De la maternelle au baccalauréat

Climat scolaire et prévention des violences
Améliorer le climat scolaire pour refonder une école de la confiance

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
Partager

Des numéros à votre écoute

Non au harcèlement 3020

Un numéro d’appel national "Non au harcèlement" 3020 est mis en place par le ministère en partenariat avec l’association l’École des parents et des éducateurs d’Ile de France.

Des conseillers-psychologues, juristes, conseillers scolaires sont à votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h toute l’année (avec un temps de fermeture du 15 juillet au 17 août et du 23 décembre au 6 janvier et 16 décembre au 21 janvier pour Mayotte et la Réunion)

Ils vous écouteront, vous donneront des conseils et pourront vous proposer de prendre contact avec les référents académiques ou départementaux, au sein de votre académie.

119 - Allô enfance en danger
Le service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger
Allô 119
www.allo119.gouv.fr

Le 119 : un numéro gratuit et accessible 24h/24.

Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère chargé de l'Éducation nationale
  • Les niveaux vigipirate
  • Consignes pour les écoles, collèges et lycées
  • L'autorisation de sortie du territoire
  • Consignes pour les établissements d'enseignement supérieur et organismes de recherche
  • Des guides pour accompagner la communauté éducative

Consignes de sécurité applicables dans les établissements

En savoir plus
Site à consulter

Éducation prioritaire
Pour les personnels de l'Éducation nationale et les acteurs de la politique de la ville : documentation, textes officiels, sélection de sites, ressources académiques
Site de l'éducation prioritaire

Un climat scolaire serein est une condition essentielle pour assurer les bonnes conditions de travail, le bien-être et l'épanouissement des élèves. La grande masse des violences en milieu scolaire est constituée d’actes d’incivilité et de victimation souvent mineures mais répétées. L’action publique fait porter ses efforts prioritairement sur la lutte contre toutes les formes de harcèlements, violences quotidiennes que l’école de la République ne peut accepter.

Le climat scolaire : définitions

L’amélioration du climat scolaire est devenue un enjeu majeur de la politique publique en matière d’éducation. Le climat scolaire reflète le jugement des parents, des éducateurs et des élèves concernant leur expérience de vie et du travail au sein de l’école, sans pour autant résulter d’une simple perception individuelle. Il renvoie donc à la qualité de vie à l’école. Il concerne les normes, les buts, les valeurs, les relations interpersonnelles, les pratiques d’enseignement, d’apprentissage, de management et la structure organisationnelle inclus dans la vie de l’école.

 
 
Mieux comprendre ce qu’est le climat scolaire
Climat scolaire : le site dédié
  • Comprendre
  • Diagnostiquer
  • Agir
  • etc.

Consulter le site consacré au climat scolaire

 

Parmi les éléments qui caractérisent le climat scolaire, la recherche dégage notamment ceux-ci :

  • les relations entre les personnes (respect, partage, soutien, collaboration, entraide), aussi bien au sein de l’école, du collège et du lycée (entre élèves, entre professionnels, entre élèves et professionnels), qu’entre professionnels et familles
  • l’enseignement (attentes élevées, différenciation, aide, encouragements, etc.) et l’apprentissage (contenus disciplinaires, contenus transversaux, y compris sociaux, émotionnels, éthiques, etc.)
  • la sécurité : prise en compte de la sécurité physique, capacité à gérer les crises, mais aussi sécurité émotionnelle, résolution des conflits, etc.
  • l’environnement physique : propreté, adaptation et agrément des espaces et des matériels, etc.
  • le sentiment d’appartenance : sentiment d’être relié à la communauté scolaire et aux personnes, engagement, enthousiasme des professeurs et des élèves
  • la participation significative des élèves et des professionnels
  • la réaction face aux comportements à risque : réaction des élèves face à des conduites à risque de leurs pairs, prise en compte de ces conduites à risque par les professionnels, etc.
  • une attention portée par l’école à la vie familiale : les élèves sentent que les professionnels respectent leur environnement et leur culture familiale

Consulter la revue Éducation et formations "Climat scolaire et bien-être à l'école" (décembre 2015)

Les enjeux du climat scolaire

Le climat scolaire est considéré comme une condition nécessaire afin d’améliorer les performances du système éducatif. Créer les conditions d’un climat scolaire plus inclusif et plus protecteur exige une implication résolue à tous les niveaux de l’institution scolaire. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre les violences, mais aussi de faire de chaque établissement un endroit sûr où chacune et chacun puissent se construire sereinement.

La recherche scientifique, et notamment le programme international de l’OCDE (Pisa), prouvent qu’un climat scolaire serein influence la réussite des élèves, fait diminuer les problèmes de décrochage professionnel des enseignants, a un impact sur la sécurité en milieu scolaire, la réduction des conduites à risques, des micro-violences et du harcèlement, de l’absentéisme et du décrochage. Par ailleurs, le climat scolaire, concept ouvert, met en jeu le travail avec les parents d’élèves dans le cadre d’une coéducation constructive au service de la réussite et de bien- être des élèves.

Les apprentissages contribuent aussi à la qualité du climat scolaire, qu’il s’agisse des apprentissages disciplinaires, de l’enseignement moral et civique ou des compétences transversales, l’ensemble s’inscrivant dans un parcours citoyen et un parcours éducatif de santé.

La relation pédagogique et éducative instaurée par les professionnels contribue également à la qualité du climat scolaire. La clarté de la communication, son caractère respectueux, l’attention que l’on prête individuellement et collectivement aux élèves, la sollicitude, l’autorité, sont des éléments que l’on retrouve fréquemment dans les écoles et les établissements caractérisés par un bon climat scolaire. Le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation précise cela.

La mesure du climat scolaire au niveau national

Les enquêtes de climat scolaire et de victimation sont de nouveaux outils pour mesurer les violences en milieu scolaire et mieux prévenir le harcèlement entre pairs et les cyberviolences.

La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère chargé de l'Éducation nationale déploie des enquêtes nationales de victimation et de climat scolaire.

Des enquêtes nationales portent sur les lycées :

Note d’information n°18.33, décembre 2018 : Résultats de l'enquête de climat scolaire et victimation auprès des lycéens pour l'année scolaire 2017-2018
Note d'information n°31, novembre 2016 : "Au lycée, les filles s'impliquent davantage dans leur travail"
Note d’information n°50, décembre 2015 : "Neuf élèves sur dix déclarent se sentir bien dans leur lycée"

Des enquêtes nationales portent sur les collèges :

Note d’information 17.30, décembre 2017 : Résultats de l'enquête de climat scolaire et victimation auprès des collègiens pour l'année scolaire 2017-2018

La DEPP déploie également l’enquête Sivis (Système d’information et de vigilance sur la sécurité scolaire). Mise en place à la rentrée 2007, elle permet le recueil de données sur la violence en milieu scolaire :

Note d’information n°18-32, décembre 2018 : résultats de l’enquête Sivis 2017-2018
Note d’information n°17.29, décembre 2017 : "Lorsqu’elle s’exprime, la violence des élèves envers le personnel est essentiellement verbale"
Note d’information n°30, novembre 2016 : "Les actes de violence contre les filles sont plus fréquents dans les lycées professionnels comptant le plus de garçons"
Note d’information n°49, décembre 2015 : "Les signalements d’incidents graves dans le second degré public sont stables en 2014-2015"
Note d’information n°39, novembre 2014 : "Un collégien sur cinq concerné par la cyberviolence"
Note d’information n°38, novembre 2014 : "Augmentation des actes de violence dans les lycées professionnels"

La mesure du climat scolaire au niveau local

Proposé aux chefs d’établissements et aux directeurs et directrices d’école, cet outil permet d’établir un diagnostic partagé avec les équipes pédagogiques et éducatives. Une vingtaine de questions permettent ainsi de connaitre les situations de  violences (notamment des microviolences) et de harcèlement, et de faire émerger des situations dont les équipes n’avaient pas connaissance. L’analyse des résultats doit s’appuyer sur la démarche systémique d’amélioration du climat scolaire. Dans chaque académie, le groupe académique "climat scolaire" ou l’équipe mobile de sécurité sont les interlocuteurs à solliciter pour mettre en place une enquête locale.

La démarche d'amélioration du climat scolaire

Lorsqu’il est dégradé dans une école, un collège ou un lycée, il est possible d’améliorer le climat scolaire, en portant son attention sur :

  • les pratiques professionnelles
  • les organisations retenues
  • la connaissance que l’on a des élèves
  • le contexte local et les partenariats

Ainsi, l’amélioration du climat scolaire est l’affaire de tous les adultes de l’établissement, des parents, des partenaires, qui peuvent aider les élèves à en devenir acteurs également.

La démarche d’amélioration du climat scolaire comporte sept axes, pour lesquels le site "Climat scolaire" donne des pistes concrètes d’action :

  • des stratégies d'équipe, qui permettent la cohérence et la constance des actions mises en place, et qui reposent sur une culture et un projet communs
  • la justice en milieu scolaire, afin que les élèves s’approprient les règles communes, se sentent protégés par elles et par la manière dont elles sont appliquées
  • la prévention et la gestion des violences et du harcèlement, par la mise en place d’un plan de prévention, la gestion et l’anticipation des conflits et des discriminations
  • la pédagogie et les coopérations, qui amènent à interroger comment les enseignements permettent aux élèves de développer leurs connaissances et leurs compétences, et d’orienter leur motivation vers les activités mises en place
  • la coéducation, pour permettre aux familles, même lorsqu’elles sont éloignées de l’école, d’être entendues et respectées, pour pouvoir s’emparer avec elles, conjointement, des questions éducatives
  • les pratiques partenariales, qui est constitué des acteurs départementaux ou académiques, des représentants d’autres institutions (police, gendarmerie, justice, santé, collectivités territoriales, etc.), des associations partenaires de l’école, des chercheurs en éducation
  • la qualité de vie et le bien-être à l’école, pour mener une réflexion sur les espaces scolaires, sur les relations interpersonnelles, sur les moyens offerts aux élèves pour s’exprimer, etc.

Ces sept domaines d’action sont interdépendants, parce que la démarche d’amélioration du climat scolaire est systémique et globale : s’emparer de l’un conduit à en investir d’autres. Par exemple, souhaiter améliorer la justice scolaire nécessite de mettre en place une stratégie collective, de questionner l’évaluation des apprentissages, la démarche d’appropriation et de mise en œuvre du règlement intérieur, de travailler sur la juste information des familles dans le cadre d’une coéducation constructive.

La prévention des violences

Prévenir les violences, y compris sous leur forme la plus fréquente, les microviolences, contribue à éviter une dégradation du climat scolaire. Elles peuvent revêtir différentes formes : coups, bousculades, insultes, harcèlement, cyberviolences, vols, violences sexuelles, violences à caractère sexiste, discriminations racistes, antisémites ou homophobes, dommages aux locaux ou aux matériels, aux biens personnels, port d’armes, intrusions, etc.

Les actions à conduire relèvent de la sensibilisation des professionnels et des élèves, de la formation, de la prise en charge des victimes et des auteurs. Un travail doit aussi être mené avec les témoins, de manière à ce que le collectif constitue un élément de prévention contre les violences.

La lutte contre toutes les formes de harcèlement

À noter : l’article R.421-20 du code de l’éducation prévoit la mise en place d’un plan de prévention des violences, incluant un programme d’action contre toutes les formes de harcèlement, dans tous les établissements scolaires.

[Infographie] Plan de prévention du harcèlement entre élèves

[Infographie] Que faire face à une situation de cyberharcèlement ?

Contre l'homophobie à l'École : consultez le vademecum

Éduscol consacre un dossier à la prévention de la violence en milieu scolaire, qui comporte notamment une page sur les diagnostics de sécurité au collège et au lycée.

Contre le harcèlement, des pistes très concrètes à destination des élèves, des parents, des professionnels sont rassemblées sur le site "Non au harcèlement", qui concerne aussi la prévention et la gestion des cyberviolences.

 


Un dossier contre les discriminations se trouve également sur Eduscol. Un guide sur les comportements sexistes et les violences sexuelles aide à les prévenir, à les repérer et à agir.

Les jeux dangereux font l’objet d’une page sur Éduscol, et le guide "Jeux dangereux et pratiques violentes" aide à les prévenir et à réagir lorsque s’y livrent les élèves.

Jeux dangereux et pratiques violentes

Consultez le site de l'association "Agir pour la prévention des jeux dangereux"


La sécurité des écoles et des établissements

Vigipirate : Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère chargé de l'Éducation nationale

La sécurité des écoles, des collèges et des lycées participe également du climat scolaire. Elle passe par une capacité à anticiper, grâce à la mise en place, en lien étroit avec les préfectures, de cellules de crises dans chaque académie et dans les départements, et à la formation de leurs membres.

Les référents sûreté (académiques et départementaux) ont pour mission de s’assurer de l’effectivité des mesures de sécurité et d’accompagner les écoles et les établissements scolaires :

À l’échelle locale, les forces de sécurité, assistés des correspondants "police et gendarmerie - sécurité école", des membres des équipes mobiles de sécurité et des référents sûreté des groupements de gendarmerie départementale et des directions départementales de la sécurité publique, ajustent les dispositifs locaux de surveillance mobile, contribuent à élaborer les volets "intrusion – attentat" des PPMS et peuvent délivrer les préconisations utiles au renforcement de la sécurisation des espaces scolaires.
500 assistants chargés de prévention et de sécurité sont présents, en complémentarité des équipes mobiles de sécurité, dans les établissements les plus sensibles. Par leur actions éducatives de prévention à l'égard des élèves et des adultes et par leur présence aux côtés des équipes mobiles de sécurité en cas de crise grave dans l'établissement, ils contribuent à une amélioration qualitative du climat scolaire.

1000 cadres - chefs d’établissement, inspecteurs de l’éducation nationale, directeurs d’école, personnels des équipes mobiles de sécurité - sont formés chaque année dans les centres de formation du ministère de l’Intérieur, tandis qu’une formation de formateurs permet  de mettre en place, dans les académies, un réseau de formateurs à la gestion et à la prévention des crises.

En termes de sécurisation, la protection de l’espace scolaire mobilise l’ensemble des gendarmes et policiers, ainsi que la réserve opérationnelle, sous l’autorité des préfets, en lien étroit avec les collectivités territoriales et en coordination permanente avec les polices municipales et les chefs d’établissement.

Des exercices sont réalisés à tous les échelons afin identifier les points forts et les points à améliorer, et ainsi développer une capacité à réagir. S’y ajoutent la formation des élèves aux premiers secours et aux gestes qui sauvent, et l’activation des cellules psychologiques, qui peuvent être déployées par le ministère à la demande des directeurs d’école et chefs d’établissements.

Au début du mois de juillet 2017, le ministre a mis en place une cellule de veille et d’alerte destinée à améliorer le recueil et le suivi des faits graves.

Dans les académies

La généralisation et la structuration des groupes académiques "climat scolaire" vise la redynamisation de la vie en milieu scolaire dans tous ses aspects, pédagogiques et éducatifs y compris. Pilotés par le recteur qui en définit les objectifs, ils intègrent :

  • les conseillers du recteur : proviseur vie scolaire, délégué académique à la vie lycéenne, conseiller technique de service social, conseiller sécurité, équipe mobile de sécurité, Cardie, etc.
  • le responsable de l'équipe mobile de sécurité
  • les référents : référent justice, référent harcèlement, etc.
  • des personnels d'inspection
  • des personnels de direction
  • des personnels enseignants et d'éducation
  • tout autre personnel désigné par le recteur selon les spécificités académiques

L'objectif est de veiller à l'instauration d'un lien fort entre les questions éducatives et pédagogiques qui ne peuvent être dissociées, dans le premier et le second degré. Ils s’appuient sur les :

  • partenaires institutionnels (Canopé, Clemi, etc.)
  • partenaires de l’enseignement supérieur pour assurer le lien entre la recherche et l’activité des personnels dans les écoles et les établissements
  • partenaires avec les associations locales ou nationales qui œuvrent au côté des équipes pour améliorer le climat scolaire
  • partenaires avec les organismes mutualistes qui peuvent apporter un soutien financier aux projets qui se déploient en académie
  • collectivités territoriales
  • représentants d'autres ministères quand cela se justifie
  • dispositifs institutionnels existants et inversement (comité académique d'éducation à la santé et à la citoyenneté, etc.

Leur rôle est d’accompagner les écoles et les établissements scolaires dans les circonscriptions et les bassins de formation, en s’assurant que l'amélioration du climat scolaire est recherchée non seulement à l'échelle des écoles et des établissements scolaires, mais également à l'échelle de la classe. Les entrées pédagogiques sont privilégiées aux différentes échelles. Leur rôle est aussi de développer la formation initiale et continue dans le domaine du climat scolaire, en lien avec les ESPE et les services académiques de la formation.

La mission ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire apporte son expertise dans la mise en œuvre des objectifs du groupe climat scolaire définis par le recteur.

Mise à jour : février 2019

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

calendrier
 
 
     




Handicap, tous concernés

Le handicap





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants