De la maternelle au baccalauréat

La lutte contre le décrochage scolaire
Information -  

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité. Garantir l'égalité des chances, faire en sorte que chaque jeune puisse construire son avenir professionnel et réussir sa vie en société sont des missions de l'École. Le ministère chargé de l’éducation nationale s’est fixé deux objectifs clairs : prévenir plus efficacement le décrochage afin de diviser par deux le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif d’ici 2017 et faciliter le retour vers l’École des jeunes ayant déjà décroché. Un plan a été présenté en novembre 2014.

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire

Le premier ministre Manuel Valls et la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, ont présenté les mesures du plan de lutte contre le décrochage scolaire vendredi 21 novembre 2014.
 
 

  • Infographie : l’essentiel des mesures

  • Le décrochage scolaire : enjeux et diagnostic
  • Le décrochage : de quoi parle-t-on ?
  • Quels sont les facteurs de décrochage?
  • Le décrochage : un enjeu humain, un défi social, un coût économique majeur pour la France
  • Des constats partagés sur la lutte contre le décrochage
  • La démarche d’élaboration du plan de lutte contre le décrochage

  • Une stratégie nationale : des moyens pour réussir
  • La lutte contre le décrochage, une priorité nationale
  • L’essentiel du plan : 3 axes clés pour lutter contre le décrochage
  • Le détail du plan de lutte contre le décrochage
    - Axe 1 : Tous mobilisés contre le décrochage
    - Axe 2 : Faire le choix de la prévention
    - Axe 3 : Une nouvelle chance pour se qualifier
  • Les conditions de réussite du plan
  • Le calendrier de mise en œuvre du plan

Télécharger "Dossier de présentation "Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire"

 

En vidéo : La lutte contre le décrochage scolaire

Lutte contre le décrochage scolaire : témoignages

Toutes les vidéos sur le décrochage scolaire

Qu'est-ce que le décrochage scolaire ?

Le décrochage est un processus qui conduit un jeune en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu'à le quitter avant d'avoir obtenu un diplôme.

Un décrocheur est un jeune qui quitte un système de formation initiale sans avoir obtenu de diplôme de niveau V (BEP ou CAP) ou de niveau supérieur (baccalauréat).

La lutte contre l'absentéisme pour les élèves de moins de 16 ans

Tous les jeunes de moins de 16 ans ont droit à l'éducation et le devoir d'être assidus. L'École prévient et repère le décrochage scolaire. Pour le traiter, l'innovation et l'expérimentation sont privilégiées. La prévention et la lutte contre l’absentéisme scolaire permettent d’améliorer le climat scolaire en renforçant le rôle des parents d’élèves dans le suivi de la scolarité de leur enfant.

Comprendre la situation d'un élève pour le faire renouer avec les apprentissages

Lorsqu'un élève décroche, l'objectif est de le faire renouer avec les apprentissages. La communauté éducative met alors en place un suivi spécifique : groupes de prévention, cellules de veille. Il est nécessaire de comprendre la situation d'un élève pour coordonner l'action éducative qui doit être menée. Les familles sont associées. Des applications informatisées au sein des établissements permettent de suivre la prise en charge de chaque élève.

Un plan de prévention et de lutte contre l’absentéisme

L’absentéisme est l’une des premières étapes d’un processus pouvant conduire au phénomène du décrochage scolaire. La lutte contre l’absentéisme contribue donc à prévenir le décrochage et demeure une priorité.

Le dispositif préexistant à la loi Ciotti, qui a été abrogée en 2013, est maintenu dans son architecture initiale : avertissement des parents, puis convocation, puis possibilité de sanction. Les parents, depuis les lois Ferry de 1882, peuvent être sanctionnés pour le défaut d’assiduité de leurs enfants. La loi du 31 janvier 2013 a modifié le dispositif de lutte contre l’absentéisme scolaire prévu par la loi Ciotti en supprimant la procédure de suspension des allocations familiales et le contrat de responsabilité parentale. Ce nouveau dispositif met l’accent sur le dialogue avec les parents d'élèves dans un esprit de coéducation. Il s’agit d’aider les parents dès les premiers signes d’absentéisme.

Le plan de prévention et de lutte contre l’absentéisme destiné à compléter l’existant - avertissement des parents puis sanction - s’articule autour de deux principes :

  • la pluralité, à savoir la prise en compte de la multiplicité des causes de l’absentéisme et l’intervention de l’ensemble des acteurs du domaine de l’éducation : familles, personnels de l’Éducation nationale, associations, mouvements d’éducation populaire, associations, dispositifs de la politique de la Ville, etc.
  • la réactivité dans la mise en œuvre des mesures de soutien aux parents car la lutte contre l’absentéisme n’est efficace que si elle est mise en œuvre immédiatement. Les dispositifs d’accompagnement à la parentalité ou les dispositifs sociaux du Conseil général doivent intervenir dès les premiers signes d’absentéisme. Le dispositif met en place, en cas de persistance du défaut d’assiduité, une procédure d’accompagnement des parents d’élèves centrée sur l’établissement d’enseignement scolaire avec la désignation d’un personnel d’éducation référent pour chaque élève concerné.

Le dispositif réglementaire envisagé

Afin de garantir une application homogène sur tout le territoire des dispositions législatives en vigueur et de préciser la nouvelle procédure mise en œuvre en cas de persistance de l’absentéisme, le dispositif réglementaire suivant est prévu :

  • un décret en Conseil d’État inscrivant au sein du code de l’éducation l’ensemble du dispositif et son caractère échelonné dans le temps afin d’en clarifier la partie réglementaire. Le Conseil supérieur de l’éducation a rendu un avis favorable le 12 juin 2014 sur le projet de décret. À la rentrée 2014, il est soumis à l’examen du Conseil d’État
  • une circulaire interministérielle (Éducation nationale, Justice, Famille, Ville) afin de prendre en compte le nouveau cadre législatif et de préciser les modalités de la coopération avec les partenaires.

L’expérimentation du "dernier mot aux familles" concernant l’orientation de l’élève en fin de troisième

Le sentiment qu’ont beaucoup d’élèves d’être "enfermés" dans des choix d’orientation souvent contraints et mal préparés en amont figure parmi les principales causes d’absentéisme. L'expérimentation lancée depuis la rentrée 2013 vise à laisser aux familles le dernier mot concernant l’orientation de leur enfant en fin de troisième. Elle a pour objectif de favoriser la réussite éducative en suscitant l’implication et l’engagement de chaque élève dans son parcours.

    Suivre l'orientation des élèves

    Le suivi de l'orientation de l'élève est important pour prévenir le décrochage scolaire. L'objectif est qu'aucun élève ne se trouve sans solution à l'issue des procédures d'affectation.

    De nombreux dispositifs sont au service des équipes éducatives :

    • Les écoliers peuvent bénéficier d'une aide personnalisée, de stages de remise à niveau pour les élèves de CM1 et de CM2 et de l'accompagnement éducatif dans les écoles de l'éducation prioritaire.
      Aide personnalisée et stages de remise à niveau à l'école

    • L'accompagnement personnalisé permet aux élèves de sixième de consolider et d'approfondir leurs acquis et de se former aux méthodes de travail du collège. Il se pratique en classe entière et en petits groupes.
      Accompagnement personnalisé en sixième
    • L'accompagnement éducatif, c'est accueillir les élèves après les cours pour leur proposer une aide aux devoirs et aux leçons, un renforcement de la pratique des langues vivantes, des activités culturelles, artistiques ou une pratique sportive.
      Accompagnement éducatif

    • Un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) est un plan coordonné d'actions conçu pour répondre aux besoins d'un élève lorsqu'il apparaît qu'il risque de ne pas maîtriser les connaissances et les compétences du socle commun. Il est proposé à l'école élémentaire et au collège.
      Programme personnalisé de réussite éducative (PPRE)

    • Les élèves de baccalauréat professionnel bénéficient d'un accompagnement personnalisé inclus dans leur emploi du temps, dans le cadre de la nouvelle voie professionnelle.
      Accompagnement personnalisé en baccalauréat professionnel

    • La mise en place, de la seconde à la terminale, d’un accompagnement personnalisé de deux heures hebdomadaires est une mesure essentielle du nouveau lycée. L’accompagnement personnalisé soutient l’élève dans la réussite de sa scolarité et l’aide à gagner en autonomie.
      Accompagnement personnalisé au lycée général et technologique

    • Les dispositifs relais (classes et ateliers) accueillent des élèves de collège, éventuellement de lycée, entrés dans un processus de rejet de l'institution scolaire qui peut se traduire par des manquements graves et répétés au règlement intérieur, un absentéisme chronique non justifié, une démotivation profonde dans les apprentissages, voire une déscolarisation.
      Dispositifs relais

    • Grâce à l'opération École ouverte, des jeunes sont accueillis dans des collèges et des lycées pendant les vacances scolaires et les mercredis et samedis pendant l'année scolaire.
      École ouverte

    • Les sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) s'adressent aux élèves dont les difficultés d'apprentissage sont graves et durables. Au collège et au lycée, des enseignements généraux et professionnels adaptés sont également organisés et dispensés dans la plupart des établissements régionaux d'enseignement adapté (EREA).
      Enseignements adaptés

    À partir de la rentrée 2015, un nouveau parcours individuel d'information, d'orientation et de découverte du monde économique et professionnel sera proposé dès la sixième à chaque élève, aux différentes étapes de sa scolarité du second degré. L’ambition de ce parcours est d’aider chaque élève à d'élaborer son projet d'orientation scolaire et professionnelle et d'éclairer ses choix d'orientation. Il doit également lui permettre de se familiariser progressivement avec le monde économique et professionnel, de développer l'esprit d'initiative et la compétence à entreprendre. Il succède à l’actuel parcours de découverte des métiers et des formations qui concerne actuellement tous les élèves, de la classe de cinquième jusqu’en classe terminale.

      La lutte contre le décrochage scolaire pour les élèves de plus de 16 ans

      Un phénomène complexe, des causes multiples

      Le décrochage scolaire est un phénomène complexe et multifactoriel. Les principales causes de ce phénomène, auquel les élèves de l’enseignement professionnel sont particulièrement exposés, sont :

      • le sentiment qu’ont beaucoup d’élèves d’être "enfermés" dans des choix d’orientation souvent contraints et mal préparés en amont
      • le recours excessif au redoublement et aux exclusions de cours, qui sont utilisées dès l’apparition d’une difficulté même mineure ou dès le moindre retard
      • une tendance à la dévalorisation de l’École et du travail 
      • l’influence de l’environnement social et familial

       

      La lutte contre le décrochage dans les établissements scolaires

      La prévention du décrochage repose d’abord sur la mise en œuvre de plusieurs actions : plan de prévention de l’illettrisme, socle commun, personnalisation des parcours, réforme du lycée, lutte contre l’absentéisme, prévention du harcèlement, etc. Ces actions permettent de conduire plus de jeunes vers le diplôme de fin de cycle et de limiter les sorties prématurées.

      L'École met en œuvre des mesures adaptées pour prévenir le décrochage des jeunes de plus de 16 ans. Le projet d'établissement prend en compte cette lutte. Tous les acteurs de la communauté éducative sont concernés et les familles sont associées. L'innovation pédagogique aide les élèves à retrouver la voie de la réussite.

      Selon la situation de l'élève, l'objectif est de le réinstaller dans une dynamique positive par rapport à ses études grâce à des dispositifs spécifiques :

      • La mise en place, de la seconde à la terminale, d’un accompagnement personnalisé de deux heures hebdomadaires est une mesure essentielle du nouveau lycée. L’accompagnement personnalisé soutient l’élève dans la réussite de sa scolarité et l’aide à gagner en autonomie.
        Accompagnement personnalisé

      • Au lycée, des stages passerelles donnent aux élèves motivés les compléments nécessaires aux changements d’orientation. Il porte notamment sur les contenus et les méthodes spécifiques à la série que l’élève souhaite rejoindre. Des stages de remise à niveau sont destinés à éviter le redoublement des élèves qui rencontrent des difficultés ponctuelles ou plus profondes. Le tutorat est un suivi personnalisé d’un élève ou d’un groupe d’élèves par un enseignant, dont les professeurs documentalistes, ou un conseiller principal d’éducation.
        Stages et tutorat

      • Les professeurs principaux mènent avec chaque élève de la voie professionnelle un entretien personnalisé d’orientation. L’élève de première année de CAP ou de seconde professionnelle exprime ses attentes. Il est accueilli et informé sur son champ professionnel. Les filières supérieures lui sont présentées.
        Entretien personnalisé d'orientation

        La reprise de scolarité en formation initiale est possible grâce aux actions de la mission de lutte contre le décrochage scolaire ou spécifiquement dans le cadre des micro-lycées et autres structures innovantes.
        Présentation des micro-lycées sur le site Éduscol

      Au sein des établissements, des applications informatiques contribuent au bon suivi des élèves. C'est le cas du module "Prévention/Remédiation" de l'application SDO, au service de la prévention du décrochage.

        Cinq orientations pour améliorer la politique de lutte contre le décrochage

         

        Un enjeu humain

        Un enjeu social

        Un enjeu économique

        Des enjeux majeurs

         

         

        Des talents non valorisés

        Une scolarité vécue en état de souffrance par de nombreux "décrocheurs" :
        - perte d’estime de soi
        - sentiment d’être dépassé
        - peur de l’école
        - repli sur soi, etc.

        Une exposition plus forte des 
        "décrocheurs" à la précarité pour le reste de leur vie :
        - isolement
        - chômage
        - problèmes de santé
        - problèmes avec la justice, etc.

        Un surcoût pour la société d’au moins 230 000 euros sur toute la vie d’un décrocheur

        Une "dette" contractée chaque année de plus de 30 milliards d’euros

        Lutter contre le décrochage, c’est...

        Rendre l’école bienveillante et donner une chance à tous les jeunes

        Préserver la cohésion sociale

        Investir aujourd’hui pour faire diminuer les coûts demain

         La lutte contre le décrochage s’inscrit dans les priorités de la "stratégie Europe 2020" pour une économie durable, intelligente et inclusive, et fait partie des priorités au niveau national : le président de la République a fixé l’objectif de diviser par deux au cours de sa mandature le nombre de décrocheurs.

        Un diagnostic a été posé de manière partagée par tous les acteurs impliqués dans la lutte contre le décrochage. Le rapport de diagnostic a été publié le 18 juin 2014. Il souligne les limites de l’action actuelle, remarquant notamment que le traitement de ce processus complexe se fait essentiellement en aval via des mesures de remédiation.

        Les orientations principales destinées à améliorer la politique de lutte contre le décrochage sont :

        1 - La mise en place d’une politique dédiée, intégrée et partenariale de lutte contre le décrochage sur les trois volets prévention / intervention / remédiation, articulant l’action de l’Éducation nationale avec les autres politiques (politiques de l’emploi et de la formation professionnelle, de la ville, etc.) et l’ensemble des acteurs concernés, autour d’objectifs clarifiés et d’indicateurs partagés, et bénéficiant de budgets dédiés et consolidés

        2 - Le développement d’actions de prévention au cours de la scolarité obligatoire, notamment dans le premier degré, en cohérence avec les priorités de la loi pour la refondation de l’École :

        • l’évolution des pratiques pédagogiques et éducatives pour prévenir le décrochage
        • un accompagnement adapté à la situation de chacun y compris dans le cadre de l’apprentissage
        • une attention particulière à la période de scolarité obligatoire, notamment l’école primaire
        • la mise en place de façon plus systématique des "alliances éducatives" entre établissements et partenaires extérieurs et au sein des établissements
        • une meilleure gestion de l’orientation et des transitions pour prévenir les ruptures

        3 - L’amélioration de l’efficacité des actions de remédiation en proposant une offre concertée entre les différents acteurs de solutions complémentaires adaptées aux différents publics :

        • le renforcement des actions d’intervention et de remédiation en s’appuyant sur l’évaluation des dispositifs
        • le renforcement de l’efficacité des plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD)

        4 - Une meilleure articulation des systèmes d’information et bases de données afin d’améliorer l’accompagnement et la prise en charge réactive des jeunes.

        5 - Une meilleure évaluation et adaptation des dispositifs par le suivi des cohortes de jeunes.

        Le président de la République a annoncé lors de la Grande conférence sociale la mise en œuvre du plan d’action issu des travaux de cette évaluation, plan qui sera présenté cet automne par le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et ses partenaires.
        Il s’agira notamment de doubler le nombre de solutions proposées aux jeunes en s’appuyant sur des crédits européens, en mobilisant l’ensemble du système éducatif et les autres acteurs.

        Les trois champs de la lutte contre le décrochage
        Source : rapport de diagnostic de l’évaluation partenariale de la politique de lutte contre le décrochage – 18 juin 2014

        Champ

        Définition

        Public cible

        Exemples de politiques et de dispositifs (non exhaustif)

        Prévention

        Ensemble des stratégies, organisations et dispositifs visant à encourager la persévérance scolaire et plus largement à favoriser la réussite de tous les élèves.

        Tous les élèves (actions structurelles), élèves présentant des risques (actions spécifiques).

        Actions liées à l’obligation scolaire, la prévention de l’exclusion, le climat scolaire, l’implication des parents, les pratiques pédagogiques, etc.

        Intervention

        Dispositifs et actions mis en œuvre suite à l’identification de signes de décrochage (absentéisme, difficultés scolaires lourdes, etc.) chez un élève. Le repérage est donc un prérequis à l’intervention.

        Élèves en situation de décrochage mais qui n’ont pas encore quitté le système scolaire.

        Actions d’accompagnement scolaire ou socio-éducatif, 
        dispositifs relais, etc.

        Remédiation

        La remédiation a pour objectif le retour en 
        formation, l’accès à une qualification ou l’accès 
        à un emploi stable d’élèves ayant déjà décroché.

        Élèves décrochés.

        Accompagnement par les missions locales, solutions offertes par les régions, écoles de la 2e chance, l’Epide, parcours de remobilisation, mobilisation des ressources de formation initiale (apprentissage, EN), etc.

        La mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS)

        L’activité menée au titre de la mission de lutte contre le décrochage scolaire contribue à la réalisation de plusieurs objectifs :

        • prévenir le décrochage scolaire
        • faciliter l’accès au diplôme et à la qualification
        • contribuer à la sécurisation des parcours de formation.

        Les personnels de la MLDS participent au repérage des jeunes décrocheurs en lien avec les "référents décrochage scolaire" et les "groupes de prévention du décrochage scolaire". Ils collaborent à la mise en place d’actions de prévention.

        Ces personnels exercent en priorité une activité de conseil et d’expertise en ingénierie de formation auprès des équipes éducatives, de direction et d’encadrement au niveau de l’établissement scolaire, du district, du bassin de formation. Ils assurent  également des séquences de formation face aux jeunes dans des actions de remédiation et de remobilisation mises en œuvre dans des établissements scolaires.

        Au-delà de l’activité menée dans le domaine de la prévention, les personnels de la MLDS mettent au service des réseaux "Formation Qualification Emploi" (FoQualE) leur compétence en matière de conseil, d’expertise et d’ingénierie de formation.

        Ils participent, en relation avec les CIO, à l’évaluation des besoins de formation et à l'accompagnement des jeunes vers les organismes les mieux adaptés. Ils permettent de clarifier l'offre de formation et des services auxquels les jeunes peuvent accéder. Ils sont en mesure de proposer des solutions dans le cadre des réseaux FoQualE.

        Les dispositifs pour les jeunes qui ont décroché du système scolaire

        Le système interministériel d'échanges d'informations

        Depuis 2011, le système interministériel d'échanges d'informations (SIEI) permet de repérer les jeunes sortis du système éducatif sans diplôme. Le SIEI identifie ces jeunes non plus sur la base d’informations déclaratives, mais par un croisement de bases de données au niveau national et interministériel (Éducation nationale, agriculture, CFA et missions locales).  Ainsi, deux fois par an, ces listes sont transmises aux responsables des plates-formes de suivi et d’appui aux jeunes décrocheurs.

        Les plates-formes de suivi et d'appui aux jeunes décrocheurs

        Près de 360 plates-formes de suivi et d'appui aux jeunes décrocheurs proposent des solutions permettant un retour en formation ou la préparation à l'entrée dans la vie active.

        Les pouvoirs publics ont l'obligation de suivre les jeunes de 16 à 18 ans, sans diplôme et sans emploi, de façon à ce qu'aucun d'entre eux ne soit laissé hors de tout système de formation, d'insertion ou d'accompagnement vers l'emploi.

        Les plates-formes de suivi et d'appui aux jeunes décrocheurs sont un mode de coordination des acteurs locaux de la formation, de l'orientation et de l'insertion des jeunes. Les établissements scolaires, la MLDS, les centres d'information et d'orientation (CIO), les missions locales (ML), les écoles de la deuxième chance (E2C), les établissements agricoles, les établissements publics d'insertion de la défense (EPIDE), les Greta, les centres de formation d'apprentis, les bureaux d'information jeunesse (BIJ) et les collectivités territoriales sont notamment associés. 

        Réseau "Formation Qualification Emploi" (FoQualE)

        Les réseaux FoQualE s’inscrivent dans la continuité des réseaux "nouvelle chance", prévus par la circulaire du 8 mars 2012, et se substituent à eux. Ils se déploient sur l’ensemble du territoire afin d'offrir des solutions adaptées aux profils des jeunes.

        Les réseaux FoQualE rassemblent, dans le périmètre d’action d’une plateforme de suivi et d’appui aux jeunes décrocheurs, les établissements et dispositifs relevant de l’Éducation nationale susceptibles d’accueillir les jeunes décrocheurs.

        Chaque jeune décrocheur pris en charge dans le cadre de ces nouveaux réseaux se voit proposer un "contrat formation qualification emploi". Après un entretien réalisé par les conseillers d’orientation-psychologues et les personnels de la MLDS afin d’évaluer ses besoins, ses compétences et son niveau scolaire, une solution de retour en formation lui est proposée. Il est accompagné par un tuteur de l’Éducation nationale tout au long de ce parcours de formation.

        Ce dispositif visant à proposer à chaque décrocheur un parcours personnalisé de retour en formation a déjà permis, à la rentrée 2013, de "raccrocher" près de 14000 jeunes. L’effort des réseaux FoQualE s’est intensifié en 2013-2014 pour atteindre, et dépasser, l’objectif de 20 000 jeunes "raccrochés". Durant l’année 2013, plus de 180 000 jeunes ayant décroché ont été contactés. Plus de 100 000 d’entre eux ont bénéficié d’un entretien et 34 000 d’entre eux ont été pris en charge.

        Si l’ambition première de l’Éducation nationale doit être de prévenir le décrochage scolaire en favorisant la réussite de tous les élèves, elle doit également être en capacité d’apporter des réponses concrètes aux jeunes qui quittent l’école sans diplôme et sans un niveau suffisant de qualification.

        La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’École de la République précise que "Tout jeune sortant du système éducatif sans diplôme bénéficie d'une durée complémentaire de formation qualifiante qu'il peut utiliser dans des conditions fixées par décret. Cette durée complémentaire de formation qualifiante peut consister en un droit au retour en formation initiale sous statut scolaire."

        [Infographie] Les réseaux "Formation Qualification Emploi" (FoQualE) : une seconde chance pour les jeunes en situation de décrochage
        Annexe 1 de la circulaire publiée au bulletin officiel du 4 avril 2013

         

        Télécharger l'annexe 1 au format pdf

        [Infographie]  Le parcours de prise en charge dans le cadre des réseaux "Formation Qualification Emploi" (FoQualE)
        Annexe 2 de la circulaire publiée au bulletin officiel du 4 avril 2013

         

        Télécharger l'annexe 2 au format pdf

        En savoir plus
        Site à consulter

        Ma seconde chance
        Un service en ligne d'orientation pour les jeunes en situation de décrochage
        capture d'écran seconde chance 300x200

         Découvrir le site et l'application mobile "Ma seconde chance"

        Pages à consulter

        Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire
        Dossier du 21 novembre 2014

        Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan de l'action entreprise sur l'année 2013 et perspectives pour l'année 2014

        • Introduction : la Nation mobilisée contre le décrochage scolaire
        • Les réseaux "FOrmation QUALification Emploi" (FOQUALE) : mesures clés
        • Bilan de l’activité des réseaux FOQUALE
        • Photographie des jeunes en situation de décrochage d’après le dernier comparatif SIEI de décembre 2013
        • Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS)
        • Service civique

        Dossier du 8 janvier 2014

        Des initiatives innovantes contre le #décrochage dans les académies
        Découvrez quelques initiatives académiques de lutte contre le décrochage scolaire particulièrement innovantes. Ces projets soutenus par la Fondation de France impliquent l'élève, les enseignants et tous ceux qui peuvent amener l'enfant sur le chemin de la réussite.
        Information du 18 novembre 2014

        Textes de référence

        Mise en place des réseaux Formation Qualification Emploi (FoQualE)
        circulaire n°2013-035 du 29 mars 2013

        Lutte contre le décrochage scolaire
        circulaire n° 2011-028 du 9 février 2011

        Mise à jour : novembre 2014

        Partager cette page
        • Envoyer à un ami
        • Facebook
        • Twitter
        • Imprimer
        • Agrandir / réduire la police

        C'est officiel

        Consultez les dates des vacances scolaires.
        Le calendrier scolaire

        Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
        Le Bulletin officiel

        CAFÉ DES PARENTS

        Faites nous part de vos suggestions, posez vos questions, participez à un café des parents !

        education.gouv.fr/
        cafedesparents

        Le ministère chargé de la santé vous informe

        Toutes les informations sur la maladie à virus Ebola
        www.ebola.sante.gouv.fr




        Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

         
        À la une
        Suivez-nous