Les publications de la Depp

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance [DEPP] conçoit et produit des données et indicateurs sur la situation du système éducatif français.

Les publications du ministère présentent des données complètes et actualisées. Elles sont l'aboutissement d'enquêtes systématiques ; elles comportent aussi des séries d'indicateurs analytiques, des études ciblées ou des réflexions méthodologiques.

  

 

Recherche

Les indicateurs de résultats des lycées

Effectuez une recherche par ville, établissement et voie de formation
Les indicateurs de résultats des lycées

  • En 2015-2016, l'absentéisme touche en moyenne 4,5 % des élèves du second degré public Note d'information
    En 2015-2016, dans les établissements publics du second degré, 4,5 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d'absentéisme moyen est de 2,8 % dans les collèges, de 5,1 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 13,8 % dans les lycées professionnels (LP).Comme chaque année, ce taux augmente au cours de l’année scolaire et il varie aussi fortement d’un établissement à l’autre : en janvier 2016, l’absentéisme touche moins de 2,1 % des élèves dans la moitié des établissements, alors que, dans un établissement sur dix, il dépasse 13,2 %. Ces 10 % d’établissements les plus touchés concentrent la moitié des élèves absentéistes.Du fait de leurs absences, quel que soit le motif, les élèves perdent en moyenne 6,4 % de temps d’enseignement. Lorsque seules les absences non justifiées sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu passe à 1,4 %.Dans 90 % des départements, moins de 1 % des élèves sont signalés pour absentéisme aux directions académiques.
    mars 2017

  • Examens professionnels du second degré - Session 2016 : un taux de réussite en hausse avec plus de 83 % de réussite Note d'information
    À la session 2016, 649 800 candidats se sont présentés aux examens professionnels des niveaux IV et V et 539 800 d’entre eux les ont réussis. Le taux global de réussite, en hausse par rapport à la session précédente, atteint 83,1 %.L’ensemble des diplômes est concerné : le taux de réussite des bacheliers professionnels atteint 82,5 % contre 80,5 % à la session précédente, celui au CAP progresse de 0,4 point, pour atteindre 84,2 %.176 890 élèves présentent un BEP en tant que certification intermédiaire à l’issue de la première professionnelle avec un taux de réussite de 83,3 %, en progression de 2,1 points par rapport à la session 2015. D
    mars 2017

  • Diplôme national du brevet 2016 : près de neuf candidats sur dix obtiennent leur diplôme Note d'information
    En 2016, 87,3 % des candidats au diplôme national du brevet (DNB) ont réussi l’examen, soit 1 point de plus qu’à la session 2015. Les meilleurs résultats sont obtenus par les candidats de la série générale, avec un taux de réussite de 87,9 %, soit 0,7 point de plus par rapport à 2015. Les 9 % de candidats qui présentent la série professionnelle sont 81,5 % à obtenir leur diplôme, soit 3,9 points de plus qu’à la session précédente.Dans la série professionnelle, deux tiers des candidats ont du retard dans leur scolarité lorsqu’ils se présentent à l’examen. C’est le cas de moins de deux candidats sur dix dans la série générale. L’origine sociale marque aussi fortement le succès au brevet : 97 % des enfants issus d’un milieu très favorisé réussissent leur examen contre 79 % des enfants issus d’un milieu défavorisé, soit près de 20 points d’écart.Les élèves de troisième qui échouent au DNB obtiennent des notes moyennes très faibles aux épreuves finales (3,4/20 en mathématiques et 6,3/20 en français). En outre, dans six cas sur dix, ils ne valident pas le socle commun de compétences.
    mars 2017

  • Géographie de l'École, douzième édition, 2017 Statistiques - publications annuelles
    Comment se répartissent les élèves ? La taille des classes dans les écoles varie-t-elle sur le territoire ? Où l’enseignement privé est-il le moins implanté ? L’espérance d’obtenir le baccalauréat est-elle la même dans toutes les académies ? C’est à ces questions que répond Géographie de l’école, dont c’est la douzième édition. L’ouvrage décrit le système d’éducation et de formation en mettant en lumière les disparités territoriales.
    Édition 2017

  • Résultats définitifs de la session 2016 du baccalauréat : stabilité de la réussite dans les voies générale et technologique, progression dans la voie professionnelle Note d'information
    Avec 715 200 candidats et 633 500 bacheliers, le taux de réussite atteint 88,6 % à la session 2016 : 91,5 % en général, 90,7 % en technologique et 82,5 % en professionnel. Il progresse uniquement dans la voie professionnelle (+ 2 points). La proportion de bacheliers dans une génération fluctue autour de 78 % depuis trois sessions. Elle augmente cette année de 0,9 point grâce à la progression du nombre de candidats dans la voie générale et dans une moindre mesure à l’amélioration de la réussite dans la voie professionnelle. Elle atteint 78,8 % en 2016.À la session 2016, l’espérance d’obtenir le baccalauréat pour un élève de sixième sous statut scolaire est la plus forte dans les académies d’Île-de-France, de Corse, de Lyon, de Martinique, de Nancy-Metz, de Rennes et de Toulouse. Dans toutes les académies, les voies générale et technologique sont prépondérantes dans l’accès au baccalauréat des jeunes de sixième.Comparé aux autres voies, l’accès à l’oral de rattrapage est moins fréquent pour les candidats de la voie professionnelle, et la réussite y est beaucoup moins importante.
    mars 2017

  • Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur. Édition 2017 Statistiques - publications annuelles
    A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, cette série de données statistiques renseigne sur la réussite comparée des filles et des garçons depuis l’école jusqu’à l’entrée dans la vie active. Elle met en évidence des différences selon les sexes en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d’orientation et de poursuite d’études entre filles et garçons, qui auront des incidences ultérieures sur l'insertion dans l'emploi ainsi que sur les inégalités professionnelles et salariales entre les femmes et les hommes.
    Édition 2017

  • Prévisions d'effectifs d'élèves du second degré pour les années 2017 et 2018 Note d'information
    Les effectifs du second degré vont augmenter en 2017 et 2018, avec une prévision de 50 000 élèves de plus à la rentrée 2017 et de 17 000 à la rentrée 2018. Ces évolutions sont liées à la démographie, les générations nées en 2006 et 2007 qui arriveront dans les établissements du second degré aux rentrées 2017 et 2018 étant plus importantes que celles qui les quitteront. Les formations générales et technologiques en lycée connaîtront une forte hausse à la rentrée 2017 (environ 30 500 élèves supplémentaires) tandis qu’une baisse modérée (d’environ 4 500 élèves) pourrait se produire à la rentrée 2018. Les formations en collège gagneront des élèves aux rentrées 2017 (de l’ordre de 26 000) et 2018 (environ 29 500).
    mars 2017

  • Prévisions d'effectifs d'élèves du premier degré : après la stabilisation de 2016, les effectifs devraient baisser en 2017 et 2018 Note d'information
    Le nombre d’élèves dans le premier degré devrait s’établir à 6 791 700 à la rentrée 2017 et à 6 761 600 à celle de 2018 ; il était de 6 806 000 à la rentrée 2016, stable par rapport à 2015. À la rentrée 2017, le nombre d’élèves dans le premier degré devrait baisser pour la première fois depuis 2011, essentiellement pour des raisons démographiques. Cette baisse devrait continuer à la rentrée 2018. Elle affectera aux deux rentrées les niveaux préélémentaire et élémentaire. Le baisse en préélémentaire devrait être particulièrement importante à la rentrée 2018.
    mars 2017

  • Après leur entrée en sixième en 2007, près de quatre élèves de Segpa sur dix sortent diplômés du système éducatif Note d'information
    Parmi les élèves entrés en sixième en 2007, 3,4 %, soit plus de 28 000, ont intégré une classe de Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté) au cours du collège. Les élèves de Segpa sont plus fréquemment des garçons, et des enfants issus d’une famille nombreuse et de milieu défavorisé. La quasi-totalité d’entre eux a connu un redoublement à l’école primaire, en CP pour la moitié d’entre eux.Sur les 28 000 élèves de Segpa, 37 %, ont obtenu un diplôme huit ans après leur entrée en sixième. Dans l’immense majorité des cas, il s’agit du CAP, très rarement d’un baccalauréat professionnel. Une part importante des élèves de Segpa (58 %) est sortie du système scolaire sans obtenir un diplôme. Certains ont abandonné leur scolarité avant d’atteindre la classe de troisième Segpa ou à la fi n du collège, d’autres durant la préparation d’un diplôme professionnel.
    janvier 2017

  • Liste thématique des Notes d'Information année 2016 Note d'information
    Chaque Note d'information fait le point sur l'un des aspects du système éducatif français. Elle actualise les données statistiques disponibles et donne l'essentiel des dernières exploitations d’enquêtes ou d’études. D
    janvier 2017

 
Études et statistiques de la Depp

  • Publications
  • Données publiques
  • Diffusion de l'information statistique
  • Définitions des termes et indicateurs statistiques

Études et statistiques de la Depp
 

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Réviser le bac



Consultez les dates des vacances scolaires :

Les dates des vacances scolaires

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi :
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

saisir les services de l'État

Saisir les services de l'État



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE