Enseignements primaire et secondaire

Le Bulletin officiel de l'éducation nationale publie des actes administratifs : décrets, arrêtés, notes de service, etc. La mise en place de mesures ministérielles et les opérations annuelles de gestion font l'objet de textes réglementaires publiés dans des B.O. spéciaux.

 
Partager cet article
  • Envoyer à un ami

Établissements d'enseignement français à l'étranger

Homologation et suivi - année scolaire 2019-2020

NOR : MENC1921435N
note de service n° 2019-108 du 19-7-2019
MENJ - DREIC - DIVSS


Texte adressé au ministre de l'Europe et des Affaires étrangères ; aux ambassadrices et ambassadeurs ; au directeur de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) ; aux chefs d'établissement du réseau homologué
Vu Code de l'éducation, notamment articles L. 451-1, R. 451-1 à R. 451-14, D. 531-45 à D. 531-51

Les établissements d'enseignement français homologués par le ministère en charge de l'éducation forment un réseau en forte croissance. Il scolarise plus de 360.000 élèves français et étrangers dans 140 pays dans 520 établissements. Plus de trente nouveaux établissements ont rejoint le réseau en 2019. Ce développement s'inscrit dans la dynamique initiée par le Plan langue française et plurilinguisme qui fixe comme objectif le doublement des effectifs à l'horizon 2030.

Les établissements homologués permettent de suivre une scolarité à l'étranger sur programmes français dans le respect des valeurs et des exigences du système éducatif français. Ils ont vocation à accueillir des élèves français et étrangers. La scolarité dans ces établissements permet l'acquisition par tous les élèves des savoirs fondamentaux, en particulier la maîtrise de la langue française mais aussi d'au moins deux langues étrangères dans une approche pluriculturelle. Ils s'adressent à des citoyens qui prennent conscience de leurs droits, de leurs devoirs, de leurs responsabilités. Ils préparent les élèves à leur avenir professionnel. Ils favorisent l'ouverture sur le monde et l'épanouissement par une attitude bienveillante envers tous les élèves, dans une démarche inclusive. Ils constituent des lieux d'échanges avec les pays qui les accueillent. Le réseau des établissements homologués contribue, par son action, au rayonnement de la France à l'étranger.

L'homologation garantit aux élèves et à leur famille un parcours de qualité en français et sur programmes français. Elle permet la poursuite d'études et la délivrance de diplômes, à l'égal d'une scolarité effectuée dans un établissement en France et favorise la mobilité dans le réseau de l'enseignement français à l'étranger et sur le territoire français. Elle permet aux établissements de bénéficier d'un accès privilégié à des services pédagogiques et de formation délivrés par la France. Les établissements sont invités à s'inscrire dans une démarche d'auto-évaluation afin de préparer le renouvellement de leur homologation intervenant tous les cinq ans. Par leur engagement permanent, ils adhèrent au cahier des charges de l'homologation.

La présente note de service précise le cahier des charges renouvelé de l'attribution de l'homologation et du suivi des établissements d'enseignement français à l'étranger.

I - L'homologation des établissements d'enseignement français

1.1 Définition

L'homologation des établissements d'enseignement français à l'étranger est la procédure par laquelle le ministère en charge de l'éducation atteste et reconnaît que des établissements scolaires situés à l'étranger dispensent un enseignement conforme aux principes, aux programmes et à l'organisation pédagogique du système éducatif français. L'attribution de l'homologation s'effectue en accord avec le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE).

1.2 Principes et critères

Pour être homologués, les établissements doivent respecter les principes et les critères énoncés ci-dessous, compte tenu de la législation locale et des accords signés avec les pays d'accueil.

Principes, programmes et valeurs du système éducatif français

L'établissement met en œuvre les principes et les valeurs du système éducatif français. La scolarité est organisée en cycles pour lesquels les établissements appliquent les objectifs, les volumes horaires et les programmes du ministère en charge de l'éducation.

Des aménagements peuvent être apportés pour tenir compte des conditions particulières dans lesquelles s'exerce leur activité et pour renforcer leur coopération avec les systèmes éducatifs des pays d'accueil. L'organisation de l'année scolaire tient également compte des conditions géographiques et de la législation de l'État dans lequel l'établissement est situé.

Ces aménagements et cette organisation ne doivent toutefois pas avoir pour effet de réduire les volumes annuels d'heures d'enseignement ni les programmes. Les établissements veillent toutefois, pour l'équilibre de l'élève, à ne pas surcharger les emplois du temps.

L'établissement peut compléter son offre de formation, notamment dans le cadre des enseignements de spécialité au lycée, en faisant ponctuellement appel au Centre national d'études à distance (Cned).

L'établissement respecte les principes de gouvernance et de gestion de tout établissement scolaire français et met en place les instances du système éducatif français dans le respect de la réglementation locale. Le projet d'établissement ou d'école définit les conditions particulières de mise en œuvre des programmes. Il précise les moyens déployés pour assurer la réussite de tous les élèves et associer les parents à ces objectifs. Élaboré en commun par les différents membres de la communauté éducative, il est adopté par le conseil d'école ou le conseil d'administration / conseil d'établissement.

Place et maîtrise de la langue française

Au sein des établissements homologués, la langue de l'enseignement et des examens est le français. La maîtrise de la langue française est un objectif fondamental du système éducatif français. Elle est la langue des instances, des échanges et plus généralement de la vie de l'établissement ou de la section. Si pour des raisons administratives, le français n'est pas la seule langue utilisée, il convient que les comptes rendus et la communication demeurent également rédigés en français.

Son enseignement doit être mis en œuvre dès la première année de scolarisation et renforcé tout au long de la scolarité, en fonction des besoins identifiés.

Les établissements encouragent les activités périscolaires et extrascolaires permettant d'accroître l'exposition à la langue française dans différents contextes. Chaque discipline/domaine d'enseignement doit rester majoritairement dispensé en langue française,  à l'exception du domaine disciplinaire Français qui reste dispensé en français.

Politique linguistique plurilingue

Dans le cadre du projet d'école et/ou d'établissement, les écoles et établissements sont invités à proposer une politique linguistique plurilingue et des parcours adaptés aux profils des élèves en veillant à l'équilibre entre l'enseignement en français et l'enseignement en langues étrangères.

L'enseignement de et en langue(s) étrangère(s) prend en compte les obligations des autorités locales et la signature des accords intergouvernementaux.

Deux heures hebdomadaires supplémentaires peuvent être accordées par dérogation par l'AEFE dans le primaire pour l'apprentissage de la langue du pays dans lequel l'établissement est implanté.

Les établissements homologués sont invités à inscrire leurs parcours en langues dans le cadre des dispositifs du ministère en charge de l'éducation. L'ouverture de sections européennes ou sections de langues orientales, des sections internationales et des baccalauréats binationaux font l'objet d'une demande spécifique.

Personnels qualifiés et régulièrement formés

Exercent dans ces établissements des personnels d'encadrement et des enseignants titulaires du ministère en charge de l'éducation (et/ou des enseignants des établissements privés sous contrat, en position de disponibilité) ainsi que des personnels qualifiés recrutés localement. Les personnels employés par l'établissement disposent de contrats de travail respectant la réglementation locale en matière de droit de travail.

L'établissement est engagé dans une politique de formation régulière de ses personnels au système éducatif français, de certification et de diplomation.

Évaluations, préparation et passation des examens français

Les établissements font passer les évaluations (évaluations nationales, tests de positionnement) et les attestations du système éducatif français. Les établissements préparent et font passer les épreuves du diplôme national du brevet (DNB) et du baccalauréat.

Existence de locaux et équipements adaptés aux exigences pédagogiques

Les locaux et les équipements des niveaux et des filières d'enseignement concernés sont adaptés aux exigences pédagogiques, à l'accueil des élèves à besoins éducatifs particuliers et au respect des règles de sécurité. Les établissements, une fois homologués, rédigent un plan particulier de mise en sûreté (PPMS), visé par l'ambassade de France.

1.3 Perspectives offertes par l'homologation

Les élèves peuvent :

- poursuivre un parcours sur programme français ;

- intégrer, sans examen de contrôle en France, un établissement public ou un établissement privé sous contrat d'association avec l'État  et à l'étranger, un autre établissement d'enseignement français homologué dans les limites de ses capacités d'accueil ;

- se présenter et passer les diplômes français en candidat scolaire ; 
- solliciter une bourse scolaire (selon les modalités en vigueur) s'ils sont de nationalité française.

Les personnels peuvent :

- participer au plan de formation du réseau homologué selon les besoins identifiés ;

- bénéficier de l'accompagnement des inspecteurs de l'éducation nationale, de formateurs titulaires de l'éducation nationale et des postes diplomatiques.

Les établissements  intègrent un réseau et peuvent :

- participer aux actions proposées par le ministère en charge de l'éducation, par le MEAE, l'AEFE ou la Mission laïque française (MLF) ;

- recruter des personnels titulaires de l'éducation nationale par la voie du détachement, afin qu'ils exercent leurs fonctions dans les seules classes homologuées. Il est rappelé que l'homologation n'implique pas le droit automatique au détachement de personnels titulaires du ministère en charge de l'éducation, les demandes de détachement restant soumises à l'appréciation et à l'accord de ce ministère. Le calendrier et les procédures relatives aux détachements font l'objet d'une note distincte. Les détachements sont prononcés par la direction générale des ressources humaines (DGRH) du Men en fonction de la ressource disponible.

II - Procédure de demande d'homologation

La procédure d'homologation est coordonnée par la délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération (Dreic).

La procédure d'homologation a été modifiée et simplifiée :

- les délais ont été raccourcis permettant aux établissements de déposer un dossier dès la première année de fonctionnement de l'établissement s'ils répondent aux critères ;

- les demandes d'extension sont facilitées en réduisant le nombre de dépôt de dossiers ;

- les dossiers de candidatures ont été revus et les questionnaires adaptés à chaque niveau d'enseignement demandé (école/collège/lycée);

- le recours au Cned est encouragé pour accompagner le développement de l'établissement dans le second degré ;

- les porteurs de projet peuvent bénéficier d'un accompagnement renforcé.

2.1 Dépôt des dossiers

Une attention particulière est portée aux dossiers déposés qui doivent présenter des garanties au niveau du fonctionnement des classes concernées, de personnels qualifiés et de nombre d'élèves afin d'assurer la pérennité des établissements qui seront retenus. Les établissements ou niveaux scolarisant de faibles effectifs sont invités à privilégier l'offre proposée par le Cned.

2.1.1 Première demande d'homologation

Dès la première année de fonctionnement, les établissements / les sections peuvent déposer un dossier de première demande d'homologation. Ils peuvent toutefois attendre une année de plein fonctionnement avant de déposer un dossier.

La demande d'homologation porte sur un niveau scolaire en cohérence avec le système éducatif français. Il est recommandé aux établissements de déposer d'abord une demande d'homologation portant sur les classes de maternelle (cycle 1, cycle des apprentissages premiers du système éducatif français) ou s'il s'agit d'un établissement du second degré de déposer une demande pour l'homologation du collège.

L'homologation peut concerner un établissement ou une section d'un établissement.

2.1.2 Extension d'homologation

Les établissements déjà homologués déposent un dossier de demande d'extension dès lors qu'ils souhaitent obtenir l'homologation pour d'autres niveaux en fonctionnement.

L'homologation est demandée progressivement en privilégiant les niveaux complets (maternelle - élémentaire - collège - lycée) à l'aide d'un formulaire adapté afin de réduire le nombre de dépôts de demande, en cohérence avec l'organisation du système éducatif français (cycle) et la structure pédagogique de l'école / l'établissement.

Demandes d'extension pour le premier degré (primaire)

Les établissements déjà homologués pour les classes maternelles peuvent déposer une demande d'extension pour toutes les classes de l'élémentaire (CP-CM2) ou pour les cycles 2 et 3 (dès lors que le collège est en fonctionnement).

Demandes d'extension pour le second degré (collège - lycée)

Collège

L'organisation du collège puis du lycée obéit dans le système éducatif français à une organisation pédagogique, une qualification des personnels et des instances différentes du premier degré.

À ce titre, la classe de 6e a un statut particulier puisque cette classe est la dernière classe du cycle 3 mais s'inscrit dans la logique du second degré.

Il est conseillé aux établissements souhaitant créer progressivement un collège sur programmes français de déposer dans un premier temps un dossier pour la classe de 6ème, puis de solliciter l'homologation du cycle 4.

Lycée

Le lycée requiert un personnel enseignant qualifié et des équipements spécifiques en fonction notamment de l'offre d'enseignement de spécialités.

Les établissements peuvent déposer un dossier pour la voie générale ou technologique. La demande précise les enseignements de spécialité et, pour la voie technologique, la série concernée.

Cned et demande d'homologation

Il est conseillé aux établissements ayant peu d'effectifs d'avoir recours au Cned pour développer une offre d'enseignement avant de déposer une demande d'homologation notamment dans le second degré.

Pour faciliter la transition entre le Cned et l'homologation et permettre aux élèves de garder le statut scolaire, l'établissement peut conserver l'enseignement par le Cned pour les classes à examen, l'année où il sollicite une demande d'homologation, inscrire les élèves au Cned (réglementé) pour les classes à examen uniquement (3e ou 1re ou Terminale).

Une fois homologués pour le lycée, les établissements peuvent faire évoluer leur offre d'enseignement de spécialité en soumettant un dossier selon les modalités décrites dans la Note de service sur les demandes d'ouverture de centres d'examen, sections, enseignements de spécialité, options, séries de la voie technologique publiée par l'AEFE. Cela ne fait pas l'objet d'une demande d'extension d'homologation.

Nota bene : les établissements en année probatoire (cf. 3.2.3.) ne peuvent pas déposer de dossiers d'extension d'homologation.

2.2 Évaluation des dossiers par les services du ministère en charge de l'éducation

Seuls les dossiers complets, ayant reçu un avis favorable du MEAE, sont transmis, pour évaluation, au ministère en charge de l'éducation.

L'analyse pédagogique et administrative des dossiers d'homologation est réalisée, sous la coordination de la délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération (Dreic) et en lien avec la direction générale de l'enseignement scolaire (Dgesco) et la direction générale des ressources humaines (DGRH) par l'inspection générale du ministère en charge de l'éducation.

L'évaluation des demandes est réalisée au regard des principes et des critères de l'homologation sur la base du dossier d'homologation et d'un rapport d'inspection diligentée in situ.

2.3 Commission interministérielle et publication des résultats

Après examen des dossiers présentés, les avis sont rendus par la commission interministérielle d'homologation (CIH), présidée par le délégué aux relations européennes et internationales et à la coopération, représentant le ministre chargé de l'éducation nationale. L'avis est rendu par cycle (voir cas particulier pour la classe de 6e).

La liste officielle des établissements d'enseignement français à l'étranger est établie par le ministre chargé de l'éducation nationale et le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Elle donne lieu à la publication d'un arrêté publié au Journal officiel de la République française.

La direction générale de la mondialisation, de la culture, de l'enseignement et du développement international (DGM) du MEAE notifie les avis et les recommandations de la commission par courrier formel aux postes diplomatiques. Ceux-ci informent les établissements concernés et suivent la mise en œuvre des recommandations émises lors de la CIH.

L'homologation entre en vigueur à compter de la rentrée scolaire suivante.

Nota bene : les établissements souhaitant déposer un dossier de première demande d'homologation ou d'extension d'homologation sont invités à prendre l'attache des postes diplomatiques en amont de tout dépôt de candidature.

Ces derniers les informeront, sur la base de la présente note, des modalités d'attribution de l'homologation et des prestations qui peuvent être proposées par l'AEFE ou la MLF afin de préciser et préparer leur projet pendant une à deux années précédant le dépôt de candidature et former leurs personnels. Les établissements bénéficiant d'un accompagnement pourront communiquer sur cette procédure selon les chartes et logos proposés par l'AEFE et la MLF.

Cet accompagnement ne présage toutefois pas de l'obtention de l'homologation par le ministère en charge de l'éducation.

Les établissements peuvent reporter sur leurs supports de communication la mention « établissement candidat à l'homologation » dès lorsqu'ils ont déposé un dossier d'homologation.

III - Procédure de suivi et de renouvellement  de l'homologation

3.1 Engagements liés à l'homologation

Une fois homologués, les établissements s'engagent à :

- répondre aux principes et aux critères de l'homologation (voir infra)

- faire partie du réseau de l'enseignement français à l'étranger homologué ;

- assurer la visibilité de la langue française et des programmes français ;

- proposer une communication en français ;

- faire figurer sur leurs supports de communication (site internet, brochures, etc.) la mention « homologation par le ministère français chargé de l'éducation » en précisant les classes. Les mentions légales, le visuel et la charte d'utilisation sont disponibles sur le site Éduscol à l'adresse eduscol.education.fr/homologation-etablissement-enseignement-français ;

- rédiger un PPMS, visé par l'ambassade de France ;

- répondre aux enquêtes diligentées par lAEFE, en particulier l'enquête de rentrée sur l'application Mage et à s'inscrire dans le cadre des notes de service publiées par l'AEFE ;

- faire participer les personnels au plan de formation du réseau homologué en fonction des besoins identifiés et aux actions proposées par le poste diplomatique, à mettre en place une cellule de formation et à tenir à jour un tableau de bord des actions de formation (y compris les formations internes). Pour les niveaux concernés, une priorité est à accorder aux enseignants néo-recrutés, aux enjeux de la maternelle et à la réforme du baccalauréat. Les actions de formation s'inscrivent prioritairement dans le cadre du plan de formation de l'AEFE en lien avec la MLF. Les initiatives locales de l'établissement en matière de formation s'inscrivent en complémentarité du plan de formation continue de la zone et sont mentionnés dans le tableau de bord des actions de formation.

- notifier en amont, sous couvert du poste diplomatique, aux secteurs géographiques concernés et au service pédagogique de l'AEFE tout changement susceptible d'avoir un effet sur l'homologation (demande d'accréditation auprès d'autres institutions, changement de nom, changement de gouvernance, etc.). Ces informations sont transmises par l'opérateur public aux deux ministères concernés. Les documents sont ensuite actualisés sur la plateforme de suivi.

Il est rappelé que les établissements homologués respectent les obligations de la législation du pays d'accueil et disposent des autorisations en vigueur.

Les établissements peuvent actualiser leurs documents cadres (projet d'école/ d'établissements, autorisations, etc.) sur la plateforme de suivi et informent le poste diplomatique et l'AEFE (/MLF) de leur mise en ligne.

3.2 Renouvellement et suivi de l'homologation

En lien avec le MEAE et l'AEFE, le ministère en charge de l'éducation procède au contrôle du respect des principes et critères d'homologation. Les établissements homologués sont soumis à un audit lié au renouvellement de l'homologation et peuvent faire l'objet d'un suivi d'homologation ponctuel. Les rapport(s) d'inspection sont rédigés par un inspecteur détaché (IEN ou IA-IPR) auprès de l'AEFE (ou par un IA-IPR dans le cadre d'une extension de compétences) ou, dans certains cas, par un inspecteur général du ministère en charge de l'éducation. Les avis sont rendus par la commission interministérielle d'homologation.

Les établissements homologués sont invités à s'inscrire dans une démarche d'auto-évaluation régulière. Le ministère en charge de l'éducation met à disposition un guide adapté pour accompagner les établissements.

3.2.1 Renouvellement

Dans le cadre d'un plan de suivi interministériel, les établissements homologués font l'objet d'un audit au moins une fois tous les cinq ans, condition du renouvellement de l'homologation accordée par le ministère en charge de l'éducation.

Les deux ministères informent les postes diplomatiques et les établissements concernés par le renouvellement. Chacun de ces établissements doit alors mettre en œuvre les conditions favorables à l'organisation de cet audit. L'évaluation globale s'appuie sur un questionnaire accompagné des pièces justificatives transmis par l'établissement sous couvert du poste diplomatique et sur le/les rapport(s) d'inspection.

3.2.2 Suivi ponctuel d'homologation

À l'occasion d'un signalement ou d'un avis de la commission interministérielle, chaque établissement homologué est susceptible de faire l'objet d'un suivi ponctuel, à tout moment de l'année. Il lui appartient alors de renseigner un questionnaire de « suivi d'homologation » et de le transmettre sous couvert du poste diplomatique dans un délai d'un mois après notification (hors période de congés scolaires). En outre, une mission d'inspection peut être diligentée. Il appartient à l'établissement de mettre en œuvre les conditions favorables à l'organisation de cette mission.

3.2.3 Année probatoire

L'établissement placé en année probatoire dispose d'un délai jusqu'à la commission interministérielle suivante pour se mettre en conformité avec les engagements liés à l'homologation. Il doit alors mettre en œuvre les conditions favorables à l'organisation d'un audit, en renvoyant sous couvert du poste diplomatique un questionnaire spécifique et en accueillant une mission d'inspection. Si, à terme échu, une discordance persistante avec les principes et critères de l'homologation est constatée, la décision de « retrait d'homologation » pour tout ou partie des classes est prononcée.

3.2.4 Avis rendus par la commission interministérielle d'homologation

Après analyse par le ministère en charge de l'éducation (voir 2.2 et 2.3), en lien avec le MEAE, la commission interministérielle d'homologation (CIH) prononce les avis suivants, éventuellement assortis de recommandations :

- la confirmation de l'homologation ;

- la demande de suivi ponctuel d'homologation ;

- le placement de l'établissement en année probatoire ;

- le retrait de l'homologation de tout ou partie de l'établissement.

En cas de nécessité, les deux ministères peuvent également décider d'une procédure de contrôle en urgence, pouvant conduire à un retrait immédiat de l'homologation.


Pour le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, et par délégation,
Le délégué aux relations européennes et internationales et à la coopération
Hervé Tilly

Annexe 1 - Calendrier et modalités de la campagne d'homologation 2019-2020

Les établissements peuvent se connecter via le portail www.portail-homologation.aefe.fr/ (accessible à partir du 1 septembre) ou directement via le portail homologation ou suivi selon les procédures concernées. Le dépôt de dossier s'effectue dans le calendrier fixé.

1 - Calendrier de la campagne

11 septembre 2019

ouverture de la campagne - Accès à la plateforme d'homologation (homologation.aefe.fr/)

16 octobre 2019

Date limite de transmission électronique des dossiers par les établissements aux postes diplomatiques 

4 novembre 2019

Date limite de transmission électronique des dossiers par les postes diplomatiques au service pédagogique de l'AEFE 

Novembre-décembre 2019

Examen des dossiers par le MEAE et l'AEFE 

Janvier 2020

Transmission électronique des dossiers retenus par le MEAE et l'AEFE au MENJ 

Février-avril 2020

Evaluation pédagogique par le MENJ, puis examen et évaluation des dossiers en commissions de synthèse

Mai 2020 

Commission interministérielle d'homologation 

Juin 2020

Publication, par le MENJ de l'arrêté interministériel fixant la liste actualisée des établissements d'enseignement français homologués 

 

Notification des avis et des recommandations de la CIH aux postes diplomatiques par le MEAE

 

Modalités de dépôt des dossiers d'homologation

La procédure d'homologation est informatisée. Les dossiers sont uniquement accessibles par voie électronique via l'application dédiée : homologation.aefe.fr/ (accessible à partir du 1septembre).

Les établissements sont invités à consulter le portail homologation (www.portail-homologation.aefe.fr/) et plus particulièrement les rubriques dédiées à l'homologation du site Éduscol, site du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse.

Les demandes d'aide à la constitution des dossiers et d'utilisation de l'application « homologation » sont à adresser à partir du 6 septembre au service pédagogique de l'AEFE à l'adresse : homologation.aefe@diplomatie.gouv.fr pour tous les établissements.

Une FAQ sera mise en ligne sur Éduscol à la rubrique à l'ouverture de la campagne.

Première demande de première homologation

Accès à la plateforme et dépôt du dossier

L'accès à l'application nécessite l'utilisation d'un identifiant et d'un mot de passe dont l'établissement fait la demande via l'application « homologation » homologation.aefe.fr/. L'attribution de ces identifiants est soumise à validation du service de coopération et d'action culturelle (SCAC) dont relève l'établissement.

L'établissement, muni de son identifiant et de son mot de passe, télécharge et complète le cahier pédagogique, qu'il enregistre dans l'application. Il joint impérativement les pièces énumérées en annexe, ainsi que les documents spécifiques précisés dans le cahier pédagogique.

Le poste diplomatique valide le cahier pédagogique, télécharge et complète le cahier diplomatique, qu'il enregistre dans l'application. Il vérifie que le dossier est complet et retourne le dossier, le cas échéant, à l'établissement.

Dossier et pièces justificatives

Le dossier de première demande comporte un cahier pédagogique signé et des pièces justificatives.

  • Le cahier pédagogique présente le projet de l'établissement, la qualification des enseignants et les actions mises en œuvre par l'établissement pour préparer la demande d'homologation.
  • Les dossiers sont distincts pour chaque niveau demandé (primaire ; collège ; lycée).

Pièces justificatives

L'établissement joint sur la plateforme les pièces justificatives permettant l'analyse du dossier :

- les statuts de l'établissement (et de la section/filière pour les demandes qui ne concernent qu'une section/filière au sein d'un établissement) ; les établissements doivent joindre une traduction des statuts si ces derniers ne sont pas rédigés en français ;

- les documents officiels des autorités locales (autorisations d'ouverture, licences, autorisation à enseigner les programmes français) ;

- le projet d'école et/ou d'établissement ;

- le règlement intérieur ;

- la liste des instances de l'établissement (conseil d'école, conseil école-collège, conseil d'établissement, conseil d'administration, etc.) et leur composition ;

- les comptes rendus des instances existantes (2018-2019) :

- la présentation des locaux (en cas de sites multiples, joindre les informations pour chaque site) ;

- les effectifs des élèves scolarisés dans l'établissement 

- la liste des personnels de l'établissement (précisant leurs qualifications)

- le calendrier scolaire de l'établissement et les emplois du temps des élèves ;

- les résultats aux évaluations, aux examens et diplômes de l'éducation nationale (si disponibles);

- l'engagement d'adhésion de l'établissement demandeur à signer un accord de partenariat avec l'AEFE (les établissements de la Mission laïque française fournissent le contrat qui les lie à la MLF).

Le dossier précise les pièces à communiquer sur place à l'inspecteur.

Des compléments d'information peuvent être demandés à l'initiative des instructeurs des dossiers. Les établissements, les inspecteurs de l'éducation nationale (IEN) en résidence, les IA-IPR de l'AEFE, la Mission laïque française et les postes diplomatiques sont invités à répondre à ces compléments d'information. Ces éléments font alors partie intégrante de la documentation sur laquelle s'appuie l'évaluation des dossiers.

Demande d'extension d'homologation

Les établissements déjà homologués et les postes diplomatique sont invités à se reporter à la plateforme de suivi (suivi-homologation.aefe.fr) accessible à partir du 1er septembre pour connaître les derniers avis de la commission interministérielle d'homologation les concernant et les derniers rapports d'inspection.

Accès à la plateforme et dépôt du dossier

Pour déposer une demande d'extension, l'établissement déjà homologué demande des identifiants en ligne sur l'application « homologation » https://homologation.aefe.fr/. Son identifiant est le code Mage.

Il télécharge le questionnaire, y répond et l'enregistre dans l'application.

Les dossiers sont distincts pour chaque niveau demandé (primaire ; collège ; lycée).

Il joint impérativement les pièces énumérées en annexe ainsi que les documents spécifiques qui sont mentionnés dans le questionnaire.

Le poste diplomatique télécharge l'avis diplomatique, complète la partie qui lui est réservée et l'enregistre dans l'application.

Dossier et pièces justificatives

Le dossier complété par l'établissement comporte :

- un questionnaire pédagogique détaillé. Les dossiers sont distincts pour chaque niveau demandé (primaire ; collège ; lycée). Le questionnaire présente le contexte de la demande, le projet d'extension à un niveau supérieur (maternelle/élémentaires/collège/ lycée), la qualification des enseignants et les actions mises en œuvre par l'établissement pour préparer la demande d'extension d'homologation.

- les pièces justificatives :

- les statuts* de l'établissement (et de la section/filière pour les demandes qui ne concernent qu'une section/filière au sein d'un établissement) ; les établissements doivent joindre une traduction des statuts si ces derniers ne sont pas rédigés en français ;

- les documents officiels* des autorités locales (autorisations d'ouverture, licences, autorisation à enseigner les programmes français);

- le projet d'école* et/ou d'établissement ;

- le règlement intérieur *;

- la liste des instances de l'établissement (conseil d'école, conseil école-collège, conseil d'établissement, conseil d'administration, etc.) et leur composition ;

- les comptes rendus de chacune des instances de l'année 2018 et 2019 qui concernent la demande;

- la présentation des locaux *;

- la liste des personnels de l'établissement (précisant leur statut et leurs qualifications) en utilisant le modèle téléchargeable sur l'application «homologation» ;

- le calendrier de l'établissement et les emplois du temps des élèves des niveaux concernés;

- les résultats aux évaluations, aux examens et diplômes de l'éducation nationale (si disponibles);

- l'engagement d'adhésion de l'établissement demandeur à signer la Charte pour l'enseignement français à l'étranger et un accord de partenariat avec l'AEFE (les établissements de la Mission laïque française fournissent le contrat qui les lie à la MLF) pour les niveaux demandés.

* Ces documents peuvent être repris de la plateforme de suivi.

Le poste diplomatique complète l'avis diplomatique.

Missions d'inspection et rapport

Le dossier de l'établissement est étudié à l'appui d'un rapport d'un inspecteur de l'AEFE ou d'un inspecteur général du MENJ dès lors que le dossier a été transmis au MENJ pour évaluation.

Des compléments d'information peuvent être demandés à l'initiative des instructeurs des dossiers. Les établissements, les inspecteurs de l'éducation nationale (IEN) en résidence, les IA-IPR de l'AEFE, la Mission laïque française et les postes diplomatiques sont invités à répondre à ces compléments d'information. Ces éléments font alors partie intégrante de la documentation sur laquelle s'appuie l'évaluation des dossiers.

Nota bene :

Dans le cas où un établissement placé au renouvellement / suivi d'homologation déposerait de manière simultanée une demande d'extension d'homologation, l'établissement téléchargera sur la plateforme d'homologation le questionnaire pédagogique pour le niveau concerné par l'homologation et le formulaire de suivi uniquement pour les niveaux concernés par le suivi/renouvellement. Les pièces justificatives devront concerner l'ensemble des niveaux. Il informera en amont le MENJ à l'adresse contact.suivi-homologation@education.gouv.fr. Un accord de principe sera transmis et vaudra autorisation.

Les dossiers incomplets et/ou hors délai et/ou n'utilisant pas les modèles ne sont pas étudiés.

Les établissements peuvent également communiquer d'autres documents susceptibles d'éclairer leur demande.

L'ensemble des pièces doit être numéroté ; les documents qui requièrent une signature sont soit scannés et téléchargés sur l'application, soit adressés par voie postale à l'AEFE. Les établissements en rythme préparent des éléments d'actualisation de leur dossier (effectifs, personnels enseignants).

Annexe 2 - Calendrier et modalités - suivi d'homologation 2019-2020

Renouvellement - Suivi ponctuel - année probatoire

Tout information relative au suivi d'homologation (renouvellement, suivi ponctuel, renouvellement) est à adresser à contact.suivi-homologation@education.gouv.fr.

Les demandes d'aide à la constitution des dossiers et d'utilisation de l'application « suivi d'homologation » sont à adresser à partir du 6 septembre au service du suivi de l'homologation du Men à l'adresse contact contact.suivi-homologation@education.gouv.fr ou en utilisant le formulaire contact de l'application.

Les établissements peuvent également se reporter à la rubrique « suivi d'homologation » du portail Éduscol : eduscol.education.fr/cid72022/suivi-et-controle-de-l-homologation.html

1 - Calendrier de la procédure de suivi et de renouvellement

Juin - août 2019

Établissement du Plan du suivi annuel

Information des établissements par les postes diplomatiques

Mise à jour possible des documents cadres sur la plateforme

11 septembre 2019

Ouverture de la plateforme de suivi  et mise à disposition des questionnaires de suivi

16 octobre 2019

Date limite de transmission électronique des dossiers par les établissements aux postes diplomatiques

4 novembre 2019

Date limite de transmission électronique des dossiers par les postes diplomatiques au Men  et vérification des pièces

Novembre 2019

Communication des dossiers de suivi par le MENJ aux évaluateurs 

[en cas de dossiers incomplets, le MENJ retourne une seule fois le dossier à l'établissement pour modification]

20 février 2020

Date limite de la transmission électronique des dossiers des établissements en année probatoire

27 février 2020

Date limite de la transmission des dossiers par les postes diplomatiques au Men (en année probatoire)


Février-avril 2020

Evaluation pédagogique par le MENJ, puis examen et évaluation des dossiers en commissions de synthèse

Mai 2020

Commission interministérielle d'homologation 

Juin 2020

Publication, par le MENJ de l'arrêté interministériel fixant la liste actualisée des établissements d'enseignement français homologués ;

Notification des avis et des recommandations de la CIH aux postes diplomatiques par le MEAE pour communication aux établissements

Septembre 2020

Avis et recommandations de la commission interministérielle sont accessibles sur la plateforme de suivi

2 - Modalités de dépôt des dossiers de suivi d'homologation

La procédure de suivi d'homologation est dématérialisée. Les dossiers sont uniquement accessibles par voie électronique via l'application dédiée : suivi-homologation.aefe.fr

Les chefs d'établissement concernés sont notifiés à l'ouverture de la campagne de suivi.

L'établissement, muni de son code Mage (identifiant), peut accéder à la plateforme. Il télécharge et complète le questionnaire de suivi accompagné des pièces complémentaires qu'il enregistre dans l'application.

L'établissement met en ligne ou actualise sur la plateforme de suivi les pièces suivantes :

- les statuts* de l'établissement (et de la section/filière pour les demandes qui ne concernent qu'une section/filière au sein d'un établissement) ;

- les documents relatifs aux autorisations* données à l'établissement par les autorités locales et à la reconnaissance du parcours et la référence le cas échéant au(x) accord(s) intergouvernemental/aux* le concernant ;

- le projet d'école* et/ou d'établissement* ;

- le règlement intérieur* ;

- la liste des instances de l'établissement, leur composition ;

- les comptes rendus de chaque instance au cours de deux dernières années (conseil d'école, conseil école-collège, conseil d'établissement, conseil d'administration, etc.) ;

- la liste des personnels de l'établissement (précisant leur statut et leurs qualifications) et la liste des stages de formation continue des trois dernières années suivis par ces personnels en utilisant le modèle téléchargeable sur l'application « suivi d'homologation » ;

- l'organigramme fonctionnel de l'établissement *;

- les emplois du temps des élèves  et des personnels des enseignants ;

- les résultats aux évaluations, aux examens et diplômes de l'éducation nationale et leur analyse ;

- deux projets pédagogiques mis en œuvre par l'établissement ;

- la présentation des locaux et des équipements*.

* Les documents suivants peuvent être mis en ligne à tout moment de l'année sur la plateforme de suivi.

L'établissement transmettre une traduction de courtoisie des statuts, des autorisations des autorités locales ou autres documents officiels si ces derniers ne sont pas rédigés en français.

Des documents complémentaires peuvent être demandés aux établissements placés au suivi ou en année probatoire.

Certains documents (PPMS, emplois du temps complets, tableaux de bord) ne font pas l'objet d'une communication sur la plateforme mais seront remis aux inspecteurs in situ.

Rapports d'inspections

Le dossier de l'établissement est étudié à l'appui des rapports des inspecteurs de l'AEFE ou d'un inspecteur général du Men :

- pour le premier degré, les deux derniers rapports d'IEN de zone ;

- pour le second degré, le rapport d'un IA-IPR détaché auprès de l'AEFE ou assimilé.

Nota bene :

Pour rappel, les dossiers incomplets et/ou hors délai et/ou n'utilisant pas les modèles ne sont pas étudiés.

Les établissements peuvent également communiquer d'autres documents susceptibles d'éclairer leur dossier.

Les documents qui requièrent une signature sont scannés et téléchargés sur l'application.

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET RECHERCHE

Retrouvez les textes réglementaires du Bulletin officiel de l'enseignement supérieur et de la recherche sur :
www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/bo

 
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

Handicap, tous concernés

Le handicap


calendrier
 
 
     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants