Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école

Pour sensibiliser la communauté éducative aux phénomènes de harcèlement dans le milieu scolaire, la journée Non au harcèlement est organisée chaque année au mois de novembre. Cette journée est l'occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d'avoir une scolarité épanouie dans le cadre de l'École de la confiance.

18 novembre 2021

Temps de lecture 5 minutes

À votre écoute

Elèves, parents, professionnels

Appelez le 30 20
Service et appel gratuits

En cas de cyberharcèlement

Contactez Net Écoute au 3018

Le harcèlement nuit gravement à la vie scolaire des écoles et des établissements

Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école : elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Lorsqu’un enfant ou un adolescent est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement. Insidieusement, ces agressions répétées impactent sensiblement l’enfance et l’adolescence de près de 700 000 élèves environ, toutes catégories sociales confondues (source enquête victimation 2015 – DEPP).

Avec l’utilisation permanente des nouvelles technologies de communication (téléphones, réseaux sociaux numériques), le harcèlement entre élèves se poursuit en dehors de l’enceinte des établissements scolaires. On parle alors de cyber-harcèlement. Le cyber-harcèlement est défini comme "un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule". Le cyber-harcèlement se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux, site de partage de photographies, etc.

Sur le quinquennat, il s'agit de faire disparaître des écoles et établissements les phénomènes de harcèlement. L'interdiction du téléphone portable à l'école et au collège est un élément essentiel de cette lutte contre le harcèlement.

Rendre les élèves acteurs de la lutte contre le harcèlement

La réussite de la lutte contre le harcèlement repose également sur l'engagement des élèves. Les collégiensambassadeurs sont formés pour sensibiliser leurs camarades grâce à des outils qui leur sont mis à disposition.

Phare : premier programme de lutte contre le harcèlement entre élèves

Depuis la rentrée 2021 et après une phase d’expérimentation de deux années, le programme pHARe (Prévenir le Harcèlement et Agir avec Respect) est généralisé progressivement à toutes les académies et dans toutes les écoles et tous les collèges.

Qu'est-ce que le programme pHARe ? Un plan de prévention du harcélement à destination des écoles et des établissements fondé autour de 8 piliers :

  1. Mesurer le climat scolaire
  2. Eduquer pour prévenir les phénomènes de harcèlement
  3. Former une communauté protectrice de professionnels et de personnels pour les élèves
  4. Intervenir efficacement sur les situations de harcèlement
  5. Associer les parents et les partenaires et communiquer sur le programme
  6. Mobiliser les instances de démocratie scolaire (CVC, CVL) et le comité d'éducation à la santé, à la citoyenneté et à l'environnement
  7. Suivre l'impact de ces actions
  8. Mettre à disposition une plateforme dédiée aux ressources

43% des collèges (soit 2 290 établissements) et 8 190 écoles sont d'ores et déjà engagés. Objectif 2022 : étendre le programme pHARe à l'ensemble des écoles et collèges.

A la rentrée 2021, on comptait 22 900 ambassadeurs collégiens (10 000 en 2020).

Le concours "Non au harcèlement" : un clip de campagne réalisé avec les élèves                

Le script du clip de sensibilisation 2021 s’inspire du scénario « Voir c’est pouvoir, dire c’est agir », vidéo du collège Gruber de l’académie de Nancy-Metz qui a remporté la mention spéciale « professionnels de la communication » lors de la dernière édition du concours « Non au harcèlement » organisée dans plus de 1 300 établissements scolaires.

Le clip met en scène un enchaînement rapide de photos et vidéos qui représentent des scènes du quotidien des adolescents, qui tournent en général mal, en particulier sur les réseaux sociaux, mais qui vont finalement illustrer des moments de joie, de complicité, de déception, de pitreries, de promesses d’amitié éternelle et de bienveillance. Des commentaires, cœurs, emojis positifs et messages échangés sur les réseaux sociaux se superposent aux images et sont dits à voix haute par des adolescents. Les images et les sons que l’on entend sont forts, joyeux et très vivants. Les différentes scènes s’enchaînent donc avec l’impression que les situations pourraient mal tourner mais qui se passent bien grâce au soutien des autres.

Le but est de montrer ce que pourraient être les réseaux sociaux grâce à la force et au soutien d’un collectif bienveillant. Le clip est filmé au format vertical pour respecter les codes des vidéos qui peuvent être publiées sur les réseaux sociaux et donner l’impression que l’ensemble des scènes se déroulent sur Internet.

[Retour sur ] En 2020, la journée nationale de lutte contre le harcèlement s’est internationalisée

Le jeudi 5 novembre 2020 a eu lieu la première Journée internationale contre la violence et le harcèlement à l'École, y compris le cyberharcèlement. Cette journée a été l’occasion de dévoiler une nouvelle campagne consacrée aux situations de harcèlement dans le premier degré et de proposer des outils aux équipes pédagogiques et éducatives. Le concours Non au harcèlement est désormais accessible aux élèves dès le CP avec la création d’un nouveau prix spécial école élémentaire.

Il est important d’agir dès le premier degré : l’on a en effet constaté une précocité des attitudes de harcèlement combinée à l’utilisation d’outils numériques, à l’augmentation des faits de harcèlement dans le premier degré. Les conséquences peuvent être dramatiques : phobies scolaires, troubles psychosomatiques et troubles anxio-dépressifs, dès le plus jeune âge.

Une conférence en ligne a été organisée en partenariat avec l'Unesco et visait à créer une dynamique mondiale. Cela a été l’occasion d’établir un point d’étape de la politique menée par le ministère depuis plusieurs années dans la lutte contre le harcèlement et d’envisager de nouvelles pistes d’action.

Cet événement a été un moment important pour mettre en lumière les travaux menés par des experts français et internationaux sur le thème du harcèlement.