Toute l'actualité

Réunion de rentrée des recteurs, des secrétaires généraux d'académie et des IA-DASEN : discours de la ministre
Discours - Najat Vallaud-Belkacem - 24/08/2015

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, s’est adressée aux recteurs, secrétaires généraux d'académie et IA-DSDEN, lors de leur réunion de rentrée le lundi 24 août 2015.

Réunion de rentrée 2016 - discours de Najat Vallaud-Belkacem

Seul le prononcé fait foi,

Mesdames et Messieurs les rectrices et les recteurs,
Monsieur le Secrétaire général,
Mesdames et Monsieur les directeurs généraux,
Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs,
Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux d’académie
Mesdames et Messieurs les inspectrices et inspecteurs,

J’espère tout d’abord que vos vacances ont été excellentes.

Elles étaient en tout cas bien méritées au regard de votre travail de l’an passé, et, jusqu’à la veille des vacances, pour préparer une rentrée qui s’annonce, comme les trois précédentes, d’une densité et d’une richesse exceptionnelles. 

En cette rentrée 2015, la refondation de l’école de la République entre dans sa troisième année. C’est dire que nous entrons dans une phase de consolidation au cours de laquelle l’enjeu pour notre ministère va être de soutenir la mise en œuvre sur le terrain et de donner à voir les pratiques qui changent. Et nous le savons ce sont ces changements de pratiques qui produiront les changements dans les résultats de notre système éducatif.

Ces trois dernières années ont été celles de réformes menées dans le dialogue et l’efficacité, dans la concertation et la conscience de l’urgence qu’il y avait à refonder, avec patience et détermination, tous les niveaux de notre système d’enseignement.
 
Trois ans qui ont vu le budget de l’École, cette année de 65 milliards d’euros pour le primaire et le secondaire et de 23 milliards d’euros pour le supérieur, élevé au niveau des exigences de la Nation, ainsi que des réponses à apporter pour que l’École soit plus efficace et plus juste.

L’année 2015 aura été aussi celle qui, du fait du drame qui nous a touchés en janvier, a renforcé légitimement l’exigence de nos concitoyens d’une école porteuse des valeurs de la République. Cet attachement des Français à leur école et à ses missions républicaines est au fondement de la grande mobilisation lancée en janvier dernier dont vous avez porté le souffle, notamment lors des Assises du printemps, et doit plus que jamais rester au cœur de nos préoccupations.

L’École a besoin de vous. Elle ne peut se passer de la mobilisation de chacun d’entre vous sur le terrain pour que les nécessaires réformes entreprises deviennent des réalités concrètes, visibles par tous et permettent d’améliorer nos résultats. Je veux donc que vous mesuriez bien, en ce début d’année, tout ce qui est attendu de vous pour que la refondation de l’École réussisse et s’inscrive dans les pratiques quotidiennes et dans la durée.

Notre première priorité, c'est de faire réussir tous les élèves et de leur faire acquérir les connaissances et compétences fondamentales.

Nous ne pouvons pas accepter que l'école fasse le choix de trier les élèves très tôt au risque d'en abandonner une partie à l'échec et au décrochage. Aucune société moderne ne peut faire le choix de laisser de côté une partie de sa jeunesse ou se résigner à voir le niveau d’ensemble des élèves se dégrader alors que l’économie de la connaissance dans laquelle ils grandissent impose d’élever sans cesse le niveau de qualification des nouvelles générations.

C’est évidemment un choix politique. Mais c’est aussi un choix d’efficacité. Nous ne sommes pas les seuls à le dire, l’OCDE a d’ailleurs cet été souligné que nos réformes allaient dans le bon sens.

Pour n’oublier personne en chemin,  la refondation de l'école a débuté par le premier degré.

La priorité au premier degré est la priorité du gouvernement. Des moyens importants y sont consacrés et ils seront encore plus importants pour la rentrée scolaire 2016. Je vous demande de les concentrer sur les dispositifs pédagogiques qui permettent aux élèves de surmonter leurs difficultés, je pense notamment à la scolarisation des moins de trois ans dans les secteurs les plus défavorisés socialement et au plus de maîtres que de classe.

Ce sont deux dispositifs que nous devons valoriser partout car ils font sens pour nos concitoyens.

Mais il ne faut pas seulement implanter des moyens supplémentaires ; je vous demande aussi de mobiliser les équipes de circonscriptions pour que chaque dispositif soit pertinent et fasse l'objet d'une véritable réflexion pédagogique.

C'est la même exigence que nous devons avoir avec la réforme des rythmes scolaires. Au moment où cette réforme difficile s'inscrit dans la durée et où les PEDT, grâce à votre mobilisation, deviennent un instrument de travail avec les collectivités territoriales, nous devons désormais concentrer notre effort sur l'organisation des contenus pédagogiques de la semaine scolaire.

La remise en place de cinq matinées n'aura de sens que si un vrai travail se fait dans chaque école pour que les enseignements soient organisés de façon à ce que les temps d'apprentissage soient les plus efficaces. Cette réforme ne doit pas être mise en œuvre indépendamment de la réforme des programmes. La réflexion doit être globale et je vous demande de l’encourager partout et de faire remonter les initiatives que vous prenez pour valoriser l’efficacité pédagogique de la cinquième matinée.

L'étape suivante est maintenant de transformer le collège pour donner aux équipes les moyens de répondre aux besoins de leurs élèves. Vous avez compris que cette réforme s'appuie sur deux axes majeurs : donner une véritable marge d'autonomie aux équipes pédagogiques (et j'insiste sur le terme d'équipe pédagogique car cette transformation ne pourra réussir que collectivement) et faire évoluer les pratiques d'enseignement avec l'introduction de plus de temps pour l'accompagnement personnalisé et l'interdisciplinarité.

Mais vous avez pu le constater, les enseignants ont besoin d'être rassurés. Ils sont convaincus que le collège doit évoluer et en même temps, la réforme proposée suscite interrogations et craintes chez certains. Il faut donc les accompagner dans la démarche. Ce sera mon exigence pour l'année scolaire qui vient : je vous demande une implication totale dans la mise en place du plan de formation des personnels. Je vous demande de voir régulièrement les inspecteurs et les principaux, d'aller dans les collèges pour rencontrer les équipes. A nous d'expliquer, de former et de créer de l'adhésion.

Cette adhésion, nous devons aussi la rechercher chez les parents parce que nous savons tous que lorsque les adultes, professionnels et parents, partagent les mêmes objectifs, cela participe fortement à la réussite scolaire et à l’épanouissement des élèves.
Pour que le rôle des parents soit pleinement reconnu, je vous demande de sensibiliser l’ensemble des personnels sur l’importance de faire des élections de parents d’élèves un temps fort de la vie démocratique des écoles et établissements. Il  est indispensable que les élèves dès leur plus jeune âge soient associés à l’organisation et au déroulé de ces élections des  9 et 10 octobre pour qu’ils puissent vivre pleinement ce temps d’apprentissage citoyen et qu’ils puissent créer du lien entre leurs parents et l’école quand celui-ci est trop ténu voire inexistant.
Je souhaite que tous les parents et notamment les parents les plus éloignés de l’école puissent trouver leur place au sein des établissements scolaires : les espaces parents, les temps d’accueil qui leur sont réservés,  les dispositions règlementaires de 2006 vous demandant de simplifier la participation des parents aux instances de l’établissement doivent être respectés si nous voulons que la coéducation, base de l’alliance éducative qu’il faut créer, soit réelle et incarnée.

Ma deuxième priorité, et elle est indissociable de la première, est de rendre notre école plus juste.

Je ne vous réciterai pas les résultats de PISA ou d'autres enquêtes nationales, mais il faut vraiment avoir conscience que notre école est sur ce point en grave difficulté. Et ce que je vous demande n'est pas facile car la tentation est toujours pour notre société de préférer le statu quo. Donner plus à ceux qui en ont le plus besoin, est toujours l'option la plus difficile mais elle est indispensable pour que toute notre jeunesse se sente accompagnée et respectée. Etre inégalitaire en moyens pour être égalitaire en réussite, c’est une clé de l’efficacité même de notre système éducatif.

La réforme emblématique de cette politique est la réforme de l'éducation prioritaire. Elle est généralisée à cette rentrée et je vous demande de la suivre, de veiller à ce que les formations des équipes soient mises en place, que les réseaux soient animés par les corps d'inspection. Vous devez faire en sorte que cette réforme ne soit pas celle d’une cartographie mais celle de véritables avancées pédagogiques et d’une organisation toute entière dédiée à l’accompagnement des élèves.

Je veux être sûre que les moyens consacrés à ces réseaux, 300 millions d'euros, conduisent à de vrais projets pédagogiques et à attirer des personnels plus expérimentés. Après 30 ans de politique d’éducation prioritaire, c’est un enjeu essentiel.

D’autres mesures vont également prendre forme à cette rentrée et dans les mois qui viennent. Je vous demande là aussi tout votre engagement pour qu’elles se mettent en place dans les meilleures conditions possibles.

Je pense à la mobilisation pour vaincre le décrochage scolaire ; la priorité pour répondre à la demande du président la République, c’est la prévention, au sein de nos établissements, par des pratiques pédagogiques nouvelles. C’est la culture de la persévérance scolaire que nous devons inscrire dans nos pratiques, pour employer un terme emprunté à nos cousins d’outre-Atlantique.

De même, la mise en œuvre du droit au retour en formation initiale constitue une mesure essentielle pour permettre à des jeunes qui sont sortis sans qualification de notre système scolaire de bénéficier d’une véritable nouvelle chance d’acquérir une certification qui leur permettra de trouver un emploi. Nos professionnels ont un rôle essentiel à jouer et des compétences à faire valoir. Je sais que l’année scolaire sera marquée par de profondes réorganisations de nos partenaires des Conseils régionaux. Saisissons cette chance, préparez vous pour faire de la réforme territoriale une opportunité pour une action plus efficace contre le décrochage.

Enfin, nos efforts à destination des publics les plus fragiles devront être poursuivis. Vous savez et vivez dans vos territoires les ravages de l’exclusion sociale et les risques qu’elle représente pour la réussite scolaire des enfants. Le rapport sur la grande pauvreté de Jean-Paul Delahaye l’a rappelé avec beaucoup de force et des propositions concrètes, dont certaines sont mises en œuvre sans délai.

J’ai ainsi décidé d’abonder les crédits dédiés aux fonds sociaux de 20% supplémentaires cette année et cet effort sera prolongé en 2016. Nous devons aussi endiguer le non-recours aux bourses sociales en mobilisant nos équipes dans les établissements pour que toutes les familles qui peuvent y prétendre déposent leurs demandes. Une circulaire de la DGESCO sera prochainement diffusée à cet effet.

Quant aux emplois, la priorité dans l’allocation des moyens restera donnée aux écoles et établissements les plus défavorisés. Le plan pour la Seine-Saint-Denis a montré que de vrais succès pouvaient être remportés si on se donnait les moyens d’y parvenir. Je pourrais aussi citer la mobilisation en faveur de territoires ultramarins tels que Mayotte et La Guyane.

Je veux aussi cette année ouvrir le sujet de la mixité sociale au collège. Nous aurons une approche pragmatique tant il est vrai que ce sujet a moins besoin de grands discours que d’actes. Nous définirons des territoires volontaires pour mettre en œuvre les dispositions du décret du 15 juillet 2014 permettant la création de secteurs multi-collèges. Cette démarche fera l’objet d’un accompagnement scientifique permettant de généraliser les pratiques territoriales vertueuses.

Ma troisième priorité, c’est de réussir la grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République.

Les évènements de janvier, aussi terribles soient-ils, risquent de s’estomper de la mémoire collective avec le temps. Pour ma part, je sais que c’est votre engagement total qui fera que l’École restera engagée dans ce formidable défi de remettre en son sein les valeurs de la République et que les leçons du passé seront retenues.

Les mesures de la Grande mobilisation sont nombreuses et aucune ne doit être négligée car c’est la démarche d’ensemble qui fait la force de notre mobilisation et qui a retenu l’attention. Ce ministère s’est montré, comme les enseignants sur le terrain, à la hauteur de la situation et nous devons l’être dans la durée.

Je voudrais insister sur certaines mesures.

Il y a d’abord la mise en place du parcours citoyen en cette rentrée, constituée notamment du nouvel enseignement moral et civique. Nous avons un devoir de crédibilité sur cet enseignement pour lequel j’ai demandé à la DGESCO de mettre à disposition des ressources pour vos équipes.

Vous connaissez les enjeux de la transmission du sens de la laïcité. Enjeu d’autant plus important que l’instrumentalisation en ce domaine n’est jamais bien loin comme on l’a vu encore cet été avec cette question des menus des cantines scolaires.  La formation de nos équipes – je vous rappelle que 300 000 personnes doivent être formées d’ici la fin de l’année 2015 - est indispensable, de même que votre vigilance et celle des référents académiques face à tout signalement d’atteinte au principe de laïcité ou toute dérive liée à la radicalisation. Aucune équipe pédagogique ne doit se sentir isolée ou démunie sur les enjeux liés à la laïcité. Un livret dédié sera prochainement diffusé dans tous les établissements scolaires à cet effet.

L’école doit être porteuse d’une pédagogie de la laïcité auprès des élèves, à laquelle les parents doivent être associés. C’est pourquoi ils devront désormais signer la Charte de la laïcité à l’école.

Enfin, je voudrais vous dire mon attachement à la mise en œuvre concrète sur le terrain de la réserve citoyenne. Cette réserve peut être le symbole du lien que l’école entretient avec les citoyens en confiance. Il y a un effort de pédagogie à faire à l’égard des enseignants et je vous demande de le faire dès la pré-rentrée. Il y a aussi un effort de communication à l’égard de nos partenaires que vous devrez mobiliser autour de cette question. Dans le même esprit, je souhaite que vous portiez une attention particulière au recrutement et à l’accueil dès cet automne des 5 000 jeunes volontaires en service civique. C’est un enjeu important pour renforcer les actions pédagogiques et citoyennes au sein de nos établissements et concourir à la réussite du service civique universel voulu par le Président de la République.

Votre détermination, vous l’avez compris, doit être un moteur pour les équipes pédagogiques, qui, sur place, quelques fois, je le sais, sont en proie au doute.

Je veux vous dire toute ma confiance en vous en ce début d’année.  Je veux vous dire le plaisir  que j’ai à travailler avec vous pour l’École, à laquelle les Français ont un attachement si fort.

Je vous sais motivés et capables de le faire à mes côtés. Votre action volontaire et optimiste est le meilleur remède contre les tentations de l’égoïsme mais surtout du découragement qui peuvent gagner les parents comme les professionnels face à l’ampleur de la tâche qu’il nous reste encore à accomplir.

Je sais que vous aurez à cœur de mener à bien, dans chaque territoire, dans chaque établissement, dans chaque classe, cette refondation à laquelle nous consacrons tous nos efforts et toute notre conviction depuis trois ans.

Il faut redire que l’injustice sociale n’est pas une fatalité, que l’École n’est pas condamnée à ajouter sempiternellement ses propres inégalités à celle que transmet la naissance, que chacun peut contribuer, à son échelle, à condition d’y croire et d’agir en conséquence, au combat qui nous mobilise tous depuis trois ans pour une École toujours plus digne de l’estime infinie placée en elle.

Avec vous, nous permettrons aux uns et aux autres de ne jamais perdre l’essentiel de vue : le succès de chacun de nos élèves, l’égalité dans l’excellence, l’avènement toujours plus affirmé d’une École juste, apaisée, républicaine, qui apaise à son tour l’ensemble de notre société. Votre rôle est crucial pour insuffler dans l’ensemble de notre système cet optimisme de la volonté sans lequel rien de grand n’est possible.

Parce que nous croyons en ce que nous faisons, parce que nous sommes forts de ce que nous avons déjà accompli ensemble et de la certitude de ce que nous allons faire encore, je le sais, nous plaçons l’École et la République dans la voie sûre du progrès vers toujours plus d’égalité.

Je ne voudrais pas terminer mon intervention sans adresser un mot de remerciements à Claire Lovisi qui a souhaité arrêter sa mission cet été. Elle a réalisé un travail remarquable dans une académie où les réformes étaient souvent difficiles à mettre en place, je pense plus particulièrement aux rythmes scolaires. Je tenais vraiment à la remercier pour son engagement. J’en profite aussi pour souhaiter la bienvenue à son successeur Emmanuel Ethis.

Bonne journée de travail à tous.

 
Suivez en direct la conférence de presse de rentrée, mardi 25 août, dès 14h30

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, présentera l'année scolaire 2015-2016 lors de la conférence de presse de rentrée, mardi 25 août. Suivez l'événement en direct dès 14h30 depuis education.gouv.fr et sur les réseaux sociaux avec le mot-dièse #Rentrée2015.

La conférence de presse de rentrée, mardi 25 août dès 14h30

Mise à jour : septembre 2015

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires

Les dates des vacances scolaires


Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale


DISPOSITIF VIGIPIRATE "ALERTE ATTENTAT"

Consignes de sécurité applicables dans les établissements relevant du ministère



LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE