Création de l'Agrégation d'informatique dès 2022

Une bonne connaissance des enjeux informatiques est aujourd'hui essentielle pour relever les défis du XXIe siècle et de la transition numérique.

C’est pourquoi la réforme du baccalauréat général et technologique a introduit ces nouvelles compétences au cœur des enseignements, en particulier au travers des cours de Sciences numériques et Technologiques en classe de seconde, mais aussi de la nouvelle spécialité Numérique et Sciences Informatiques (NSI) en première et en terminale. 
 
Alors que la proportion de garçons choisissant la spécialité NSI reste supérieure à celle des filles, la nouvelle spécialité a pour objectif sa féminisation progressive, notamment grâce aux efforts déployés pour déconstruire les stéréotypes de genre encore trop souvent associés aux métiers de l’informatique, au travers d’actions volontaristes comme le mentorat proposé à des élèves de 4ème et de 3ème et assuré par des femmes travaillant dans les métiers du numérique.
 
Les nouveaux enseignements d’informatique ont nécessité une adaptation du recrutement des professeurs. Ainsi, un CAPES Numérique et Sciences Informatiques a été créé en 2019, pour accompagner la nouvelle spécialité du même nom. Dès 2020, la deuxième session de ce concours en a confirmé l’attractivité, avec un rapport inscrits / postes supérieur à 10 : 

  • 655 inscrits pour 60 postes au Capes externe
  • 276 inscrits pour 20 postes au troisième concours.

La mise en place d’une agrégation d’informatique, annoncée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, pour compléter le CAPES NSI dans les 3 à 5 ans, est déjà actée pour 2022. Cette agrégation répondra aux besoins croissants d’expertise fine sur le bac-3 bac+3,  notamment ceux de la nouvelle filière de CPGE MP2I / MPI, qui ouvrira à la rentrée 2021 et proposera un enseignement fortement renforcé en informatique. Certains postes spécifiques en sections de technicien supérieur (STS) ou en Bachelor universitaire de technologie profiteront également de la création de cette agrégation. La France aura ainsi rattrapé en quatre ans son retard en matière de formation scolaire dans le domaine du numérique et des sciences informatiques, et complété l’offre proposée dans l’enseignement supérieur par une voie de CPGE dédiée.
 
Le nombre croissant de masters et de thèses d’informatique garantit l’alimentation du concours en candidatures de valeur. Ce nouveau corps se positionnera sur le modèle d’agrégés -3/+3, avec d’importants débouchés en cycle terminal de la voie générale des lycées et en post-bac (CPGE scientifiques et économiques, BTS et BUT). Son haut niveau d’expertise lui permettra d’assurer aussi des missions de formation et de conseil.
 
Pour présider cette nouvelle agrégation, le choix s’est porté sur Sylvie Boldo, directrice de recherche à l’INRIA et particulièrement investie dans la transmission des concepts et des méthodes de la science informatique en direction des plus jeunes.

Mise à jour : juin 2021