Toute l'actualité

[archive] Réforme du lycée et renouvellement des manuels scolaires
Communiqué de presse - Luc Chatel - 18/06/2010

Partager cet article
  • Envoyer à un ami

Pour Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, la réforme du lycée doit se concrétiser par la mise à jour des programmes d’enseignement et l’introduction de nouveaux manuels. Ce changement intervient en classe de seconde à la rentrée 2010. Il permet de prendre en compte à la fois les avancées de la réforme et l’évolution des connaissances.

Le renouvellement des programmes est un processus normal. Les programmes de la classe de seconde n’avaient pas été rénovés depuis près de 10 ans. Ils ont été  actualisés en cohérence avec les objectifs de la réforme du lycée, dans la concertation et avec la contribution des meilleurs experts.

Pour que les élèves tirent tous les bénéfices de la réforme, Luc Chatel a tenu à ce que les nouveaux manuels scolaires soient disponibles le plus tôt possible. Ainsi, dès le mois de décembre 2009, ses services ont noué un contact étroit avec les éditeurs. A la rentrée de  septembre, les enseignants et les élèves disposeront des versions électroniques de leurs manuels, en attendant que toutes les versions imprimées soient disponibles. Ils disposeront ainsi de l’ensemble des ressources nécessaires à une mise en œuvre satisfaisante des nouveaux programmes d’enseignement.

Le ministre est sensible à la charge financière que constitue l’achat des manuels scolaires pour les familles, au lycée. Luc Chatel rappelle que l’État les accompagne pour limiter cette charge. Ce soutien se traduit, notamment, par l’allocation de rentrée scolaire et les bourses du second degré, attribuées sur critères de ressources. En outre,  localement, certaines associations organisent des achats groupés ou des bourses aux livres pour réduire le coût d’achat. Quant aux régions qui ont choisi d’accompagner les familles dans la scolarité de leurs enfants au lycée, Luc Chatel ne peut accepter les propos de la commission éducation de l’Association des Régions de France (ARF), selon lesquels "le gouvernement veut les obliger, une nouvelle fois, à mettre la main à la poche", propos pour le moins inexacts, puisque les régions ne sont aucunement tenues par la loi de financer les manuels scolaires.

Enfin, comme chaque année, le ministre de l’Éducation nationale a appelé les établissements à apprécier au plus juste les besoins pédagogiques lors de l’élaboration des listes de fournitures scolaires, dont les manuels font partie.

Mise à jour : juin 2010

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

Handicap, tous concernés

Le handicap


calendrier
 
 
     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants