Éléments de contexte pour la fin de l'année scolaire et la perspective de la reprise du 4 janvier 2021 - Notes aux rédactions

Éléments de contexte pour la fin de l'année scolaire et la perspective de la reprise du 4 janvier 2021 - Notes aux rédactions

 Un protocole sanitaire rigoureux pour protéger élèves et personnels

Depuis la rentrée scolaire de septembre, un protocole sanitaire s’applique à l’ensemble des écoles et des établissements, afin d’accueillir tous les élèves et tous les personnels dans un cadre le plus protecteur possible. Ce protocole est ajusté selon l’état de circulation de l’épidémie et les recommandations des autorités de santé.  Toutes les informations sur les modalités pratiques sont disponibles et régulièrement mises à jour sur le site du ministère.

Le 2 novembre, l’application de ce protocole et des mesures barrières déjà en vigueur a dû être renforcée, en particulier avec le port du masque obligatoire dès le CP, une plus grande limitation des brassages et la limitation des activités extrascolaires et sportives en milieu couvert.
Les mesures appliquées en milieu scolaire depuis la rentrée de septembre ont permis de maîtriser la circulation du virus dans l’espace scolaire.  

Le ministère s’est engagé à communiquer de façon transparente en diffusant tous les vendredis les chiffres de l’impact du virus dans les écoles, collèges et lycées et pour les élèves et les personnels.  


Synthèse des points d’information hebdomadaires depuis septembre 2020


À partir du 22 novembre, afin de briser les chaînes de contamination, les tests antigéniques ont été déployés dans les écoles et les établissements scolaires. Ces tests sont à destination des personnels en priorité, mais aussi des élèves, tous sur la base du volontariat. Ce déploiement a commencé par la région académique d’Île-de-France, et se poursuit dans toutes les régions, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes où une campagne de tests PCR et antigéniques est lancée auprès des lycéens volontaires et des personnels, dès le 16 décembre.

Les tests effectués ont montré très peu de cas dans l’espace scolaire. Depuis le 22 novembre, on constate un taux de positivité moyen faible, de 0,29 %.

Le protocole sanitaire et la continuité pédagogique dans les lycées

Le plein respect du protocole sanitaire renforcé, à partir du 2 novembre, a demandé à certains lycées une adaptation dans l’organisation pédagogique. Certains lycées ont dû mettre en œuvre un plan de continuité pédagogique avec alternance des élèves par demi-classe, par niveau ou encore par semaine.

À ce jour : 

  • Environ 30% des lycées ont maintenu un présentiel à 100 % ; 
  • 69 % des lycées publics appliquent un plan de continuité : la grande majorité sont des lycées généraux ou polyvalents. La moindre proportion de lycées professionnels s’explique principalement par les cours qui se déroulent en ateliers, en nombre limité. 

Parmi ces plans de continuité, 60 % sont organisés par demi-classe, 30 % sont organisés par niveau. Par ailleurs, pour les mêmes classes, 50 % des lycées pratiquent une alternance par semaine, 32 % par jour. 

À ce stade, le plan de continuité pédagogique dans les lycées reste applicable à minima jusqu’au 20 janvier 2020. 

La perspective du baccalauréat 2021

Le renforcement de l’application du protocole sanitaire après les vacances de la Toussaint a conduit à l’annulation des trois périodes d’évaluation communes de première et de terminale, annoncée le 5 novembre dernier. Ces épreuves sont remplacées par la seule prise en compte des bulletins scolaires. La répartition des coefficients entre contrôle continu et épreuves terminales sera préservée : les 40 % acquis dans le cadre du contrôle continu se fonderont sur les notes portées sur les bulletins trimestriels. Dans le même souci d’allègement, l’organisation de la certification des compétences Pix pour les élèves de terminale est reportée, et les élèves pourront la passer dans le cadre de leurs études supérieures.

Les épreuves de spécialité sont maintenues aux dates prévues, du 15 au 17 mars 2021.

Le Grand oral est quant à lui, maintenu aux dates prévues, entre le 21 juin et le 3 juillet 2021, si les conditions sanitaires le permettent. Il s’agit de l’une des grandes innovations du baccalauréat 2021, contribuant à la réussite des élèves sur des compétences essentielles dans le monde d’aujourd’hui. Ce rendez-vous fera désormais partie intégrante du nécessaire rituel d’un examen de fin d’études secondaires et du premier grade universitaire, particulièrement utile pour que les élèves se préparent au mieux à leur poursuite d’études.

La préparation de l’épreuve du Grand oral, engagée depuis la classe de première, pourra être développée et accentuée au printemps : lorsque les épreuves écrites de spécialité seront terminées, entre le 22 mars et jusque fin juin 2021, plus de 60 heures pour chaque enseignement de spécialité contribueront à poursuivre l’étude du programme mais aussi à préparer les élèves à l’oral. Un effort important de formation des professeurs est aussi prévu depuis avril 2020, au niveau national, avec l’organisation de formations de formateurs, de parcours Magistère (formations en ligne et ressources) sous forme d’auto-formations, des foires aux questions, des ressources de l’inspection générale. 

Au niveau académique, un plan d’accompagnement est mis en place dans chaque académie, notamment autour des compétences transversales de la langue et de l’oralité, ayant vocation à déboucher sur l’idée d’un parcours oral de l’élève dans tout le secondaire.

L’ensemble des informations concernant le baccalauréat général et technologique sont régulièrement mises à jour sur le site Quand je passe le bac

Avancées du Grenelle de l’éducation

Lancé en octobre 2020, le Grenelle de l’éducation a réuni des spécialistes de l’Éducation comme des représentants de la société civile, autour de 10 ateliers de réflexion et 45 réunions. La clôture de ces ateliers aura lieu le 18 décembre et une synthèse des propositions sera faite au mois de janvier 2021

La plateforme de consultation en ligne du Grenelle de l’éducation, ouverte en novembre 2020, restera ouverte jusqu’au 20 janvier 2021 pour recueillir l’ensemble des contributions qui y seront déposées. 
En parallèle de ces ateliers, plus de 20 groupes de travail sont mobilisés dans le cadre de l’agenda social, avec l’ensemble des syndicats.

Un premier bilan d’étape du Grenelle de l’éducation a permis d’annoncer une revalorisation des personnels en 2021. 

Une enveloppe globale de 400 millions d’euros (500 millions en année pleine) a été allouée sur 2021. La moitié de cette enveloppe permet ainsi de mettre en place une prime d’attractivité pour les professeurs en début de carrière, qui bénéficiera à 31 % des professeurs durant les 15 premières années de carrière pour les personnels titulaires, pour l’ensemble des corps enseignants et assimilés de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat.

Une prime d’équipement informatique, d’un montant de 150 euros net, sera également versée dès début 2021 aux professeurs et psychologues de l’éducation nationale, pour qu’ils puissent acquérir ou renouveler en deux ou trois ans un équipement informatique complet. En complément, le taux de promotion des professeurs accédant à la hors-classe sera porté à 18 %, pour 1700 bénéficiaires supplémentaires par an.

Plus de la moitié de l’enveloppe de revalorisation va enfin bénéficier aux directeurs d’école. Dès la rentrée scolaire, ils ont pu bénéficier d’une indemnité exceptionnelle de 450 euros. Cette indemnité sera reconduite l’année prochaine. Par ailleurs, il a été décidé, dès la rentrée 2021 de consacrer 600 ETP supplémentaires au renforcement des décharges des directeurs d’école, dont les détails se trouvent dans le communiqué de presse dédié à ce sujet

Le mois de janvier permettra la consolidation de l’ensemble des contributions dégagées depuis septembre grâce à l’agenda social, le travail des ateliers, les États généraux du numérique, la conférence du professeur du XXIème siècle et les contributions reçues sur la plateforme. L’ensemble de ces conclusions sera présenté lors du Grenelle prévu le 3 février 2021.  

Intégration des services de la jeunesse et des sports sous l’autorité des recteurs

Le 1er janvier prochain, les missions de jeunesse, d’engagement et de sport rejoignent les services du ministère de l’Éducation nationale. 5 400 agents sont ainsi concernés et apporteront de nouvelles compétences et de nouveaux savoir-faire, dans une approche interministérielle et partenariale de l’action publique.

Ce rapprochement renforce la continuité éducative des politiques publiques dans et hors de l’école ainsi que la capacité des services de l’État à accompagner tous les enfants et les jeunes quelle que soit leur situation et dans tous leurs temps de vie : enfants scolarisés, étudiants, décrocheurs, en recherche d’emploi, jeunes actifs, mais aussi bénévoles associatifs ou volontaires du service civique, athlètes et sportifs de haut niveau.

Cette réforme d’envergure porte également l’ambition d’accompagner l’engagement des jeunes avec le déploiement du service national universel, qui est conçu comme un projet d’émancipation et de responsabilisation des jeunes.

Les mesures concernant les activités sportives

Afin de permettre aux enfants d’avoir des activités pendant les congés de fin d’année, le retour des mineurs dans les équipements sportifs couverts avec une pratique encadrée est de nouveau possible depuis le 15 décembre, dans le respect des mesures barrières et des horaires du couvre-feu, de 20 heures à 6h. 

Les publics prioritaires suivants : sportifs professionnels, sportifs de haut niveau, groupes scolaires et périscolaires, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale APA et personnes à handicap reconnu par la MDPH ainsi que l’encadrement nécessaire à leur pratique, conservent l’accès à l’ensemble des équipements sportifs (plein air et couverts).
Pour ces publics, l’ouverture des vestiaires collectifs reste autorisée, dans les conditions fixées par les protocoles sanitaires.

Par ailleurs, les associations accueillant des publics mineurs (sans hébergement) pour des activités pendant les vacances, continueront de fonctionner. 

    

Mise à jour : mars 2021