Les publications

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Les publications du ministère présentent des données complètes et actualisées sur le système éducatif français. Elles sont l'aboutissement d'enquêtes systématiques ; elles comportent aussi des séries d'indicateurs analytiques, des études ciblées ou des réflexions méthodologiques.


Recherche

Moteur de recherche

Vous pouvez également effectuer votre recherche à partir de mots clés.

Le moteur de recherche

  • Voie professionnelle : choix d'affectation, conditions de vie, conditions de travail Revue Éducation et formations
    Ce numéro de la revue Éducation & formations s’intéresse aux expériences de vie et de formation des élèves de la voie professionnelle. Il met en perspective  le bien-être des élèves, leur parcours scolaire et leur orientation, et en regard les conditions de travail et le bien-être de leurs enseignants. Deux articles hors thèmes abordent l’accès en licence après un baccalauréat technologique et la motivation des élèves à répondre à un test standardisé.
    n° 93, mai 2017

  • Les bacheliers technologiques ont connu des trajectoires plus atypiques depuis le diplôme national du brevet Note d'information
    Tous les élèves qui passent un baccalauréat général ou technologique ont obtenu leur brevet. Dans un cas sur deux, les élèves obtiennent au baccalauréat un résultat relativement moins bon qu’au brevet (en termes d’accès à des mentions). La voie technologique permet plus que la voie générale aux élèves d’améliorer leur résultat par rapport au brevet. Elle permet en outre aux plus fragiles de réussir malgré un plus faible niveau académique en troisième. Les parcours de ces élèves sont souvent marqués par les redoublements et ils sont plus nombreux à passer par l’oral de rattrapage au baccalauréat.  
    mai 2017

  • Les heures supplémentaires annualisées des enseignants à la rentrée 2015 Note d'information
    La rentrée 2015 marque une rupture dans l'évolution du volume des heures supplémentaires annualisées (HSA) attribuées aux enseignants exerçant dans les établissements du second degré. Globalement, elles baissent dans le secteur public (- 3,8 %) et elles accélèrent leur croissance dans le secteur privé (+ 6 %) dans un contexte où les effectifs d'élèves et d'enseignants progressent à un rythme proche. Ces évolutions divergentes des HSA entre les deux secteurs résultent, en plus d'une utilisation différente de leur dotation, de la mise en place de mesures réglementaires modifiant le calcul du temps de service des enseignants. En effet, des activités connexes à l'enseignement ne sont plus prises en compte dans ce calcul impactant plus particulièrement les services des enseignants du secteur public pour lesquels ces activités avaient un poids initialement plus important.Peu à peu, l'écart de pratique des HSA entre les deux secteurs se réduit : à la rentrée 2015, 72,8 % des enseignants qui ne sont pas à temps partiel en font dans le secteur public contre 69 % dans le secteur privé, alors qu'à la rentrée 2014 ils étaient 72,2 % dans le secteur public et 64,2 % dans le secteur privé.  
    mai 2017

  • Évaluation des actions publiques en faveur de la mixité des métiers Rapport I.G.A.E.N.R.
    Une évaluation des actions publiques en faveur de la mixité des métiers a été confiée par le gouvernement à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), avec le concours du SGMAP.La mission d’évaluation avait pour objectif d’identifier les actions les plus porteuses et de proposer des pistes d’amélioration.Le rapport, remis en avril 2017, fait état des progrès très lents vers la mixité des métiers. Si l’objectif s’est affirmé progressivement, il reste peu mobilisateur et aujourd’hui limité de fait à la promotion de l’accès des femmes à des fonctions traditionnellement masculines. En outre, les actions publiques et privées conduites en faveur de la mixité, nombreuses et variées, apparaissent souvent trop ponctuelles pour produire un effet systémique.C’est pourquoi la mission préconise plusieurs axes pour renforcer la mixité : - clarifier la présentation de l’objectif de mixité des métiers et améliorer la mesure des évolutions ; - former ou sensibiliser tous les acteurs relais ; - intégrer des leviers en faveur de la mixité dans les dispositifs de droit commun des acteurs de l’éducation, de la formation, de l’orientation et du recrutement ; - engager une action publique volontariste de promotion de la mixité dans quelques métiers à fort potentiel de développement ; - développer l’évaluation des outils mis en œuvre, capitaliser sur les expériences passées et diffuser les bonnes pratiques ; - poursuivre et amplifier les politiques créant un environnement favorable à la mixité.
    Avril 2017

  • Evaluation de la politique publique de validation des acquis de l'expérience Rapport I.G.A.E.N.R.
    Lancée en décembre 2015, l’évaluation de la validation des acquis de l’expérience a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).Conclusions du rapport d'évaluationL’évaluation a permis d’identifier 20 mesures de transformation du dispositif de VAE qui permettent notamment :un raccourcissement des délais pour les candidatsun allègement des démarches et formalités à remplir pour s’engager dans le dispositifune aide à l’orientation renforcée pour permettre une meilleure garantie de succès aux candidatsun ciblage de la VAE en priorité vers des publics sans emploi ou en risque de perte d’emploi, sur des secteurs d’activité porteurs ou des territoires particulier (en lien avec les politiques de la ville par exemple) afin de faire de la VAE un outil au service de la politique de l’emploile développement de projets collectifs de VAE en lien avec les bassins d’emploi
    Octobre 2016

  • Évaluation du dispositif des instances médicales de la fonction publique. Rapport de diagnostic. Rapport I.G.A.E.N.R.
    Lancée en octobre 2016, l évaluation de l’organisation et du fonctionnement des instances médicales de la fonction publique a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale des finances (IGF), de l’inspection générale de l’administration (IGA) et de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Les travaux de la mission ont permis de dégager un constat largement consensuel sur un dispositif qui souffre d’une absence de pilotage, administratif  et médical, ce qui crée des inéquités de traitement des agents entre fonctions publiques, entre administration centrale et services déconcentrés, entre territoires. Ce défaut de pilotage se conjugue avec une connaissance très approximative des données quantitatives et qualitatives qui ne permet pas le déploiement de politiques de prévention.  La mission formule diverses pistes de scénarios, qui vont de la rénovation du cadre existant dans le prolongement de l’ordonnance du 19 janvier 2017 portant diverses dispositions relatives au compte personnel d'activité, à la formation et à la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique à une réforme complète du dispositif. 
    Mars 2017

  • En 2015-2016, l'absentéisme touche en moyenne 4,5 % des élèves du second degré public Note d'information
    En 2015-2016, dans les établissements publics du second degré, 4,5 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d'absentéisme moyen est de 2,8 % dans les collèges, de 5,1 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 13,8 % dans les lycées professionnels (LP).Comme chaque année, ce taux augmente au cours de l’année scolaire et il varie aussi fortement d’un établissement à l’autre : en janvier 2016, l’absentéisme touche moins de 2,1 % des élèves dans la moitié des établissements, alors que, dans un établissement sur dix, il dépasse 13,2 %. Ces 10 % d’établissements les plus touchés concentrent la moitié des élèves absentéistes.Du fait de leurs absences, quel que soit le motif, les élèves perdent en moyenne 6,4 % de temps d’enseignement. Lorsque seules les absences non justifiées sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu passe à 1,4 %.Dans 90 % des départements, moins de 1 % des élèves sont signalés pour absentéisme aux directions académiques.
    mars 2017

  • Examens professionnels du second degré - Session 2016 : un taux de réussite en hausse avec plus de 83 % de réussite Note d'information
    À la session 2016, 649 800 candidats se sont présentés aux examens professionnels des niveaux IV et V et 539 800 d’entre eux les ont réussis. Le taux global de réussite, en hausse par rapport à la session précédente, atteint 83,1 %.L’ensemble des diplômes est concerné : le taux de réussite des bacheliers professionnels atteint 82,5 % contre 80,5 % à la session précédente, celui au CAP progresse de 0,4 point, pour atteindre 84,2 %.176 890 élèves présentent un BEP en tant que certification intermédiaire à l’issue de la première professionnelle avec un taux de réussite de 83,3 %, en progression de 2,1 points par rapport à la session 2015.
    mars 2017

  • Diplôme national du brevet 2016 : près de neuf candidats sur dix obtiennent leur diplôme Note d'information
    En 2016, 87,3 % des candidats au diplôme national du brevet (DNB) ont réussi l’examen, soit 1 point de plus qu’à la session 2015. Les meilleurs résultats sont obtenus par les candidats de la série générale, avec un taux de réussite de 87,9 %, soit 0,7 point de plus par rapport à 2015. Les 9 % de candidats qui présentent la série professionnelle sont 81,5 % à obtenir leur diplôme, soit 3,9 points de plus qu’à la session précédente.Dans la série professionnelle, deux tiers des candidats ont du retard dans leur scolarité lorsqu’ils se présentent à l’examen. C’est le cas de moins de deux candidats sur dix dans la série générale. L’origine sociale marque aussi fortement le succès au brevet : 97 % des enfants issus d’un milieu très favorisé réussissent leur examen contre 79 % des enfants issus d’un milieu défavorisé, soit près de 20 points d’écart.Les élèves de troisième qui échouent au DNB obtiennent des notes moyennes très faibles aux épreuves finales (3,4/20 en mathématiques et 6,3/20 en français). En outre, dans six cas sur dix, ils ne valident pas le socle commun de compétences.
    mars 2017

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Réviser le bac



Consultez les dates des vacances scolaires :

Les dates des vacances scolaires

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi :
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

saisir les services de l'État

Saisir les services de l'État



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE