Bulletin officiel n°25 du 24 juin 2010

Enseignement supérieur et recherche

Certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique »

Création de ce certificat, associé à certains diplômes délivrés par le MSS et à l'unité d'enseignement « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » au sein de diplômes nationaux

NOR : SASF1007521A
arrêté du 15-3-2010 - J.O. du 12-5-2010
SAS - ESR - DGESIP


Vu code du Sport, notamment articles L. 212-1, D.322-11, D.322-12, D.322-13, D.322-15, D. 212-44, A. 212-49 et suivants ; arrêtés du 26-5-1983 ; arrêté du 18-12-2007 ; arrêtés du 15-3-2010 ; avis de la commission professionnelle consultative des métiers du sport et de l'animation du 7-1-2010 ; avis du CNESER du 15-2-2010

Article 1 - Il est créé un certificat de spécialisation de « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » associé au brevet professionnel de la jeunesse et des sports spécialité « activités aquatiques », ainsi qu'au diplôme d'État de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité « perfectionnement sportif » et au diplôme d'État supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité « performance sportive » dans les mentions qui figurent en annexe du présent arrêté. Il est composé de trois unités capitalisables (UC).
 
Article 2 - Le diplôme d'études universitaires en sciences et techniques « animation et gestion des activités physiques, sportives ou culturelles », la licence professionnelle « animation, gestion et organisation des activités physiques ou sportives » et la licence générale « entraînement sportif » intègrent, lorsque l'annexe descriptive au diplôme mentionne « activités aquatiques et surveillance », la réussite à l'unité d'enseignement « sauvetage et sécurité en milieu aquatique ».
Titre Ier
Certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique »
Article 3 - Les titulaires du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » associé aux diplômes visés à l'article 1 portent le titre de maître nageur-sauveteur.
 
Article 4 - En application de la réglementation applicable aux maîtres nageurs-sauveteurs, les titulaires du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » sont soumis à l'obtention du certificat d'aptitude à l'exercice de la profession de maître nageur-sauveteur.
 
Article 5 - Il atteste des compétences de son titulaire à exercer en autonomie, dans le domaine du « sauvetage et de la sécurité en milieu aquatique », à :
- concevoir la sécurité dans les baignades ouvertes gratuitement au public aménagées et autorisées ainsi que dans les établissements de baignade d'accès payant ;
- gérer la sécurité d'un lieu de pratique des activités aquatiques ;
- porter secours à tout public en milieu aquatique ;
- gérer les secours en cas d'accident ;
- gérer le poste de secours ;
- gérer l'hygiène de l'eau et de l'air ;
- s'intégrer dans le milieu professionnel.
 
Article 6 - Les exigences préalables requises à l'entrée en formation, prévues à l'article D. 212-28 et D. 212-44 du code du Sport, sont les suivantes :
- être en possession d'un certificat médical, datant de moins de trois mois, attestant des aptitudes physiques liées à la pratique du sauvetage en milieu aquatique, dont le modèle figure en annexe du présent arrêté ;
- être titulaire de l'attestation de premiers secours en équipe de niveau 1 (PSE 1) ou son équivalent, à jour de la formation continue ;
- être capable de justifier d'un niveau technique en sauvetage ;
- être capable de justifier de la capacité à effectuer un sauvetage avec palmes, masque et tuba ;
- être capable de réaliser un test de secours à personnes consistant à récupérer une victime, la sortir de l'eau et lui prodiguer les premiers secours.
Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables techniques au moyen :
- de la production de l'original du certificat médical susvisé ;
- d'une attestation de formation aux premiers secours en équipe de niveau 1 (PSE 1) au moins ou son équivalent à jour de sa formation continue ;
- de trois épreuves techniques décrites en annexe IV.
 
Article 7 - Est dispensé de l'ensemble des épreuves techniques définies à l'article 6 le candidat titulaire du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique ou son équivalent à jour de son recyclage.
Est dispensé de l'épreuve technique n° 2 définie à l'article 6 le candidat titulaire du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « activités aquatiques ».
 
Article 8 - Les titulaires du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « activités aquatiques » obtiennent de droit l'unité capitalisable 1 (UC1) « être capable de s'intégrer dans le milieu professionnel » du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique ».
Les titulaires du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique ou son équivalent à jour de son recyclage obtiennent de droit l'unité capitalisable 1 (UC1) « s'intégrer dans le milieu professionnel » et l'UC3 « être capable d'assurer la sécurité d'un lieu de pratique » du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique ».
 
Article 9 - Le référentiel professionnel et le référentiel de certification mentionnés aux articles D. 212-22, D. 212-23, D. 212-37, D. 212-38, D. 212-53 et D. 212-54 du code du Sport figurent respectivement en annexes II et III du présent arrêté.
Titre II
Unité d'enseignement « sauvetage et sécurité en milieu aquatique »
Article 10 - Les titulaires de l'un des diplômes visés à l'article 2, dont l'annexe descriptive au diplôme mentionne « activités aquatiques et surveillance », portent le titre de maître nageur-sauveteur.
 
Article 11 - L'unité d'enseignement « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » atteste de l'ensemble des compétences définies à l'annexe III du présent arrêté.
Sa validation exige en outre la réussite aux épreuves techniques définies dans l'annexe V, ainsi que l'attestation de premiers secours en équipe de niveau 1 (PSE 1) ou son équivalent, à jour de la formation continue.
 
Article 12 - En application de la réglementation applicable aux maîtres nageurs-sauveteurs, les titulaires de l'un des diplômes visés à l'article 2, dont l'annexe descriptive au diplôme mentionne « activités aquatiques et surveillance », sont soumis à l'obtention du certificat d'aptitude à l'exercice de la profession de maître nageur-sauveteur.
 
Article 13 - Le directeur des sports et le directeur général pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle sont chargés, chacun pour ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
  
Fait à Paris, le 15 mars 2010
Pour la ministre de la Santé et des Sports,
et par délégation,
Le directeur des sports,
Bertrand Jarrige
Pour le ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales
et par délégation,
Le directeur de la sécurité civile,
Alain Parret
Pour la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
et par délégation,
Le directeur général pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle,
Patrick Hetzel

 
Annexe I
Le certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » est associé au brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « activités aquatiques » et aux mentions suivantes du diplôme d'État de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « perfectionnement sportif » et du diplôme d'État supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « performance sportive » :
- natation course, créées par arrêtés en date du 15 mars 2010 ;
- natation synchronisée, créées par arrêtés en date du 15 mars 2010 ;
- water-polo, créées par arrêtés en date du 15 mars 2010 ;
- plongeon, créées par arrêtés en date du 15 mars 2010.
 
Annexe II
Référentiel professionnel
I - Description du métier
Les titulaires du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » associé aux diplômes visés à l'article 1 portent le titre de maître nageur sauveteur.
Les titulaires du certificat de spécialisation « sauvetage et sécurité en milieu aquatique » interviennent dans les baignades ouvertes gratuitement au public, aménagées et autorisées ainsi que dans les établissements de baignade d'accès payant. Les activités s'exercent aujourd'hui principalement dans le cadre des collectivités territoriales, du secteur marchand (centre aquatique, centre de remise en forme, activité libérale, etc.) et associatif (club sportifs affiliés ou non à une fédération) ou du secteur sportif professionnel.
Ces professionnels peuvent être amenés à intervenir sur tous les publics du très jeune enfant au senior et toutes activités. Ils peuvent être employés par différentes structures :
- collectivités territoriales ;
- associations sportives ;
- associations sportives scolaires ou universitaires ;
- centres labellisés d'entraînement ou pôles ;
- comité central d'entreprise ;
- structures privées et publiques ;
- établissements publics de formation ;
- écoles régionales de formation aux activités de la natation ;
- les structures portant l'opération « nagez grandeur nature » ;
- accueils collectifs de mineurs.
II - Fiche descriptive d'activités complémentaires
La diversité des pratiques amène ces professionnels à inscrire leur action en cohérence avec le projet de la structure employeur.
Les modes d'intervention qu'ils développent en autonomie s'inscrivent dans une logique de travail individuelle et/ou collective pour :
- concevoir la sécurité des activités aquatiques ;
- gérer la sécurité d'un lieu de pratiques des activités aquatiques ;
- porter secours à tout public en milieu aquatique ;
- gérer les secours en cas d'accident ;
- gérer le poste de secours ;
- gérer l'hygiène de l'eau et de l'air ;
- s'intégrer dans le milieu professionnel.
Le métier est exercé par des femmes et des hommes travaillant majoritairement à temps plein. On observe une forte augmentation de l'activité en période estivale. Ces professionnels exercent fréquemment leur métier selon des horaires décalés (le soir, en nocturne ou le week-end).
Les situations statutaires sont variables selon les secteurs d'intervention.
Ces professionnels relèvent majoritairement de la fonction publique territoriale, en qualité de titulaires (ETAPS ou opérateurs des APS) ou de contractuels.
Au sein des entreprises du secteur marchand ou associatif, les contrats de travail de droit privé sont à durée indéterminée ou déterminée.
Dans la limite de leurs prérogatives, ils conduisent des activités dans le cadre du sauvetage et de la sécurité.
Ils exercent en autonomie, en utilisant les supports matériels, techniques et réglementaires, liés à la prévention et au sauvetage.
Ils assurent en autonomie le maintien ou l'actualisation de leurs compétences physiques et techniques nécessaires à l'exercice du métier de sauveteur.
Ils exercent en autonomie les tâches administratives qui leurs sont confiées.

Annexe III
Référentiel de certification
UC 1 - Être capable de s'intégrer dans le milieu professionnel
OI 1.1 - Être capable de mobiliser les connaissances nécessaires à son intégration dans le milieu professionnel
OI 1.1.1 - Être capable de mobiliser les connaissances réglementaires liées à la fonction de maître nageur-sauveteur
OI 1.1.2 - Être capable de mobiliser les connaissances liées à la fonction publique territoriale ou à une structure d'emploi privé
OI 1.1.3 - Être capable de mobiliser les connaissances liées aux partenaires institutionnels
OI 1.1.4 - Être capable de mobiliser les connaissances réglementaires liées au droit du travail
OI 1.1.5 - Être capable de mobiliser les connaissances liées aux notions de responsabilité civile et pénale
OI 1.2 - Être capable de s'intégrer dans une équipe de travail
OI 1.2.1 - Être capable de s'intégrer dans la chaîne hiérarchique
OI 1.2.2 - Être capable de s'intégrer dans son environnement institutionnel
OI 1 2.3 - Être capable de respecter les différents niveaux de responsabilité et les procédures liées à une structure d'emploi
OI 1.2.4 - Être capable de s'intégrer dans les groupes de travail au sein d'une structure d'emploi
OI 1.2.5 - Être capable de s'intégrer dans la culture d'entreprise
OI 1.3 - Être capable de gérer les relations avec les usagers
OI 1.3.1 - Être capable de faire respecter le règlement intérieur et les consignes de sa hiérarchie
OI 1.3.2 - Être capable de gérer des situations de conflits
OI 1.3.3 - Être capable de prendre en compte les besoins des différentes catégories d'usagers
OI 1.3.4 - Être capable de répondre aux besoins des différentes catégories d'usagers
OI 1.3.5 - Être capable d'adapter son mode de relation selon les différentes catégories d'usagers
UC 2 - Être capable de mettre en œuvre les moyens technologiques à sa disposition pour le maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.1 - Être capable de mobiliser les connaissances relatives à l'hygiène et au traitement de l'air et de l'eau
OI 2.1.1 - Être capable de mobiliser les connaissances réglementaires liées aux normes d'hygiène et de traitement de l'air et de l'eau d'une piscine
OI 2.1.2 - Être capable de mobiliser les connaissances réglementaires liées aux normes d'hygiène, de l'air et de l'eau en milieu naturel
OI 2.1.3 - Être capable de mobiliser les connaissances liées à l'utilisation du matériel nécessaire pour assurer une bonne qualité de l'hygiène et du traitement de l'air et de l'eau en piscine
OI 2.1.4 - Être capable de mobiliser les connaissances liées aux différents contrôles sanitaires des différents lieux de pratique
OI 2.2 - Être capable de gérer le matériel nécessaire à la mise en œuvre des moyens technologiques pour le maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.2.1 - Être capable de définir les besoins d'achat en matériel
OI 2 2.2 - Être capable de vérifier l'application des règles et normes pour l'utilisation du matériel
OI 2.2.3 - Être capable de s'assurer du bon fonctionnement du matériel nécessaire au maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.2.4 - Être capable d'assurer l'entretien de base du matériel nécessaire au maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.2.5 - Être capable de gérer les difficultés liées au dysfonctionnement du matériel nécessaire au maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.2.6 - Être capable de tenir à jour les documents administratifs liés au maintien de l'hygiène d'un lieu de pratique
OI 2.2.7 - Être capable de rendre compte à la chaîne hiérarchique
OI 2.3 - Être capable d'assurer la sécurité d'un lieu de pratique dans le domaine de l'hygiène de l'air et de l'eau
OI 2.3.1 - Être capable de prévenir les risques
OI 2 3.2 - Être capable de définir les moyens à mettre en œuvre pour assurer la sécurité
OI 2.3.3 - Être capable d'intervenir en cas d'incident ou d'accident lié à la sécurité
OI 2.3.4 - Être capable d'organiser des simulations d'incident ou d'accident lié à la sécurité
OI 2.3.5 - Être capable de prendre des dispositions pour assurer la sécurité des usagers
UC 3 - Être capable d'assurer la sécurité d'un lieu de pratique
OI 3.1 - Être capable d'organiser la sécurité d'un lieu de pratique
OI 3.1.1 - Être capable d'analyser la réglementation, la demande de l'employeur et les attentes des usagers
OI 3.1.2 - Être capable d'élaborer un POSS
OI 3.1.3 - Être capable de définir les moyens nécessaires à la sécurité d'un lieu de pratique
OI 3.1.4 - Être capable de proposer des stratégies d'action dans le domaine de la prévention liée à la sécurité d'un lieu de pratique
OI 3.1.5 - Être capable de gérer l'aménagement et les espaces d'activités pour garantir la sécurité des pratiques
OI 3.1.6 - Être capable d'utiliser des moyens de signalisation
OI 3.2 - Être capable d'évaluer les risques en matière de sécurité en piscine et en milieu naturel
OI 3.2.1 - Être capable d'évaluer les risques liés à la zone de surveillance
OI 3.2.2 - Être capable d'évaluer les risques liés aux différentes activités dans un lieu de pratique
OI 3.2.3 - Être capable d'évaluer les risques liés aux personnes
OI 3.2.4 - Être capable d'évaluer les risques liés à l'environnement et aux conditions météorologiques
OI 3.2.5 - Être capable de vérifier la non-dangerosité d'un lieu de pratique
OI 3.3 - Être capable de s'intégrer dans un dispositif de sécurité
OI 3.3.1 - Être capable de se positionner dans une chaîne d'organisation des secours
OI 3.3.2 - Être capable de se positionner dans une équipe de surveillance
OI 3.3.3 - Être capable de maintenir ses capacités opérationnelles dans le domaine du secours à la personne
OI 3.3.4 - Être capable d'adopter un comportement conforme à sa mission de sauveteur
OI 3.3.5 - Être capable de travailler en équipe dans un dispositif de sécurité
OI 3.4 - Être capable d'organiser la surveillance et les secours en piscine et en milieu naturel
OI 3.4.1 - Être capable de préparer le matériel nécessaire à la surveillance
OI 3.4.2 - Être capable de prendre en compte les conditions liées à la pratique
OI 3.4.3 - Être capable de prendre en compte les conditions liées à l'environnement, à la fréquentation et aux risques spécifiques d'un lieu de pratique
OI 3.4.4 - Être capable de baliser un lieu de pratique
OI 3.4.5 - Être capable de mettre en œuvre les techniques de surveillance liées à la sécurité d'un lieu de pratique
OI 3.4.6 - Être capable de coordonner une équipe de sauveteurs
OI 3.5 - Être capable de gérer un poste de secours
OI 3.5.1 - Être capable de vérifier la fonctionnalité du poste de secours et l'application des règles et normes liées à la gestion d'un poste de secours
OI 3.5.2 - Être capable de vérifier l'ensemble du matériel et des équipements d'un poste de secours
OI 3.5.3 - Être capable d'assurer l'entretien d'un poste de secours et de son matériel
OI 3.5.4 - Être capable d'utiliser le matériel nécessaire à la protection individuelle et collective
OI 3.5.5 - Être capable de définir les besoins d'achat en matériel
OI3.6 - Être capable de mobiliser les connaissances liées à la spécificité du milieu naturel
OI 3.6.1 - Être capable de mobiliser les connaissances liées à la réglementation
OI 3.6.2 - Être capable de mobiliser les connaissances liées aux techniques de recherche de victime
OI 3.6.3 - Être capable de mobiliser les connaissances liées à l'hygiène de l'eau en milieu naturel
OI 3.6.4 - Être capable de mobiliser les connaissances liées aux dangers des baignades

Annexe IV
Épreuves techniques d'entrée en formation
Épreuve n° 1
Elle consiste en un parcours aquatique en continu de 100 mètres, en bassin de natation, comprenant :
- un départ du bord du bassin ou d'un plot de départ, suivi de 25 mètres nage libre en surface ;
- deux parcours de 25 mètres, comprenant chacun 15 mètres en immersion complète sur un trajet défini (matérialisé au fond et sur les bords), sans que le candidat ne prenne appui ;
- une plongée dite « en canard », suivie de la recherche d'un mannequin qui repose entre 2 mètres et 3,70 mètres de profondeur ; le candidat remonte le mannequin en surface, puis le remorque sur 25 mètres, visage hors de l'eau ;
- la position d'attente du mannequin au fond de l'eau est indifférente et est située à 5 mètres au plus de la fin du parcours ; le mannequin doit être de modèle réglementaire, c'est-à-dire d'un poids de 1,5 kg à une profondeur d'un mètre ;
- lors du remorquage le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l'eau.
Cette épreuve doit être réalisée en moins de 2 minutes 40 secondes. À chaque virage, le candidat doit toucher la paroi verticale du bassin ou un repère matérialisé. L'épreuve est accomplie sans que le candidat ne reprenne pied.
Cependant, celui-ci est autorisé à prendre appui au fond, lors de la saisie et de la remontée du mannequin. Le candidat effectue l'épreuve en maillot de bain.
Le port d'une combinaison, lunettes de piscine, masque, pince-nez ou tout autre matériel n'est pas autorisé.
La réussite à cette épreuve technique fait l'objet d'une attestation délivrée par le directeur technique national de la natation ou par le directeur technique national ou le conseiller technique national d'une fédération membre du conseil interfédéral des activités aquatiques en convention avec la Fédération française de natation.
Épreuve n° 2
Elle consiste en un parcours de sauvetage avec palmes, masque et tuba, en continu de 250 mètres, en bassin de natation :
- le départ est donné par un coup de sifflet. Le candidat effectue une épreuve de sauvetage en moins de 4 minutes 20 secondes sur une distance totale de 250 mètres. Au signal du départ de l'épreuve, le candidat s'équipe dans ou hors de l'eau ;
- le candidat parcourt 200 mètres en palmes, masque et tuba en touchant le mur à chaque virage. À la fin du parcours de nage, il doit effectuer une immersion pour rechercher un mannequin situé à 5 mètres maximum du bord du bassin. Il repose sur une profondeur située entre 2 mètres et 3,70 mètres au plus. Cette recherche se fait après avoir touché l'extrémité du bassin ;
- le candidat remonte le mannequin dans la zone des cinq mètres. Il le remorque sur le reste de la distance du parcours. Le contact à l'extrémité du bassin est obligatoire lors du virage (bassin de 25 mètres) et à l'arrivée ;
- la remontée et le remorquage du mannequin se font sans utiliser l'anneau de celui-ci. Le remorquage s'effectue en position dorsale. Le candidat peut ne plus utiliser le masque et tuba ;
- les 200 premiers mètres s'effectuent en utilisant l'ensemble du matériel (palmes, masque et tuba). Si le candidat rencontre une difficulté ou un défaut de matériel, il effectue la remise en place de celui-ci sans reprise d'appui ;
- lors du remorquage, le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l'eau ;
- la position d'attente du mannequin au fond de l'eau est indifférente ;
- le mannequin doit être de modèle réglementaire, c'est-à-dire d'un poids de 1,5 kg à une profondeur d'un mètre.
La réussite à cette épreuve technique fait l'objet d'une attestation délivrée par le directeur technique national de la natation ou le directeur technique national ou par le conseiller technique national d'une fédération membre du conseil interfédéral des activités aquatiques en convention avec la Fédération française de natation.
Épreuve n° 3
Elle consiste à porter secours à une personne en milieu aquatique comprenant :
- le sauvetage d'une personne qui simule une situation de détresse se situant à 15 mètres au moins et 25 mètres au plus du bord ;
- la victime saisit le sauveteur de face ; après s'être dégagé de la situation, le sauveteur transporte la victime vers le bord en sécurité ; pendant le parcours le sauveteur rassure la victime ;
- le sauveteur sort la victime de l'eau sans utiliser les échelles ou tout autre moyen matériel ;
- après avoir sécurisé la victime, le candidat effectue une vérification des fonctions vitales et, ensuite, il explique succinctement sa démarche.
Le candidat effectue l'épreuve en short et tee-shirt. Le port de combinaison, de lunettes de piscine, masque, pince-nez ou tout autre matériel n'est pas autorisé.
La réussite à cette épreuve technique fait l'objet d'une attestation délivrée par le directeur technique national de la natation ou le directeur technique national ou par le conseiller technique national d'une fédération membre du conseil interfédéral des activités aquatiques en convention avec la Fédération française de natation.
 
Annexe V
Épreuves techniques
Épreuve n° 1
Elle consiste en un parcours aquatique en continu de 100 mètres, en bassin de natation, comprenant :
- un départ du bord du bassin ou d'un plot de départ, suivi de 25 mètres nage libre en surface ;
- deux parcours de 25 mètres, comprenant chacun 15 mètres en immersion complète sur un trajet défini (matérialisé au fond et sur les bords), sans que le candidat ne prenne appui ;
- une plongée dite « en canard », suivie de la recherche d'un mannequin qui repose entre 2 mètres et 3,70 mètres de profondeur ; le candidat remonte le mannequin en surface, puis le remorque sur 25 mètres, visage hors de l'eau ;
- la position d'attente du mannequin au fond de l'eau est indifférente et est située à 5 mètres au plus de la fin du parcours ; le mannequin doit être de modèle réglementaire, c'est-à-dire d'un poids de 1,5 kg à une profondeur d'un mètre ;
- lors du remorquage le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l'eau.
Cette épreuve doit être réalisée en moins de 2 minutes 40 secondes. À chaque virage, le candidat doit toucher la paroi verticale du bassin ou un repère matérialisé. L'épreuve est accomplie sans que le candidat ne reprenne pied.
Cependant, celui-ci est autorisé à prendre appui au fond, lors de la saisie et de la remontée du mannequin. Le candidat effectue l'épreuve en maillot de bain.
Le port d'une combinaison, lunettes de piscine, masque, pince nez ou tout autre matériel n'est pas autorisé.
Épreuve n° 2
Elle consiste en un parcours de sauvetage avec palmes, masque et tuba, en continu de 250 mètres, en bassin de natation :
- le départ est donné par un coup de sifflet. Le candidat effectue une épreuve de sauvetage en moins de 4 minutes 20 secondes sur une distance totale de 250 mètres. Au signal du départ de l'épreuve, le candidat s'équipe dans ou hors de l'eau ;
- le candidat parcourt 200 mètres en palmes, masque et tuba en touchant le mur à chaque virage. À la fin du parcours de nage, il doit effectuer une immersion pour rechercher un mannequin situé à 5 mètres maximum du bord du bassin. Il repose sur une profondeur située entre 2 mètres et 3,70 mètres au plus. Cette recherche se fait après avoir touché l'extrémité du bassin ;
- le candidat remonte le mannequin dans la zone des cinq mètres. Il le remorque sur le reste de la distance du parcours. Le contact à l'extrémité du bassin est obligatoire lors du virage (bassin de 25 mètres) et à l'arrivée ;
- la remontée et le remorquage du mannequin se font sans utiliser l'anneau de celui-ci. Le remorquage s'effectue en position dorsale. Le candidat peut ne plus utiliser le masque et tuba ;
- les 200 premiers mètres s'effectuent en utilisant l'ensemble du matériel (palmes, masque et tuba). Si le candidat rencontre une difficulté ou un défaut de matériel, il effectue la remise en place de celui-ci sans reprise d'appui ;
- lors du remorquage, le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l'eau ;
- la position d'attente du mannequin au fond de l'eau est indifférente ;
- le mannequin doit être de modèle réglementaire, c'est-à-dire d'un poids de 1,5 kg à une profondeur d'un mètre.
Épreuve n° 3
Elle consiste à porter secours à une personne en milieu aquatique comprenant :
- le sauvetage d'une personne qui simule une situation de détresse se situant à 15 mètres au moins et 25 mètres au plus du bord ;
- la victime saisit le sauveteur de face ; après s'être dégagé de la situation, le sauveteur transporte la victime vers le bord en sécurité ; pendant le parcours le sauveteur rassure la victime ;
- le sauveteur sort la victime de l'eau sans utiliser les échelles ou tout autre moyen matériel ;
- après avoir sécurisé la victime, le candidat effectue une vérification des fonctions vitales et, ensuite, il explique succinctement sa démarche.
Le candidat effectue l'épreuve en short et tee-shirt. Le port de combinaison, de lunettes de piscine, masque, pince-nez ou tout autre matériel n'est pas autorisé.
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

Handicap, tous concernés

Le handicap


calendrier
 
 
     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants