur établissement ou à l’une des trois plateformes "Ma classe à la maison" du CNED, des difficultés liées à des phénomènes de saturation survenus en ce premier jour de mise en place. Comme toute situation nouvelle, elle nécessite un temps d’adaptation et d’appropriation de nouvelles façons de travailler.

Les infrastructures générales

Au niveau national, des tensions sont apparues sur les réseaux du fait de développement inédit du télétravail et des usages domestiques.

Dans ce contexte, le Gouvernement est particulièrement soucieux du maintien de la qualité et de la résilience des réseaux de communication, tant fixe que mobile, d’autant plus nécessaire dans cette période de réduction des déplacements. Le dispositif sanitaire lui-même peut aussi nécessiter le recours aux réseaux de communication, pour le télédiagnostic ou des partages entre praticiens par exemple.

Des échanges ont eu lieu ce week-end à ce sujet entre le Gouvernement, le régulateur des télécoms (ARCEP) et les principaux fournisseurs d’accès à internet. Ces derniers ont indiqué avoir anticipé l’accroissement du trafic. Les infrastructures sont dimensionnées en conséquence et les opérateurs se tiennent en tout état de cause prêts à anticiper d’éventuelles congestions.

Le CNED

Ma classe à la maison monte en puissance. Mardi matin, 1,3 million de comptes étaient créés, dont 188 711 par des professeurs, soit 600 000 connexions ces dernières 24 heures.

Le service CNED, Ma classe à la maison n’a pas rencontré de difficultés de fonctionnement depuis son ouverture. Le seul désagrément tient au délai de l’envoi de mel de confirmation de l’inscription, ce point est en cours de résolution.

En revanche la consultation de site CNED.fr (qui n’est pas la porte d’accès à Ma Classe à La Maison) a été multipliée par 20, ce qui qui génère des difficultés d’accès à ce service. Ce point de vigilance est  sans incidence sur le fonctionnement de "Ma classe à la maison" .

A ce stade, les retours confirment qu’il n’y a pas de problème de capacité et que la montée en puissance du dispositif n’a connu aucun incident majeur. Des microcoupures de quelques minutes peuvent se produire, elles sont dues à des opérations de maintenance permettant le fonctionnement optimal du service.

Par ailleurs les services Jules (compagnon virtuel), English for School et Deutsch für Shulen ont eux aussi été très mobilisés depuis lundi.

Les ENT (environnement numérique de travail) en partenariat avec les collectivités territoriales

Les ENT sont effectivement soumis à une forte pression et des cas de lenteurs ou d’arrêt du service temporaires sont signalés. Le ministère de l’Education nationale est extrêmement attentif à cette situation.

Les collectivités territoriales sont sensibilisées à la nécessité de travailler avec leurs prestataires pour améliorer leur offre.

Les prestataires d’ENT interrogés assurent qu’un fonctionnement opérationnel est prévu dès ce milieu de semaine.

Des permanences existent dans les établissements scolaires et les recherches de solutions se font aussi au niveau local. Un soutien est apporté si nécessaire par les services ministériels.

Les usages et les offres à venir

Il est bien sûr nécessaire pour les professeurs, les parents et les élèves de s’adapter aux bonnes modalités d’utilisation de ces outils. La situation étant inédite, il est normal qu’elle implique un temps d’appropriation.

Il est par ailleurs recommandé aux élèves et aux parents de bien penser à se déconnecter des plateformes en ligne une fois leur utilisation terminée. Cela  permet de garantir un moindre encombrement du dispositif.

En parallèle, le service public de l’audiovisuel public se mobilise massivement pour enrichir l’enseignement à distance : renforcement des contenus éducatifs sur les chaînes de France Télévisions et la programmation de Radio France, développement de l’offre existante sur la plateforme éducative de l’audiovisuel public Lumni, gratuité d’Educ’ARTE etc. Cette offre va aller en se diversifiant et en s’enrichissant dans les jours qui viennent grâce aux propositions et offres de contenus faites par d’autres médias.

Mis à jour le : mars 2020