Plan Jeunes : 21 500 places supplémentaires à la rentrée 2020 pour répondre aux vœux de poursuite d’études des nouveaux bacheliers

Plus de 8 lycéens sur 10 inscrits sur Parcoursup ont déjà reçu une proposition d’admission et ont, pour la plupart, accompli leurs démarches d’inscription auprès des établissements d’enseignement supérieur. Pour ceux restés sans proposition d’admission et souhaitant s’inscrire dans l’enseignement supérieur à la rentrée, le Gouvernement est pleinement mobilisé.

L’ensemble de ces lycéens a été contacté pour faire le point avec eux et leur proposer l’accompagnement personnalisé des commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES). L’objectif de pouvoir apporter une réponse à chacun des lycéens qui en ferait la demande.
 
Dans le cadre du Plan Jeunes annoncé par le Premier ministre jeudi 23 juillet 2020, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont programmé dès la rentrée 2020, 21 500 places supplémentaires afin d’apporter des réponses adaptées à la diversité des nouveaux bacheliers incluant la volonté de les préparer à l’entrée dans l’emploi et de répondre aux besoins des territoires.
 
Dans ce cadre, 5 700 places sont créées pour permettre des poursuites d’études dans les filières courtes (STS) très sollicitées cette année, en particulier par les bacheliers technologiques et professionnels.
 
Pour satisfaire des besoins de réorientation, de spécialisation ou de compléments de formation nécessaires à la préparation à l’entrée sur le marché du travail dans des secteurs professionnels répondant aux besoins des territoires, 6 000 places de formation de type FCIL ou CAP en 1 an seront créées.
 
En lien avec les universités, 2 000 nouvelles formations courtes favorisant l’orientation et l’acquisition de compétences techniques et professionnelles seront proposées à la rentrée 2020, avec un développement qui s’amplifiera en 2021.
 
Eu égard au nombre plus important de bacheliers généraux cette année, jusqu’à 4 000 nouvelles places dans les licences seront créées dans les filières les plus demandées, notamment les filières de santé, en lien avec les présidents d’université mais aussi les établissements privés d’intérêt général volontaires.
 
Pour les formations paramédicales, un objectif de 3 800 places est fixé, dont 2 000 pour les formations en soins infirmiers. Pour celles-ci spécifiquement, l’Etat a engagé un dialogue avec les régions pour accompagner financièrement celles qui souhaiteront répondre, dès cette année, aux besoins supplémentaires de formation de professionnels qualifiés nécessaires à la santé de nos concitoyens, comme cela a été collectivement partagé lors du Ségur de la Santé. 
 
L’effort à accomplir pour répondre aux aspirations des nouveaux bacheliers à poursuivre des études supérieures engage l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur appelés avec le soutien de l’Etat à proposer de solutions supplémentaires indispensables pour faire face aux  conséquences de la crise.
 
Cette mobilisation est complétée par les autres mesures proposées par le Plan Jeunes du Gouvernement au service de la formation des jeunes dans les métiers d’avenir et du soutien à l’entrée dans la vie professionnelle, notamment via l’apprentissage.
 

Mis à jour le : juillet 2020