Voies de formation et diplômes

Se former par l'apprentissage

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

L'apprentissage occupe une place importante dans la formation aux métiers du tertiaire : plus d'un nouveau contrat d'apprentissage sur deux prépare aux métiers des services.

En savoir plus
Page à consulter

Le centre de formation d'apprentis

Éducation-Économie : rapprocher l'École et le monde économique

  • Orienter, structurer, valoriser les initiatives
  • Des dispositifs pour rapprocher l'École du monde économique 
  • La relation Éducation-Économie en vidéos 
  • Les partenaires de l'École
  • etc.

Éducation - Économie : rapprocher l'École et le monde économique

Sites à consulter

Ministère chargé de l'apprentissage
Pour les jeunes, l’apprentissage c’est une formation solide, qui allie théorie et pratique et favorise leur insertion sur le marché du travail. Pour les entreprises, l’apprentissage c’est former et employer des jeunes pour les faire grandir en même temps qu’elles.
www.apprentissage.gouv.fr

Office national d'information sur les enseignements et les professions (Onisep)
Recherche des formations et des établissements
www.onisep.fr

Éduscol
Programmes, certifications, diplômes professionnels, voie professionnelle, etc.
Diplômes professionnels
Apprentissage

Portail des chambres de commerce et d'industrie
Jeunes, entreprises, etc.
www.cci.fr

CAF
Prestations pour les particuliers
Allocation de rentrée scolaire (ARS)

Se former par l’apprentissage, c’est choisir une voie de formation pour acquérir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme professionnel ou par certains titres à finalité professionnelle.

L'apprentissage, pour quoi faire ?

Les centres de formation d'apprentis (CFA) dispensent une formation générale, technologique et pratique. En contact étroit avec le monde professionnel, ils sont le lieu privilégié d'une pédagogie spécifique à l'apprentissage de chaque métier.

Fondé sur le transfert de compétences par les tuteurs et les maîtres d'apprentissage, il offre aux jeunes un itinéraire concret pour acquérir à la fois connaissance théorique et aptitude pratique pour maîtriser un métier, pour comprendre l'entreprise, acquérir les savoir-faire indispensables et ainsi accroître leurs aptitudes à être plus rapidement intégrés dans les entreprises. C'est un contrat de travail de type particulier.

Qui peut et comment devenir apprenti dans un CFA ?

L'apprentissage est une formation en alternance : il associe une formation chez un employeur et des enseignements dispensés dans un centre de formation d'apprentis (CFA).

Qui peut devenir apprenti ?

Pour devenir apprenti, il faut être âgé de 16 à 25 ans au début du contrat d'apprentissage et être reconnu apte à l'exercice du métier lors de la visite médicale d'embauche.

Les jeunes âgés d'au moins 15 ans peuvent souscrire un contrat d'apprentissage s'ils ont accompli la scolarité du premier cycle de l'enseignement secondaire (3e).

Les plus de 25 ans peuvent entrer en apprentissage sous certaines conditions, en particulier pour les jeunes handicapés.

Les jeunes de 15 ans et plus, quelle que soit leur origine scolaire, peuvent être accueillis en centre de formation d'apprentis ou en lycée professionnel. Ils y suivent, sous statut scolaire, une formation en alternance. Cette formation, dénommée "dispositif d'initiation aux métiers en alternance" (DIMA), est destinée à faire découvrir un environnement professionnel correspondant à un projet d'entrée en apprentissage.

Quelles sont les démarches ?

Première démarche : rechercher une entreprise d'accueil
  • se présenter ou poser sa candidature dans des entreprises que l'on connaît ou que l'on a repérées dans les annuaires
  • s'adresser aux chambres de métiers et aux chambres de commerce et d'industrie
  • contacter les syndicats professionnels du métier envisagé
  • se renseigner auprès de Pôle emploi
  • consulter les sites internet mis en place par les conseils régionaux
  • s'adresser au CFA dans lequel on envisage de s'inscrire
Deuxième démarche : rechercher un centre de formation d'apprentis (CFA)

Pour cela, on peut :

  • consulter la liste des CFA établie par les services des conseils régionaux
  • s'informer auprès des centres d'information et d'orientation
  • s'adresser au service académique de l'inspection de l'apprentissage (SAIA) du rectorat
  • consulter le site internet de l'Onisep

Parfois l'ordre des démarches est inversé : on peut trouver d'abord le CFA et celui-ci peut aider à trouver l'entreprise. Mais, dans tous les cas, c'est seulement si l'on a signé le contrat d'apprentissage que l'on sera accepté au CFA.

À noter : pour pouvoir aboutir, ces démarches doivent être engagées dès les mois de mars ou avril.

En particulier, rendez-vous aux journées "portes ouvertes" des CFA (si vous êtes encore un élève, renseignez-vous des dates auprès de votre professeur principal ou auprès du centre d'information et d'orientation) : vous pourrez y trouver les renseignements que vous recherchez et tout savoir des conditions d'admission propres à chaque CFA.

Quels secteurs professionnels et quels diplômes ?

Organisé en filière de formation à part entière, l'apprentissage prépare à un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles.

Quels diplômes ?

L'apprentissage permet de préparer :

  • un diplôme professionnel de l'enseignement secondaire : certificat d'aptitude professionnelle (CAP),  baccalauréat professionnel, brevet professionnel, mention complémentaire
  • un diplôme de l'enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme universitaire de technologie (DUT), licences professionnelles, diplômes d'ingénieur, d'école supérieure de commerce, etc.
  • un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles

Grâce à des contrats successifs, l'apprentissage permet d'accéder à tous les niveaux de qualification professionnelle du second degré ou du supérieur.

Dans quels secteurs professionnels ?

L'apprentissage prépare :

  • aux métiers de l'alimentation, du commerce de détail, du bâtiment et des travaux publics
  • à des métiers qui relèvent de tous les autres secteurs d'activité : hôtellerie-tourisme, services à la personne, secteur automobile, électronique, etc.

Comment se déroule la formation dans un CFA ?

L'apprentissage est une formation en alternance : il associe une formation générale, technologique et pratique avec une formation reçue en entreprise.

Des enseignements en centre de formation d'apprentis (CFA)

Le temps de formation dans un CFA est d'au moins 400 heures par an :

  • 800 heures pour le CAP en deux ans
  • 1850 heures pour le baccalauréat professionnel en trois ans

Ce temps est plus court que celui des formations dispensées dans les lycées professionnels ou technologiques mais il ne faut pas oublier que le temps passé en entreprise est aussi un temps de formation. Le CFA dispense les enseignements nécessaires pour préparer le diplôme prévu au contrat d'apprentissage.

Les programmes de formation et les épreuves d'examen sont identiques pour les élèves et les apprentis préparant les mêmes diplômes.

Au CFA, l'apprenti garde son statut de salarié. La période au CFA est donc rémunérée comme temps de travail.

Au CFA, l'apprenti suit les enseignements prévus dans les programmes et les règlements d'examen : français, mathématiques, arts plastiques et cultures artistiques, éducation physique et sportive, prévention santé environnément, enseignement technologique et professionnel, langue vivante étrangère, etc.

Un accompagnement sur mesure

La formation de l'apprenti s'effectue également au sein de l'entreprise pour laquelle il travaille.

L'apprenti est placé sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage choisi en fonction de ses connaissances professionnelles. Le maître d'apprentissage accompagne l'apprenti tout au long de sa formation pour lui transmettre ses connaissances et savoir-faire. Il est en relation avec le centre d'apprentissage.

Dans les deux mois qui suivent l'entrée en apprentissage, un entretien est prévu entre l'apprenti, le formateur du CFA, le maître d'apprentissage et, si nécessaire, les parents de l'apprenti afin de faire une première évaluation du déroulement de la formation.

Statut, contrat et rémunération de l'apprenti

L'apprenti possède le statut de salarié d'entreprise, les droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations. Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail qui lie un employeur et un apprenti. L'apprenti travaille pour l'employeur et pour cela il perçoit un salaire. Il est donc soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives.

Le statut d'apprenti

Le statut de l'apprenti a évolué : il est désormais apprenti étudiant des métiers.

Une carte nationale d'apprenti est délivrée à l'élève par son centre de formation. Sur le modèle de la carte d'étudiant, cette carte lui permet de bénéficier de tarifs réduits.

Les salaires versés aux apprentis sont exonérés de l'impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du SMIC. Cette disposition s'applique à l'apprenti ou au foyer fiscal auquel il est rattaché.

L'apprenti possède le statut de salarié d'entreprise, les droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations.

La couverture sociale de l'apprenti étudiant des métiers est similaire à celle des autres salariés dès 16 ans : affiliation au régime général de la sécurité sociale, congés payés, congés de maternité, droits ouverts à la retraite et aux allocations de chômage, etc.

Le contrat d'apprentissage

Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail conclu pour une durée limitée ou indéterminée, signé entre un jeune de 16 à 25 ans et l'entreprise d'accueil. Dans le cas d'un contrat de travail à durée indéterminée, le jeune bénéficie du statut d'apprenti durant sa période d'apprentissage, située au début du contrat.

La durée du contrat d'apprentissage ou de la période d'apprentissage est égale au cycle de formation. Elle peut varier entre un et trois ans, selon le diplôme préparé. Elle peut être de quatre ans pour les apprentis handicapés.

Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail qui lie un employeur et un apprenti. L'apprenti travaille pour l'employeur et pour cela il perçoit un salaire. Il est donc soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives. Il bénéficie des dispositions applicables à l'ensemble des salariés et des dispositions particulières applicables aux jeunes travailleurs.
Le contrat comporte obligatoirement une formation qui est donnée à la fois en entreprise et dans un centre de formation d'apprentis.

Tout au long de sa formation, l'apprenti perçoit un salaire correspondant à un pourcentage du SMIC déterminé en fonction de son âge et de sa progression dans le cycle de formation.

Ancienneté /âge16-1718-2021 et plus
première année 25 % 41 %  53 %
deuxième année 37 % 49 %  61 %
troisième année 53 % 65 %  78 %

 

Apprentissage : aides financières

Des aides financières existent pour les apprentis et leur famille.

Allocation de rentrée scolaire

L'allocation de rentrée scolaire concerne les élèves âgés de 6 à 18 ans.

En 2014, le montant de l'allocation scolaire était de 393,90 € par enfant de 15 à 18 ans.

Les plafonds de ressources (année 2012) ne devaient pas dépasser :

  • 24 137 € pour un enfant
  • 29 707 € pour deux enfants
  • 35 277 € pour trois enfants
  • 5 570 € par enfant supplémentaire

L'allocation de rentrée scolaire est versée directement par les caisses d'allocations familiales fin août pour les élèves de 6 à 16 ans. Les jeunes de 16 à 18 ans la perçoivent plus tard sur présentation d'un justificatif de scolarité ou d'apprentissage.

Consulter le dossier sur l'allocation de rentrée scolaire, sur Service-public.fr

Jeunes apprentis de moins de 18 ans

Les familles ne peuvent pas percevoir l'allocation pour leurs enfants de moins de 18 ans en apprentissage si le revenu net de l'apprenti dépasse 885,81 €.

Pour compter comme "enfant à charge" dans le calcul des prestations familiales, plusieurs conditions doivent être réunies. Le non dépassement de ce plafond en fait partie.

Aides financières spécifiques

Le salaire versé à l'apprenti est exonéré d'impôt sur le revenu jusqu’à un certain seuil fixé chaque année par la loi de finances.

Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu'aux 20 ans de l'apprenti, si sa rémunération n'excède pas un plafond fixé ci-dessus.

Comme tout jeune salarié, l'apprenti peut bénéficier d'allocation d'aide au logement et d'un accès privilégié aux foyers de jeunes travailleurs.

Développer l’apprentissage

Au 31 décembre 2012, on comptait 438 143 apprentis dans des centres de formation publics et privés, dont 135 371 dans l’enseignement supérieur (du BTS au diplôme d’ingénieur).

Si la situation économique générale se ressent sur le taux d’emploi des apprentis à la sortie de leur formation (en baisse de 4 points en 2013), l’apprentissage reste un moyen d’insertion performant. En février 2013, sept mois après leur sortie de formation en centre de formation d’apprentis (CFA), 65 % des apprentis ont un emploi, soit 22 points de plus que les jeunes issus de la voie scolaire (43 %). Par ailleurs, lorsqu’ils travaillent, une grande majorité des jeunes formés par la voie de l’apprentissage ont un emploi à durée indéterminée (EDI, 59 %).

Pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche participe au plan de développement de l’apprentissage inscrit dans la feuille de route de la grande conférence sociale de juillet 2014, qui se met en place depuis la rentrée 2014. L’objectif gouvernemental est d’atteindre 500 000 apprentis, dont 60 000 dans les lycées publics, d’ici 2017.

Promouvoir un développement quantitatif et qualitatif

Dans le cadre de l’objectif de 500 000 apprentis d’ici 2017, le Gouvernement se donne pour ambition de :

  • recruter 10 000 apprentis dans la fonction publique d’État
  • encourager des démarches analogues auprès des fonctions publiques hospitalière et territoriale

Il s’emploiera à lever les freins, par exemple en valorisant la fonction de maître d’apprentissage. Une réflexion sera engagée pour permettre l’accès des apprentis aux concours de la fonction publique.

L’Éducation nationale se mobilise particulièrement avec un objectif de former 60 000 apprentis, en ciblant les premiers niveaux de qualification et les métiers en tension. Elle compte dans ses lycées publics 40 000 apprentis, accueillis notamment dans 95 centres de formation d’apprentis (CFA) gérés par des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) et 565 unités de formation par apprentissage (UFA), également installées dans des EPLE et qui sont rattachées à un CFA.

Sur ces 40 000 apprentis :

  • 33 % préparent un diplôme de niveau V
  • 32 % un diplôme de niveau IV
  • 31 % un diplôme de niveau III
  • 4 % un diplôme de niveau II ou I

La possibilité d’offrir des parcours de formation mixtes, combinant statut scolaire et apprentissage dans les EPLE (un an sous statut scolaire, puis deux ans en apprentissage ou 2 ans + 1 an, pour le baccalauréat professionnel par exemple) constitue à la fois pour les jeunes et pour les employeurs une condition favorable au développement de l’apprentissage en lycée. Par ailleurs, au-delà des parcours 2+1, les lycées publics qui assurent des formations par apprentissage peuvent proposer à des élèves décrocheurs une poursuite d'études en apprentissage ou à des jeunes ayant rompu un contrat d’apprentissage de terminer leur formation sous statut scolaire.

Pour les jeunes, ce dispositif a l'intérêt de leur éviter de changer d'établissement lorsqu'ils changent de statut (scolaire ou apprentissage).

Les établissements peuvent également développer la mixité des publics. Il s’agit de regrouper des jeunes de statuts différents (élèves, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle) dans une même formation. Outre l’intérêt pour l’EPLE, notamment de pérenniser des formations à fort taux d’insertion et à faible flux, cette mixité a de nombreux atouts :

  • pour les élèves : elle est stimulante, les apprentis et les stagiaires deviennent personnes ressources, le passage d’un statut à l’autre est facilité, les parcours sont sécurisés
  • pour les apprentis et les stagiaires : la situation est valorisante car elle leur permet de s’appuyer sur leur culture de l’entreprise, de faciliter le passage d’un statut à l’autre et de sécuriser leurs parcours
  • pour les enseignants : la mixité apporte un nouveau regard sur les méthodes pédagogiques, elle favorise l’exploitation pédagogique des périodes en entreprise et des situations professionnelles vécues

La réorganisation de l’offre de formation dans les académies autour des lycées des métiers et des campus des métiers et des qualifications, en favorisant la mixité des parcours et les changements de statut tout au long de la formation, de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, est également un facteur qui contribuera au développement de l’apprentissage en EPLE.

L’Éducation nationale est en mesure de mobiliser ses nombreux partenaires, entreprises, branches professionnelles, économie sociale et solidaire, pour établir avec eux un projet de développement concerté de l’apprentissage en EPLE, en collaboration avec les régions.

Mieux faire connaître l’apprentissage

Un des objectifs gouvernementaux est de changer l’image de l’apprentissage auprès des jeunes et des acteurs de l’orientation, en mettant en place plusieurs actions :

  • l’intégration de la découverte de l’apprentissage dans le parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel (PIODMEP) à partir de la 5e
  • l’évolution de la procédure et du logiciel d’affectation des élèves (AFFELNET) à l’issue du collège afin d’intégrer l’accès aux formations en apprentissage, ainsi que la généralisation de l’intégration des formations par apprentissage dans APB (admission post-bac)
  • le déploiement d’actions pour renforcer les liens avec le monde professionnel

Former les personnels de l’Éducation nationale

Le développement de l’apprentissage au sein de l’Éducation nationale nécessite la mobilisation des personnels des établissements.

Un module de pédagogie de l’apprentissage sera introduit dans la formation initiale et continue des enseignants et des personnels de l’orientation, ainsi qu’un module ingénierie et évaluation de l’apprentissage dans la formation initiale et continue des personnels d’encadrement.

Mise à jour : octobre 2014

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires.
Le calendrier scolaire

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
Le Bulletin officiel

CAFÉ DES PARENTS

Faites nous part de vos suggestions, posez vos questions, participez à un café des parents !

education.gouv.fr/
cafedesparents

Le ministère chargé de la santé vous informe

Toutes les informations sur la maladie à virus Ebola
www.ebola.sante.gouv.fr




Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

 
À la une
Suivez-nous