La formation initiale et continue des maîtres

Ce rapport traite de l'ensemble de la problématique de la formation initiale et continue des maîtres des premier et second degrés. En une première partie, il montre en quoi l'Etat, employeur des maîtres, n'a pas complètement assumé ses responsabilités, en ne disant pas de façon univoque, ne serait-ce qu'aux candidats, quels maîtres il attend et en ne définissant pas avec assez de précision quelle pouvait être la part de la formation dans le professionnalisme attendu. L'occasion est à saisir, dans le contexte des prochains recrutements massifs, de proposer dès que possible une réorganisation des cursus de formation initiale, donnant à la formation plus de temps au service d'une meilleure qualité finale ; le métier de professeur doit entrer dans le cadre européen de la définition des diplômes d'enseignement supérieur et correspondre au niveau d'un master, délivré par les autorités universitaires sur la base d'un cahier des charges émanant de l'employeur. Il faut repenser la signification de la formation tant initiale que continue des maîtres, la première pour marquer plus fortement qu'il s'agit de former un professionnel, la seconde pour proclamer qu'elle doit tenir, dans les représentations des maîtres comme dans le déroulement de leur carrière, une place aussi importante que la formation initiale, d'ailleurs en continuité avec elle. Les structures des concours de recrutement comme des institutions au service de la formation doivent être reconsidérées en conséquence.