Pour une défense européenne des langues anciennes

À l’occasion du colloque "Europe et langues anciennes : nouvelles questions, nouvelles pratiques" organisé ce mardi 16 novembre au lycée Louis-le-Grand, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, a appelé au lancement d’une alliance européenne pour l’enseignement des langues anciennes, en présence des ministres de l’éducation de Chypre, Pródomos Prodómou; de Grèce, Niki Kerameus ; d’Italie, Patrizio Bianchiet du Vice-président de la Commission européenne en charge de la promotion de notre mode de vie européen, Margaritis Schinas.

Cette alliance européenne a plusieurs objectifs essentiels : promouvoir une Antiquité qui éclaire et nourrit le présent et le futur des Européens ; donner un nouvel élan à la construction de l’espace européen de l’éducation ; renforcer les liens entre pays européens par des échanges et des mobilités des élèves et des professeurs ; et partager les ressources pour enseigner et promouvoir la recherche européenne sur les langues et cultures de l’Antiquité et lui permettre d’enrichir les pratiques de chaque système éducatif. Le renforcement de la coopération européenne autour du latin et du grec ancien se traduit ainsi par une déclaration publiée ce jour avec Chypre, la Grèce et l’Italie. Cette déclaration rappelle le rôle structurant joué par le latin et le grec ancien dans notre culture européenne, leur importance dans l’apprentissage des langues vivantes, mais aussi dans l’émergence chez nos élèves du sentiment d’être des citoyens européens éclairés et émancipés. Cette alliance se concrétisera également par la reconduction annuelle du colloque européen dans un autre pays européen.

En France, cet engagement pour les langues et cultures de l’Antiquité se traduit très concrètement par plusieurs avancées :

  • La création, à la rentrée scolaire 2022, de sections "Mare Nostrum" en collège et en lycée : elles favoriseront l’apprentissage d’une langue ancienne, d’une voire plusieurs langues vivantes étrangères ou régionales, notamment par la mise en œuvre d’un temps spécifique d’une heure par semaine où les professeurs concernés pourront croiser leurs enseignements autour de thématiques qu’ils auront définies ;
  • L’ouverture de l’enseignement optionnel de langues et cultures de l’Antiquité aux lycéens des séries technologiques ;
  • Le développement en collège de l’enseignement de français et culture antique en 6e ;
  • La création, dans chaque académie à la rentrée 2022, d’une mission spécifique pour mieux suivre et mieux accompagner les enseignements de latin et de grec dans les établissements.

Mise à jour : novembre 2021