Toute l'actualité

[archive] Remise des prix « L'École agit ! »
Discours - Xavier Darcos - 08/10/2008

Partager cet article
  • Envoyer à un ami

Xavier Darcos a remis les prix de "l'École agit !" le mercredi 8 octobre. Cette opération a pour but de permettre aux élèves de s'engager en faveur du développement durable et est parrainée par Nicolas Vanier, explorateur. Le ministre de l'Éducation nationale souhaite travailler dans cinq directions en matière d'éducation au développement durable (E.D.D.) : intégrer ses principes dans la réforme du lycée et dans le développement de filières de formation professionnelle, promouvoir le concept d'établissement exemplaire, renforcer la formation des enseignants et favoriser la création d'une fondation.

Seul le prononcé fait foi,

Mesdames et messieurs,
Chers élèves, chers lauréats,

Au printemps 2007, le ministère de l'Éducation nationale a décidé de généraliser l'éducation au développement durable. Dès lors, il s'agissait d'en faire entrer les principes et les thèmes dans les programmes d'enseignement mais aussi dans la formation des enseignants, des personnels d'encadrement et enfin dans le fonctionnement global des structures scolaires.

Une rencontre a été décisive pour éclairer ce programme d'un jour nouveau. En effet, en septembre 2007, j'ai fait la connaissance de Nicolas Vanier et je me suis rendu avec lui en Normandie pour inaugurer une école qui porte son nom. Ce voyage a été l'occasion d'un échange très fructueux sur les enjeux contemporains du développement durable.

Nous avons alors décidé de prolonger ensemble, dans les établissements scolaires, la formidable dynamique du Grenelle de l'Environnement et c'est de notre volonté commune de permettre à tous les élèves de s'engager en faveur du développement durable qu'est née l'idée de « l'École agit ! » qui nous rassemble aujourd'hui.

Un appel à projets a d'abord été lancé en direction des établissements et les élèves ont été incités à formuler des propositions concrètes, par exemple pour lutter contre les changements climatiques ou préserver la biodiversité. Parallèlement, le C.N.D.P. a conçu un site spécifique grâce auquel les enseignants ont pu accéder à des ressources, dialoguer entre eux et déposer les projets des élèves.

Au moment où se clôt la première édition de l'opération « L'École agit ! », je veux d'abord en souligner le succès. 284 projets ont, en effet, été déposés par les établissements, signe de la mobilisation de l'ensemble de la communauté éducative.

Un travail important a ensuite été accompli dans les académies pour retenir les meilleurs projets et je veux saluer le rôle des coordonnateurs académiques qui sont aujourd'hui présents avec nous. Enfin, au mois de juin dernier, après un long travail avec les académies, un comité national s'est réuni pour primer 19 projets.

Je veux donc féliciter très chaleureusement l'ensemble des lauréats. Tous sont représentés ici et je veux les en remercier car je sais que certains viennent de loin, en particulier de la Guadeloupe et de la Réunion. Si je salue le travail des élèves, je veux aussi souligner l'engagement des équipes enseignantes qui les ont accompagnés tout au long de cette aventure. Ils peuvent être d'autant plus fiers des projets qu'ils ont présentés qu'ils constituent autant de bonnes pratiques qui pourront contribuer à la généralisation de l'éducation au développement durable.

Le succès de « L'École agit » me semble d'autant plus exemplaire qu'il s'agit d'une opération concrète et fédératrice.

Il nous a donc paru naturel de prolonger l'expérience et de lancer pour l'année scolaire 2008-2009 « L'école agit 2 ». L'esprit reste le même mais les thèmes sont reformulés et élargis, afin de donner à ces question toute l'ampleur qu'elle mérite.

La remise des prix « L'école agit » est aussi pour moi l'occasion de rappeler que les choses changent à l'Education nationale et qu'aujourd'hui, l'éducation au développement durable est partout présente
dans nos écoles et nos établissements.

Elle est d'abord présente de manière transversale dans la pédagogie et ce n'est pas un hasard si les nouveaux programmes de l'école élémentaire intègrent très largement cette dimension comme ceux d'histoire-géographique et de sciences de la vie et de la terre au collège.

Elle est aussi présente dans le fonctionnement des écoles, des collèges et des lycées avec la mise en place de chartes d'établissement ou le développement des labels « Haute qualité environnementale » et « Ecocollège ».

Enfin, l'éducation au développement durable prend la forme de partenariats toujours plus nombreux entre les écoles, les établissements et les acteurs associatifs et institutionnels. Dans ce domaine, j'ai en particulier à l'esprit les nombreuses interventions de l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) au sein des établissements scolaires.

Nous ne pouvons bien sûr que nous réjouir de ces évolutions. Mais je crois qu'il faut surtout les conforter et aller encore plus loin pour faire comprendre à nos élèves les enjeux du développement durable et leur offrir la possibilité d'en être partie prenante. Pour y parvenir, je veux travailler simultanément dans cinq directions :

1. Je veux d'abord intégrer les principes de l'éducation au développement durable dans la réforme du lycée. Il ne s'agit pas de créer une discipline nouvelle mais plutôt de permettre à nos élèves, qui demandent aujourd'hui davantage d'autonomie, de faire preuve de civisme et de s'engager dans des actions concrètes en faveur de la planète.

2. Je veux ensuite, dans le cadre de la valorisation de l'enseignement professionnel, développer des filières de formation qui intègrent les principes de l'EDD. Ils sont aujourd'hui très largement présents dans l'apprentissage des gestes professionnels, et parallèlement les cursus tournés vers les métiers du développement durable rencontrent un succès croissant. C'est une dynamique particulièrement riche qui doit être encouragée.

3. Je souhaite aussi promouvoir le concept d'établissement exemplaire. Mon objectif est de travailler avec les associations d'élus afin d'élaborer avant la fin de l'année scolaire une charte nationale pour favoriser les pratiques durables, qu'il s'agisse des achats, de la restauration ou encore des déplacements des enseignants.

4. Je veux aussi renforcer la formation des enseignants en matière d'éducation au développer durable y compris en mobilisant toutes les ressources de formation en ligne. Il serait également possible de créer une plateforme d'échanges de bonnes pratiques pour la communauté éducative puisse s'informer et agir à son tour.

5. J'envisage enfin de favoriser la création d'une fondation pour l'éducation au développement durable. Il s'agirait de disposer d'une structure qui pourrait regrouper des mécènes, entreprises et collectivités, tournés vers un objectif commun : la promotion du développement durable à l'école. Les fonds ainsi recueillis permettraient d'engager des actions concrètes dans les établissements, dans le respect des principes de l'éducation au développement durable définis par le ministère.

Vous le voyez, l'Éducation nationale est résolue à aller plus loin pour que le développement durable soit non seulement une réalité pour tous les élèves mais également un projet partagé par la communauté éducative tout entière. Je serai d'autant plus attentif à l'avancée de ce dossier que je suis plus que jamais convaincu que c'est à l'école que se joue l'avenir du développement durable.

Je vous remercie.

Mise à jour : octobre 2008

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

Handicap, tous concernés

Le handicap


calendrier
 
 
     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter



picto accessibilité sourds et malentendants