bo Le Bulletin officiel de l'éducation nationale

Le Bulletin officiel de l'éducation nationale publie des actes administratifs : décrets, arrêtés, notes de service, etc. La mise en place de mesures ministérielles et les opérations annuelles de gestion font l'objet de textes réglementaires publiés dans des BO spéciaux.

Enseignements primaire et secondaire

Diplôme national du brevet des établissements d'enseignement agricole

Modalités d'attribution

NOR : MENE1304843N

Note de service n° 2013-030 du 8-3-2013

MEN - DGESCO A1-2

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux directrices et directeurs régionaux de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt ; aux directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-inspectrices et inspecteurs de l'enseignement agricole à compétence pédagogique ; aux chefs d'établissement de l'enseignement agricole

La présente note de service a pour objet d'apporter les précisions sur les modalités d'attribution du diplôme national du brevet (DNB) pour les candidats des établissements d'enseignement agricole, qui sont définies par l'arrêté du 4 décembre 2012 (B.O. n° 46 du 13 décembre 2012), l'arrêté du 18 août 1999 modifié relatif au diplôme national du brevet et la note de service n° 2012-029 du 24 février 2012 (B.O. du 29 mars 2012) relative aux modalités d'attribution du diplôme national du brevet.

Elle entre en vigueur à compter de la session 2013 du diplôme national du brevet.

Les candidats des établissements d'enseignement agricole peuvent se présenter à la série professionnelle du DNB. 

I - Épreuves de l'examen

Les définitions des épreuves communes à l'ensemble des candidats ainsi que les épreuves réservées aux candidats « individuels » telles que les épreuves de langue vivante étrangère, de sciences physiques et de prévention-santé-environnement sont conformes aux définitions d'épreuves décrites par la note de service du 24 février 2012 précitée relative aux modalités d'attribution du diplôme national du brevet.

L'épreuve d'éducation socioculturelle est spécifique aux candidats de l'enseignement agricole.

Les définitions des épreuves terminales sont indiquées en annexe I.

II - Prise en compte des résultats acquis en cours de scolarité

Pour les élèves des classes de troisième des établissements de l'enseignement agricole publics et privés sous contrat, les résultats acquis en classe de troisième sont pris en compte dans les conditions suivantes :

1. Élaboration et harmonisation des notes de contrôle continu obtenues en cours de formation (classe de troisième)

Les enseignants établissent une note à partir de contrôles ponctuels portant sur les enseignements de français, mathématiques, langue vivante, prévention-santé-environnement, éducation physique et sportive, éducation socioculturelle et « technologie, sciences et découverte de la vie professionnelle et des métiers ».

Les disciplines susmentionnées sont affectées chacune du coefficient 1.

Le domaine « technologie, sciences et découverte de la vie professionnelle et des métiers » est affecté du coefficient 3.

Les chefs d'établissement invitent les équipes pédagogiques à rechercher l'harmonisation des évaluations par discipline mais aussi à assurer une concertation entre les disciplines, pour la prise en compte des résultats de l'année scolaire.

2. Établissement du livret personnel de compétences et des fiches scolaires pour le diplôme national du brevet

2.1 Renseignement du livret personnel de compétences

En classe de troisième, lors du conseil de classe du troisième trimestre, le chef d'établissement valide ou non la maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences selon les modalités définies par la circulaire n° 2010-087 du 18 juin 2010 publiée au B.O. du 8 juillet 2010 et la note de service n° 2012-154 du 24 septembre 2012 publiée au B.O. du 27 septembre 2012.

Il en porte attestation sur le livret personnel de compétences.

2.2 Enregistrement des résultats de la classe de troisième

Pour chaque discipline prise en compte au titre des résultats de l'année scolaire, tous les élèves se voient attribuer, en fin de classe de troisième, une note de 0 à 20, qui résulte généralement des moyennes trimestrielles communiquées aux familles.

Chaque note est accompagnée d'une appréciation correspondant à la synthèse des observations portées trimestriellement sur les travaux des élèves par les professeurs et précisant l'évolution de ses résultats au cours de l'année.

2.3 Modèle de fiche scolaire du diplôme national du brevet

Les résultats scolaires dans les disciplines déterminées par les arrêtés précités, y compris dans celles faisant l'objet d'épreuves, sont consignés sur une fiche scolaire dont le modèle est proposé sur le site http://www.chlorofil.fr/ du ministère en charge de l'agriculture et jointe en annexe II.

2.4 Transmission au jury du livret personnel de compétences et de la fiche scolaire du diplôme national du brevet

Pour chaque candidat, une fiche scolaire est établie par le conseil des professeurs sous la responsabilité du chef d'établissement qui la transmet, accompagnée du livret personnel de compétences, au jury du diplôme national du brevet dans les conditions fixées par le recteur d'académie ou son représentant.

La fiche scolaire ne doit, en aucun cas, être adressée au candidat ou à sa famille avant les délibérations du jury et la proclamation des résultats.

3. Cas particuliers

3.1 Candidats en situation de handicap

Les services académiques tiennent compte des conditions particulières de participation à l'examen des candidats en situation de handicap et procèdent aux adaptations que les cas individuels rendent indispensables, en tenant compte des dispositions des textes régissant l'organisation des examens publics pour les candidats en situation de handicap (dont la circulaire n° 2011-220 du 27 décembre 2011 publiée au B.O. n° 2 du 12 janvier 2012).

Ces candidats peuvent demander à bénéficier à la fois d'une adaptation du sujet de l'épreuve et d'aménagements des conditions d'examen.

3.2 Redoublement

Si un élève est amené à redoubler la classe de troisième, seules sont prises en compte, pour l'attribution du diplôme national du brevet, les notes et les appréciations attribuées lors de l'année de redoublement.

3.3 Élèves des dispositifs d'initiation aux métiers en alternance (Dima)

Les élèves ayant accompli leur dernière année de scolarité obligatoire dans les dispositifs d'initiation aux métiers en alternance (Dima) des établissements d'enseignement et de formation du ministère en charge de l'agriculture ont la possibilité de se présenter au diplôme national du brevet en tant que candidats individuels, conformément aux dispositions de la circulaire n° 2011-009 du 19 janvier 2011 et de l'article 5 de l'arrêté du 4 décembre 2012 précité relatif au diplôme national du brevet pour les candidats des établissements d'enseignement agricole.

3.4 Résultats des élèves venant d'un établissement d'enseignement privé hors contrat

Les résultats obtenus en classe de troisième dans un établissement privé hors contrat ne peuvent en aucun cas être pris en considération pour l'attribution du diplôme national du brevet. Dans le cas d'un candidat venant d'un établissement privé hors contrat et scolarisé en cours d'année dans un établissement public ou dans un établissement privé sous contrat, seuls sont pris en compte les résultats qu'il a obtenus à compter de la date d'arrivée dans cet établissement.

Pour le ministre de l'éducation nationale
et par délégation,
Le directeur général de l'enseignement scolaire,
Jean-Paul Delahaye

Pour le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt
et par délégation,
La directrice générale de l'enseignement et de la recherche,
Mireille Riou-Canals



Annexe I

Épreuves de l'examen

 

Les épreuves de l'examen permettent d'apprécier l'ensemble des connaissances et des compétences acquises par les candidats dans le cadre des programmes d'enseignement et en référence au socle commun.

Les sujets sont élaborés par le ministère en charge de l'éducation nationale en concertation avec le ministère en charge de l'agriculture. Les acquis à évaluer se réfèrent à l'intégralité du programme/référentiel de la classe de troisième ; ils peuvent faire appel aux acquis des classes antérieures.

Conformément aux dispositions de l'arrêté du 4 décembre 2012 relatif au diplôme national du brevet pour les candidats des établissements d'enseignement agricole et pour les candidats désignés par l'article 3 de cet arrêté, l'examen se compose de quatre épreuves : trois épreuves écrites (français, mathématiques, histoire-géographie-éducation civique) communes à l'ensemble des candidats et définies ci-après, et une épreuve orale d'histoire des arts.

Pour les candidats de l'article 3 de l'arrêté précité, l'épreuve d'histoire des arts consiste en un oral passé au sein de leur établissement selon les modalités définies par la circulaire n° 2011-189 du 3 novembre 2011 publiée au B.O. n° 41 du 10 novembre 2011.

Les candidats dits « individuels » relevant de l'article 5 de l'arrêté précité présentent six épreuves écrites ; ils ne présentent pas d'épreuve relative à l'histoire des arts.

I - Épreuves communes à l'ensemble des candidats

Épreuve de français

1. Durée de l'épreuve : 3 heures

2. Nature de l'épreuve : écrite

3. Objectifs de l'épreuve

L'épreuve évalue les connaissances et compétences définies par le socle commun au palier 3.

Les textes littéraires, qui servent de support à l'épreuve, sont empruntés aux programmes des classes de troisième ou de quatrième de l'éducation nationale.

Dans l'esprit du socle commun, le sujet doit permettre d'évaluer les capacités du candidat dans les domaines lire et écrire de la compétence 1 - la maîtrise de la langue française - et peut également permettre d'apprécier les éléments de la compétence 5 - la culture humaniste - relevant de la culture littéraire.

4. Structure de l'épreuve

L'épreuve se décompose en deux parties, d'une durée d'une heure et demie chacune, séparées par une pause de quinze minutes. Les candidats composent chacune des parties d'épreuve sur des copies distinctes ; celles de la première partie sont relevées à la fin du temps imparti ; le sujet est laissé à la disposition du candidat.

Première partie : compréhension de texte, réécriture et dictée (1 heure 30)

Un texte d'une trentaine de lignes maximum, d'un auteur de langue française, est remis au candidat.

- La compréhension du texte est évaluée par une série de questions qui prennent appui sur le texte distribué. Certaines de ces questions sont d'ordre lexical et grammatical. D'autres engagent le candidat à réagir à sa lecture en justifiant son point de vue.

- La maîtrise de la langue et de l'orthographe est évaluée :

. par la réécriture, en fonction de diverses contraintes grammaticales, d'un passage ou de plusieurs passages du texte proposé au candidat. Le sujet donne des consignes précises sur les modalités de cette reformulation (modification de formes verbales, changement de l'ordre des mots, de genre, de nombre, etc.). Elles entraînent des transformations orthographiques que le candidat doit effectuer en réécrivant le texte initial,

. par la dictée d'un texte de 600 à 800 signes, de difficulté référencée aux attentes orthographiques des programmes. Cette dictée est effectuée au cours des trente dernières minutes de cette première partie d'épreuve.

Les candidats présentant un handicap peuvent demander à composer sur le texte de dictée aménagée.

Seconde partie : rédaction (1 heure 30)

Deux sujets de rédaction au choix sont proposés aux candidats.

L'un fait essentiellement appel à l'imagination et prend appui sur le texte initial ; l'autre demande une réflexion sur une question ou un thème en relation avec le sens du texte.

Les candidats doivent produire un texte correct et cohérent, d'une longueur de deux pages au moins (environ trois cents mots). Ce texte doit être structuré, construit en paragraphes et correctement ponctué.

Dans l'évaluation de la rédaction, il est tenu compte de la maîtrise de la langue (orthographe, syntaxe, présentation).

5. Instructions complémentaires

L'ensemble du sujet doit permettre à la plupart des candidats d'achever l'épreuve dans le temps imparti.

Les questions permettant d'évaluer la compréhension du texte ne comportent pas nécessairement d'axes de lecture : elles visent à évaluer l'autonomie du candidat. Elles respectent un équilibre entre au moins une question où le candidat développe sa réaction personnelle, une question de synthèse appelant une réponse longue et des questions plus précises appelant des réponses courtes. Les réponses longues doivent être construites et ordonnées. Certaines questions peuvent prendre la forme de questionnaires à choix multiple.

Le sujet de rédaction ne s'accompagne pas nécessairement de consignes complémentaires destinées à guider le candidat.

Pour la rédaction, l'usage d'un dictionnaire de langue française est autorisé.

6. Notation de l'épreuve 

L'épreuve est notée sur 40 points :

- questions de compréhension : 15 points ;

- dictée et réécriture : 10 points ;

- rédaction : 15 points.

Épreuve de mathématiques

1. Durée de l'épreuve : 2 heures

2. Nature de l'épreuve : écrite

3. Objectifs de l'épreuve 

L'épreuve évalue les connaissances et compétences définies par le socle commun au palier 3.

Dans l'esprit du socle commun, le sujet doit permettre d'apprécier la capacité du candidat à mobiliser ses connaissances et à mettre en œuvre une démarche scientifique pour résoudre des problèmes simples.

4. Structure de l'épreuve

Le sujet est constitué de six à dix exercices indépendants. Il est indiqué au candidat qu'il peut les traiter dans l'ordre qui lui convient.

Les exercices correspondent aux exigences du socle commun. L'ensemble du sujet doit préserver un équilibre entre les quatre premiers items de la compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences « Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique » appliqués à l'activité de résolution d'un problème mathématique :

- rechercher, extraire et organiser l'information utile ;

- mesurer, calculer, appliquer des consignes ;

- modéliser, conjecturer, raisonner et démontrer ;

- argumenter et présenter les résultats à l'aide d'un langage adapté.

L'essentiel de l'épreuve évalue ces capacités.

Un des exercices au moins a pour objet une tâche non guidée, exigeant une prise d'initiative de la part du candidat.

5. Instructions complémentaires

Le sujet doit permettre à la plupart des candidats d'achever l'épreuve dans le temps imparti.

Certaines questions peuvent prendre la forme de questionnaires à choix multiple, d'autres conduisent à justifier un résultat.

Les exercices peuvent prendre appui sur des situations issues de la vie courante ou d'autres disciplines.

L'évaluation doit prendre en compte la clarté et la précision des raisonnements ainsi que, plus largement, la qualité de la rédaction scientifique. Les solutions exactes, même justifiées de manière incomplète, comme la mise en œuvre d'idées pertinentes, même maladroitement formulées, seront valorisées lors de la correction. Doivent aussi être pris en compte les essais, les démarches engagées, même non aboutis. Les candidats en sont informés par l'énoncé.

L'emploi des calculatrices est autorisé, dans le cadre de la réglementation en vigueur. Certains exercices peuvent faire un appel explicite à l'usage d'une calculatrice, dans le cadre des usages préconisés par le programme. Ce point est rappelé en tête du sujet.

Cette utilisation ne doit pas favoriser les élèves qui possèdent un matériel perfectionné.

6. Notation de l'épreuve

L'épreuve est notée sur 40 points.

Chaque exercice est noté entre 3 et 8 points, le total des exercices étant noté sur 36 points.

La note attribuée à chaque exercice est indiquée dans le sujet.

Par ailleurs, 4 points sont réservés à la maîtrise de la langue.

Épreuve  d'histoire-géographie-éducation civique

1. Durée de l'épreuve : 2 heures

2. Nature de l'épreuve : écrite

3. Objectifs de l'épreuve 

L'épreuve évalue les connaissances et compétences définies par le socle commun au palier 3.

Les acquis à évaluer s'appuient sur le référentiel d'enseignement des trois disciplines concernées défini dans l'annexe II de la note de service n° 2012-029 du 24 février 2012 (B.O. n° 13 du 29 mars 2012).

En relation avec les compétences du socle commun de connaissances et de compétences ici mises en œuvre (compétence 1 - La maîtrise de la langue française, compétence 5 - La culture humaniste - et compétence 6 - Les compétences sociales et civiques), l'épreuve est construite afin d'évaluer l'aptitude du candidat :

- à maîtriser des connaissances fondamentales, constitutives de la culture historique, géographique et civique attendue en fin de scolarité obligatoire ;

- à travailler sur des documents en utilisant les raisonnements et les méthodes en usage en histoire, géographie et éducation civique ;

- à lire, comprendre et employer différents langages (textuel, iconographique, cartographique, graphique) ;

- à répondre aux questions posées ou aux consignes ;

- à rédiger un développement construit en réponse à une des questions d'histoire ou de géographie. Ce développement prendra la forme d'un texte structuré, d'une longueur adaptée au traitement de la question.

Les questions et exercices proposés mobilisent les repères chronologiques et géographiques acquis et les capacités construites sur l'ensemble de la scolarité obligatoire : connaître et utiliser des repères temporels et spatiaux, décrire, écrire un récit historique, caractériser et expliquer un événement ou une situation, travailler sur document (identification, contextualisation, prélèvement d'informations, mise en évidence du sens, confrontation éventuelle avec d'autres sources, expression d'un regard critique).

4. Structure de l'épreuve

L'épreuve comprend trois parties : histoire, géographie, éducation civique.

Première partie : histoire

On attend du candidat :

- qu'il réponde à des questions :

. portant sur les repères chronologiques inscrits au programme d'histoire,

. permettant de vérifier la connaissance de notions, d'acteurs et de faits historiques essentiels ; ces questions appellent des réponses de longueur inégale, et l'une d'elles peut être l'objet d'un développement ;

- qu'il ait la capacité de travailler sur un document en relation avec un thème du programme d'histoire. Il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, de prélever des informations, et, si on le demande, de porter sur ce document un regard critique en indiquant son intérêt ou ses limites. Le candidat est guidé par des questions ou des consignes.

Deuxième partie : géographie

On attend du candidat :

- qu'il localise sur un fond de carte des repères inscrits au programme de géographie ;

- qu'il réponde à des questions permettant de vérifier la connaissance de notions, d'acteurs et de situations géographiques ; ces questions appellent des réponses de longueur inégale, et l'une d'elles peut être l'objet d'un développement ;

- qu'il ait la capacité de travailler sur un document se rapportant à un thème du programme de géographie. Il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, de prélever des informations. Le candidat est guidé par des questions ou des consignes ;

- qu'il ait la capacité, si on le demande, de réaliser une tâche cartographique simple.

Troisième partie : éducation civique

On attend du candidat :

- qu'il réponde à des questions permettant de vérifier la connaissance de valeurs, de principes, de notions, d'acteurs ;

- qu'il ait la capacité de travailler sur un document se rapportant à un thème du programme d'éducation civique. Il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, en rendant compte du problème politique ou social qu'il illustre. Le candidat est guidé par des questions ou des consignes.

5. Notation de l'épreuve 

L'épreuve est notée sur 40 :

- première partie (histoire) : 13 points ;

- deuxième partie (géographie) : 13 points ;

- troisième partie (éducation civique) : 10 points ;

- maîtrise de la langue : 4 points.


II - Épreuves réservées aux candidats « individuels » visés à l'article 5 de l'arrêté du 4 décembre

2012

relatif au diplôme national du brevet pour les candidats des établissements d'enseignement agricole

Épreuve de langue vivante étrangère

1. Durée : 1 heure 30

2. Nature de l'épreuve : écrite
3. Objectifs de l'épreuve
L'épreuve vise à évaluer les différentes compétences langagières liées à l'écrit, dans l'ordre suivant :
- première partie : évaluation de la compréhension d'un texte écrit ;
- deuxième partie : évaluation de la compétence linguistique (grammaire, lexique, etc.) ;
- troisième partie : évaluation de l'expression écrite.
4. Structure de l'épreuve

Première partie : évaluation de la compréhension d'un texte écrit 

Un texte écrit de deux cents mots environ est proposé aux candidats. Il est choisi pour la simplicité de sa langue et pour le fait qu'il évoque un aspect de la civilisation concernée. Un certain nombre d'exercices appropriés vérifient si le contenu d'ensemble, voire certains détails significatifs, ont été compris.

La traduction d'un bref passage du texte peut figurer parmi ces exercices, mais en aucun cas on ne se contente de la seule version pour contrôler la compréhension du texte.

Deuxième partie : évaluation de la compétence linguistique (grammaire, lexique, etc.) 

Elle comporte une série d'exercices brefs et de difficulté croissante qui peuvent également prendre appui sur le texte mentionné ci-dessus.

Ils sont de types variés : de transformation, de substitution, lacunaires, etc.

Troisième partie : évaluation de l'expression écrite

Les candidats rédigent un texte suivi de cinquante mots environ. Le sujet qui leur est proposé peut lui aussi prendre appui sur le texte mentionné ci-dessus. Il est plus ou moins explicité suivant que la commission souhaite guider les candidats ou leur laisser une plus ou moins grande autonomie. En tout état de cause, les sujets sont élaborés dans le respect strict des instructions ministérielles propres à chaque langue vivante.

5. Instructions complémentaires
Les candidats ont le choix entre les langues vivantes étrangères enseignées dans les collèges de l'académie où ils se présentent.

En outre, les candidats originaires de l'étranger peuvent éventuellement être autorisés par le directeur académique des services de l'éducation nationale à composer dans leur langue maternelle, lorsqu'il est possible de recruter un professeur de la langue correspondante.
Le choix de la langue doit être précisé au moment de l'inscription.
6. Notation
L'épreuve est notée sur 20 :

- première partie : 6 points ;
- deuxième partie : 5 points ;
- troisième partie : 7 points ;
- orthographe et présentation : 2 points.

Épreuve de sciences physiques

1. Durée : 45 minutes

2. Nature de l'épreuve : écrite
3. Objectif de l'épreuve
L'évaluation a pour objectif d'apprécier l'aptitude du candidat à maîtriser :
- des notions fondamentales ;
- la méthodologie scientifique expérimentale ;
- la pensée logique.
4. Structure de l'épreuve
Les sujets, choisis de façon à couvrir l'ensemble des objectifs d'évaluation, peuvent revêtir des formes variées, en demandant au candidat :
- de décrire tout ou partie de la conception, de la réalisation ou de l'exploitation d'une expérience ;
- d'effectuer un choix raisonné entre divers résultats, hypothèses ou conclusions ;
- d'exploiter numériquement un modèle fourni.
5. Notation

L'épreuve est notée sur 20 dont 2 points attribués à l'orthographe et à la présentation.

Épreuve de prévention-santé-environnement

1. Durée : 1 heure
2. Nature de l'épreuve : écrite

3. Objectif de l'épreuve
L'évaluation a pour objectif d'apprécier l'aptitude du candidat à :
- analyser une situation concrète et/ou exploiter un document présentant un fait relatif à la santé ou à la consommation ;
- mobiliser les connaissances acquises ;
- effectuer des choix raisonnés ;
- prévoir l'organisation d'une action et repérer les facteurs de réussite ou d'échec de l'action.
4. Structure de l'épreuve
Pour tous les candidats ayant choisi cette épreuve, le référentiel d'épreuve de prévention-santé-environnement est défini par la note de service n° 2010-144 du 22 septembre 2010, publiée au B.O. n° 38 du 21 octobre 2010.

L'épreuve porte obligatoirement sur les différents champs de la prévention, de la santé et de l'environnement. Chaque partie est évaluée par une ou plusieurs questions. L'épreuve peut comporter des documents.
5. Notation

L'épreuve est notée sur 20 dont 2 points attribués à l'orthographe et à la présentation.

Épreuve d'éducation socioculturelle

1. Durée : 1 heure 30 minutes
2. Nature de l'épreuve : épreuve pratique, éventuellement écrite, à partir d'une proposition accompagnée ou non du document.

3. Objectif de l'épreuve
L'évaluation a pour objectif d'apprécier l'aptitude du candidat à :

- mettre en œuvre un moyen d'expression artistique ;
- réaliser un document simple de communication ;

- prendre des responsabilités dans la vie associative.
4. Structure de l'épreuve
Deux types d'épreuves sont proposés au choix du candidat :

- Épreuve n° 1 : pratiquer un exercice simple d'expression artistique, conforme au descriptif défini ci-dessous.

Nature de l'épreuve : pratique et écrite

Objectif de l'épreuve

L'évaluation a pour objectif d'apprécier l'aptitude du candidat à :

- maîtriser des opérations plastiques et techniques courantes et à les mettre en œuvre à un niveau de maîtrise correspondant au collège (en référence au programme de l'éducation nationale) ;

- comprendre une image ou une œuvre et l'utiliser ;

- maîtriser, à un niveau simple, du vocabulaire courant propre au champ des arts plastiques ;

- analyser une œuvre et en rendre compte.
Structure de l'épreuve
- Première partie : pratique (durée 1 heure)
Production plastique sur une proposition accompagnée d'un document iconographique.

- Deuxième partie : questions (durée 30 minutes)

Le candidat répond par écrit à trois questions dont la forme (question à choix multiple, question ouverte, « texte à trous », etc.) est, pour chacune, différente. Elles sollicitent d'autres compétences que strictement de rédaction, et permettent d'évaluer les acquis dans le champ des arts plastiques et la maîtrise d'un vocabulaire précis.
Instructions complémentaires

- Support : pour la partie pratique, les candidats travaillent à l'intérieur d'un format A3 (29,7x42 cm). Les dimensions du travail sont libres dans les limites de ce format sauf indication particulière apportée par le sujet.

- Moyens d'expression : ils sont laissés au choix du candidat, y compris les collages, et sauf contrainte particulière indiquée par le sujet.

Les sujets doivent être élaborés dans un esprit d'ouverture suffisamment large pour permettre à chaque candidat de faire la preuve de ses capacités et de ses connaissances sans pour autant remettre en cause un niveau d'exigence suffisant.
Notation

L'épreuve est notée sur 20 :

- partie pratique : 14 points ;

- questionnaire : 6 points.

- Épreuve n° 2 : élaborer un document simple de communication utilisable pour l'animation de la vie scolaire ou de la vie locale.

Nature de l'épreuve : pratique et éventuellement écrite

Structure de l'épreuve : les élèves réalisent une affiche, un tract ou tout autre document utilisable pour l'animation de la vie scolaire ou de la vie locale. Des questions écrites peuvent compléter l'épreuve pour vérifier les capacités des candidats à prendre des responsabilités dans la vie associative. Les questions devront être élaborées dans un esprit d'ouverture suffisamment large pour permettre à chaque candidat de faire la preuve de ses capacités et connaissances sans pour autant remettre en cause un niveau d'exigence suffisant.

Notation

L'épreuve est notée sur 20.




Annexe II

Diplôme national du brevet - session...

Enseignement agricole « série professionnelle »

 

Académie de
Département
Établissement fréquenté
Nom
Prénom
Date de naissance

 

Total des points

Total moyen de la classe

Total de l'élève

Avis du conseil de classe

 

Doit faire ses preuves □

Avis favorable □

Avis circonstancié du chef d'établissement

 

 

 

 

Note moyenne de la classe sur 20

Note

moyenne de l'élève sur 20

Appréciations des professeurs sur les résultats et l'évolution du candidat

Français

Coefficient 1

 

 

 

Mathématiques

Coefficient 1

 

 

 

Langue vivante

Coefficient 1

 

 

 

Prévention-santé-environnement

Coefficient 1

 

 

 

Éducation physique et sportive

Coefficient 1

 

 

 

Éducation socioculturelle

Coefficient 1

 

 

 

Technologie, sciences et découverte de la vie professionnelle et des métiers

Coefficient 3

 

 

 

Vie scolaire

Coefficient 1

 

 

 

Pour information

Histoire-géographie

 

 

 

Éducation civique