Tous les rapports

Partager cette page

Recherche

Vie lycéenne

Acte 2 de la vie lycéenne : vers une nouvelle démocratie
Rapport présenté à George Pau-Langevin le 26 septembre 2013 par Anne-Lise Dufour-Tonini, députée du Nord.

  • faire (re)vivre les instances de la vie lycéenne
  • mobiliser les acteurs et valoriser les élus
  • vie lycéenne un espace de la morale laïque, etc.

Acte 2 de la vie lycéenne : vers une nouvelle démocratie

les derniers rapports publiés

  • Rapport du comité de suivi national de la réforme des rythmes scolaires
    Rapport adressé à Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale par le comité de suivi national de la réforme des rythmes scolaires.Au sommaire :
    • L'ambition éducatrice : les apports et les enjeux de la réforme.
    • Le partenariat : socle et clé de la réforme.
    • Temps scolaire, temps périscolaire : utiliser au mieux les possibilité d'aménagement qu'offre la réforme.

  • Évaluation des retombées des actions partenariales et innovantes sur la maîtrise de la langue
    Les actions partenariales et innovantes sont largement investies par les enseignants comme par les élèves dans les écoles et établissements. Elles permettent des pratiques diversifiées de la langue et de la culture, offrent aux élèves l'occasion de redécouvrir l'enseignement, favorisent leur engagement et leurs apprentissages dans le domaine de la maîtrise de la langue. Elles constituent aussi un espace de créativité pour les enseignants. La valorisation des productions des élèves les encourage dans leur réussite, rejaillit sur les enseignants, sur les écoles et établissements qui ainsi tissent des liens plus solides avec leur environnement. Cependant, ces actions ne contribuent pas de façon directement mesurable à des performances scolaires et elles s'inscrivent de façon généralement aléatoire dans leur parcours de formation. De plus, leur mise en place suppose une organisation assez importante qui demande un fort investissement et peut troubler le fonctionnement des unités d'enseignement. Les pistes d'amélioration portent notamment sur l'intégration des actions à la formation et à l'évaluation des élèves, sur l'amélioration des pratiques pédagogiques. La complémentarité locale avec les partenaires comme la bonne intégration de ces actions au fonctionnement académique sont également à développer.

  • Les parcours des élèves de la voie professionnelle
    Quatre ans après la rénovation de la voie professionnelle, l'analyse des évolutions des parcours des élèves, de la fin du collège à l'enseignement supérieur, fait apparaitre deux enjeux. La voie professionnelle s'affirme comme une voie de la réussite pour les élèves qui, plus nombreux, accèdent au bac pro ou au CAP. Des parcours plus diversifiés se mettent progressivement en place. Mais le fossé se creuse avec les élèves qui continuent de sortir sans aucun diplôme, même si ces sorties n'ont pas augmenté au cours de cette période. L'accueil et la réussite dans l'enseignement supérieur d'une proportion croissante de bacheliers professionnels constituent un défi pédagogique, en particulier pour les STS qui sont pour ces élèves la voie principale d'accès mais surtout de succès, objectif qui reste fragile. Aux différents niveaux du cursus (du CAP au BTS), la réduction des sorties en cours de formation et la construction de parcours plus personnalisés demeurent des priorités.  

  • Le traitement de la grande difficulté au cours de la scolarité obligatoire
    La grande difficulté concerne des élèves très différents les uns des autres, dès avant l'entrée en sixième pour certains. À l'école primaire, c'est d'abord dans la classe ordinaire que se révèle la situation de "grande difficulté" et que les réponses sont apportées. Des aides complémentaires sont mises en place, parfois surabondantes, parfois limitées au seul soutien apporté par le maître. Parmi les aides, les RASED constituent une ressource importante, mais encore trop éloignée de ce qui se joue dans la classe. L'entrée au collège est, plus encore que pour les autres, une rupture pour l'élève en grande difficulté. La SEGPA constitue une filière à part, dérogatoire et peu inclusive, mais qui réussit à remobiliser les élèves en restaurant leur confiance en eux-mêmes et en préparant leur orientation vers la voie professionnelle. À tous les niveaux, les professeurs apparaissent démunis et expriment leur attente d'un appui et, surtout, d'une formation.

  • La structuration de la filière du numérique éducatif : un enjeu pédagogique et industriel
    Préparer la mise en œuvre de la stratégie numérique présentée par le ministre de l’éducation nationale le 13 décembre 2012, notamment dans sa dimension industrielle, est l’objectif de la mission conjointe demandée à l’IGEN, à l’IGAENR, à l’inspection générale des finances (IGF) et au conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) par les ministres de l’éducation nationale, de l’économie et des finances, du redressement productif et des PME, de l’innovation et de l’économie numérique.

  • Les EREA en 2012 : après 50 ans, des établissements oubliés ou des structures porteuses d'avenir ?
    Les Erea reçoivent majoritairement des élèves en difficulté grave et durable, de la 6e Segpa à la troisième de CAP, pour un effectif rarement supérieur à 150 élèves. Depuis le dernier texte les concernant (1995), chacun a évolué localement, en désordre. Les constats en 2013 sont nets : les Erea conduisent leurs élèves à une qualification et jouent un rôle important dans la prévention de l'échec scolaire, en particulier grâce à l'internat. Mais leur efficience reste en dessous des possibilités : les presque 25% de places vacantes doivent être utilisées, les cartes des formations (CAP) adaptées aux publics de 2013, les définitions de services des éducateurs revues, et les projets éducatifs (dont des "activités éducatives" souvent peu pertinentes) validés par les corps d'inspection.Une politique nationale claire d'évolution, qui mobilise les recteurs et renforce les fonctions de direction, doit être définie, pour que les Erea assument encore davantage leur mission.

  • Évolution des cartes de formations professionnelles et technologiques à la rentrée 2013
    Le présent rapport analyse l'évolution des cartes de formation professionnelles et technologiques entre les rentrées 2012 et 2013, évolution qui a été de faible ampleur pour le second cycle professionnel comme pour les spécialités technologiques et les BTS. Dans une deuxième partie, le rapport analyse les modalités de partenariat entre les académies et les conseils régionaux concernant l’élaboration de l’offre de formation. Il montre que chaque partenaire éprouve des difficultés semblables pour faire évoluer l’offre de formation en fonction des besoins économiques.

  • Discriminations LGBT-phobes à l'École - État des lieux et recommandations
    À l’École, l’homosexualité reste encore trop souvent un tabou. Pourtant, de nombreux jeunes LGBT fréquentent les établissements scolaires. L’âge des "coming out" et de l’affirmation de soi devient plus précoce en raison notamment de la visibilité grandissante de l’homosexualité dans la société, les médias, les séries télé et le cinéma, ainsi que de la possibilité croissante de s’identifier à des modèles (sportifs, acteurs, chanteurs, écrivains, proches). Parallèlement, grâce à l’adoption de la loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, les familles homoparentales vont désormais exister officiellement à l’École et devront être accueillies, avec leurs enfants, dans les mêmes conditions de droits et de devoirs que les autres familles.

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires.
Le calendrier scolaire

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
Le Bulletin officiel

C'est pratique



Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants



Depuis 2003, le poids des inégalités sociales sur la réussite scolaire s'est alourdi.
Que fait-on pour inverser la tendance ?