Toute l'actualité

[archive] Présentation du manuel d'histoire franco-allemand à Péronne

Partager cet article
  • Envoyer à un ami

 

Le manuel d'histoire franco-allemand

Le projet

Le parlement franco-allemand des jeunes a proposé le 23 janvier 2003, à Berlin, au Chancelier fédéral Gerhard Schröder et au Président Jacques Chirac, la réalisation d'un manuel d'histoire franco-allemand au contenu identique pour les deux pays afin d'approfondir la compréhension mutuelle. Les deux parties ont donné suite à cette proposition. Le projet a été confirmé par la Conférence des ministres - présidents allemands le 26 juin 2003 à Berlin ainsi que lors de la première rencontre des Länder et des régions françaises les 27 et 28 octobre 2003 à Poitiers, respectivement en présence du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, du Chancelier fédéral Gerhard Schröder et du plénipotentiaire de la République fédérale d'Allemagne chargé des affaires culturelles dans le cadre du Traité sur la coopération franco-allemande, le Ministre - Président Peter Müller (Sarre).

L'utilisation d'un manuel commun a pour but de contribuer à créer les bases d'une conscience historique commune chez les jeunes Allemands et Français dans le processus d'unification européenne. Il s'agit de mettre en lumière les développements historiques communs et différents et de faciliter les changements de perspective. Le manuel présentera non seulement les époques d'évolution commune, d'échanges et de coopération, mais accordera aussi une large place aux conflits pour mieux faire comprendre aux jeunes générations l'importance de l'héritage historique et la nécessité d'une construction commune de l'avenir.

Un groupe de pilotage bilatéral du manuel d'histoire franco-allemand a été chargé de la réalisation de ce projet.

Le manuel comprendra 3 volumes. Il est prévu de réaliser une version allemande et une version française identiques qui seront proposées à partir de la rentrée 2006 comme manuel classique « usuel » (regulär) en Allemagne et en France, comme le sont tous les manuels scolaires (manuel d'histoire classique destiné aux élèves et non un livre sur l'histoire franco-allemande).

La version allemande sera destinée aux élèves de la gymnasiale Oberstufe en Allemagne, la version française, aux élèves des classes de seconde, première et terminale des lycées d'enseignement général et technologique en France.

Il n'y aura pas de version bilingue.

Les deux versions seront donc identiques tant pour le contenu que pour la présentation (maquette, couverture, supports pédagogiques, documents, iconographie, etc.). Les documents de référence français et allemands pourront figurer dans le manuel soit dans la langue originale ou dans la traduction, soit dans la langue originale accompagnée de la traduction.

Le manuel

L'ouvrage sera conçu comme manuel et livre d'exercices pour lycéens et présentera les caractéristiques suivantes :

- Il s'agira d'un manuel scolaire traitant prioritairement l'histoire européenne mais intégrant également les thèmes les plus importants de l'histoire mondiale. Les sujets seront traités du point de vue de l'Allemagne et de la France, c'est-à-dire en tenant compte de la tradition allemande et française de l'enseignement de l'histoire. Par conséquent, il ne s'agira pas d'un livre sur l'histoire des relations franco-allemandes ; ces dernières ne prédomineront que lorsqu'elles ont joué un rôle particulièrement significatif dans l'histoire européenne. Dans ce cas, elles seront traitées sous les rubriques "ressemblances - différences - interactions", "intégration dans un contexte plus large" et "perception, interprétation, signification".

- Le livre sera destiné à favoriser un enseignement focalisé sur l'activité personnelle de l'élève. Les textes et documents mis à la disposition de l'élève lui permettront d'organiser lui-même une grande partie de son apprentissage, guidé par l'enseignant qui lui donnera les impulsions nécessaires.

- Le contenu réparti en 3 volumes sera conçu conformément au cahier des charges établi par le groupe de pilotage du manuel d'histoire franco-allemand. Les chapitres et sous-chapitres seront dotés de la même structure rédactionnelle et visuelle.

- Les chapitres débuteront par une double page d'orientation motivante avec des photos de grand format et éventuellement des chronologies et des cartes historiques. Une seconde double page comportera des repères thématiques.

- Chaque sous-chapitre sera également précédé par une double page introductive qui proposera un bref aperçu (texte d'auteur), un sommaire avec des questions-clés et une représentation imagée visant à motiver l'élève.

- Les sous-chapitres se présenteront sous forme de blocs thématiques comprenant environ quatre pages chacun. Chaque bloc thématique comprendra des textes d'auteur dotés d'une large marge permettant l'explication des notions-clés inconnues ou difficiles, des sources importantes, des images, des graphiques, etc. complétés par des questions pertinentes mais aussi des exercices fondés sur d'autres sources, éventuellement présentées par un bref texte d'auteur, visant à faciliter une meilleure compréhension du document étudié. Les questions et exercices accompagnant les documents seront progressivement de plus en plus complexes.

- Les textes d'auteur ne devront pas représenter plus de 20 à 25% du volume global du livre.

- Les sources seront choisies en fonction de leur caractère représentatif et exemplaire pour chacun des blocs thématiques en privilégiant des documents-clés allemands et français. Les documents-clés seront disponibles aussi bien dans la version allemande que française dans la langue d'origine afin de permettre un contact direct.

- Etant donné les différentes conceptions des programmes, en particulier des programmes allemands, la partie descriptive avec les textes d'auteur ainsi que la partie avec les sources devraient être présentées de manière à permettre une recherche à la fois chronologique et thématique.

- Aux endroits appropriés, le livre comprendra des doubles pages spécifiques destinées à la transmission de compétences relatives à la méthodologie. Elles contiendront des propositions de travail permettant aux élèves d'acquérir les compétences attendues.

- Chaque chapitre comprendra des informations complémentaires sur les thèmes abordés : romans historiques, films, ressources des musées, etc.

- Dans l'annexe, on trouvera un index des termes et des personnes, un lexique, ainsi que le renvoi à des adresses Internet importantes (par exemple www.deuframat.de ou www.cndp.fr ). Pour la constitution du lexique, il conviendra de signaler aux usagers les différentes définitions de termes qui paraissent synonymes dans les deux pays (par exemple féodalisme - Feudalismus).

- Le manuel pourra être complété par un livre du maître.

- Le prix de vente devra être de même ordre que celui des autres manuels d'histoire des classes de lycée.

La composition du conseil scientifique

Un cahier des charges détaillé sur le plan scientifique et didactique à destination des éditeurs approuvé par les deux parties a été réalisé par un conseil scientifique.

Pour la partie allemande

Sous la responsabilité de, Christine Klos et Stefan Krawielicki (direction du bureau I du plénipotentiaire de la République fédérale d'Allemagne pour les affaires culturelles dans le cadre du Traité sur la coopération franco-allemande, ministère fédéral des affaires étrangères)

Wilfried Burger (ministère de l'éducation de la Saxe, Dresde),
Dr. Stefan Krimm (ministère de l'éducation de Bavière, Munich),
Dr. Ursula Lange (lycée Friedrich-Ebert de Bonn),
Prof. Dr. h.c. Horst Möller (directeur de l'Institut d'histoire contemporaine, professeur à l'université de Munich),
Dr. Rainer Riemenschneider (institut Georg-Eckert de recherche internationale sur les manuels scolaires, Brunswick),
Andrea Schwermer (représentante de la Conférence permanente des ministres de l'éducation des Länder, Bonn),
Prof. Dr Dr. h.c. mult. Rudolf von Thadden (ancien coordinateur pour la coopération franco-allemande entre les sociétés auprès du gouvernement fédéral, directeur de l'Institut de Berlin-Brandebourg pour la coopération franco-allemande en Europe de Genshagen, Göttingen),
Dr. Rolf Wittenbrock (directeur du lycée franco-allemand de Sarrebruck).

Pour la partie française

Sous la responsabilité de Jean-Louis Nembrini (inspecteur général de l'Education nationale),

Yves Beauvois (direction des relations internationales et de la coopération, ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche),
Gérald Chaix (professeur d'histoire à l'université de Tours, recteur de l'académie de Strasbourg),
Jean-Pierre Dubois (mission pour les relations franco-allemandes, ministère des Affaires étrangères),
Etienne François (professeur d'histoire et directeur du Frankreich-Zentrum de l'Université Technique de Berlin),
Pierre Monnet (directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris),
Yves Poncelet (inspecteur général de l'Education nationale),
Marcel Spisser (inspecteur pédagogique régional de l'académie de Strasbourg),
Michel Tarpinian (direction des relations internationales et de la coopération, ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche).
Equipe de rédaction
Pour les éditions Nathan, sous la direction de Guillaume Le Quintrec (Directeur de collection)
Pour les éditions Klett, sous la direction de Peter Geiss (Directeur de collection)

La coopération franco-allemande dans le domaine scolaire

Fondée sur le Traité de l'Elysée du 22 Janvier 1963 et relancée, en 2003, à l'occasion du 40ème anniversaire de ce Traité, la coopération entre la France et l'Allemagne dans le domaine scolaire s'est dotée de nombreux outils et a permis la mise en oeuvre de nombreux programmes.
Les axes de cette coopération sont la connaissance mutuelle de la langue et de la culture du pays partenaire.
Les priorités actuelles sont le rapprochement des systèmes éducatifs, la relance de l'apprentissage de la langue et le développement de la mobilité entre les deux pays.

Les outils

De nombreuses instances de rencontre et de concertation sont issues du Traité de l'Elysée : conseils des ministres franco-allemands, commissions d'experts pour l'enseignement général et pour la formation professionnelle, rencontres entre les recteurs et les ministres de l'éducation des Länder : la prochaine de ces rencontres aura lieu le 11 mai 2006 à Strasbourg.
L'Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) a permis, depuis sa création en 1963, à 7 millions de jeunes de séjourner dans le pays voisin. Parmi les programmes d'échanges mis en oeuvre par l'OFAJ, on signalera notamment le programme "Voltaire", qui permet des échanges d'une durée de 6 mois, et le programme "Sauzay" pour des échanges plus courts (autour de 2 mois).
Les lycées franco-allemands (Sarrebruck, Fribourg et Buc) délivrent un baccalauréat franco-allemand.
Les sections internationales préparent à un baccalauréat avec "option internationale du baccalauréat" (OIB).
Pour l'enseignement professionnel, le secrétariat franco-allemand, basé à Strasbourg, met en oeuvre des échanges d'élèves et d'apprentis : environ 3000 jeunes Français et Allemands en bénéficient chaque année.
Dans le domaine de l'enseignement supérieur,
l'Université franco-allemande de Sarrebruck, créée en 1999, permet à 4500 étudiants inscrits, en 2005-2006, dans 109 cursus intégrés de préparer des doubles diplômes ou des diplômes conjoints. L'UFA joue également un rôle important pour le soutien à des formations doctorales franco-allemandes.

L'enseignement de langue du partenaire

Un plan stratégique en faveur de la langue du partenaire a été décidé par le conseil des ministres franco-allemand du 26 octobre 2004 à Berlin et présenté à l'occasion de la rencontre entre les recteurs et les autorités éducatives des Länder le 12 novembre 2004 (Sarrebruck).

L'objectif est d'assurer non seulement le maintien, mais aussi la progression de l'allemand et du français, en rappelant aux élèves et aux familles l'importance professionnelle et culturelle de ces deux langues, les plus parlées en Europe au titre de langue maternelle, et langues de deux pays qui sont, l'un pour l'autre, le premier partenaire économique. Conjugué à la maîtrise de l'anglais, leur apprentissage procure un avantage certain sur le marché du travail.

Les premiers résultats de ces mesures sont extrêmement encourageants.
En France, à la rentrée 2005, le nombre d'élèves apprenant l'allemand au primaire et en classe de 6 ème est en nette progression. Dans le premier degré, le nombre de groupes d'élèves s'initiant à l'allemand a augmenté de 13 % en deux ans ; en 6 ème, on compte 7,2 % de germanistes supplémentaires par rapport à la rentrée 2004. Cette dernière progression est largement due au développement des 6 èmes "bilangues" qui permettent d'apprendre l'anglais et l'allemand à parité et dont le nombre a augmenté de 43 % en un an. Quant au nombre de sections européennes, il progresse de 7 % sur la même période.

En Allemagne, en l'espace d'une année, le nombre global d'élèves apprenant le français dans le premier et le second degrés a augmenté de 4 %. On notera plus particulièrement le développement de cet apprentissage à l'école élémentaire, avec une croissance de 21 %. Mais il y a lieu de se réjouir également de l'augmentation de 12 % constatée dans le second cycle du secondaire. Au total, dans tous les secteurs de l'enseignement scolaire, l'apprentissage du français est de nouveau en progression.

L'AbiBac, ou délivrance simultanée du Baccalauréat et de l'Abitur, fait partie des dispositifs phares mis en oeuvre, depuis 1994, pour encourager l'apprentissage de langue du partenaire.

Cette formation est actuellement offerte dans le cadre d'un réseau de 36 établissements français (dont 4 lycées français en Allemagne), répartis dans 18 académies et appariés à autant de lycées allemands. Depuis sa création, plus de 3000 lycéens français et allemands ont obtenu les deux diplômes qui attestent leur bilinguisme et leur connaissance approfondie de la littérature, de l'histoire et de la géographie du pays partenaire. Chaque année quelque 700 élèves français et allemands passent avec succès l'Abibac.

D'ici 2007-2008, toutes les académies et tous les Länder devraient disposer d'au moins un établissement - Abibac. Pour faciliter cette extension, une simplification du dispositif, fondée sur le principe de confiance mutuelle est en cours de préparation.

Enfin, une certification d'allemand, conforme aux principes du Cadre européen commun de référence pour les langues, a été mise en place en 2005-2006 pour les élèves de 3 ème et de 2 nde. Cette certification, centrée sur les compétences de communication et de compréhension écrites et orales, atteste que les élèves possèdent un niveau de langue reconnu par le pays partenaire. En 2005-2006, dans une phase expérimentale, ce dispositif concerne, en France, 600 établissements, 26 académies et 8000 élèves. Il a vocation à s'étendre. Il est facultatif et gratuit.

La mobilité

Dans l'enseignement général, outre les programmes d'échanges mis en oeuvre par l'OFAJ, plusieurs mesures soutiennent la mobilité des élèves. C'est ainsi que les élèves titulaires du niveau B1 de la certification d'allemand auront la possibilité d'effectuer un séjour pouvant aller jusqu'à deux mois dans le pays partenaire. De même les élèves de 2nde pourront passer leur année dans le pays voisin et voir reconnue cette année scolaire si elle a été validée par l'établissement d'accueil.

Dans l'enseignement professionnel, la mobilité est une priorité forte des deux gouvernements qui ont décidé, lors du conseil des ministres franco-allemand du 26 avril 2005, d'accroître de 50 % d'ici 2010 le nombre d'élèves et d'apprentis bénéficiant de ces échanges. Le "programme franco-allemand d'échanges de jeunes en formation professionnelle", créé en 1980, est l'un des cadres principaux de cette mobilité. Ce programme est financé à parité par les deux pays, à hauteur de 3 millions d'euros par an.
La comparabilité générale des diplômes professionnels, reconnue en 2004, ainsi que la construction de référentiels professionnels communs sont d'autres outils de la mobilité en formation professionnelle.

Les enseignants des deux pays disposent d'un cadre réglementaire leur permettant soit d'effectuer une partie de leur formation dans le pays partenaire, soit d'y travailler. La mobilité est particulièrement active dans les régions frontalières. L'un des enjeux de cette mobilité est la formation d'enseignants pour les disciplines non linguistiques dans les dispositifs d'enseignement bilingues.
Quant aux étudiants, aux doctorants et aux jeunes chercheurs, c'est essentiellement l'UFA qui soutient et structure la mobilité entre les deux pays.

Le rapprochement des systèmes éducatifs

Sous-jacent à l'ensemble des modalités de la coopération franco-allemande, ce rapprochement s'exprime plus particulièrement à l'occasion de la Journée franco-allemande, instaurée le 22 janvier 2003 par le Président de la République française et le Chancelier de la République fédérale d'Allemagne. Tous les 22 janvier, les systèmes éducatifs des deux pays se mobilisent pour promouvoir une meilleure connaissance de la culture et de la langue du pays partenaire.

Le thème de la journée est fixé chaque année par le conseil des ministres franco-allemand du printemps :
- En 2004, il portait sur l'élargissement de l'Europe.
- En 2005 et en 2006, il a concerné le français et l'allemand considérés comme "des atouts pour des métiers et des carrières en Europe".
- En 2007, il invitera à la "redécouverte" de l'autre pays.

Le "réseau des filières bilingues à profil franco-allemand", programme créé en 1995, contribue également à ce rapprochement dans la mesure où il permet des échanges d'élèves entre des établissements qui élaborent ensemble des projets pédagogiques interculturels et interdisciplinaires.

L'organisation prévue, au cours de l'année 2006, de rencontres permettant d'échanger sur les "bonnes pratiques" dans le domaine de l'intégration et de l'égalité des chances, thème prioritaire du Conseil des ministres franco-allemand du 14 mars 2006, constitue un autre cadre dans lequel, sur un sujet central en Europe, les systèmes éducatifs des deux pays peuvent s'enrichir mutuellement.

Le manuel d'histoire franco-allemand, enfin, est la manifestation la plus aboutie de cette volonté de rapprochement. (Cf. note de présentation du Manuel)

Les discours


Discours de Gilles de Robien

Discours de Peter Müller

Plénipotentiaire de la République fédérale d'Allemagne pour les affaires culturelles dans le cadre du Traité sur la coopération franco-allemande,
Ministre président du Land de Sarre

Monsieur le ministre,
Mesdames et Messieurs,

En tant que Plénipotentiaire de la République fédérale d'Allemagne pour les affaires culturelles franco-allemandes, je me réjouis tout particulièrement de participer, avec vous, Monsieur le ministre, à la présentation française, à l'attention des enseignants, du spécimen du manuel d'histoire franco-allemand. Assurément - nous le savons tous- cette version nécessite des améliorations. C'est pourquoi, en Allemagne, les 16 ministres de l'éducation sont actuellement en train d'examiner la version de présentation, afin que l'ouvrage définitif puisse ensuite être achevé.

Le 10 juillet ce livre paraîtra dans les librairies allemandes. Le même jour, il sera également présenté au public, dans le Château de Sarrebruck. Je me réjouis, Monsieur le ministre, que vous ayez accepté mon invitation pour cette présentation, le jour de la parution du manuel, et je vous en remercie sincèrement.

Les deux villes, Péronne et Sarrebruck, se situent dans des régions qui ont un lien très particulier avec l'histoire franco-allemande.
Pour Péronne, il s'agit de la bataille de la Somme, durant la Première Guerre mondiale, à laquelle ce musée impressionnant est consacré. Quant à Sarrebruck, il s'agit de cette période de l'entre-deux-guerres et de l'après-guerre au cours de laquelle la Sarre, en raison de son importance industrielle et de son caractère de zone frontière, fut la proie de redoutables conflits d'intérêt entre l'Allemagne et la France.

Ces chapitres douloureux de l'histoire franco-allemande sont depuis longtemps refermés. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les deux peuples, sous l'impulsion de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer, ont ouvert une nouvelle voie : la voie de la réconciliation franco-allemande, dont le Traité de l'Elysée de 1963 a constitué une première étape. Depuis lors les relations franco-allemandes ont acquis une profondeur et une richesse uniques au monde.

Cela est vrai pour tous les domaines. Ainsi compte-t-on plus de 2200 villes et 4300 écoles jumelées. A un niveau politique plus élevé, des conseils des ministres communs sont organisés à intervalles réguliers. Les programmes d'échanges de l'Office franco-allemand pour la jeunesse concernent chaque année 200 000 jeunes. Enfin - mais cette énumération n'est pas exhaustive - la France et l'Allemagne sont, l'un pour l'autre, le premier partenaire commercial.

Dans ce contexte exceptionnel de l'amitié franco-allemande, il faut souligner l'importance du projet exemplaire du manuel d'histoire franco-allemand.
Ce projet est d'une très grande portée symbolique et politique.
Pour la première fois dans le monde, deux nations « écrivent l'histoire ensemble ». En même temps cet ouvrage offre la possibilité de mieux comprendre encore le pays partenaire et son histoire. Dans le domaine didactique également, le manuel représente un enrichissement certain, grâce à la prise en compte des méthodes de travail des deux pays.

Je voudrais ici remercier, pour leur travail et leur engagement, tous ceux qui ont participé au projet « manuel d'histoire franco-allemand », en particulier les auteurs, les éditeurs et les experts. Les jeunes Français et Allemands du Parlement des jeunes réuni le 23 janvier 2003 avaient formulé auprès des responsables politiques le souhait qu'un tel livre voie le jour. Leur souhait est à présent devenu réalité.

Je formule le voeu que le manuel d'histoire franco-allemand puisse s'ancrer durablement dans les systèmes éducatifs de nos deux pays. En Allemagne, l'homologation de la version de présentation de l'ouvrage pour son utilisation dans les établissements scolaires est actuellement en cours auprès des 16 ministres de l'éducation des Länder. Je suis conscient, comme tous ceux qui travaillent à ce projet, que la version actuelle nécessite des corrections et des améliorations avant d'arriver dans les établissements scolaires. Mais j'ai toute confiance dans le fait que les élèves et les professeurs pourront travailler avec ce manuel à l'automne en Allemagne. Il offre aux élèves d'aujourd'hui et de demain la possibilité d'une vision commune, par le regard de l'autre, sur l'histoire européenne.

Discours de Catherine Lucet

Le manuel d'Histoire franco-allemand : une aventure éditoriale inédite

En plus d'être un point d'orgue de la réconciliation franco-allemande, le manuel d'histoire franco-allemand a représenté une véritable aventure éditoriale pour les équipes qui l'ont réalisé.

Le fait d'être choisis comme coéditeurs du manuel d'Histoire franco-allemand a provoqué chez Nathan un immense enthousiasme.
Nous étions enchantés de travailler avec Klett Verlag, l'un des meilleurs éditeurs d'outre-Rhin et d'enrichir ainsi nos approches éditoriales et didactiques, heureux de défricher de nouveaux territoires dans l'un des domaines d'excellence de Nathan, l'enseignement de l'Histoire aux lycéens, et surtout fiers de mettre nos savoir-faire éditoriaux et pédagogiques au service d'un projet d'envergure historique.

Le groupe de pilotage bilatéral qui a rédigé le cahier des charges du manuel franco-allemand, et avant lui, l'ensemble des historiens allemands et français qui depuis 50 ans ont oeuvré au rapprochement des regards et des points de vue portés sur notre histoire commune, ont largement préparé la voie à la rédaction de ce manuel.

Mais le diable est dans les détails et, pour Klett et Nathan, l'entreprise, inédite dans l'histoire de l'édition scolaire, d'élaborer un vrai manuel transnational, a nécessité une mobilisation hors norme des auteurs et des éditeurs :

- La définition du concept et de la structure du manuel, son découpage, ont été menés par les deux directeurs de collection, Guillaume Le Quintrec et Peter Geiss, avec les éditeurs. Ils ont piloté pour la rédaction de l'ouvrage 5 tandems d'auteurs, français et allemands, qui se sont répartis les 12 chapitres de l'ouvrage.

- Le comité de pilotage avait retenu le modèle en vigueur en France, d'un manuel construit sur des leçons courtes et une grande richesse de documents authentiques dont le questionnement permet aux élèves de construire leur savoir. Dans la pratique, pour que le manuel puisse être utilisé des deux côtés du Rhin, il a été nécessaire - et difficile - d'harmoniser les traditions pédagogiques des deux pays. Mais nous sommes parvenus, à concilier, pour le meilleur, la rigueur cartésienne et la place laissée au débat et à l'argumentation.

- Les éditeurs ont également dû manipuler des manuscrits dans deux langues, gérer des problèmes de traduction, élargir leurs sources documentaires et iconographiques, confronter, là encore pour le meilleur, leurs partis pris en termes de maquette et de mise en page, et gérer un processus de validation complexe.

Aujourd'hui le résultat est là. Les enseignants et les élèves, allemands et français, vont disposer de manuels identiques, dans leur langue maternelle, respectant les programmes en vigueur en Allemagne et en France, construits sur un corpus documentaire enrichi de sources européennes, et fondé sur un appareil pédagogique et des méthodes de travail renouvelées conciliant le meilleur des approches françaises et allemandes.

Nous espérons que ce manuel donnera aux enseignants et aux élèves de Terminale de part et d'autre du Rhin une ouverture nouvelle sur l'Europe et sur le monde et qu'il représentera une étape nouvelle de la construction d'une mémoire commune et d'un avenir commun.

Catherine Lucet
Présidente des Editions Nathan

Consulter le communiqué de presse du 4 mai 2006, relatif à la présentation du manuel d'histoire franco-allemand

Dossier de presse - Gilles de Robien - 04/05/2006
Mise à jour : octobre 2006
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

Handicap, tous concernés

Le handicap


calendrier
 
 
     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants