Prix "Non au harcèlement" - Édition 2020

Le concours "non au harcèlement" est un des axes forts de la politique publique conduite par le ministère. Encore plus nombreux cette année, 45 968 élèves et 2 587 personnels ont présentés des productions remarquables. Cela représente près de 1 500 projets travaillés en classe pour mieux cerner les enjeux de ce phénomène et mieux combattre ce fléau.

Édito du ministre

Le harcèlement et le cyberharcèlement sont des fléaux qui minent notre École et notre société. L’engagement du ministère est total pour les combattre, que ce soit dans la classe, la cour de récréation ou à travers les écrans.

Même si les enquêtes nous montrent que ces phénomènes diminuent au fil des ans, la période que nous venons de vivre, qui a accru les usages numériques, a montré toute l’actualité de cette lutte et sa nécessité.

Pour éradiquer le harcèlement, le premier combat à mener est celui de la prévention. C’est le sens du Prix Non au harcèlement qui, cette année encore, a été une réussite, avec une participation en hausse et près de 1 500 projets, tous plus remarquables les uns que les autres.

Cette 7ème édition est ainsi un nouveau témoignage de l’engagement de chacun contre ces violences qui font souffrir de nombreux élèves. Je tiens à féliciter chaleureusement tous ceux qui y ont pris part, et tout particulièrement les élèves des 300 écoles qui ont participé pour la première fois au nouveau prix Non au harcèlement pour l’élémentaire. J’adresse également tous mes remerciements à l’ensemble des équipes pédagogiques et éducatives qui se sont mobilisées, ainsi qu’à tous nos partenaires qui nous accompagnent depuis plusieurs années.

Il y a un an, nous nous engagions sur 10 nouvelles mesures pour renforcer notre action. Ce plan est désormais en place et commence à porter ses fruits. 335 référents harcèlement agissent aujourd’hui sur l’ensemble du territoire, à l’écoute des familles et de leurs enfants. Actuellement expérimenté dans 40 écoles et collèges, nous déploierons notre programme anti-harcèlement dans toutes les académies en 2021.

C’est à travers cette action volontariste, comme à travers ce prix, que nous ferons du respect de l’autre la valeur cardinale de notre école.

Jean-Michel BLANQUER
Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

 

Une politique publique volontariste

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a placé cette problématique en tête de ses priorités en conduisant une politique publique volontariste et ambitieuse de lutte contre toutes les formes de harcèlement. La campagne contre le harcèlement à l’École, lancée par le ministère depuis l'organisation d'Assises nationales sur le harcèlement à l'école en mai 2011, dans la continuité des États généraux de la sécurité à l'École d'avril 2010, s’est depuis transformée en une véritable politique publique de lutte et de prévention contre toutes les formes de harcèlement, organisée autour de quatre axes "informer, prévenir, former et prendre en charge". L’action du ministère a été organisée de telle sorte que le plan se décline avec l’organisation d’un certain nombre d’actions opérationnelles et de la manière la plus uniforme sur tout le territoire.


De nombreux dispositifs en place aujourd’hui :

  • La lutte contre le harcèlement et le cyber harcèlement est portée par les 335 référents académiques et départementaux qui constituent des interlocuteurs clefs pour les élèves victimes de harcèlement et pour leurs parents ;
  • Élèves et familles bénéficient également de la possibilité d’appeler gratuitement le 3020, où des professionnels les écoutent, les orientent, et peuvent signaler leur situation aux référents de leur académie, pour une prise en charge suivie ;
  • Un partenariat avec l’association e-enfance permet l’utilisation du numéro Net Ecoute, dédié à la lutte contre les cyberviolences, le 0800 200 000 ;
  • Le ministère met à la disposition de ses personnels, des élèves et des familles de nombreuses ressources et guides, notamment avec le site "Non au harcèlement !" ;
  • Deux temps forts marquent l’année scolaire : la journée nationale de mobilisation contre le harcèlement à l’école, le premier jeudi suivant les vacances d’automne, qui invite les écoles et les établissements à s’engager dans des actions de sensibilisation et d’information ; le prix "Non au harcèlement !", auquel participent près de 50 000 élèves, qui récompense les productions graphiques ou vidéos réalisées dans le cadre d’un projet d’école ou d’établissement.

La lutte contre le cyberharcèlement

Cette forme de cyberviolence est une violence de proximité qui se diffuse le plus souvent entre les élèves ; elle s'inscrit dans la continuité de ce qui se passe dans la vie quotidienne, notamment dans l'établissement et sur la Toile. Cet aspect du harcèlement se développe aussi avec l'avènement des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) mais surtout, depuis peu, avec la proposition de nouvelles applications qui peuvent créer, en raison de leur viralité, des ravages au sein des populations adolescentes. Comme le harcèlement, les conséquences du cyberharcèlement peuvent être très graves. Des conséquences sur leur santé, mais également sur leur scolarité. Les élèves victimes rencontrent également plus de difficulté à se concentrer et à suivre leurs études. Ils décrochent plus rapidement car certaines formes d'agressions, telles que le sexting non consenti, peuvent être dévastatrices.

Que faire en cas de cyberharcèlement ?

Net Ecoute est le numéro vert national de prise en charge des victimes de cyberharcèlement à l’école. 100% anonyme, gratuit et confidentiel, Net Ecoute prend en charge entre 7 000 et 10 000 appels par an afin d’écouter, informer et conseiller ces publics, du lundi au vendredi de 9h00 à 20h et le samedi de 9h à 18h.

Net Ecoute est soutenu par la Commission européenne dans le cadre de son programme Safer Internet. En vertu de la convention de lutte contre le cyberharcèlement à l’école, signée entre le ministère et l’association le 6 juin 2011, e-Enfance gère le numéro national de prise en charge des victimes cyber-harcèlement à l’école.

En vertu de ses accords privilégiés avec les réseaux sociaux (Snapchat, Facebook, Instagram, Youtube, Twitter…), Net Ecoute transmet les signalements de cyberharcèlement aux plateformes concernées et permet d’obtenir la suppression des contenus visés (images, commentaires, comptes) en quelques heures.

  • Contacter le 3020 : un numéro d’écoute et de prise en charge au service des familles et des victimes

Ce dispositif téléphonique, gratuit depuis tous les postes, propose écoute, conseil et orientation aux appelants, qui signalent une situation de harcèlement à l’école. Lorsque les situations de harcèlement sont repérées au cours de l’entretien téléphonique et avec l’accord des personnes concernées, elles sont alors transmises aux référents harcèlement de l’Éducation nationale grâce à un outil sécurisé fourni par l’administration.

"Non au harcèlement !" Un prix pour Lutter contre le harcèlement et le cyberharcèlement

7ème édition du prix "Non au harcèlement !"

Une 7ème édition marquée par une participation massive et un nouveau prix pour les CP

Le concours "non au harcèlement" est un des axes forts de la politique publique conduite par le ministère. Encore plus nombreux cette année, 45 968 élèves et 2 587 personnels ont présentés des productions remarquables. Cela représente près de 1 500 projets travaillés en classe pour mieux cerner les enjeux de ce phénomène et mieux combattre ce fléau. (cf chiffres 2020)
Cette édition, marquée par des productions d’une très grande qualité, témoigne de l’engagement de chacun pour refuser ces violences qui minent le quotidien de nombreux élèves.

Focus sur le prix spécial élémentaire

Il y a un an était présenté par le ministre le plan anti-harcèlement afin d’amplifier les actions de prévention. La création de ce nouveau prix spécial élémentaire (mesure 9 du plan NAH) a permis de le rendre accessible aux élèves dès la classe de CP. 300 écoles ont ainsi participé et fait preuve de beaucoup d’originalité et de créativité, tout en proposant, en complément de leur production, un plan de prévention structuré de leur école.

Le jury de la communication du concours NAH 2020 s’est appuyé sur ces productions afin de désigner le lauréat dont la vidéo servira de support au tournage du clip de la prochaine campagne menée par les équipes de Rose Carpet et du ministère et qui sera centrée sur le 1er degré afin de prévenir le plus tôt possible ces phénomènes.

Ce clip sera dévoilé le 5 novembre prochain lors de la journée mondiale consacrée à la lutte contre toutes les formes de harcèlement entre élèves.

Cette journée sera organisée en parallèle d’un colloque international (mesure 10 du plan NAH), fruit d’un travail conjoint entre le ministère et l’UNESCO, dans la continuité des travaux et engagements du G7 Éducation de juillet 2019. Ainsi, les travaux du nouveau comité d’experts français mis en place en octobre 2019, élargi pour l’occasion à des experts internationaux, permettront de porter le sujet au niveau international pour favoriser une mobilisation de l’ensemble des systèmes éducatifs.

Ces travaux auront aussi pour objectif de faire le lien entre les actions menées en matière de recherche scientifique, les déclarations politiques et les actions de terrain menées en France et par les pays invités.

Retrouvez toutes les créations de l'édition 2020

Participation académique prix #NAH

Nombre de projets déposés

"Chaque réalisation doit être le fruit d'un travail collectif et être adossée à une fiche pédagogique, présentant la démarche suivie pour sa création, et d'une fiche présentant le plan de prévention du harcèlement que les structures participantes déploient dans l'établissement pour agir à long terme dans un cadre global d'amélioration du climat scolaire." circulaire n° 2018-099 du 27-8-2018

Rayonnement prix #NAH

Nombre d’élèves impliqués

Supports proposés prix #NAH 2019

« Chaque réalisation doit être le fruit d'un travail collectif et être adossée à une fiche pédagogique, présentant la démarche suivie pour sa création, et d'une fiche présentant le plan de prévention du harcèlement que les structures participantes déploient dans l'établissement pour agir à long terme dans un cadre global d'amélioration du climat scolaire. » circulaire n° 2018-099 du 27-8-2018

Personnels touchés (éducation, santé et sociaux, enseignants, équipe mobile de sécurité, etc.)

Participation par type d’établissement

Une nouvelle organisation digitale originale du concours

La crise sanitaire a nécessité l’adaptation de tous lors de cette 7ème édition du concours, notamment en matière d’organisation du jury.

Ainsi , le vote des membres des sous-commissions, puis les réunions d’harmonisation afin de valider les 3 finalistes par catégories, les votes des jurés du jury national, puis le jury qui s’est tenu le 25 juin ont permis, une nouvelle fois, malgré l’organisation en distanciel, grâce à des nouveaux outils (webinairs avec plateforme dédiée aux votes, interactivité lors du jury national, valorisation digitale) de renforcer les échanges et les liens entre tous les acteurs qui promeuvent la politique publique.

Ainsi, ce sont 50 partenaires et personnalités de la société civile, engagés pour cette cause, et 90 élèves élus des CAVL qui ont composé le jury national, puis le jury élèves présidés par Didier Lacroix, chef de service de la Dgesco et Philippe Bénet, président de la MAE qui finance l’intégralité des prix.

(Partenaires de l’opération celaprod et bewi.net)

Zoom sur le programme anti-harcèlement français

Déploiement des 10 nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement entre élèves

Dans le cadre du nouveau plan de lutte contre le harcèlement entre élèves présenté le 3 juin 2019, le ministère expérimente, dans six académies, et ce depuis la rentrée 2019, un programme clé en main à destination des écoles et des établissements scolaires. Ce nouveau programme doit faciliter le travail des écoles grâce à la mise à disposition des équipes d’un plan de prévention structuré, cohérent et efficace sur lequel elles peuvent immédiatement s’appuyer.

Il combinera plusieurs actions et dispositifs incluant un large éventail d’outils variés et concrets. Les établissements qui auront mis en oeuvre les différents dispositifs prévus par le programme et respecté les différents critères préalablement fixés pourront prétendre au "label NAH". La participation de l’établissement expérimentateur au prix non au harcèlement est une des conditions d’éligibilité.

Pour le déploiement national du programme "clé en main"

Avant sa généralisation en 2021, six académies sont donc pilotes depuis la rentrée 2019 : Strasbourg, Rennes, Aix-Marseille, Caen-Rouen, Nice et Toulouse.

Un comité de pilotage national, placé auprès du directeur général de l’enseignement scolaire, est chargé du suivi et de l’animation de ce dispositif. La mission chargée de la prévention des violences assure la coordination du projet, la conception du cahier des charges et la production des contenus et des ressources, le partage d’expertise et l’appui aux académies pilotes.

Le comité national d’experts est composé de spécialistes sur la question du harcèlement et d’acteurs de terrain. Il apporte son concours pour enrichir les contenus diffusés aux personnels, aux élèves et aux familles. Il est chargé d’analyser le retour d’expériences des six académies et proposera les mesures d’ajustement nécessaires avant la généralisation du programme.

Mobilisation des footballeurs

Les joueuses Eugénie Le Sommer, Amel Majri et les joueurs Olivier Giroud, N’Golo Kanté ont lancé une initiative collective pour sensibiliser les jeunes et le plus grand nombre aux dérives du harcèlement scolaire. À travers le clip de sensibilisation intitulé "Le harcèlement scolaire, quand on n’est pas la cible, on est la solution" – diffusé en campagne digitale – les 4 joueurs.euses prônent l’action collective et les gestes simples qui peuvent tout changer, chacun avec sa personnalité et son vécu. Cette initiative s’inscrit dans la continuité de la campagne de prévention portée par le ministère.

Bravo à tous car ce n’est jamais facile de proposer des idées nouvelles. Il faut réussir à trouver les mots justes, surprendre aussi. Il y a beaucoup de super projets et pas uniquement chez les lauréats. Je trouve ça top que ce soit des élèves qui fassent des campagnes à destination d’autres élèves pour sensibiliser sur le harcèlement scolaire qui concerne tout le monde. Je pense aussi aux professeurs qui ont joué un super rôle en étant aux côtés de leurs élèves, les ont challengés j’imagine et sensibilisés. Bravo.
Eugénie LE SOMMER - Footballeuse

 

Ce qui m’a frappée c’est qu’on sent que tous les établissements sont à fond derrière pour que leur projet gagne. J’adore ça, c’est de la bonne compétition qui soude. Forcément j’imagine la déception de ceux qui n’ont pas gagné de prix mais gardez cette dynamique, n’oubliez pas que vous avez fait un super travail ensemble, chacun avec ses qualités. Et c’est ensemble, tout au long de l’année qu’on peut lutter contre l’enfer du harcèlement scolaire. Et je voudrais dire à tous les jeunes touchés de ne pas garder cette souffrance en eux, parlez-en, on est là, pour vous à vos côtés.
Amel MAJRI - Footballeuse

 

Bravo à tous ceux qui ont participé à ce prix et aux lauréats pour leurs approches originales. Chaque élève doit pouvoir aller à l’école sans avoir la boule au ventre, sans se sentir différent. En tant que père forcément c’est une source de stress de savoir qu’un jour mes enfants peuvent vivre cet enfer, ne pas oser me le dire. Ce serait dur aussi s’ils le faisaient subir à d’autres car je me sentirais coupable. On a une responsabilité, il faut prendre le temps de s’intéresser au quotidien de son enfant, sur ce qu’il fait et vit à l’école.

Olivier GIROUD - Footballeur

 

Je félicite l’engagement de tous les élèves qui ont travaillé pour soumettre de belles idées pour sensibiliser un maximum de jeunes. Je remarque que c’est à chaque fois un beau travail d’équipe, c’est important de garder cette dynamique, cette entente. C’est comme ça qu’on luttera efficacement contre le harcèlement scolaire, avec solidarité. Moi je sais que c’est dur de s’interposer ou parler, ce n’est pas donné à tout le monde donc faites attention aux autres, pensez à eux, allez vers eux. On a tous à y gagner.

N'golo KANTÉ - Footballeur

 

Le football et l’école sont - avec la famille - les plus grandes forces de socialisation, des lieux où l’on acquiert des valeurs fondamentales comme le respect, le vivre-ensemble. Un vestiaire c’est comme une classe, il y a un brassage de personnalités, d’origines, d’histoires où l’acceptation de l’autre est fondamentale pour construire en commun quelque chose de positif. Hier écoliers et aujourd’hui icônes de nos jeunes, ces footballeuses et footballeurs ont le pouvoir de changer les choses, de marquer les consciences. Ils savent à quel point ces messages de sensibilisation contre le harcèlement scolaire sont fondamentaux pour le développement individuel et collectif et souhaitent mettre leur influence pour que les choses changent durablement.
Jérôme DUMOIS - Co-fondateur programme d’actions sociétal players for society®

 

La présentation des lauréats

 

Lauréats - cycle 3 (CM1, CM2, 6e)

  • Vidéo : collège Jean Giono, académie de Nice

Lauréats - cycle 4 (5e, 4e, 3e)

  • Affiche : collège Centre le Creusot, académie de Dijon
  • Vidéo : collège Jean Macé, académie de Grenoble

Lauréats - lycée

  • Affiche : lycée du Noordover Grande Synthe, académie de Lille
  • Vidéo : lycée Dominique Villars de Gap, académie d’Aix-Marseille

Prix spécial "Harcèlement sexiste et sexuel" 

  • Affiche : lycée Thomas Edison de Lorgues, académie de Nice
  • Vidéo : collège Revesz Long à Crest, académie de Grenoble

Catégorie "Cyber harcèlement"

  • Vidéo : collège Charles Péguy, Le Chesnay et le service jeunesse ville du Chesnay-Rocquencourt, académie de Versailles

Mention "Coup de coeur des élèves"

  • Vidéo : lycée Dominique Villars de Gap, académie d’Aix-Marseille

Prix spécial élémentaire et prix de la communication

  • École élémentaire Caromb, académie d’Aix-Marseille

 

Lauréat - cycle 3 (CM1, CM2, 6e)

VIDÉO - Les élèves de 6e du collège Jean Giono, académie de Nice

Pourquoi il était important pour vous de participer à ce concours ?
"Ce concours nous a donné une chance de comprendre ce que ressentent les élèves harcelés et d’aider à ce que les choses changent.
L'effet recherché par votre production (artistiquement) ? Nous voulions montrer les émotions ressenties par l'élève harcelé mais aussi, qu’avec de la détermination, on peut résister. C’est pourquoi nous avons choisi la Marseillaise pour la transformer en un hymne au courage. Témoignages sur votre expérience? Ce que vous avez appris, ce qui a changé pour vous ? Nous avons appris à nous filmer, à mettre en rythme un texte et à se dépasser soi-même. Nous avons mûri."

Lauréat - cycle 4 (5e, 4e, 3e)

AFFICHE - Collège Centre le Creusot, académie de Dijon

Le message des élèves de 4e :
"Dès le départ, en même temps que l'image d'un ado au bord du gouffre, on avait cette image en tête d'une personne dont la vie finalement ne tient plus qu'à un fil. Cette partie du "slogan" a tout de suite été une évidence pour nous. Nous l'avions choisie depuis le début et c'est autour de cette question que nous avons construit le reste. Les mains apportent un double message. Elles représentent les mains des harceleurs, "ceux qui tirent les ficelles", qui jouent avec le "fil de la vie" de la victime qui est en position de marionnette. Mais nous voulions que le spectateur puisse donner libre cours à son imagination.
On a beaucoup insisté sur le rôle clé des témoins dans une situation de harcèlement. Que ce soient des témoins actifs ou des témoins passifs, tous ont un rôle. Et tous ont le devoir de signaler une situation de harcèlement dont ils sont témoins. Au-delà du civisme et de la morale, c'est une question de non-assistance à personne en danger! Ce sont eux au final qui ont le pouvoir de dénoncer la situation et faire en sorte qu'elle cesse.
C'est à eux que s'adresse l'affiche avant tout ! La suite du message nous est alors devenue évidente. Il y a un choix à faire. La vie de la victime ne tient plus qu'à un fil. Le spectateur, et au-delà le témoin, doit se positionner. Seras-tu celui qui coupe ce fil ? Seras-tu celui qui retient ?"

 

VIDÉO - Collège Jean Macé de Grenoble, académie de Grenoble

Extrait du projet pédagogique : "Participer à la lutte contre le harcèlement avec un outil de sensibilisation créé par des jeunes pour des jeunes, qui soit suffisamment efficace pour devenir "viral" sur les réseaux sociaux : tel fut notre ambitieux objectif de départ. Ce projet a largement permis de favoriser un climat scolaire de respect et de cohésion depuis sa conception jusqu’à sa finalisation."

Lauréat - lycée

AFFICHE - Lycée du Noordover Grande Synthe, académie de Lille

Extrait du projet pédagogique : la participation au concours a permis aux élèves impliqués de 1ères Spécialité Arts Plastiques de lier leur passion des arts plastiques au service d’une noble cause. Elle leur a surtout permis de s’exprimer après avoir été eux même victimes de harcèlement au collège. L’affiche a pour but de sortir de l’isolement toutes les personnes victimes du harcèlement dans toutes ses formes.
"Participer à ce projet était une réelle opportunité, pour lutter contre le harcèlement et envoyer un message de soutien à travers notre affiche". Martin Hars.
"Nous nous sommes chacun beaucoup impliqués dans la réalisation de ce projet en s'entraidant les uns les autres et en participant à chacune des étapes de la réalisation : réflexion, photographie, montage (retouche), critiques constructives et le montage final". Anne-Lyse Calon.

VIDÉO "Mention coup de coeur des élèves" - Lycée Dominique Villars de Gap, académie d’Aix-Marseille

Extrait du projet pédagogique : "Nous avons voulu montrer les différentes formes de harcèlement, dont le cyber harcèlement. Mais aussi que nous même en tant qu’élèves, nous devons et pouvons intervenir pour aider et soutenir la personne harcelée. C’est une grande joie de recevoir deux prix pour ce travail collectif ! Nous allons quitter le lycée après notre bac et l’an prochain les autres lycéens prendront la relève ! "

Prix spécial "Harcèlement sexiste et sexuel"

AFFICHE - Lycée Thomas Edison de Lorgues, académie de Nice

Extrait du projet pédagogique : "Au sein de l’établissement, nous voulons tendre vers toujours plus d’égalité entre filles et garçons et que chacun prenne conscience de l’importance de dépasser certaines croyances "culturelles" qui n’ont plus raison d’être !"

VIDÉO - Collège Revesz Long à Crest, académie de Grenoble

Extrait du projet pédagogique : "Permettre aux élèves de réfléchir sur les différentes formes que peut prendre le harcèlement et sur les différentes facettes du terme "sexisme". Le projet a eu pour but de faire travailler les jeunes sur la problématique suivante : les filles sont-elles les seules à être touchées pour le sexisme ?".

Catégorie "Cyber Harcèlement"

Le message des élèves de 5e, 4e et 3e : "Notre film parle du problème des réseaux sociaux, il rappelle une application bien connue. Au collège, il peut y avoir des situations où les élèves se sentent isolés, même harcelés par les autres seulement avec une seule story ou un message ! On a choisi comme titre : C'était juste pour rigoler ! Souvent c'est un jeu pour ceux qui font ça ! On voulait insister sur le rôle des témoins qui sont souvent les mieux placés pour alerter ou arrêter les harceleurs en changeant leur regard. Ce film et son prix nous aideront à continuer nos actions au collège. Depuis 3 ans, il existe plusieurs projets de prévention".

Catégorie "Prix spécial élémentaire et prix de la communication"

VIDÉO - École élémentaire Caromb, académie d’Aix-Marseille

Extrait de la démarche pédagogique : "C’est la sixième fois qu’une de mes classes participe à ce concours. La première fois en CP puisque c’est une nouveauté. C’est un thème sensible qui peut concerner tout le monde, petits et grands. Nous en sommes venus à évoquer les problèmes de chacun, plus ou moins importants. Nous avons insisté sur le fait que le harcèlement est quelque chose qui revient plusieurs fois, qui est récurrent et qui peut réellement gâcher la vie d’un enfant. Notre école a un partenariat non officiel avec le cinéma de Carpentras, qui diffuse nos films contre le harcèlement avant chaque film pour enfant pendant un mois. Ainsi, de nombreuses personnes extérieures à l’école peuvent réfléchir au sujet sensible mais malheureusement fréquent qu’est le harcèlement."

Les coups de coeur académiques

 

 

Mis à jour le : juillet 2020