Covid19 : vaccination pour les personnels / accès prioritaire aux tests pour les personnels et pour les élèves

Tests Covid personnels

Afin de renforcer les mesures de sécurité sanitaire pour les personnels et les élèves de nouvelles facilités de dépistage leurs sont proposées : autotests antigéniques sur prélèvement nasal, dépistage par tests RT-PCR sur prélèvement salivaire, accès prioritaire aux tests RT-PCR en laboratoire de biologie médicale. Un accès facilité à la vaccination est mis en place pour les professeurs depuis le 17 avril. Dès lundi 24 mai, la vaccination sera ouverte à tous les personnels des écoles, collèges et lycées sans condition d’âge.

Temps de lecture 2 minutes

Un accès facilité à la vaccination pour les professeurs

Depuis le samedi 17 avril, tous les personnels de 55 ans et plus exerçant au contact des élèves en école, collège et lycée (enseignants, AESH, ATSEM) bénéficient de créneaux dédiés de vaccination, dans les centres de vaccination concernés par ce circuit rapide. Dès lundi 24 mai, la vaccination sera ouverte à tous les personnels des écoles, collèges et lycées sans condition d’âge.

Les agents concernés doivent, pour bénéficier de cette priorité, se munir d’une pièce justifiant de l’exercice du métier enseignant (carte professionnelle, bulletin de salaire accessible sur l’ENSAP…) ainsi que d’une pièce d’identité et d’une carte vitale ou d’une attestation de droits.

La liste des centres de vaccination ouverts, établie par les agences régionales de santé (ARS), est disponible sur les sites des académies.

Plus d’informations sur les vaccins et la vaccination sur le site du Gouvernement.

Des facilités de dépistage pour les personnels et les élèves

Déploiement d'une stratégie ambitieuse de dépistage régulier

Affiche autotestons-nous

Afin de poursuivre la stratégie de tests pour diminuer la circulation du virus et accompagner la rentrée des vacances de printemps, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports met à disposition des personnels en contact avec des élèves (professeurs, AESH, etc.), gratuitement dans le courant de la semaine du 26 avril pour le 1er degré et à partir de celle du 3 mai pour le 2d degré, des autotests antigéniques sur prélèvement nasal.

En complément de l’accès prioritaire aux tests RT-PCR en laboratoire de biologie médicale et des tests RT-PCR salivaires proposés au sein des écoles et des collèges qui sont significativement renforcés, plus de 50 millions d’autotests seront ainsi acheminés du 26 avril au 4 juin et distribués à tous les personnels permettant un dépistage régulier deux fois par semaine.

  • dans le 1er degré, la circonscription gère l'envoi des packs d’autotests alloués pour chaque personnel de l’éducation nationale et pour chaque ATSEM ;
  • dans le 2d degré, le collège ou le lycée réceptionnera directement les autotests destinés au personnel.

Des séances hebdomadaires de dépistage par autotest seront aussi proposées aux lycéens dans leur établissement scolaire  sous la supervision d’un adulte, ces autotests n’étant autorisés aujourd’hui que pour les plus de 15 ans.

Autotests : les réponses à vos questions

Qu’est-ce qu’un autotest ?

Il s’agit d’un test antigénique à réaliser soi-même.

Le prélèvement s’effectue à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez.

Le résultat est rapide : 15 à 20 minutes selon les consignes des fabricants.

À quoi servent les autotests réguliers?

Les autotests permettent de détecter rapidement les personnes qui sont contagieuses sans le savoir car elles n’ont pas de symptômes (30 à 50 % des cas).

Pourquoi s'autotester chaque semaine ?

En répétant l’autotest régulièrement, on augmente les chances de détecter le virus au début de la maladie lorsque l’on est le plus contagieux.

Pourquoi proposer des dépistages collectifs ?

Plus on est nombreux à se tester, plus on identifie de cas et plus on réduit le risque de contamination.

L’autotest antigénique remplace-t-il les tests effectués en pharmacie ou en laboratoire ?

Les tests PCR et antigéniques réalisés par des professionnels de santé permettent un diagnostic plus fiable et sont recommandés pour les personnes qui ont des symptômes ou qui sont contacts à risque.

À quelle profondeur faut-il enfoncer l’écouvillon dans le nez ?

2 à 3 cm.

L’auto-prélèvement nasal est moins profond que le prélèvement nasopharyngé pratiqué par un professionnel de santé, donc moins désagréable et réalisable soi-même.

Que faire en cas d’autotest positif ?

En cas de résultat positif à un autotest, il faut s’isoler et effectuer au plus vite un test PCR de confirmation.

Il est par ailleurs recommandé de contacter son médecin traitant qui indiquera la marche à suivre.

Que faire si l’autotest est négatif ?

En cas de résultat négatif à un autotest, il faut continuer à respecter les gestes barrières et à s’autotester car l’autotest ne détecte pas une charge virale trop faible et que l’on peut attraper le Covid à tout moment.

Pour aller plus loin

Consultez la FAQ sur les autotests sur le site du ministère des solidarités et de la santé

Organiser une séance d'autotests pour les lycéens

Protocole de réalisation d'autotests et mode opératoire pour les encadrants

Conservation et réalisation des autotests, conduite à tenir en fonction du résultat du test : un protocole de réalisation d'autotests encadrés en milieu scolaire pour accompagner les encadrants

Le consentement des responsables légaux des élèves mineurs et des élèves majeurs doit avoir formellement été recueilli au préalable.

Guide d'utilisation des autotests Roche livrés dans les lycées en mai 2021

Consulter la vidéo Guide d'utilisation des autotests

 

Ressources pour mettre en oeuvre une séquence pédagogique sur les autotests à destination des lycéens

Ressources pour mettre en oeuvre, au sein de leur établissement, une séquence pédagogique sur les autotests à destination des lycéens.

Accédez aux ressources sur le site eduscol

Accès prioritaire aux tests RT-PCR en laboratoire de biologie médicale et réalisation de tests salivaires RT-PCR dans les écoles et les collèges

Afin de renforcer la protection des personnels et des élèves et d’accélérer l’identification des cas confirmés et la levée de doute devant l'apparition de symptômes et selon les modalités locales, les personnels des établissements scolaires des premier et second degrés peuvent bénéficier :

  • d'un accès prioritaire aux tests RT-PCR en laboratoire de biologie médicale

  • de dépistages réalisés par test RT-PCR sur prélèvement salivaire ou test antigénique sur prélèvement nasopharyngé au sein même des écoles et établissements scolaires. Ces tests sont réalisés au bénéfice des élèves et des personnels des établissements scolaires publics et des enseignants des établissements privés sous contrat en cas d’apparition de cas groupés ou dans le cas d’une circulation particulièrement active dans un secteur géographique, en lien avec les autorités sanitaires et préfectorales.

 

 
Infographie - Accès prioritaire aux test RT-PCR et antigéniques pour les personnels

Une organisation coordonnée entre les autorités préfectorales, sanitaires et académiques

250 000 tests RT-PCR par semaine ont été réalisés avant les vacances de printemps. Ces campagnes de dépistage seront progressivement renforcées au retour des vacances pour atteindre 600 000 à la mi-mai dans les écoles et les collèges, en particulier dans les départements où l’incidence est la plus élevée.

La mise en œuvre du dispositif est assurée par plus de 2 000 médecins et infirmiers de l’éducation nationale volontaires qui bénéficient préalablement d’une formation à la réalisation des tests et qui sont appuyés depuis le moins de mars par 1700 médiateurs "lutte anti-covid". Cette mobilisation s’inscrit dans la continuité de la mobilisation remarquable de ces personnels, depuis le début de la crise sanitaire, au service de la santé des élèves et de l’ensemble de la communauté scolaire. La mobilisation d’autres personnels de santé, également formés à la réalisation de tests, pourra être sollicitée.

Les personnels et les élèves sont testés sur la base du volontariat. Un accord du responsable légal sera préalablement sollicité pour les mineurs.

En complément des initiatives académiques déjà engagées, des services d'accompagnement sont proposés aux personnels afin de les accompagner davantage durant la crise sanitaire.

Maintenir et adapter les cellules d’écoute

  • Un numéro local d’écoute mis en place dans chaque académie / département. L’animation de ce numéro est assurée par une équipe pluriprofessionnelle
  • 0 805 500 005 : le dispositif des Espaces d’accueil et d’écoute (EAE), mis en place avec la MGEN, accessible 24 h/24 et 7 j/7, pour une écoute individuelle et anonyme.Il permet depuis le 17 octobre 2020 d’accompagner plus spécifiquement les personnels souhaitant exprimer leurs doléances, ou signaler une atteinte à la laïcité, ou sollicitant un besoin de soutien psychologique.

La MGEN propose deux autres services :

  • Un accès prioritaire ouvert immédiatement aux personnels de l’éducation nationale dans les centres de santé que cette mutuelle gère dans cinq académies (Paris, Nancy, Strasbourg, Lyon, Nice). L’accès à ces plateaux techniques est organisé en lien avec le médecin de prévention, lorsque c’est possible. Les médecins de prévention, ou les médecins conseillers techniques, peuvent disposer d’un complément de diagnostic par des spécialistes des Centres médicaux et dentaires et les personnels bénéficient ainsi d’un accès prioritaire
  • Un dispositif de téléconsultation proposé à titre expérimental. La plateforme "Mes Docteurs" donne ainsi accès à des consultations en médecine générale ou de spécialité, notamment des psychiatres.

Les cadres (inspecteurs, chefs d’établissements, chefs de division, chefs de bureau) continuent à s’assurer de la santé et des conditions de travail de chacun de leurs collaborateurs en s'appuyant sur la DRH académique et les différents services pour répondre à leur demande d’accompagnement ou de prise en charge de situations individuelles de personnels le cas échéant.

Mise à jour : mai 2021