Les publications

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Les publications du ministère présentent des données complètes et actualisées sur le système éducatif français. Elles sont l'aboutissement d'enquêtes systématiques ; elles comportent aussi des séries d'indicateurs analytiques, des études ciblées ou des réflexions méthodologiques.


Recherche

Moteur de recherche

Vous pouvez également effectuer votre recherche à partir de mots clés.

Le moteur de recherche

  • L'apprentissage des langues vivantes étrangères dans l'Union européenne : parcours des élèves
    Le cadre stratégique européen Éducation et Formation 2020 souligne la nécessité pour les États membres de l’Union européenne (UE) de promouvoir le plurilinguisme notamment en favorisant l'enseignement, dès le plus jeune âge, d'au moins deux langues étrangères. La quatrième édition du rapport d’Eurydice Chiffres clés de l’enseignement des langues à l’école en Europe (2017) se propose d’offrir un aperçu comparatif des évolutions des systèmes et des pratiques d’enseignement des langues étrangères dans 37 pays européens depuis 2003.La tendance vers un apprentissage plus précoce de la première langue étrangère se poursuit. En 2015, dans l’Union européenne, cet apprentissage commence en moyenne à l’âge de 7 ans. En 2014, 84 % des élèves de primaire apprennent une langue vivante étrangère. Ils n’étaient que 69 % en 2005.Lorsqu’une deuxième langue étrangère obligatoire est enseignée, elle est le plus souvent introduite dans le premier cycle du secondaire. En 2014, 60 % des élèves de ce cycle étudient deux langues.En 2014, si l’anglais reste la langue étrangère la plus enseignée dans l’UE, le français maintient sa place de deuxième langue la plus fréquemment choisie, suivi de l’allemand et de l’espagnol.Enfin, en 2015, la part relative du temps consacré à l'enseignement des langues étrangères est nettement plus élevée dans l'enseignement secondaire.
    juin 2017

  • L'apprentissage des langues vivantes étrangères dans l'Union européenne : formation initiale et mobilité des enseignants du secondaire inférieur
    La résolution du Conseil européen du 14 février 2002 sur la promotion de la diversité linguistique et de l'apprentissage des langues encourage les États membres de l’Union européenne (UE) à développer des méthodes pédagogiques innovantes grâce à la formation des enseignants, et incite ces derniers à la mobilité transnationale pour mieux se former à la langue qu’ils enseignent.La quatrième édition du rapport d’Eurydice Chiffres clés de l’enseignement des langues à l’école en Europe (2017) offre un aperçu comparatif des évolutions des systèmes et des pratiques d’enseignement des langues étrangères dans 37 pays européens depuis 2003.En matière de formation initiale des enseignants (FIE) de CITE 2, le diplôme requis pour enseigner est majoritairement le master et les enseignants de langues vivantes étrangères (LVE) sont des spécialistes de leur discipline.Dans l’enquête TALIS 2013, si seulement 27 % de l’ensemble des enseignants de l’UE déclarent être allés à l’étranger pour des raisons professionnelles, c’est le cas de 57 % des enseignants de LVE. Parmi ces derniers, l’apprentissage de la langue a été cité comme première raison de cette mobilité (60 % de déclarants).Enfin, si les enseignants européens de LVE déclarent aller plus à l’étranger que l'ensemble des enseignants, ils n’ont pas plus recours, en moyenne, aux programmes de mobilité transnationale, qu’ils soient européens, nationaux ou locaux.
    juin 2017

  • Concours enseignants 2016 du second degré public
    À la session 2016, un peu plus de 17 300 postes ont été ouverts au recrutement d’enseignants du second degré public par les voies externe (76 %), interne (13 %) et réservée (11 %) pour la France entière (France métropolitaine, DOM, COM et Nouvelle-Calédonie).Aux concours externes, l’augmentation de 5 % des admissions n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des postes ouverts. Elles restent inférieures de 13 % aux besoins de recrutement. La pénurie touche principalement des disciplines comme les mathématiques (35 % à l’agrégation et 20 % au Capes) ou l’anglais (13 % au Capes) même si le taux de postes vacants s’y réduit en 2016.Les étudiants issus des Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPÉ) représentent toujours le premier vivier de recrutements externes. Leur taux de réussite est supérieur à la moyenne.Aux concours internes, à peine 3 % des postes n’ont pas été pourvus : les candidatures y augmentent plus fortement que l’offre. Par contre, le taux de couverture des concours réservés se dégrade encore, et 62 % des postes sont restés vacants.
    juin 2017

  • Concours de professeurs des écoles dans l'enseignement public - Session 2016
    À la session 2016, un peu plus de 13 000 postes ont été ouverts aux concours enseignants du premier degré public (97 % aux concours externes, 3 % aux concours internes) pour la France métropolitaine et les départements d’outre-mer, soit + 8 %. Par rapport à la session précédente, le nombre d’admis aux concours externes poursuit sa progression (+ 4 %). Tandis que 95 % de ces postes sont pourvus, plus de 600 postes sont restés vacants, principalement dans les académies de Créteil et de Versailles. L’organisation pour la seconde fois d’un concours supplémentaire à Créteil a permis de pourvoir les 500 postes offerts.Les étudiants issus des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPÉ) constituent le vivier principal des recrutements externes : la plupart d’entre eux sont titulaires d’un master métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation. Les lauréats des concours externes ont en moyenne 28,7 ans. Les candidates y sont largement représentées (85 %).
    juin 2017

  • Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l'insertion des lycéens professionnels
    En février 2016, sept mois après la fin de leurs études professionnelles en lycée, 45 % des lycéens ont un emploi. La part des lycéens en emploi augmente de deux points par rapport à 2015. 13 % sont inactifs et 42 % cherchent du travail.Quel que soit le niveau de formation, obtenir le diplôme demeure déterminant dans l’insertion des jeunes : les diplômés ont un taux d’emploi de 49 % contre 34 % pour ceux qui n’ont pas obtenu le diplôme préparé.
    juin 2017

  • Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l'insertion des apprentis
    Quel que soit le niveau de formation, quitter le système éducatif après avoir obtenu le diplôme préparé demeure déterminant pour l’insertion des jeunes. En février 2016, sept mois après leur sortie d’un centre de formation d’apprentis, à même niveau de formation, 69 % des diplômés travaillent contre 49 % des sortants n’ayant pas obtenu le diplôme. En moyenne, 65 % des jeunes ayant suivi des études de niveau CAP à BTS ont un emploi, soit trois points de plus qu’en 2015. Parmi eux, la moitié a un contrat à durée indéterminée.
    juin 2017

  • Les bacheliers technologiques ont connu des trajectoires plus atypiques depuis le diplôme national du brevet
    Tous les élèves qui passent un baccalauréat général ou technologique ont obtenu leur brevet. Dans un cas sur deux, les élèves obtiennent au baccalauréat un résultat relativement moins bon qu’au brevet (en termes d’accès à des mentions). La voie technologique permet plus que la voie générale aux élèves d’améliorer leur résultat par rapport au brevet. Elle permet en outre aux plus fragiles de réussir malgré un plus faible niveau académique en troisième. Les parcours de ces élèves sont souvent marqués par les redoublements et ils sont plus nombreux à passer par l’oral de rattrapage au baccalauréat.  
    mai 2017

  • Les heures supplémentaires annualisées des enseignants à la rentrée 2015
    La rentrée 2015 marque une rupture dans l'évolution du volume des heures supplémentaires annualisées (HSA) attribuées aux enseignants exerçant dans les établissements du second degré. Globalement, elles baissent dans le secteur public (- 3,8 %) et elles accélèrent leur croissance dans le secteur privé (+ 6 %) dans un contexte où les effectifs d'élèves et d'enseignants progressent à un rythme proche. Ces évolutions divergentes des HSA entre les deux secteurs résultent, en plus d'une utilisation différente de leur dotation, de la mise en place de mesures réglementaires modifiant le calcul du temps de service des enseignants. En effet, des activités connexes à l'enseignement ne sont plus prises en compte dans ce calcul impactant plus particulièrement les services des enseignants du secteur public pour lesquels ces activités avaient un poids initialement plus important.Peu à peu, l'écart de pratique des HSA entre les deux secteurs se réduit : à la rentrée 2015, 72,8 % des enseignants qui ne sont pas à temps partiel en font dans le secteur public contre 69 % dans le secteur privé, alors qu'à la rentrée 2014 ils étaient 72,2 % dans le secteur public et 64,2 % dans le secteur privé.  
    mai 2017

  • En 2015-2016, l'absentéisme touche en moyenne 4,5 % des élèves du second degré public
    En 2015-2016, dans les établissements publics du second degré, 4,5 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d'absentéisme moyen est de 2,8 % dans les collèges, de 5,1 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 13,8 % dans les lycées professionnels (LP).Comme chaque année, ce taux augmente au cours de l’année scolaire et il varie aussi fortement d’un établissement à l’autre : en janvier 2016, l’absentéisme touche moins de 2,1 % des élèves dans la moitié des établissements, alors que, dans un établissement sur dix, il dépasse 13,2 %. Ces 10 % d’établissements les plus touchés concentrent la moitié des élèves absentéistes.Du fait de leurs absences, quel que soit le motif, les élèves perdent en moyenne 6,4 % de temps d’enseignement. Lorsque seules les absences non justifiées sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu passe à 1,4 %.Dans 90 % des départements, moins de 1 % des élèves sont signalés pour absentéisme aux directions académiques.
    mars 2017

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Réviser le bac



Consultez les dates des vacances scolaires :

Les dates des vacances scolaires

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi :
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)

DISPOSITIF VIGIPIRATE
"sécurité renforcée - risque attentat "

Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

saisir les services de l'État

Saisir les services de l'État



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE