DataViz Challenge : retour sur un format d'innovation ouverte inédit au ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse, sur le thème "Education et territoires"

Les 22 et 23 mars 2019, le 110 bis, lab d'innovation de l'Education nationale organisait le premier DataViz Challenge du ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse sur le thème "Education et territoires". Ce sont ainsi plus de 80 participants qui ont été mobilisés pendant près de 36 heures pour prototyper des solutions répondant à des enjeux de pilotage des politiques éducatives à l'échelle des territoires. Retour sur cet événement inédit qui confirme que le ministère peut (et doit ?) prendre le chemin de l'innovation ouverte.

DataViz Challenge #DataTerr : pourquoi ce choix ?

Tout a commencé avec une mission confiée par le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, à Ariane Azéma, inspectrice générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche et Pierre Mathiot, professeur des universités. Son objectif : mieux comprendre et intégrer les effets de la concentration géographique des inégalités sociales lors de la conception des politiques éducatives.

En filigrane naît assez naturellement l’idée qu’il est nécessaire d’inventer des outils de pilotage plus performants, répondant mieux aux besoins des décideurs en la matière - les recteurs notamment - qui permettent le temps réel, l’accès en mobilité, des fonctions de simulation, la prise en compte de paramètres multiples dépassant souvent le cadre de l’Education nationale en tant que telle (offre de santé, offre culturelle, infrastructure de transports, etc.).

Mais comment avancer rapidement sur ce chantier ? Par quel bout commencer et avec quelles méthodes et quelles compétences ? Sur quelles problématiques est-il à la fois nécessaire et réaliste de se lancer compte-tenu de l’état des données disponibles ? C’est là que le 110 bis, lab d’innovation de l’Education nationale, intervient en proposant  d’expérimenter un format d’innovation ouverte, le DataViz Challenge, également connu sous les noms de Data Sprint ou Datathon (cf. encadré), avec un double défi : 

  • loin de tous les événements qui ont contribué à dévoyer le “hackathon” sous toutes ses formes, viser de vrais objectifs de production ;   
  • faire le pari que l’émulsion va prendre rapidement entre les participants, qu’ils soient du ministère ou d’ailleurs, dépassant ainsi les postures auxquelles on les renvoie habituellement.

L’objectif du DataViz Challenge des 22 et 23 mars 2019 a donc d’abord été l’occasion de prototyper des représentations dynamiques à partir de données disponibles. C’était aussi l’opportunité de tester un format de travail collaboratif associant les administrations centrales et déconcentrées, les acteurs de terrain et des acteurs de la société civile souhaitant contribuer à améliorer le pilotage des politiques éducatives.

DataViz Challenge, Data Sprint, Datathon...

Toutes les organisations collectent dans le cadre de leurs activités un grand nombre de données qui constituent un gisement potentiel de connaissances. Néanmoins, ces données brutes, de part leur forme et leur quantité, sont souvent peu lisibles en tant que telles. La visualisation de ces données (datavisualisation en anglais) consiste à les travailler de façon à en produire des éléments de représentation graphiques et ergonomiques et donc à les rendre intelligibles.

Un DataViz Challenge est un type d’événement visant à créer ces représentations de données, et ce de manière collaborative en rassemblant des participants aux compétences variées (métier, data sciences, design, développement informatique...).

Les apports du DataViz Challenge

Ces 2 jours et 1 nuit placés sur le signe de l’intelligence collective ont permis de faire avancer bien plus que le prototypage de solutions de datavisualisation. 

Le DataViz Challenge a constitué le support d’un nouveau mode de dialogue entre les représentants de l’institution et des citoyens volontaires. Il a été un espace d’apprentissage croisé et de production mettant en exergue la reconnaissance et la complémentarité des connaissances de part et d’autre. Il a été enfin une brique pour faire maturer la réflexion du ministère sur sa politique de données, en partant de besoins réels. Et tout cela dans un climat convivial et stimulant. Au total ce sont 10 projets d’outils qui ont été élaborés par les participants à l’événement. Consultez la vidéo ci-dessous pour un récapitulatif du bilan de l’événement :

Focus sur le contenu : les 3 défis et les 10 projets de #DataTerr

Il faut aussi sans doute insister sur le fait que la réussite de ce type d’événement (satisfaction des participants, atteinte des objectifs de production, existence de suites tangibles) est bien souvent corrélée à l’investissement dans les travaux préparatoires. #DataTerr est le fruit de plus de 6 mois de réflexion, de consultation et d’organisation qui ont d’abord permis d’aboutir à la définition de 3 grands défis à soumettre aux participants : 

  • Défi 1 : Les déplacements en cascade - Objectif : anticiper les impacts plausibles d’une modification de l’offre de formation au niveau local, sur les déplacements des professeurs et des élèves (nombre de personnes impactées, temps de transport, etc.).
  • Défi 2 : La carte d’identité des établissements en temps réel - Objectif : avoir une vision consolidée et à jour d’un établissement pour anticiper les problèmes qu’il peut connaître, diminuer le temps de préparation au profit du temps consacré à l’échange, et faciliter ainsi le dialogue.
  • Défi 3 : carto du numérique dans les territoires - Objectif : faciliter l’appropriation des données relatives au déploiement du numérique éducatif en France en augmentant l’outil eCarto (cartographie du niveau de maturité numérique des établissements développée par la Caisse des dépôts).

En réponse à ces 3 défis, voici les 10 projets qui ont été proposés par les participants :

1. Mixité sociale (défi 1) : un outil permettant de modéliser et visualiser l’impact d’un déplacement d’options entre établissements du 2nd degré sur les indicateurs des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS).

2. Locaviz (défi 1) : une carte décrivant les impacts de la modification de l'offre de formation d'un établissement sélectionné, notamment sur la réaffectation des élèves sur les établissements environnants et les temps de trajet.

3. Indice de Performance des Déplacements (défi 1): une plateforme permettant de visualiser l’évolution d’un Indice de Performance des Déplacements (IPED) des professeurs en fonction de l’évolution des paramètres qui déterminent l’offre éducative.

4. Spé et ruralité (défi 1) : une carte qui rassemble le lieu de résidence des élèves, les options proposées dans les établissements et l’emplacement des ressources alternatives (tiers-lieux etc.) pour proposer des alternatives lorsqu’un élève veut suivre une option en ruralité. 

5. Eduscope (défi 2) : une plateforme interactive qui permet de centraliser et de visualiser divers indicateurs de performance scolaire, en fonction du profil de l’utilisateur et de l’échelle territoriale souhaitée. 

6. Open (défi 2) : une plateforme participative qui permet aux élèves de partager leurs impressions sur leur établissement, de donner un retour d’expérience des offres pédagogiques, culturelles et sportives à sa proximité et proposer des action pour améliorer la vie de leur établissement.

7. Antisèche (défi 2) : une application mobile permettant une vision géolocalisée des établissements présentant de manière synthétique et ergonomique les indicateurs principaux (nombre d’élèves, cours et options...).

8. Alain Jette (défi 3) : une carte multidimensionnelle et collaborative des projets pédagogiques, permettant de filtrer suivant des critères structurels et fonctionnels les projets et facilitant la rencontre des porteurs de projets et le pilotage par le recteur.

9. Panser la fracture numérique (défi 3) : des cartes en relief permettant de visualiser un indicateur synthétique d’accès au numérique, d’en cibler les composantes et de les comparer à ceux des établissements environnants et à la moyenne nationale.

10. Cartorezo (défi 3) : une plateforme web géolocalisant les établissements et les ressources environnantes (bibliothèques, associations...) pour faciliter les partenariats et échanges entre les structures.

Pour en savoir plus sur ces différents projets, n’hésitez pas à consulter ce

plus détaillé et retrouvez l’ensemble de la documentation également sur notre Github !

Si vous êtes une académie intéressée par l’organisation d'un tel format de travail et que vous souhaitez le reproduire, consultez ce

réalisé à l’issu de ce premier DataViz Challenge, qui documente notre processus d'organisation et propose quelques conseils pour faciliter sa réplication ! N’hésitez également pas à nous contacter si vous souhaitez de l’aide dans la construction de votre projet.