Enseignements primaire et secondaire

Le Bulletin officiel de l'éducation nationale publie des actes administratifs : décrets, arrêtés, notes de service, etc. La mise en place de mesures ministérielles et les opérations annuelles de gestion font l'objet de textes réglementaires publiés dans des B.O. spéciaux.

 
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Série sciences et technologies du management et de la gestion - sections Esabac

Programmes d'enseignement de management des organisations et de langue, culture et communication

NOR : MENE1618731A
arrêté du 4-7-2016 - J.O. du 19-7-2016
MENESR - DGESCO MAF 1


Vu accord du 24-2-2009 ; protocole additionnel complémentaire à l'accord du 24-2-2009 du 6-5-2016 ; code de l'éducation, notamment articles D. 334-23, D. 334-24 et D. 421-143-1 à D .421-143-5 ; arrêté du 29-9-2011 ; avis du CSE du 30-6-2016

Article 1 - Le programme d'enseignement de management des organisations dans les sections Esabac en série STMG est fixé conformément à l'annexe I du présent arrêté.

  

Article 2 - Le programme d'enseignement de langue, culture et communication, dans les sections Esabac en série STMG est fixé conformément à l'annexe II du présent arrêté.

  

Article 3 - Les dispositions du présent arrêté sont applicables à compter de la rentrée scolaire 2016.

  

Article 4 - La directrice générale de l'enseignement scolaire est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  

Fait le 4 juillet 2016


Pour la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
et par délégation,
La directrice générale de l'enseignement scolaire,
Florence Robine

Annexe I

Programme de management des organisations dans les sections Esabac en série STMG

  

I. Indications générales

L'enseignement de management vise à donner, aux élèves de première et terminale Sciences et technologies du management et de la gestion, une culture commune et une représentation du fonctionnement réel des entreprises. Ce programme de convergence entre les séries italiennes et françaises se centre volontairement sur les entreprises, mais il est possible d'étendre l'analyse à d'autres types d'organisations, notamment pour assurer les liens nécessaires avec les autres enseignements.

La dimension culturelle de cet enseignement apportera à terme aux élèves un éclairage plus distancié en développant progressivement leur sens critique par l'analyse de concepts et de pratiques de management. Le management participe aussi à la formation du citoyen en permettant à l'élève de mieux comprendre l'environnement organisationnel auquel il est quotidiennement confronté.

1. Positionnement

L'enseignement du management a pour objectif de faire découvrir aux élèves, à partir de l'observation et de l'analyse du fonctionnement réel des entreprises, les concepts fondamentaux du management stratégique qui permettent à une organisation ouverte sur son environnement d'assurer sa pérennité et son développement.

Le programme de management constitue le socle des enseignements technologiques en classe de STMG. En classe de première, il est étroitement articulé avec celui de sciences de gestion, puis en classe terminale avec les enseignements de spécialités. Le management privilégie une approche stratégique. Il est complété par l'enseignement de sciences de gestion qui vise, dans le cadre de la stratégie définie, à orienter et coordonner les ressources des organisations vers la recherche de la performance.

Il doit également être mis en relation avec les programmes d'économie et de droit qui décrivent l'environnement économique et juridique dans lequel évoluent les organisations.

L'enseignement du management offre à chaque élève un cadre de référence qui l'aide à construire son projet professionnel et favorise la poursuite d'études dans le domaine des sciences de gestion.

2. Principes généraux

Le programme suit la logique suivante :

Il commence par définir les deux notions fondamentales de cet enseignement que sont l'entreprise et le management. Il se poursuit par la découverte des finalités et diversités des entreprises. Il aborde ensuite les deux premières fonctions du management stratégique (pilotage et contrôle, ainsi que l'organisation de la production).

La troisième fonction (animation et mobilisation des hommes) ainsi que l'analyse stratégique sont abordées dans la continuité des deux premières fonctions.

La quatrième fonction (de direction) est prise en compte dans plusieurs thèmes du programme.

La construction des notions prévues au programme et l'étude des pratiques managériales ne peuvent se concevoir de façon théorique. Elles doivent nécessairement passer par une observation et une analyse de situations réelles. Elle doit s'appuyer sur des problématiques qui mettent en évidence le caractère très contingent de ces pratiques, les débats qui entourent la discipline et les enjeux, notamment sociétaux, qu'elles révèlent.

Cela implique des méthodes de travail qui supposent :

- l'observation et la description des entreprises présentées, dans leur fonctionnement, dans des situations réelles ou didactisées,

- l'utilisation systématique de supports faisant référence à des exemples tirés de la réalité, issus de sources variées (entretiens avec des professionnels, articles de presse, ressources Internet, visites d'entreprises, jeux sérieux...),

- la production de synthèses, commentaires et argumentations écrits ou oraux.

On privilégie des cas et des comparaisons d'entreprises italiennes et/ou françaises.

L'élève doit maîtriser les connaissances, les concepts et des méthodes propres au corpus constituant la discipline.

En proposant des réponses argumentées, il doit :

- analyser des situations managériales en mobilisant les concepts de management,

- analyser des propositions d'amélioration à partir de situations contextualisées,

- développer son sens critique vis-à-vis des pratiques et des méthodes de management.

  

II. Programme

Le programme est organisé autour de cinq thèmes généraux comportant chacun une partie introductive qui précise le sens global du thème ainsi que les capacités attendues des élèves. Chaque thème est ensuite présenté sous la forme d'un tableau à trois colonnes dont il convient de bien comprendre le sens :

La première colonne précise les sous-thèmes étudiés en posant une problématique à laquelle une réponse doit être apportée ;

La deuxième colonne présente les notions qui doivent être étudiées ;

La troisième colonne aide à mieux cerner le sens de la problématique posée, les notions associées devant permettre de développer les capacités de l'élève énoncées en introduction.

 

THÈME

NOTIONS

CONTEXTE ET FINALITÉ DE L'ÉTUDE

1. Le rôle du management dans la gestion des entreprises

Ce thème permet d'introduire et d'articuler entre elles les deux notions fondamentales du programme : les entreprises et le management. L'objectif est d'une part de faire comprendre l'intérêt de l'action collective organisée, et d'autre part, d'appréhender la globalité du management à travers ses grandes fonctions et la diversité des entreprises. Il s'agit également de mettre en évidence quelques-uns des grands enjeux actuels du management.

L'élève doit être capable de :

- distinguer action individuelle et action collective ;

- repérer les éléments constitutifs d'une entreprise ;

- repérer dans une entreprise (PME) les problèmes de gestion qui se posent ;

- caractériser une entreprise ;

- identifier les finalités de l'entreprise ;

- repérer les décisions relevant du management stratégique et celles relevant du management opérationnel ;

- identifier les principaux acteurs décisionnels ;

- identifier les facteurs pouvant agir sur les décisions managériales.

1.1 Qu'est-ce qu'une entreprise ?

- Action collective, objectifs

- Groupe organisé, organisation

- Éléments caractéristiques d'une entreprise : finalité, nature de l'activité, statut juridique, ressources, répartition du pouvoir, champ d'action géographique

L'étude d'une organisation, telle que l'entreprise commence par la distinction entre action individuelle et action collective organisée. Cette dernière suppose la constitution d'un groupe de personnes qui ont un objectif commun et qui s'organisent pour l'atteindre. L'action collective se justifie par une plus grande efficacité que l'action individuelle.

Le passage de l'action collective à l'organisation implique la durée et généralement la nécessité de se mettre en conformité avec des contraintes juridiques.

La constitution d'une organisation telle qu'une entreprise, implique de mobiliser des ressources, définir et coordonner les actions de chacun, faire circuler l'information, prendre des décisions, fixer des règles.

1.2 La finalité de l'entreprise se limite-t-elle à la réalisation d'un profit ?

- Bien, service

- Finalité lucrative, profit

- Ressources

- Valeur ajoutée et bénéficiaires

- Parties prenantes

- Pérennité

- Finalité sociale, responsabilité sociétale de l'entreprise

- Types d'entreprises : statut, taille, secteur, métier

L'entreprise produit des biens et des services pour satisfaire des besoins et créer une richesse supplémentaire. Celle-ci doit permettre d'assurer la pérennité de l'entreprise et la rémunération des différents acteurs.

Un des enjeux majeurs du management consiste à gérer les intérêts divergents des parties prenantes tout en maintenant la cohésion. L'entreprise a une finalité qui ne peut se réduire à la maximisation du profit. Se pose également la question de sa responsabilité en matière éthique, sociale et environnementale.

Les entreprises ont changé de forme au cours du temps. Il en existe aujourd'hui une grande diversité qui peut être distinguée à partir de quelques critères de base.

1.3 Qu'apporte le management à la gestion des entreprises ?

- Fonctions du management

- Management stratégique, management opérationnel

- Décisions stratégiques, décisions opérationnelles

- Facteurs de contingence

Le management est posé comme l'art de diriger une entreprise et de prendre les décisions nécessaires à la réalisation de ses objectifs. Il s'agit d'une démarche globale qui repose sur quatre grandes fonctions génériques : fixer des objectifs et contrôler, organiser, animer et diriger.

On distingue le management stratégique du management opérationnel en fonction de l'impact de la décision sur le devenir de l'entreprise et du niveau hiérarchique de la prise de décision.

Les pratiques de management se trouvent en permanence confrontées à un environnement turbulent : impact des nouvelles technologies, mutations économiques, impératifs écologiques...

Elles sont également fonction de contraintes internes : taille, technologie mise en œuvre, culture...

Il est illusoire de dégager des principes de management universellement applicables, susceptibles de s'adapter à toutes les situations.

 

THÈME

NOTIONS

CONTEXTE ET FINALITÉ DE L'ÉTUDE

 

2. Le management stratégique : le choix des objectifs et le contrôle stratégique

Avec ce thème commence l'étude des principales fonctions du management stratégique. Manager une entreprise débute par la formulation des objectifs stratégiques en relation avec sa finalité. Pour atteindre ces objectifs, les dirigeants prennent des décisions qui vont engager l'entreprise sur le long terme sans toutefois avoir une connaissance parfaite de l'environnement et encore moins de son évolution. Le besoin d'exercer un contrôle régulier, stratégique, sur les résultats obtenus et les écarts constatés est une nécessité. Un pilotage stratégique efficace d'une entreprise impose de ce fait l'existence d'un système d'information fiable qui peut constituer un véritable avantage concurrentiel.

L'élève doit être capable de :

- identifier les objectifs et les décisions stratégiques ;

- repérer les facteurs environnementaux influençant la stratégie (micro et macro environnement) ;

- relier choix stratégiques, finalités, environnement et ressources de l'entreprise ;

- analyser le processus de prise de décision et ses limites ;

- définir des critères d'évaluation ;

- analyser les résultats du contrôle stratégique ;

- repérer le rôle du système d'information dans le processus de prise de décision.

 

2.1 Quels objectifs stratégiques ?

- Objectifs stratégiques

- Microenvironnement et macroenvironnement

Les objectifs stratégiques sont déterminés par la finalité de l'entreprise. Ils dépendent à la fois des ressources dont elle dispose et de son environnement.

Si ce dernier peut être source d'opportunités, il peut être aussi facteur de contraintes. L'appréhension de l'environnement est d'autant plus complexe qu'il est instable.

2.2 Sur quoi portent les décisions et comment sont-elles prises ?

- Décisions stratégiques

- Offre

- financement des investissements

- Information et information imparfaite

- Planification stratégique

- Outils prévisionnels et décision

Compte tenu des objectifs fixés, le management consiste à faire des choix stratégiques qui engagent l'entreprise sur le long terme et déterminent particulièrement son offre (bien et service marchand). Dans ce cadre, l'entreprise effectue des choix de financement pour ses investissements. 

Les décisions sont prises dans un contexte donné compte tenu de l'information disponible, de sa qualité et de la capacité à la traiter.

Ces décisions sont intégrées dans un processus planifié ou émergent en fonction des circonstances.

Pour l'entreprise, ces orientations sont d'abord définies au niveau global et ensuite par métiers. 

2.3 Un contrôle stratégique s'impose-t-il ?

 

- Contrôle stratégique

- Critères quantitatifs et qualitatifs d'évaluation

- Indicateurs de gestion et performance financière

- Veille stratégique

- Actions correctrices

Tout au long de la mise en œuvre des décisions stratégiques, la fonction de pilotage doit prendre en compte le niveau de réalisation des objectifs, ce qui suppose le choix de critères d'évaluation.

Le contrôle peut porter également sur une vérification des hypothèses initiales. Il suppose la mise en place d'une veille.

L'analyse des résultats obtenus conduit à engager les adaptations nécessaires en termes d'objectifs et de moyens à mettre en œuvre.

Le contrôle stratégique peut aboutir à un maintien ou une redéfinition de la stratégie de l'entreprise.

3.4 Le système d'information contribue-t-il à l'efficacité de la prise de décision ?

- Système d'information

- Qualités du système d'information

- Aide à la décision

La prise de décision et le contrôle stratégique supposent la mise en place d'un système d'information (SI) fiable. Dans un environnement instable, ce système d'information constitue une aide à la décision pour les dirigeants et permet de diminuer le niveau d'incertitude.

La qualité du SI participe à la qualité de la prise de décision et ainsi à la performance de l'entreprise. Il permet aussi à l'entreprise d'adresser des informations à son environnement.

Le SI n'est plus un simple instrument d'assistance au bon fonctionnement de l'entreprise mais un véritable levier de l'avantage concurrentiel.

 

THÈME

NOTIONS

CONTEXTE ET FINALITÉ DE L'ÉTUDE

 

3. Le management stratégique : l'organisation de la production

Le mode de production dans une entreprise est en partie contraint par la nature du produit et de ce point de vue les choix managériaux sont limités. En revanche, les décisions stratégiques relatives à la démarche qualité, à l'organisation du travail et aux modes de coordination mis en œuvre sont déterminantes. Elles vont notamment avoir des conséquences en matière de compétitivité et de réactivité.

L'élève doit être capable de :

- identifier et justifier le mode de production choisi par une entreprise ;

- présenter les avantages et les inconvénients de l'externalisation de la production ;

- dégager les enjeux de la qualité ;

- caractériser l'organisation du travail ;

- identifier et justifier le type d'organisation du travail choisi ;

- apprécier le degré de décentralisation du pouvoir de décision ;

- identifier les mécanismes de coordination mis en place ;

- identifier et justifier le choix d'une configuration structurelle rigide ou souple.

 

3.1 Quel mode de production choisir ?

- Fabrication à l'unité, en série, en continu

- Production de biens, production de services

- Externalisation

- Flux tendus, flux poussés

- Démarche qualité

Les choix stratégiques portent sur les modes de production de biens ou de services, les méthodes à mettre en œuvre, la logistique à déployer, et sur le recours ou non à l'externalisation. La qualité constitue un enjeu majeur à tous les stades de la production.

3.2 Une organisation du travail souple ou rigide ?

- Division du travail

- Taylorisme, toyotisme

- Polyvalence, flexibilité

- Enrichissement des tâches

Dans toutes les entreprises, la division du travail apparaît, à un moment donné, comme une nécessité. Certaines organisations du travail favorisent la polyvalence quand d'autres séparent distinctement les tâches de conception des tâches d'exécution. Il résulte de l'ensemble de ces choix des organisations du travail plus ou moins flexibles.

3.3 Comment assurer la cohérence de l'ensemble ?

- Modes de coordination

- Centralisation, décentralisation du pouvoir de décision

- Délégation d'autorité

- Structure rigide, structure souple

La multiplicité et la complexité des tâches qui accompagnent la croissance de l'entreprise impliquent généralement de faire évoluer les modes de coordination.

À un certain niveau, les mécanismes de coordination s'accompagnent d'une délégation du pouvoir de décision. Cette délégation peut également correspondre à un choix managérial du dirigeant.

Le management stratégique vise alors à s'assurer que ces décisions déléguées au niveau opérationnel s'articulent logiquement avec les décisions stratégiques.

De l'ensemble de ces choix de modes de coordination découlent des configurations structurelles souples ou rigides.

 

THÈMES

NOTIONS

CONTEXTE ET FINALITÉ SENS DE L'ÉTUDE

4. Le management stratégique : les choix en matière d'animation et de mobilisation des hommes

Ce thème aborde la diversité des acteurs dans les entreprises et les interrelations complexes qu'ils entretiennent. Une fonction majeure du management porte sur l'animation et la mobilisation de l'ensemble de ces acteurs. Sur le plan stratégique, les compétences qui vont définir le savoir-faire de l'entreprise sont source d'un avantage concurrentiel. En conséquence, il faut acquérir ces compétences et les préserver tout en s'efforçant de conserver la flexibilité et de limiter les coûts. La politique de rémunération et les autres moyens de motivation du personnel constituent autant de variables stratégiques.

La responsabilité sociale de toute entreprise est au cœur de ces débats.

L'élève doit être capable de :

- identifier les différents acteurs, leurs rôles et leurs intérêts ;

- identifier les différents types et styles de direction ;

- déterminer les objectifs d'une politique de l'emploi et identifier ses contraintes ;

- déterminer les moyens d'une politique de management des compétences et d'adaptation aux besoins de l'entreprise ;

- définir les objectifs et les contraintes d'une politique de rémunération ;

- identifier les facteurs de motivation ;

- relier responsabilité sociale de l'entreprise et performance.

4.1 Le management peut-il tenir compte de l'intérêt de tous les acteurs de l'entreprise ?

- Dirigeants d'entreprise

- Styles de direction

- Salarié

- Cadre, employé, ouvrier

- Délégué du personnel, délégué syndical

- Associé, actionnaire, propriétaire

 

Les organes de direction ainsi que le statut du dirigeant-manager varient selon les types d'entreprises. Le management est exercé avec un certain style qui résulte d'une combinaison de la personnalité des dirigeants et des composantes propres à l'entreprise qu'ils conduisent.

En matière d'animation et de mobilisation des hommes, le manager doit prendre en compte la diversité des acteurs au sein de l'entreprise.

Ces acteurs tiennent chacun des rôles dont les objectifs sont à la fois complémentaires et antagonistes. Toutefois, un même individu peut appartenir à plusieurs groupes et tenir plusieurs rôles, ce qui peut être générateur de tensions pour lui-même et pour le groupe.

Chaque acteur (individu ou groupe) agit en vue de réaliser au mieux ses objectifs.

Le management vise à concilier les objectifs de l'entreprise avec ceux de ces différentes parties prenantes.

4.2 Comment orienter le management des emplois et des compétences selon les besoins de l'entreprise?

- Gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences

- Marché interne, marché externe

- Statut de l'emploi

- Flexibilité des ressources humaines

- Politique de formation

 

 

 

Les entreprises doivent commencer par prévoir les qualifications et les compétences individuelles dont elles auront besoin pour mettre en œuvre la stratégie définie.

La gestion stratégique de l'emploi et des compétences consiste à adapter les ressources humaines aux besoins immédiats et futurs de l'entreprise tant au niveau quantitatif que qualitatif.

Ces compétences pourront être recherchées en interne (recrutement interne et formation continue) ou en externe (recrutement externe).

Afin de répondre rapidement aux évolutions de l'environnement, les entreprises peuvent recourir à différentes formes juridiques de la relation de travail afin d'accroître la flexibilité.

La formation constitue une forme d'investissement mais également un axe privilégié pour développer la polyvalence des ressources humaines.

4.3 Peut-on entretenir durablement la motivation des hommes par la seule rémunération ?

 

 

- Politique de rémunération

- Modes de rémunération

- Individualisation de la rémunération

- Rémunération globale

- Facteurs de motivation

- Culture de l'entreprise

- Stress au travail

La politique de rémunération vise à rétribuer selon un principe d'équilibre contribution/rétribution. Elle est aussi un moyen de mobiliser et fidéliser le personnel pour conserver des compétences clés et assurer une certaine stabilité au sein de l'entreprise. Elle doit tenir compte de contraintes diverses : la maîtrise des coûts, la loi et les conventions collectives ainsi que le maintien de la cohésion sociale.

De profondes évolutions traversent la politique de rémunération. Elles se traduisent notamment par l'individualisation de la rémunération et la diversification de ses composantes.

Si la rémunération est un des facteurs de motivation, le manager doit également veiller à satisfaire les besoins d'appartenance, de reconnaissance et d'épanouissement des individus.

La culture de l'entreprise permet d'assurer la cohésion de ses membres autour de valeurs partagées. Elle participe à l'implication des acteurs au sein de l'organisation.

Cependant, certaines pratiques de management sont génératrices de stress occasionnant de la souffrance au travail dont les manifestations prennent des formes différentes.

 

 

THÈMES

NOTIONS

CONTEXTE ET FINALITÉ DE L'ÉTUDE

 

5. Du diagnostic aux stratégies des entreprises

L'objectif de ce thème est de donner une vue d'ensemble de la notion de processus stratégique. Sur la forme, il doit comporter un diagnostic complet nécessaire à la prise de décision. L'accent est mis sur la complexité de l'environnement, sur les évolutions rapides qui le rendent difficilement prévisible et auxquelles l'entreprise se trouve constamment confrontée. Positionnée sur un marché concurrentiel, l'entreprise doit se distinguer de ses concurrents. Le processus stratégique lui permet d'identifier un avantage concurrentiel à partir duquel elle va construire sa stratégie.

L'élève doit être capable de :

- repérer les étapes successives d'un processus stratégique ;

- identifier le métier de base de l'entreprise et repérer ses domaines d'activité stratégiques ;

- caractériser les compétences et les ressources disponibles ;

- repérer l'avantage concurrentiel à partir de l'analyse des compétences et des ressources ;

- repérer des éléments de diagnostic interne et/ou externe ;

- repérer et analyser les choix stratégiques d'une entreprise.

 

5.1 Comment émergent les grandes orientations stratégiques ?

 

 

 

 

- Stratégie globale

- Processus stratégique

- Domaine d'activité stratégique

- Analyse du marché

- Avantage concurrentiel

- Compétences distinctives

 

La stratégie doit permettre d'accroître la cohérence entre la finalité de l'entreprise et son environnement par définition évolutif. Elle s'appuie sur un ensemble d'objectifs et de décisions qui engagent le devenir de l'entreprise.

Le processus stratégique décrit la combinaison des différentes phases qui vont aboutir à la définition de la stratégie.

Pour l'entreprise, le processus stratégique est centré sur son ou ses métiers et sur les domaines d'activités stratégiques (D

 

AS). Il s'appuie sur un avantage concurrentiel fondé sur des compétences distinctives. Les outils d'analyse et de connaissance du marché éclairent et fondent les choix stratégiques.

5.2. Quelles sont les composantes du diagnostic stratégique ?

- Diagnostic interne

- Diagnostic externe

L'évaluation de la situation stratégique de l'entreprise se fait par le biais d'un double diagnostic :

Du point de vue interne, il consiste à recenser les forces et les faiblesses du fonctionnement de l'entreprise, notamment en termes de ressources (humaines, financières, matériel, système d'information...).

Du point de vue externe, il consiste à identifier les menaces et opportunités de l'environnement et à anticiper son évolution.

 

5.3 Quelles sont les principales options stratégiques pour les entreprises ?

- Spécialisation, diversification

- Domination par les coûts, différenciation

- Externalisation, intégration

- Internationalisation, localisation

Le diagnostic stratégique aboutit pour l'entreprise à l'identification d'un ou plusieurs avantage(s) concurrentiel(s) sur lesquels les choix stratégiques reposent. Toutefois, ces avantages concurrentiels sont susceptibles d'être remis en cause à tout moment.

Malgré la diversité des stratégies observables, il est possible de les regrouper autour de quelques stratégies types.

Ces choix sont en partie contraints par l'influence des parties prenantes.

 

Annexe II

Projet de programme de langue, culture et communication dans les sections Esabac en série STMG

I. Préambule

Le parcours de formation intégrée préparant à la double délivrance de l'Esame di stato et du baccalauréat se situe dans la continuité de la formation générale reçue, dans l'optique d'un enrichissement mutuel à dimension européenne.

Les sections Esabac technologiques entendent développer une compétence de communication reposant sur les savoirs et les savoir-faire langagiers et favoriser l'ouverture à la culture de l'autre par l'approfondissement de la découverte de la civilisation du pays partenaire. La dimension interculturelle ainsi construite contribue à valoriser les racines communes tout en en appréciant la diversité.

Pour permettre l'acquisition de cette compétence complexe, le parcours de formation intégrée établit des relations entre les cultures française et italienne en s'appuyant sur l'étude d'un programme d'enseignement de langue, culture et communication.

II. Objectifs

Le programme du cycle terminal des sections Esabac technologiques s'inscrit dans la continuité du programme de la classe antérieure. Il prend appui sur le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) élaboré par le Conseil de l'Europe et vise à développer l'autonomie de l'élève dans la pratique des langues vivantes dans les activités langagières suivantes :

- réception

  • compréhension de l'oral
  • compréhension de l'écrit

 

- production

  • expression orale en continu
  • expression écrite

 

- interaction

 

En fin de classe terminale Esabac technologique, le niveau de compétences visé est B2  (utilisateur indépendant - niveau avancé).

 

Chaque niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues renvoie à un descripteur de capacités selon chacune des activités langagières présentées ci-dessus.

Passer du niveau seuil B1 au niveau avancé B2 dans l'échelle du Cadre européen commun de référence pour les langues constitue un progrès important dans la maîtrise de la langue apprise. Si ces deux niveaux relèvent bien de celui de l'utilisateur indépendant, la différence qui les sépare représente un degré de complexité et d'autonomie supplémentaires que l'on peut résumer comme suit.

 

Au niveau B2, l'élève est capable :

- en réception :

  • de comprendre l'essentiel de messages oraux élaborés (débats, exposés, émissions radiophoniques ou télévisées, films de fiction ou documentaires) et de textes longs, sur une gamme étendue de sujets ;
  • de suivre une argumentation complexe énoncée dans un langage standard ;
  • d'effectuer un travail interprétatif qui va au-delà de l'explicite ;
  • d'identifier le point de vue du locuteur ;
  • de faire preuve d'un grand degré d'autonomie en lecture ;

- en production :

  • de s'exprimer de manière détaillée et organisée sur une gamme étendue de sujets relatifs à ses centres d'intérêts ou à ses domaines de connaissance ;
  • de présenter, reformuler, expliquer ou commenter, de façon construite, avec finesse et précision, par écrit ou par oral, des documents écrits ou oraux comportant une information ou un ensemble d'informations, des opinions et points de vue ;
  • de défendre différents points de vue et opinions et de conduire une argumentation claire et nuancée ;

- en interaction :

  • de participer à une situation de dialogue à deux ou plusieurs personnes, en s'exprimant avec spontanéité et aisance, y compris avec des locuteurs natifs ;
  • de participer à des conversations assez longues tout en réagissant aux arguments d'autrui et en argumentant.

III. Modalités organisationnelles

La construction de l'enseignement dans une perspective actionnelle permet de définir des situations de communication concrètes dans lesquelles l'élève met en œuvre des savoirs et des compétences acquis à la fois dans la langue du pays partenaire et dans l'enseignement technologique.

Dans la langue enseignée, l'approche par les cinq activités langagières doit permettre de construire un parcours d'apprentissage équilibré et cohérent.

L'utilisation du numérique contribue à augmenter le temps d'exposition à une langue authentique, dans l'établissement comme au dehors, permet d'exercer l'élève à la recherche de documents (texte, audio, vidéo) en relation avec les contenus culturels et technologiques véhiculés par la langue du pays étudié et, par le recours aux outils appropriés, d'accroître son aisance à communiquer à l'écrit et à l'oral. Le recours au numérique peut également s'avérer utile pour évaluer les compétences des élèves et assurer un suivi de leurs progrès.

L'enseignement de langue, culture et communication est de nature à encourager la mobilité vers le pays partenaire, y compris à la faveur de la période de scolarisation temporaire et/ou de stage. Il est souhaitable d'intégrer ces activités au projet d'enseignement.

IV. Lignes directrices pour les élèves français

Les contextes d'usage de la langue étudiée sont prioritairement dictés par l'entrée culturelle des programmes de séries générales et technologiques : Gestes fondateurs et mondes en mouvement.

Cette entrée est structurée autour de quatre notions/parcours intégré :

- espaces et échanges ;

- richesses patrimoniales ;

- lieux et formes du pouvoir ;

- l'idée de progrès.

   

Il convient de développer ces notions en tenant compte des objectifs technologiques propres à la série.

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET RECHERCHE

Retrouvez les textes réglementaires du Bulletin officiel de l'enseignement supérieur et de la recherche sur :
www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/bo

 
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires :

Les dates des vacances scolaires

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi :
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)

DISPOSITIF VIGIPIRATE
"sécurité renforcée - risque attentat "

Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

saisir les services de l'État

Saisir les services de l'État



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE