bo Le Bulletin officiel de l'éducation nationale

Le Bulletin officiel de l'éducation nationale publie des actes administratifs : décrets, arrêtés, notes de service, etc. La mise en place de mesures ministérielles et les opérations annuelles de gestion font l'objet de textes réglementaires publiés dans des BO spéciaux.

Enseignements primaire et secondaire

Sections internationales japonaises

Adaptation du programme d'histoire-géographie de terminale générale

NOR : MENE2022187N

Note de service du 19-8-2020

MENJ - DGESCO - C1-3

Texte adressé aux recteurs et rectrices d'académie ; au directeur du Siec d'Île-de-France ; aux cheffes et chefs d'établissement ; aux professeures et professeurs d'histoire-géographie des sections internationales japonaises
Références : arrêté du 19-05-2020 (J.O. du 29-5-2020 et BOEN du 4-6-2020)

Dans le cadre des programmes arrêtés le 19 juillet 2019, et en application de l'arrêté du 19 mai 2020 sur le programme d'enseignement d'histoire-géographie conduisant au baccalauréat général option internationale, paru au BOEN du 4 juin 2020, cette note de service présente l'adaptation du programme d'histoire-géographie de terminale générale pour les sections japonaises. Cette adaptation s'appuie également sur le préambule du programme national, dont la lecture est nécessaire pour mettre en œuvre le programme.

Histoire

« Les relations entre les puissances et l'opposition des modèles politiques, des années 1930 à nos jours »

Ce programme vise à montrer comment le monde a été profondément remodelé en moins d'un siècle par les relations entre les puissances et l'affrontement des modèles politiques.

Dans l'entre-deux-guerres, la montée des totalitarismes déstabilise les démocraties ; puis le déchaînement de violence de la Seconde Guerre mondiale aboutit à l'équilibre conflictuel d'un monde devenu bipolaire, alors même qu'éclatent et disparaissent les empires coloniaux. La guerre froide met face à face deux modèles politiques et deux grandes puissances qui, tout en évitant l'affrontement direct, suscitent ou entretiennent de nombreux conflits armés régionaux. Parallèlement, les sociétés occidentales connaissent de profonds bouleversements : mise en place d'États-providence, entrée dans la société de consommation... Dans l'Europe occidentale, la construction européenne consolide la paix et œuvre à l'ouverture réciproque des économies européennes. Les années 1970-1980 voient naître de multiples dynamiques, économiques, sociales, culturelles et géopolitiques, qui aboutissent, en dernier ressort, à l'effondrement du bloc soviétique et à la fin du monde bipolaire. Depuis les années 1990, conflits et coopérations se développent et s'entrecroisent aux échelles mondiale, européenne et nationale, posant dans de nouveaux domaines la question récurrente des tensions entre intérêts particuliers et intérêt général.

Thème 1 : Fragilités des démocraties, totalitarismes et Seconde Guerre mondiale (1929-1945) (15-17 heures)

Chapitre 1. L'impact de la crise de 1929 : déséquilibres économiques et sociaux

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer l'impact de la crise économique mondiale sur les sociétés et les équilibres politiques, à court, moyen et long terme, en particulier pour le Japon.

On peut mettre en avant :

  • les causes de la crise ;
  • le passage d'une crise américaine à une crise mondiale ;
  • l'émergence d'un chômage de masse ;
  • les effets économiques et politiques de la crise au Japon.

Points de passage et d'ouverture

Le tremblement de terre de 1923 à Tokyo et ses conséquences politiques et économiques ;

1933 : un nouveau président des États-Unis, F. D. Roosevelt, pour une nouvelle politique économique, le New Deal ;

Juin 1936 : les accords Matignon.

Chapitre 2. Les régimes totalitaires

Objectifs

Ce chapitre vise à mettre en évidence les caractéristiques des régimes totalitaires (idéologie, formes et degrés d'adhésion, usage de la violence et de la terreur) et leurs conséquences sur l'ordre européen, ainsi que la militarisation du Japon et ses conséquences sur la stabilité en Asie.

On peut mettre en avant les caractéristiques :

  • du régime soviétique ;
  • du fascisme italien ;
  • du national-socialisme allemand ;
  • de la militarisation du Japon (économie de guerre, politique d'expansion) et ses liens avec l'Allemagne nazie.

Point de passage et d'ouverture

1932 : la création du Mandchoukouo ;

1937 : la guerre sino-japonaise ;

1937-1938 : la Grande Terreur en URSS ;

9-10 novembre 1938 : la nuit de Cristal.

Chapitre 3. La Seconde Guerre mondiale

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer l'étendue et la violence du conflit mondial, à montrer le processus menant au génocide des Juifs d'Europe, et à comprendre, pour la France, toutes les conséquences de la défaite de 1940. Il doit aussi permettre de souligner le rôle du Japon dans la guerre, de l'expansion initiale à la défaite finale face aux États-Unis.

On peut mettre en avant :

  • un conflit mondial : protagonistes, phases de la guerre et théâtres d'opération ;
  • crimes de guerre, violences et crimes de masse, Shoah, génocide des Tsiganes;
  • la France dans la guerre : occupation, collaboration, régime de Vichy, Résistance ;
  • Le Japon dans la guerre : une société au service de l'expansionnisme ;
  • la guerre du Pacifique et la politique d'occupation du Japon.

Points de passage et d'ouverture

7 décembre 1941 : Pearl Harbor ;

Juin 1940 en France : continuer ou arrêter la guerre ;

juin 1944 : le débarquement en Normandie et l'opération Bagration ;

6 et 9 août 1945 : les bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki.

Thème 2 :  La multiplication des acteurs internationaux dans un monde bipolaire (de 1945 au début des années 1970)  (14-16 heures)

Chapitre 1. La fin de la Seconde Guerre mondiale et les débuts d'un nouvel ordre mondial

Objectifs

Ce chapitre vise à mettre en parallèle la volonté de création d'un nouvel ordre international et les tensions qui surviennent très tôt entre les deux nouvelles superpuissances (États-Unis et URSS) et ses conséquences sur la reconstruction du Japon.

On peut mettre en avant :

  • le bilan matériel, humain et moral du conflit.
  • les bases de l'État-providence ;
  • la reconstruction d'un Japon démocratique sous tutelle américaine
  • les bases d'un nouvel ordre international (création de l'ONU, procès de Nuremberg et de Tokyo, accords de Bretton Woods) ;
  • les nouvelles tensions : début de l'affrontement des deux superpuissances et conflits au Proche-Orient.

Point de passage et d'ouverture

La constitution de 1947 ;

1948 : naissance de l'État d'Israël ;

25 février 1948 : le « coup de Prague ».

Chapitre 2. Une nouvelle donne géopolitique : bipolarisation et émergence du tiers-monde

Objectifs

Ce chapitre montre comment la bipolarisation issue de la Guerre froide interfère avec la décolonisation et conduit à l'émergence de nouveaux acteurs, comme le Japon.

On peut mettre en avant :

  • les modèles des deux superpuissances et la bipolarisation ;
  • les nouveaux États : des indépendances à leur affirmation sur la scène internationale ;
  • la Chine de Mao : l'affirmation d'un nouvel acteur international ;
  • le Japon dans la guerre froide.
  • les conflits du Proche et du Moyen-Orient.

Points de passage et d'ouverture

1951 : Le traité de San Francisco ;

Les guerres d'Indochine et du Vietnam ;

L'année 1968 dans le monde.

Chapitre 3. La France et le Japon, une nouvelle place dans le monde

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer comment la France de l'après-guerre s'engage dans la construction européenne, comment elle cesse d'être une puissance coloniale et retrouve un rôle international, comment elle réforme ses institutions et ouvre davantage son économie. Il vise aussi à montrer comment le Japon redevient une puissance économique, avec ce qu'on a appelé le « miracle économique japonais ».

On peut mettre en avant :

  • la IVe République entre décolonisation, guerre froide et construction européenne ;
  • la crise algérienne de la République française et la naissance d'un nouveau régime ;
  • les débuts de la Ve République : un projet liant volonté d'indépendance nationale et modernisation du pays ;
  • le « miracle économique japonais », la modernisation du Japon.

Point de passage et d'ouverture

Charles de Gaulle et Pierre Mendès-France, deux conceptions de la République ;

La constitution de 1958 ;

1964 : Les Jeux Olympiques de Tokyo, symbole de la nouvelle puissance japonaise.

Thème 3 : Les remises en cause économiques, politiques et sociales des années 1970 à 1991 (17-19 heures)

Chapitre 1. La modification des grands équilibres économiques et politiques mondiaux

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer les conséquences sociales, économiques et géopolitiques des chocs pétroliers (1973 et 1979), dans le cadre d'une crise économique occidentale qui caractérise la période, mais aussi ses profondes évolutions politiques : la démocratie trouve une nouvelle vigueur, de la chute des régimes autoritaires d'Europe méridionale (Grèce, Portugal et Espagne) à l'effondrement du bloc soviétique, tandis que la révolution iranienne marque l'émergence de l'islamisme sur la scène politique et internationale.

On peut mettre en avant :

  • les chocs pétroliers : la crise économique occidentale et la nouvelle donne économique internationale ;
  • libéralisation et dérégulation ;
  • la révolution islamique d'Iran et le rejet du modèle occidental ;
  • la démocratisation de l'Europe méridionale et les évolutions de la CEE ;
  • l'effondrement du bloc soviétique et de l'URSS.

Point de passage et d'ouverture

Ronald Reagan et Deng Xiaoping : néolibéralisme et socialisme de marché ;

L'année 1989 dans le monde.

Chapitre 2. Un tournant social, politique et culturel, la France de 1974 à 1988

Objectifs

Ce chapitre souligne les mutations sociales et culturelles de la société française pendant une période marquée par de nombreuses réformes et l'émergence de nouvelles questions politiques.

On peut mettre en avant :

  • l'alternance politique avec l'élection de François Mitterrand ;
  • une société en mutation : évolution de la place et des droits des femmes, place des jeunes et démocratisation de l'enseignement secondaire et supérieur, immigration et intégration ;
  • les transformations du paysage audiovisuel français, l'évolution de la politique culturelle et les nouvelles formes de la culture populaire.

Point de passage et d'ouverture

1975 : la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse : un tournant dans l'évolution des droits des femmes ;

L'épidémie du SIDA en France : recherche, prévention et luttes politiques.

Chapitre 3. Le Japon de 1974 à la fin des années 1980 : l'affirmation d'une puissance économique mondiale

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer comme le Japon, après avoir surmonté la crise pétrolière, s'affirme sur la scène internationale comme une grande puissance économique et quelles sont les mutations de la société japonaise, notamment l'émergence de préoccupations environnementales.

On peut mettre en avant :

  • un modèle économique et sa remise en question ;
  • Les évolutions de la société, la modernisation et sa contestation ;
  • le développement de politiques environnementales et les grands procès contre les entreprises polluantes.

Point de passage et d'ouverture

Le toyotisme et son développement ;

Le procès du scandale de Minamata ;

1975 : le premier sommet du G6 à Rambouillet.

Thème 4 : Le monde, l'Europe et la France depuis les années 1990, entre coopérations et conflits (10-12 heures)

Ce dernier thème donne des perspectives sur les évolutions en cours, aux échelles mondiale, européenne et nationale.

Chapitre 1. Nouveaux rapports de puissance et enjeux mondiaux 

Objectifs

Ce chapitre vise à éclairer les tensions d'un monde devenu progressivement multipolaire en analysant le jeu et la hiérarchie des puissances. Seront mises au jour les formes et l'étendue des conflits ainsi que les conditions et les enjeux de la coopération internationale.

On mettra en perspective :

  • les nouvelles formes de conflits : terrorisme, conflits asymétriques et renouvellement de l'affrontement des puissances ;
  • les crimes de masse et les génocides (guerres en ex-Yougoslavie, génocide des Tutsi) ;
  • l'effort pour mettre en place une gouvernance mondiale face aux défis contemporains (justice internationale, réfugiés, environnement).

Point de passage et d'ouverture

1997 : le sommet de la Terre et le protocole de Kyoto ;

Le 11 septembre 2001.

Chapitre 2. La construction européenne entre élargissement, approfondissement et remises en question

Objectifs

Ce chapitre vise à contextualiser les évolutions, les avancées et les crises de la construction européenne.

On mettra en perspective :

  • le passage de la CEE à l'Union européenne : évolution du projet européen et élargissements successifs ;
  • Europe des États, Europe des citoyens : référendums et traités (Maastricht, traité constitutionnel de 2005, traité de Lisbonne, etc.).

Point de passage et d'ouverture

  • le tunnel sous la Manche ;
  • l'euro : genèse, mise en place et débats.

Chapitre 3. Les mutations des sociétés française et japonaise

Objectifs

Ce chapitre vise à montrer les évolutions constitutionnelles et juridiques de la République française, qui réaffirme des principes fondamentaux tout en s'efforçant de s'adapter à des évolutions de la société ainsi que les mutations qui marquent la société et la vie politique japonaises.

On mettra en perspective :

  • la Cinquième République : un régime stable qui connaît de nombreuses réformes institutionnelles ;
  • la réaffirmation du principe de laïcité (2004) ;
  • les combats pour l'égalité ainsi que l'évolution de la Constitution et du Code civil en faveur de nouveaux droits (parité, PACS, évolution du mariage, ettc.) en France ;
  • L'évolution du statut des femmes au Japon (loi sur l'égalité pour postuler à un emploi en 1985, réforme de la loi sur la nationalité en 1985, lois pour mieux reconnaître les victimes féminines, etc.).

Points de passage et d'ouverture

La parité : du principe aux applications ;

L'approfondissement de la décentralisation en France.

2004 : réforme de la loi sur l'intérim au Japon.

Géographie

« Les territoires dans la mondialisation : entre intégrations et rivalités »

La mondialisation est envisagée comme une intensification des liens et une hiérarchisation croissante des territoires à l'échelle mondiale. Après avoir abordé les principales composantes et dynamiques spatiales du monde contemporain en classes de seconde et de première, il s'agit, en classe terminale, d'étudier les conséquences, sur les territoires, du processus de mondialisation - entre intégrations et rivalités - et d'analyser le jeu des acteurs, cadre où s'opère la fragilisation ou l'affirmation des puissances.

Un intérêt accru est porté aux espaces stratégiques que sont les mers et les océans, ainsi qu'aux rapports de force marqués par des concurrences et des coopérations territoriales qui aboutissent à la recherche de gouvernances supranationales. Dans ce cadre, l'étude de l'Union européenne (UE) invite à interroger, d'une part, le fonctionnement, les atouts et les fragilités d'une organisation supranationale très intégrée et, d'autre part, son positionnement sur l'échiquier géopolitique mondial. L'étude de la France et de ses régions, dans le cadre de l'Union européenne et dans le contexte de la mondialisation, vise à mobiliser les connaissances, capacités et méthodes acquises au lycée, pour analyser les enjeux et les effets des politiques d'aménagement des territoires.

Thème 1 : Mers et océans : au cœur de la mondialisation (16-18 heures)

Questions

Mers et océans : vecteurs essentiels de la mondialisation.

Mers et océans : entre appropriation, protection et liberté de circulation.

Commentaire

La maritimisation des économies et l'ouverture des échanges internationaux confèrent aux mers et aux océans un rôle fondamental tant pour la fourniture de ressources (halieutiques, énergétiques, biochimiques, etc.) que pour la circulation des hommes et les échanges matériels ou immatériels. L'importance des routes et les itinéraires diffèrent selon la nature des flux (de matières premières, de produits intermédiaires, industriels, d'informations, etc.). Mais les territoires sont inégalement intégrés dans la mondialisation.

Les routes maritimes et les câbles sous-marins, tout comme les ports et les zones d'exploitation, restent concentrés sur quelques axes principaux. D'importants bouleversements s'opèrent, ce qui accroît les enjeux géostratégiques et les rivalités de puissance, notamment autour des canaux et des détroits internationaux. La mise en valeur et l'utilisation des mers et des océans relèvent d'une logique ambivalente, entre liberté de circulation et volonté d'appropriation, de valorisation et de protection. La délimitation des zones économiques exclusives (ZEE) est aujourd'hui la principale cause de tensions entre les États en raison des ressources présentes dans ces zones et de la volonté de ces États de les exploiter.

Études de cas possibles

Le golfe Arabo-Persique : un espace au cœur des enjeux contemporains.

La mer de Chine méridionale : concurrences territoriales, enjeux économiques et liberté de circulation.

L'océan Indien : rivalités régionales et coopérations internationales.

Le détroit de Malacca : un point de passage majeur et stratégique.

L'Arctique : exploitation des ressources, nouvelles routes commerciales et enjeux géopolitiques.

Question spécifique sur le Japon

Le Japon, une puissance maritime

Commentaire

La mer est omniprésente dans l'archipel japonais et la maritimisation de l'économie est importante. Cela a conduit le Japon a développé le secteur de la pêche, des armements qui sont parmi les premiers du monde et des chantiers navals de première importance. À cela s'ajoute un renouveau de la marine japonaise afin de mieux protéger les enjeux économiques et géopolitiques qui concernent le Japon.

Thème 2 : Dynamiques territoriales, coopérations et tensions dans la mondialisation (16-18 heures)

Questions

Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation.

Coopérations, tensions et régulations aux échelles mondiale, régionale et locale.

Commentaire

La mondialisation contemporaine conduit à l'affirmation ou à la réaffirmation de puissances et à l'émergence de nouveaux acteurs. Les territoires, quelle que soit l'échelle considérée (États, régions infra- et supra-étatiques, métropoles, etc.) ont inégalement accès à la mondialisation.

La distance est encore un facteur contraignant, d'autant plus que des protections et des barrières sont mises en place, limitant les échanges internationaux. La hiérarchie des centres de décision mondiaux est en constante évolution. Parmi les plus grands centres financiers, cinq sont aujourd'hui en Asie, trois en Europe (Londres, Zurich et Francfort) et deux en Amérique du Nord.

Concernant les inégalités territoriales, l'Union européenne a permis un rattrapage considérable du sud de l'Europe par rapport au nord. Les disparités inter-régionales se réduisent toutefois plus lentement. Dans le reste du monde, de nombreux accords régionaux économiques se sont réalisés (ASEAN, Alena, Mercosur), mais certains sont peu porteurs de développement.

Études de cas possibles

Les îles de la Caraïbe et des Antilles : entre intégration régionale et ouverture mondiale.

La Russie, un pays dans la mondialisation : inégale intégration des territoires, tensions et coopérations internationales.

Les corridors de développement en Amérique latine : un outil d'intégration et de désenclavement.

L'Asie du Sud-Est : inégalités d'intégration et enjeux de coopération.

Question spécifique sur la France

La France : un rayonnement international différencié et une inégale attractivité dans la mondialisation.

Commentaire

La France affirme sa place dans la mondialisation, d'un point de vue diplomatique, militaire, linguistique, culturel et économique. Elle entre en rivalité avec les autres pays et cherche à consolider ses alliances.

La France maintient son influence à l'étranger via son réseau diplomatique et éducatif, des organisations culturelles, scientifiques et linguistiques (instituts français, Organisation internationale de la francophonie, Louvre Abu Dhabi, lycées français à l'étranger, etc.), mais également à travers les implantations de filiales d'entreprises françaises. Elle attire sur son territoire, plus particulièrement à Paris et dans les principales métropoles, des sièges d'organisations internationales, des filiales d'entreprises étrangères, des manifestations sportives et culturelles aux retombées mondiales, des touristes, etc.

Thème 3 : L'Union européenne dans la mondialisation : des dynamiques complexes (16-18 heures)

Questions

Des politiques européennes entre compétitivité et cohésion des territoires.

L'Union européenne, un espace plus ou moins ouvert sur le monde.

Commentaire

L'Union européenne présente une grande diversité de territoires, tout en étant l'organisation régionale au degré d'intégration le plus marqué au monde. L'UE est le premier pôle commercial mondial. Elle est cependant exposée à des défis et tensions externes et internes (difficulté à établir une politique commune en matière de défense, d'immigration, de fiscalité, etc.), ce qui limite son affirmation comme puissance sur la scène mondiale.

Les politiques européennes de cohésion économique, sociale et territoriale visent deux objectifs : d'une part la réduction des inégalités territoriales, d'autre part la valorisation des atouts des territoires des États membres pour faire face à la concurrence mondiale.

Études de cas possibles

L'Allemagne : une puissance européenne aux territoires inégalement intégrés dans la mondialisation.

Les transports dans l'Union européenne : un outil d'ouverture, de cohésion et de compétitivité.

La politique agricole commune (PAC) : les effets territoriaux d'une politique européenne.

Question spécifique sur la France

La France : des dynamiques différenciées des territoires transfrontaliers.

Commentaire

Les territoires transfrontaliers se caractérisent par des échanges et des mobilités de part et d'autre de la frontière. L'Union européenne encourage les coopérations transfrontalières, en assurant notamment la libre circulation et en instituant un cadre règlementaire. Elle finance des projets et des équipements transfrontaliers par des programmes spécifiques. Les territoires transfrontaliers ont cependant des dynamiques différenciées.

Thème conclusif : La France et ses régions dans l'Union européenne et dans la mondialisation : lignes de force et recompositions (8-10 heures)

Questions

Les lignes de force du territoire français.

Des recompositions territoriales à toutes les échelles, entre attractivité, concurrence et inégalités.

Commentaire

L'étude de la France et de ses régions vise à interroger le rôle des acteurs, à différentes échelles, dans l'intégration européenne et mondiale, et les effets territoriaux différenciés de cette intégration.

L'étude de la région du lycée permet de mobiliser les connaissances acquises sur la France pour les appliquer à une autre échelle d'analyse. Il s'agit d'envisager avec les élèves les territoires de proximité et les divers aspects de leur attractivité. Cette approche leur fournit des clés de lecture pour comprendre leur territoire de proximité.

 

Pour le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, et par délégation,
Pour le directeur général de l'enseignement scolaire, et par délégation,
Le chef de service de l'accompagnement des politiques éducatives, adjoint au directeur général
Didier Lacroix