Dossier de presse - Baccalauréat session 2021

Chiffres clés, nouveautés de la session 2021, impact de la crise sanitaire sur l’examen etc. : Edouard Geffray, directeur général de l'enseignement scolaire (DGESCO) a présenté, mercredi 2 juin, les informations relatives au baccalauréat 2021.

Édito

Alors que les lycéens se préparent à passer le baccalauréat, les élèves de terminale passeront pour la première fois une nouvelle épreuve, le Grand oral, une des grandes évolutions de cet examen national.

En effet, l'objectif cardinal de la réforme du baccalauréat est de préparer et de conduire les élèves vers des formations exigeantes, qui correspondront à leurs talents et à leurs mérites, et dans lesquelles ils réussiront et s'épanouiront. Jusqu'alors, notre système laissait toujours beaucoup trop de jeunes sur le côté : 60 % des étudiants éprouvent des difficultés à obtenir une licence en trois ans.

La réforme du baccalauréat répond ainsi à trois objectifs: permettre à chaque élève de donner le meilleur de lui-même, grâce au choix de ses enseignements de spécialité qui représenteront les coefficients les plus importants de la note finale; valoriser le travail régulier pendant l'année avec le contrôle continu; et les exercer à la prise de parole en public et à l'argumentation, deux compétences indispensables à la poursuite des études dans le supérieur et pour leur vie professionnelle future.

Le nouveau lycée donne ainsi toutes les clés aux élèves pour réussir dans le supérieur. La spécialisation progressive, et avec elle l'élévation du niveau d'exigence, des choix davantage motivés et plus construits, enfin une orientation plus juste avec Parcoursup, leur permettent de construire la suite de leurs parcours.

À cet égard, le maintien des épreuves terminales sur table est une chance pour les élèves, couronnant les efforts de chaque lycéen, mais aussi des équipes éducatives et pédagogiques qui les ont accompagnés pendant toute cette année scolaire. Ils ont en effet connu une année particulière, qui a pu être éprouvante et créer des inquiétudes, en raison de la crise sanitaire et de toutes les réorganisations engendrées par cette situation. C'est pourquoi le protocole sanitaire continuera de s'appliquer, avec le port du masque obligatoire, une aération et une désinfection régulière des locaux, et la limitation des brassages.

Les épreuves, quant à elles, ont été aménagées pour tenir compte de la situation sanitaire, avec un plus grand nombre de choix de sujets, ou la possibilité de ne garder qu'une seule des notes obtenues dans certaines disciplines. Ces épreuves requièrent en effet concentration, maîtrise de son temps et capacité à surmonter son inquiétude, et ces compétences sont autant d'atouts pour un parcours réussi.

Le baccalauréat 2021, qui associe contrôle continu et épreuves sur table, compétences orales et écrites, équité nationale et prise en compte du travail en classe, marque ainsi une transformation profonde du lycée au service d'une plus grande réussite des élèves. Cette année plus encore, il prend tout son sens, grâce à un effort collectif de la part des lycéens et avec l'aide des équipes pédagogiques et éducatives, que je tiens à remercier tout particulièrement.

Bon travail et bonne chance à tous !

Jean-Michel Blanquer
Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

Sommaire : 

  • Les chiffres clés
  • Présentation de la session
  • L'impact de la crise sanitaire sur l'examen
  • Ce qui ne change (presque) pas
  • Le baccalauréat, et après ?
  • Les effectifs
  • Les résultats du baccalauréat

Une version accessible de ce dossier de presse est proposée au téléchargement en activant les paramètres d'accessibilité

Mise à jour : juin 2021