Être Directeur de Cabinet de recteur (DIRCAB)

Le Directeur de Cabinet de recteur occupe une fonction politique dans le fonctionnement de l’académie.

Statut

Les emplois de directeur de cabinet de recteur sont classés dans le groupe III des emplois fonctionnels des services déconcentrés de l’éducation nationale (EFSDEN).

Missions

Sous l’autorité du recteur, le directeur de cabinet a en charge les affaires réservées du recteur.

Il assure des fonctions de coordination et d’animation de l’équipe du cabinet. Il en gère éventuellement le pôle administratif (organisation du travail).

Il assiste le recteur dans la mise en oeuvre des orientations et objectifs de la politique académique. À ce titre, il peut se voir confier des dossiers et projets spécifiques relatifs à la politique éducative.

Il remplit également des rôles de conseil et de représentation. Ainsi, il peut préparer les visites ministérielles en coordination avec le cabinet du ministre et la préfecture. Il peut aussi organiser les déplacements du recteur d’académie.

Le directeur de cabinet gère les relations avec les partenaires institutionnels (parlementaires, élus des collectivités territoriales…) et de la société civile (syndicats, associations de parents d’élèves…). Il peut participer au dialogue social au niveau académique.

Il informe régulièrement le ministère, et notamment le cabinet du ministre, sur les signalements et faits graves constatés quotidiennement.

Nomination et conditions d'accès

Nomination et durée des fonctions

Les directeurs de cabinet de recteur sont nommés par arrêté du ministre chargé de l’éducation nationale, pour une durée maximale de quatre ans renouvelable une fois.

Les fonctionnaires occupant un emploi de directeur de cabinet de recteur sont placés en position de détachement.

Conditions d'accès à l'emploi

Peuvent être nommés dans un emploi du groupe III des EFSDEN :

  • Les fonctionnaires appartenant à un corps ou à un cadre d’emplois de catégorie A dont l’indice terminal brut est au moins égal à la HEB ou ayant occupé durant au moins trois ans en position de détachement un ou plusieurs emplois culminant au moins à la HEB ;
  • Les officiers supérieurs détenant au moins le grade de lieutenant-colonel ou ayant occupé un emploi conduisant à nomination dans la classe fonctionnelle du grade de commandant ;
  • Les membres du corps du contrôle général des armées ;
  •  Les magistrats de l’ordre judiciaire ;
  • Les administrateurs des services de l’Assemblée nationale et du Sénat.
  • Les personnes n’ayant pas la qualité de fonctionnaire et remplissant les conditions générales d’accès à la fonction publique prévues aux articles L. 321-1 à L. 321-3 du code général de la fonction publique et ayant exercé des responsabilités d’un niveau comparable à celles dévolues aux fonctionnaires des corps et cadres d’emplois susmentionnés.

    Pour être nommées, l’ensemble des personnes mentionnées ci-dessus doivent justifier d’au moins six années d’activités professionnelles diversifiées les qualifiant particulièrement pour l’exercice de fonctions supérieures de direction, d’encadrement ou d’expertise.
     
  • Les fonctionnaires des trois fonctions publiques appartenant à un corps ou à un cadre d’emploi de catégorie A :
    • dont l’indice brut terminal est au moins égal à l’indice brut 966 et qui ont occupé un ou plusieurs emplois dotés d’un indice terminal au moins égal à l’indice brut 1015 pendant trois ans minimum et qui justifient de huit ans de service accomplis dans un ou plusieurs des corps ou cadre d’emplois ou en position de détachement dans un emploi ;
    • dont l’indice brut terminal est au moins égal à l’indice brut 1015 dans les conditions suivantes :
      • si l’indice brut terminal de leur corps ou cadre d’emploi est égal à l’IB 1015, ils doivent avoir atteint l’IB 835 de leur grade et justifier de huit ans de services dans un ou plusieurs corps ou cadre d’emplois, ou en position de détachement dans un emploi doté d’un tel indice terminal ;
      • si l’indice brut terminal de leur corps ou cadre d’emploi est supérieur à l’IB 1015, ils doivent justifier de huit ans de services dans un ou plusieurs corps ou cadre d’emplois de catégorie A, ou en position de détachement dans un emploi de même niveau.
  • Les fonctionnaires des trois fonctions publiques appartenant à un corps ou à un cadre d’emplois classé dans la catégorie A dont l’indice brut terminal est au moins égal à l’indice brut 966 et justifiant d’au moins treize ans d’ancienneté dans un corps ou plusieurs corps, cadres d’emplois ou emplois de catégorie A dont quatre ans de services effectifs dans un grade d’avancement de ces corps ou cadres d’emplois.
  • Les officiers de carrière détenant une ancienneté d’au moins trois ans dans le grade de commandant ou assimilé.

Carrière et rémunération

Rémunération brute des directeurs de cabinet de recteur (groupe III) – Données au 1er juillet 2022
Échelon Durée dans l'échelon Indice brut Indice majoré Traitement brut annuel
5e échelon   Hors-échelle B 1 067 62 100 €
1 013 58 957 €
972 56 571 €
4e échelon 3 ans Hors-échelle A 972 56 571 €
925 53 835 €
890 51 798 €
3e échelon 2 ans 1 027 830 48 306 €
2e échelon 2 ans 977 792 46 095 €
1er échelon 2 ans 912 743 43 243 €

Le traitement indiciaire est complété par l’indemnité de résidence et le supplément familial de traitement, qui sont directement liés à la situation de l’agent.

Une majoration sur le traitement de base est appliquée pour les emplois basés en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Mayotte et à La Réunion.

En Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à Mayotte, cette majoration est de 40%.

À La Réunion, cette majoration est de 53%.

Nouvelle bonification indiciaire

Les directeurs de cabinet de recteur bénéficient d’une nouvelle bonification indiciaire (NBI) de 50 points (2 910 € annuels).

Régime indemnitaire

Le régime indemnitaire des directeurs de cabinet de recteur est le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP).

Il est constitué :

  • de l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE). C’est l’indemnité principale du RIFSEEP. Son objectif est de valoriser l’exercice des missions qui incombent à l’agent occupant les fonctions de directeur de cabinet de recteur. Elle est versée mensuellement ;
  • du complément indemnitaire annuel (CIA). Il permet de reconnaître l’engagement professionnel et la manière de servir dont fait preuve l’agent tout au long de l’année à travers son investissement personnel dans l’exercice de ses fonctions, son sens du service public, sa capacité à mener les projets et, le cas échéant, à encadrer des équipes. Le versement du CIA n’est pas obligatoire. Lorsque c’est le cas, il est versé annuellement, en une ou deux fractions.

Sont classés dans le groupe 3 du RIFSEEP les emplois de directeur de cabinet de recteur des académies d’Aix-Marseille, Besançon, Bordeaux, Créteil, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Normandie, Orléans-Tours, Paris, Rennes, Toulouse et Versailles.

Sont classés dans le groupe 4 du RIFSEEP les emplois de directeur de cabinet de recteur des académies d’Amiens, Clermont-Ferrand, Corse, Dijon, Guadeloupe, Guyane, Limoges, Martinique, Nice, Poitiers, Reims, La Réunion, Strasbourg et Mayotte.

RIFSEEP (montants annuels)
  Plafond réglementaire IFSE Plafond réglementaire CIA Total plafond réglementaire RIFSEEP
Groupe 3 44 370 € 7 830 € 52 200 €
Groupe 4 40 290 € 7 110 € 47 400 €

Télécharger la fiche métier "Être Directeur de Cabinet de recteur (DIRCAB)" au format PDF

Mise à jour : octobre 2022