Réunion ministérielle Éducation G7 : communiqué sur la lutte contre le harcèlement

La sérénité du climat scolaire, son caractère inclusif et encourageant favorisent une meilleure qualité des apprentissages et un sentiment de bien-être des élèves. Pour permettre à chacun de s’épanouir et de réussir, l’école doit être un lieu de confiance et de respect.

 Le harcèlement scolaire est présent dans tous les pays et affecte de nombreux enfants et jeunes. Alors que réseaux sociaux sont de plus en plus présents et accessibles, le cyberharcèlement redéfinit les frontières à l’intérieur desquelles survient le harcèlement.

Le harcèlement, qu’il soit psychologique, physique ou sexuel, ou qu’il s’agisse de cyberharcèlement, est un fléau. Selon les estimations de l’OCDE et de l’Unesco, jusqu’à 30 % des élèves dans le monde ont été victimes d’une forme harcèlement.

Le harcèlement peut avoir une incidence négative durable sur la santé, le bien-être et les résultats scolaires de tous les élèves. Parce qu’il crée une atmosphère d’anxiété, de peur et d’insécurité, le harcèlement a un impact négatif sur le climat scolaire en général.

Le harcèlement est inacceptable et ne peut être toléré.

Nous, Ministres et Hauts-Représentants en charge des questions d’éducation réunis le 4 juillet à Sèvres, en France, dans le cadre du G7 Éducation, décidons de faire de la lutte contre le harcèlement sous toutes ses formes une cause commune. Nous déclarons que le respect est un principe fondamental pour tous et pour garantir que nos écoles soient des lieux d’accueil où tous les élèves se sentent bienvenus et en sécurité.

Les membres du G7 reconnaissent les efforts de la présidence française pour accroître la sensibilisation à la question de la lutte contre le harcèlement à l’école, et inviter à l’action. Pour ce faire, la France œuvrera avec l’Unesco et d’autres organisations internationales à l’accueil d’une conférence internationale à Paris en 2020.

Mis à jour le : juin 2020