PROGRAMME D'ENSEIGNEMENT DES ARTS APPLIQUÉS ET CULTURES ARTISTIQUES POUR LES CERTIFICATS D'APTITUDE PROFESSIONNELLE
A. du 26-6-2002. JO du 5-7-2002
NOR : MENE0201497A

RLR : 545-0a

MEN - DESCO A4


Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-2 ; D. n° 90-179 du 23-2-1990 ; D. n° 2002-463 du 4-4-2002 ; avis du CNP du 28-5-2002 ; avis du CSE du 6-6-2002
Article 1 - Le programme d'enseignement des arts appliqués et cultures artistiques pour les certificats d'aptitude professionnelle est fixé conformément à l'annexe du présent arrêté.
Article 2 -
Le directeur de l'enseignement scolaire est chargé de l'exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait à Paris, le 26 juin 2002

Pour le ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale

et de la recherche

et par délégation,

Le directeur de l'enseignement scolaire

Jean-Paul de GAUDEMAR



Annexe
Arts appliqués et cultures artistiques


I - DÉFINITION


Dans la voie professionnelle, l'enseignement artistique ne traitait jusqu'ici que des arts appliqués. Cette priorité demeure mais elle s'enrichit désormais d'une ouverture sur d'autres domaines artistiques et culturels dont témoigne la nouvelle appellation :
"arts appliqués et cultures artistiques".
Cet enseignement appartient à l'ensemble des enseignements généraux (français, histoire, langues, sciences) dont il partage les attitudes pédagogiques et les préoccupations culturelles. Il concerne tous les élèves et bénéficie d'un horaire propre. Cet horaire se trouve augmenté dans certains CAP préparant à des métiers à composante artistique par un horaire d'enseignement spécialisé plus important dont le volume varie selon les domaines.

Quelle que soit l'une des deux parties constitutives du dispositif - "arts appliqués" ou "cultures artistiques"-, l'enseignement accorde la plus large part à la pratique, une pratique qui se veut créative et artistique, critique et culturelle.

Il prend appui, dans la mesure du possible, sur les savoirs et savoir-faire acquis au collège jusqu'en classe de troisième dans le cadre des enseignements obligatoires d'arts plastiques et d'éducation musicale, comme dans celui des diverses activités artistiques facultatives.

Il est assuré :

- pour ce qui concerne les arts appliqués eux-mêmes, par les professeurs de cette discipline ;

- pour ce qui concerne l'ouverture sur les cultures artistiques, par les professeurs d'arts appliqués travaillant cette fois en équipe avec des collègues de différentes disciplines (lettres-histoire ou lettres-langues vivantes par exemple) et/ou avec un ou plusieurs partenaires extérieurs, professionnels des secteurs artistique et culturel.

Il trouve un prolongement dans les démarches de projet et les dispositifs d'ouverture à l'art offerts à ce niveau : ateliers artistiques, projets d'action educative (PAE) artistiques, projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP), opération "Lycéens au cinéma", etc.


II - OBJECTIFS


Comme tout enseignement général, l'enseignement "arts appliqués et cultures artistiques" se propose d'aider les élèves à s'intégrer socialement, culturellement et professionnellement dans une société démocratique, en faisant émerger leur projet personnel, en développant leur réflexion responsable et autonome, en les inscrivant dans des pratiques collectives et solidaires.
Dans la continuité de l'éducation artistique reçue, l'enseignement "arts appliqués et cultures artistiques" vise :

- l'acquisition des moyens d'expression, des techniques et des méthodes élémentaires impliqués dans toute démarche artistique ;

- la connaissance de quelques œuvres, auteurs et mouvements relevant du patrimoine comme de la création contemporaine, constituant autant de repères essentiels dans l'histoire de l'art ;

- l'entraînement à une réflexion critique susceptible d'assurer progressivement l'autonomie de jugement de l'élève.

De manière spécifique, cet enseignement centré sur le design de produit, de communication, d'espace et d'environnement, vise :

- l'acquisition de méthodes privilégiant l'observation, l'exploration, l'investigation, l'analyse comparative et critique ;

- l'acquisition de pratiques techniques de notation, d'expression, de représentation passant par la maîtrise des gestes, outils, procédés essentiels ;

- l'acquisition d'informations relatives à l'évolution du design au cours du XXème siècle.

Globalement, il se propose de donner aux élèves les moyens de développer une attitude informée, curieuse, critique et vigilante portant sur leur environnement quotidien ; de réfléchir au produit, à sa conception, à son adaptation aux besoins de la société ; d'affiner leur sensibilité à l'urbanisme, à l'image, à la communication.

Dans la perspective du diplôme de CAP ou d'une éventuelle poursuite d'études sanctionnées par des diplômes de niveaux IV et III, il vise :

- les acquisitions méthodologiques permettant des réinvestissements futurs ;

- le développement de l'esprit d'initiative des élèves, de leur créativité, de leur curiosité, de leur sens critique et de leur aptitude à agir avec efficacité sur leur environnement.


III - MISE EN ŒUVRE


Compte tenu de la diversité des publics préparant le CAP, il appartient aux enseignants de mettre en œuvre une méthode pédagogique adaptée, faisant une large part à l'aide individualisée et à la pédagogie du projet. Cette mise en œuvre implique des groupes à effectifs réduits.
La démarche d'enseignement met en interaction observation et analyse, recherche et concrétisation d'idées. Elle se déroule en quatre phases qui entretiennent entre elles des relations dialectiques mais qui peuvent être dissociées, leur hiérarchisation dans le temps étant induite par le sujet à traiter ou l'exercice à réaliser :

- une phase d'exploration ;

- une phase d'expérimentation ;

- une phase de réalisation ;

- une phase de verbalisation, échange, analyse critique.

Tout au long de ces quatre phases, l'enseignant privilégie une pédagogie du questionnement fondée sur le vécu de l'élève. Les exercices donnent lieu à une expression individuelle autant qu'à des travaux de groupe. Il s'agit de mettre en valeur la capacité de chacun à développer une réflexion singulière tout en s'intégrant à un groupe pour le faire progresser.

Dans cette pédagogie, les techniques de l'information et de la communication (TIC) jouent un rôle particulier selon deux modalités distinctes :

- les TIC sont sollicitées comme dans les autres disciplines pour rechercher, collecter, classer et exploiter l'information ; pour la communiquer, la visualiser et la mettre en page, soit en associant le textuel et le visuel sur des supports traditionnels (le papier), soit en associant le textuel avec la parole, le son et l'image fixe ou animée sur des supports multimédia comme le cédérom ou le DVD ;

- les TIC sont utilisées dans les disciplines artistiques, et plus particulièrement dans le champ des arts appliqués, comme des auxiliaires de création (TICC). Dans les trois domaines essentiels de l'enseignement du design (produit, communication, espace et environnement), les technologies numériques interviennent pour aider à la recherche, à la visualisation des hypothèses, à l'expérimentation et, de plus en plus souvent, à la réalisation.

Pour autant, ces outils nouveaux ne remettent pas en cause l'intérêt et la pratique des anciens. En aucun cas, ils ne sauraient dispenser chaque élève de faire appel à sa propre sensibilité, à ses possibilités réflexives et conceptuelles comme à ses aptitudes créatrices personnelles.


III.1 Une phase d'exploration


À partir d'objets d'étude limités et au travers d'analyses de cas, de documents, d'observations de nature à éveiller sa curiosité, l'élève est mis en situation de questionner, d'identifier, de discriminer et de comparer des données, d'effectuer des relevés sélectifs.
Il découvre les démarches d'élaboration du produit et les contraintes auxquelles celui-ci répond (déontologie, besoins des usagers, fonctions remplies, sens produit, modes de réalisation ou de fabrication, diffusion, etc.).

À travers l'analyse guidée de cas concrets simples, l'élève conforte ses connaissances et se dote de bases culturelles, développe une attitude critique et informée, acquiert des postures de réflexion autonome.


III.2 Une phase d'expérimentation


À partir de manipulations de techniques, d'outils (traditionnels et actuels), de supports, de méthodes diversifiées, l'élève est mis en situation de proposer des réponses, intuitives ou raisonnées, à un problème défini.
En première année, une large place est faite au "tâtonnement expérimental" fondé sur la pluralité des situations et des moyens disponibles, la diversification des approches et des points de vue.

Parallèlement, l'élève justifie ses démarches et les traces en résultant.


III.3 Une phase de réalisation


À partir d'une demande limitée et clairement définie, pour traiter un problème ou un thème actuel, concret, correspondant à ses centres d'intérêt et capable d'élargir ses savoirs tant pratiques que culturels et méthodologiques, l'élève est mis en situation d'organiser une planification simple, de proposer des hypothèses en réponse à un cahier des charges élémentaire, de concrétiser ses idées, de justifier ses choix.
Le résultat de ses recherches est le témoignage d'un parcours. il est visualisé sous forme de croquis, de "rough", de maquettes d'étude utilisant des matériaux appropriés. Il est succinctement commenté, oralement et par écrit.


III. 4 Une phase de verbalisation, échange, analyse critique


Cette phase peut intervenir à chaque étape de la formation. Elle permet à l'élève de porter un regard critique sur sa production, de mesurer son adéquation aux critères énoncés, d'ajuster, d'améliorer ou de faire évoluer son travail, d'aborder l'étape suivante avec de nouvelles compétences.
Eprouvant le besoin de faire le point sur ses résultats, l'élève est conduit à confronter sa performance à celle de ses camarades, pour se situer, pour progresser et pour s'inscrire dans la démarche collective.

Ces situations constituent donc un moment privilégié de la formation. L'enseignant les organise en concertation avec le groupe-classe. Il tient compte de la capacité de chacun à s'exprimer en public. En mettant en tension l'analyse des productions et les objectifs visés, il trouve ainsi l'occasion d'ancrer les savoirs mais aussi, par une approche exigeante et objective, de donner confiance aux élèves et de valoriser leurs efforts.


IV - PROGRAMME


Le programme comprend deux dimensions : une dimension pratique et une dimension culturelle. Le temps d'enseignement se partage, lui, entre trois ensembles complémentaires aux fonctions différentes mais aux objectifs pédagogiques cohérents : un ensemble commun obligatoire, un ensemble libre et un ensemble optionnel. Chacun de ces ensembles prend en compte, à sa façon, les deux dimensions pratique et culturelle.
Comme dans les autres disciplines d'enseignement général assurées en lycée professionnel, le programme ne différencie pas les contenus de la première année des contenus de la deuxième année. Il appartient à l'enseignant de prévoir une progression de la formation en privilégiant un approfondissement continu et en dissociant éventuellement, lorsque cela lui paraît nécessaire, la dimension pratique et la dimension culturelle qui sont en interaction constante.

Le volume horaire global alloué à la formation (100 à 110 heures sur deux années) est fractionné en 50 % pour l'ensemble commun obligatoire, 25 % pour l'ensemble libre, 25 % pour l'ensemble optionnel. Donnée à titre indicatif, cette partition peut être modulée par l'établissement en fonction de sa politique éducative et du contexte local, tout en respectant le volume horaire global et le principe d'un dispositif en trois ensembles où le premier, consacré au design, reste largement prioritaire.

Des regroupements sous forme de sessions spécifiques de plusieurs heures ou plusieurs journées sont conseillés pour l'ensemble optionnel dont l'efficacité est alors accrue.


<-------------------------------------------------------------------------------------100 à 110 heures sur deux ans-------------------------------------------------------------------------->
<---------------------------50 %----------------------------->
<------------------------25%--------------------->
<---------------------- 25 %------------------>
arts appliqués
cultures artistiques
Ensemble commun obligatoire
Ensemble libre
Ensemble optionnel
Design de produit
et
Design de communication
et
Design d'espace et d'environnement

Option "arts du son"
ou

Option "arts visuels"

ou

Option "patrimoines"

ou

Option "spectacle vivant"

IV.1 L'ensemble commun obligatoire (ou "les figures imposées")


Clairement défini dans ses objectifs et ses contenus, il constitue le socle de la formation et correspond environ à 50 % de l'horaire global.
L'intérêt évident porté par les élèves aux productions du design, qu'elles soient directement liées à leur spécialité professionnelle ou, plus largement, à l'univers dans lequel ils évoluent, justifient que l'ensemble commun obligatoire soit entièrement consacré à une première approche du design de produit, de communication et d'espace et d'environnement, dans la suite logique de l'initiation aux arts du quotidien engagée lors de la scolarité antérieure.

Il convient de rappeler qu'il ne s'agit en aucun cas d'un enseignement du design à visée professionnalisante, mais d'une simple sensibilisation aux démarches de conception et aux productions du design. En conséquence, l'enseignant fait des choix parmi les propositions du programme et établit des hiérarchies pour mieux adapter son enseignement à l'extrême diversité des situations, en privilégiant l'étude de cas simples correspondant au niveau et aux centres d'intérêt de ses élèves.


IV.1.1 Le design de produit

Il traite de la relation entre l'homme et les objets, objets réalisés en série ou non : objets usuels, textiles, accessoires, mobiliers.

NOTIONS ESSENTIELLES ABORDÉES PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX NOTIONS EXEMPLES DE PRODUITS EXEMPLES D'APPROCHES TRANSVERSALES
Fonctions
d'usage et d'estime dans leurs dimensions :
- ergonomique ;
- technique ;
- économique ;
- sociologique ;
- écologique ;
- sémantique ;
- poétique.

Formes
- éléments et relations plastiques

Matériaux
- identité ;

- origine ;

- qualités intrinsèques ;

- disponibilité aux différentes possibilités de mise en œuvre.
Objet unique/objet de série
- l'objet unique relevant de l'artisanat d'art, prototype expérimental ;
- l'objet de série relevant de la courte série des objets numérotés, éventuellement signés, ou de la grande série des objets industriels.

Standardisation/distinction
- la standardisation : caractères communs et constants des objets produits en grande série ;
- la distinction : caractères particuliers de l'objet unique ou personnalisé.
L'objet usuel
- les outils d'écriture ;
- les outils d'atelier ;
- les ustensiles de cuisine.

L'objet mythique
- le couteau suisse ;
- la 2 CV ;
- le blue jean.

L'objet jetable
- la vaisselle ;
- le rasoir ;
- l'appareil photo.
Un concept
- la transparence ;
- le gonflable ;
- l'hybride ;
- le luxe.

Une action
- s'asseoir ;
- travailler ;
- se restaurer.

IV.1.2 Le design de communication
Il traite de la relation entre l'homme et le message et, d'une façon générale, de l'information dans les secteurs visuel et audiovisuel : graphisme, édition, publicité, images, multimédia.

NOTIONS ESSENTIELLES ABORDÉES PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX NOTIONS EXEMPLES D'ÉLÉMENTS RELEVANT DE LA COMMUNICATION EXEMPLES D'APPROCHES TRANSVERSALES
Fonctions
- informative ;
- narrative ;
- incitative ;
- poétique.

Formes
Éléments :
- verbaux ;
- iconiques ;
- typographiques ;

- gestuels et leurs relations.

Supports
- caractéristiques ;

- possibilités et limites d'utilisation.

La campagne publicitaire
- Visées :
. commerciale ;
. humanitaire ;
. politique ;
- Stratégies de mise en œuvre.

Le mode d'emploi
- les explications ;
- les consignes de montage ;
- la valorisation.
Les codes et répertoires culturels
- les codes socioculturels ;
- l'image
- citation ;
- l'art et la publicité.

La signalétique
- les parcours fléchés ;
- la signalétique urbaine ;
- les pictogrammes.

La séquence
- les images fixes et les images animées.
Un concept
- l'événement ;
- le détournement ;
- la séduction.

Une action
- décoder ;
- conditionner ;
- persuader.

IV.1.3 Le design d'espace et d'environnement

Il traite de la relation de l'homme avec son environnement et concerne plus particulièrement l'aménagement des espaces privé et public.

NOTIONS ESSENTIELLES ABORDÉES PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX NOTIONS EXEMPLES D'ESPACES ET D'ENVIRONNEMENTS EXEMPLES D'APPROCHES TRANSVERSALES
Fonctions
dimensions :
- ergonomique ;
- technique ;
- esthétique ;
- écologique ;
- sémantique.
Formes
- la structure ;
- les composantes tridimensionnelles et leurs relations.

Principes constructifs
Matériaux et matières

- identité ;

- origine ;

- qualités intrinsèques ;

- valeur symbolique.

Les lieux de vie, de travail, de loisir


Le pérenne et l'éphémère
Le lieu de culture
- l'école ;
- le musée ;
- le théâtre ;
- la médiathèque.

L'espace ludique
- le terrain de jeu ;
- le stade.

L'habitat vernaculaire
- la yourte mongole ;
- l'habitat troglodytique
- les bateaux-maisons.
Un concept
- l'habitat/l'habitacle/l'habit ;
- l'urbain ;
- le dedans/le dehors.

Une action
- danser ;
- se rencontrer ;

- franchir.

IV.2 L'ensemble libre (ou "les figures libres")


Ce cadre, qui correspond approximativement à 25 % de l'horaire global, est laissé à l'enseignant d'arts appliqués qui en dispose librement, dans le respect des objectifs de formation fixés par le programme, en prenant en compte le niveau et le goût des élèves, les ressources de l'établissement et, d'une façon générale, le contexte sous toutes ses formes.
Il y prend toutes les initiatives pédagogiques qui lui paraissent opportunes, qu'il s'agisse d'une démarche interne à la discipline, d'une ouverture à l'environnement pédagogique et culturel, de la réalisation de projets conjoints avec les enseignements artistiques professionnels de certains CAP, ou de toute autre question.

En conséquence, les items ci-dessous sont donnés à titre d'exemple. Ils n'imposent rien. Ils visent simplement à éclairer le propos.

IV.2.1 Une démarche interne à la discipline

Dans une démarche interne à la discipline, l'enseignant d'arts appliqués peut notamment :

- revenir en cas de nécessité sur des points du programme commun obligatoire qui n'auraient pas été assimilés ;

- procéder à une mise à niveau de ceux qui n'auraient pas pu bénéficier jusque là d'une formation suffisante ;

- aborder de nouvelles questions afin de donner une ampleur accrue à l'enseignement, en traitant, par exemple :

. pour le design de produit, de la personnalisation par l'utilisateur de l'objet de série (la moto et le "tunning"),

. pour le design de communication, de l'évolution de l'affiche dans les champs institutionnel, culturel ou publicitaire (Toulouse-Lautrec, Cassandre, Paul Colin, Savignac, Jean-Paul Goude),

. pour le design d'espace et d'environnement, des espaces de transition dans l'architecture privée selon différentes cultures (le circuit d'approche de la maison japonaise, le couloir conduisant au patio de la maison arabe, le perron sous marquise du pavillon francilien de banlieue au début du 20ème siècle),

- aborder plus généralement les points communs et les différences entre arts plastiques, design, métiers d'art et les situer dans le cadre global de l'histoire de l'art.

- expérimenter de façon approfondie les nouvelles technologies en utilisant plusieurs logiciels de création concernant les arts visuels, en particulier le design de communication ;

- engager une réflexion sur le programme des deux années préparant au CAP en le situant dans l'ensemble du cursus et par rapport à une poursuite d'études conduisant éventuellement jusqu'au niveau III en arts appliqués.

IV.2.2 Une démarche d'ouverture à l'environnement pédagogique et culturel

Dans une démarche d'ouverture à l'environnement pédagogique et culturel, l'enseignant d'arts appliqués peut notamment :

- entrer en relation avec les autres disciplines d'enseignement général assurées au lycée pour travailler sur des thèmes communs, des questions, des problématiques complémentaires qui peuvent donner lieu à des approches croisées et instaurer une véritable interdisciplinarité aidant les élèves à mieux percevoir le sens de leurs études ;

- consolider les relations entre l'enseignement et la création, l'école et les lieux de vie artistique et culturelle, en utilisant au mieux, de façon ponctuelle ou continue :

. les ressources offertes par l'environnement : institutions de formation, musées (des beaux-arts, arts et métiers, arts et industries, ethnographiques), monuments, chantiers, paysages (urbains, ruraux, industriels),

. le calendrier des manifestations : festivals divers, spectacles itinérants, expositions temporaires,

. les rencontres avec des professionnels sur leur lieu de travail : ateliers d'artistes ou d'artisans, sièges d'agence d'architecture, studios de design. etc.

IV.2.3 Une démarche visant la réalisation de projets conjoints avec les enseignements professionnels de certains des CAP comportant une composante artistique

L'enseignant d'arts appliqués peut notamment, dans le cadre de certains CAP - arts du bois, du feu. du métal, arts de la reliure, art textile et mode, communication, environnement, gravure, musique, spectacles - :

- expérimenter des situations de rencontre avec les métiers d'art, l'art contemporain, les techniciens et artistes ;

- traiter un même sujet d'étude dans le cadre de la sensibilisation au design et dans celui de l'atelier professionnel ; confronter démarches et résultats.


IV.3. L'ensemble optionnel ou "les choix offerts par le menu"


Il fait partie de l'horaire global de la formation. En revanche, il fait appel à l'initiative et à l'autonomie de l'établissement. C'est l'ensemble de l'ouverture à d'autres pratiques, à d'autres cultures artistiques, à d'autres domaines artistiques. Compte tenu de l'évolution des tendances culturelles et de la création contemporaine qui privilégient les croisements, cet ensemble comporte quatre grandes options : arts du son, arts visuels, patrimoines, spectacle vivant.
Chacune de ces options implique un partenariat interne entre des enseignants de l'établissement et/ou un partenariat externe avec des structures culturelles, des artistes, des professionnels du secteur artistique et culturel.

Ces options, même si elles comportent des dominantes disciplinaires fortes, ne sont pas étanches les unes aux autres. Elles peuvent, au contraire, donner lieu à passerelles et même à nouveaux positionnements : ainsi, la musique, inscrite de plein droit dans l'option "arts du son", trouve également sa place dans l'option "spectacle vivant" ; la danse, située dans l'option "spectacle vivant" peut légitimement apparaître dans l'option "arts visuels", etc.

En conséquence, il appartient à l'équipe - enseignants et partenaires - de procéder sur place aux redistributions que justifie le projet artistique de l'établissement et qu'autorisent les ressources humaines et matérielles disponibles sur place ou dans l'environnement proche. De la même façon, il lui revient de déterminer les parts relatives accordées à la pratique et à l'approche culturelle avec le souci de privilégier constamment la qualité de la démarche et du résultat.

Par ailleurs, chaque option rassemblant plusieurs domaines artistiques, il convient, non pas de tout explorer (le temps imparti ne le permet d'ailleurs pas), mais de faire un choix clair privilégiant les critères pédagogiques et de faisabilité.

IV.3.1 L'option arts du son

L'intitulé "arts du son" recouvre notamment les musiques vocale et instrumentale mais aussi les sons enregistrés, restitués, montés, transformés, les bruitages. Dans le cadre de cette option, l'établissement noue un partenariat externe avec un conservatoire ou une école de musique, et s'associe la compétence ponctuelle de spécialistes divers : professeurs d'éducation musicale en lycées et collèges, techniciens du son, bruiteurs, etc.

À titre indicatif, le programme détaille ci-dessous le type de formation qui peut être proposé dans le cadre de l'environnement musical et sonore.


ÉLÉMENTS ESSENTIELS ABORDÉS
PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX ÉLÉMENTS
EXEMPLES DE PRODUCTIONS SONORES ET MUSICALES
L'instrument.

Le son.

La bande son.
- Une chaîne de production sonore (microphone, enregistrement, traitement, restitution).

- Quelques outils de traitement audionumériques.

- Quelques instruments de musique d'aujourd'hui.

- La programmation musicale à la télévision et à la radio.

- Quelques rapports du son à l'image dans les séquences filmées.
- Une bande sonore pour une séquence filmée.

- Un programme musical pour la radio.

IV.3.2 L'option arts visuels

L'intitulé "arts visuels" recouvre notamment les arts plastiques, la photographie, l'infographie, le cinéma, la vidéo. Dans le cadre de cette option, l'établissement noue un partenariat externe avec, par exemple, une salle de cinéma d'art et essai, un studio d'audiovisuel, les services spécialisés d'un CRDP ou d'un CDDP, et s'associe le concours de professionnels de ces domaines.


À titre indicatif, le programme détaille ci-dessous le type de formation qui peut être proposé dans le cadre du cinéma.


ÉLÉMENTS ESSENTIELS ABORDÉS PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX ÉLÉMENTS EXEMPLES DE PRODUCTIONS
Le plan en tant qu'il fédère les éléments fondateurs du langage des images et des sons :
- espace ;
- durée ;
- narration ;
- traitement des personnages ;
- traitement de la lumière ;
- traitement de la matière sonore.
Les principales composantes d'un plan :
- la durée (courte, longue) ;
- le cadre (échelle des plans, profondeur de champ) ;
- la fixité ou les mouvements de la caméra (travelling, panoramique, caméra à l'épaule, zoom) ;
- l'angle de prise de vue (plongée/contre-plongée) ;
- la qualité de l'image (noir et blanc/couleur, grain) ;
- la qualité du son (direct, off, rapporté).
- Quelques types de plans photographiques et cinématographiques.
- Une courte séquence d'un filmde fiction, d'un documentaire ou d'un dessin animé.

IV.3.3 L'option patrimoines
L'intitulé "patrimoines" recouvre notamment l'architecture, les collections, les champs de fouilles, la restauration d'œuvres d'art et l'artisanat d'art.

Dans le cadre de cette option, l'établissement noue un partenariat externe avec, par exemple, un musée (d'art, d'arts et métiers, ethnographique), un chantier de fouilles, un atelier de restauration, un atelier d'artisan d'art, etc.

À titre indicatif, le programme détaille ci-dessous le type de formation qui peut être proposé dans le cadre de l'architecture. Dans celui-ci, le partenaire peut être un musée, un monument, un conseil en architecture, urbanisme et de l'environnement (CAUE) en association avec des professionnels divers : conservateurs de musées, architectes des monuments historiques et autres, restaurateurs d'œuvres d'art.

ÉLÉMENTS ESSENTIELS ABORDÉS PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX ÉLÉMENTS EXEMPLES D'OBJETS D'ÉTUDE
Le parti :
- la symétrie ;
- la verticalité ;
- l'horizontalité ;
- le contraste ;
- le plein et le vide.
Les matériaux naturels et fabriqués.

Une architecture civile, ou religieuse, ou militaire :
- avant le XXème siècle ;
- au XXème siècle.
- Un hôtel de ville.
- Une église.
- Un ouvrage défensif.
- Une cité d'habitat.
- Un bâtiment culturel.

- Un ouvrage d'art.


IV.3.4 L'option spectacle vivant
L'intitulé "spectacle vivant" recouvre notamment le théâtre, la danse, le cirque, le spectacle de rue.

À titre indicatif, le programme détaille ci-dessous le type de formation qui peut être proposé dans le cadre du théâtre. Dans celui-ci, l'établissement noue un partenariat avec une compagnie théâtrale subventionnée et s'associe le concours de professionnels divers : metteur en scène, comédien, décorateur, costumier, technicien de la lumière et du son, etc.


ÉLÉMENTS ESSENTIELS ABORDÉS
PISTES D'ÉTUDE LIÉES AUX ÉLÉMENTS
EXEMPLES DE PRODUCTIONS
Le jeu de l'acteur.

Le lieu théâtral et l'espace scénique.

Le décor et les objets scéniques.
Les expressions vocales, du parlé au chanté.

Le regard, le geste, le mouvement.

Les différents types de théâtre :
- antique ;

- élisabéthain ;

- à l'italienne ;

- hors les murs.


quelques dispositifs scéniques :

- frontal ;

- bifrontal ;

- en rond.


La marionnette, le masque.


Le costume, les accessoires.

L'interprétation d'un personnage.

La maquette d'un théâtre.


Un décor, un masque, une marionnette, un costume.

V.4 Référentiels

tÚlÚchargez Acrobat reader gratuitementCe DOCUMENT est téléchargeable ici au format PDF (referentiel.pdf - 5 pages, 67 Ko)
Si vous n'avez pas ACROBAT READER pour visualiser et imprimer ce fichier, téléchargez ce logiciel gratuit en cliquant sur l'icône ci-contre.


[retour sommaire]

 
B.O. hors-série n°5 du 29 août 2002

© Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche
http://www.education.gouv.fr/bo/2002/hs5/cap2.htm