Toute l'actualité

Des initiatives innovantes contre le #décrochage dans les académies
Information - 18/11/2014

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Découvrez quelques initiatives académiques de lutte contre le décrochage scolaire particulièrement innovantes. Ces projets soutenus par la Fondation de France impliquent l'élève, les enseignants et tous ceux qui peuvent amener l'enfant sur le chemin de la réussite.

Académie d'Aix-Marseille

La culture, levier de raccrochage dans la classe Tremplin

Association Les têtes de l'art, Marseille, Bouches du Rhône

Contexte et enjeux

Implantée depuis 16 ans sur le territoire de la Belle de Mai, l'association Les Têtes de l'art agit au croisement des actions culturelles et éducatives. Le quartier intégré dans un périmètre CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) est l'un des plus précaires du secteur. Un taux de chômage élevé, la paupérisation des familles, la détérioration de l'environnement social fragilisent les élèves qui sont accueillis au collège Belle de Mai. L'absentéisme lourd concerne 17% des élèves décrocheurs. L'incivilité, voire la violence, imprègnent les relations des élèves entre eux, avec le personnel mais aussi avec les habitants et les commerçants.

L'enjeu est de remédier au processus de décrochage à l'oeuvre chez certains élèves, en les aidant dans les apprentissages scolaires mais aussi en restaurant leur estime de soi. Il vise également à améliorer le climat scolaire du collège, et à créer avec les partenaires locaux une dynamique de travail collective sur la problématique du décrochage scolaire.

Action

De septembre 2011 à juin 2013, la classe Tremplin animée par Les Têtes de l'art a accueilli 21 jeunes repérés en risque de décrochage, et répartis sur des sessions de deux semaines. La matinée, sous la responsabilité d'un professeur dédié, d'un assistant d'éducation et sous la supervision des CPE, était consacrée aux apprentissages scolaires en lien avec le programme du collégien. L'après-midi était consacrée à des ateliers de pratiques artistiques, sur la base d'un projet personnalisé pour chaque collégien en fonction de son âge et de son comportement. Encadrés par des artistes professionnels les jeunes ont pu s'exercer à l'autoportrait autour du détournement d'objets, à la fabrication de marionnettes, à la réalisation de deux films de fictions ou à la création d'une fresque.

A la fin de chaque module, chaque jeune présentait devant les professeurs et ses camarades sa production finale, en essayant d'expliquer les plus-values qu'il avait pu retirer d'une telle expérience.

La réintégration en classe se faisait de manière progressive. Un suivi des élèves a été assuré par les encadrants "fil rouge" du dispositif, après leur retour à temps complet en groupe classe.

 

Académie de Créteil

Espace CréationS

Collège Jean-Macé, Fontenay-sous-Bois, Val de Marne

Contexte et enjeux

Situé en zone d'éducation prioritaire, le collège Jean Macé accueille 630 élèves issus pour une large part de milieu défavorisé. Le collège se confronte aux difficultés de nombreux élèves dans les apprentissages scolaires, à un absentéisme important, à un climat scolaire qui se dégrade. Les équipes mènent depuis plusieurs années une politique active fondée sur une prise en charge globale et individualisée des élèves en difficulté, et développent des expérimentations comme notamment la mise en place de classes sans notes.

Centré sur la pédagogie de projet, l'Espace CréationS vise plusieurs objectifs. Grâce aux outils numériques, il offre des espaces d'expression aux élèves, tout particulièrement à ceux qui sont en échec parce que souvent, ils ne maitrisent pas la langue à l'écrit. Ils peuvent y acquérir des compétences inscrites au socle commun : créativité, expression orale, maitrise de l'outil numérique, gestion de projet, etc. Le dispositif permet de valoriser leurs démarches, de leur donner un rôle actif et reconnu, de les remotiver pour les apprentissages scolaires. Enfin, en favorisant le travail collaboratif entre élèves de tous niveaux, ainsi qu'entre élèves et adultes, il décloisonne l'institution, contribuant ainsi à améliorer le climat scolaire.

Action

Situé en face du CDI (centre documentation information), l'Espace CréationS dispose de matériels vidéo et informatiques. Grâce à ces outils, tous les élèves peuvent y développer leur projet individuel ou collectif, qu'il soit de nature culturelle, citoyenne, scolaire ou autre. Ils bénéficient d'un accompagnement adapté à leurs besoins. Ils peuvent participer à des ateliers pour se former, s'associer à des collaborateurs, faire appel à des compétences d'autres élèves repérés en tant qu' « élèves ressources », ou s'appuyer sur les ressources des partenaires locaux de l'Espace CréationS. Les élèves les plus fragiles bénéficient d'un accompagnement particulier dans les phases de construction puis de développement de leur projet, auprès d'un CPE, d'un enseignant ou d'un autre adulte de leur choix. Les enseignants ont aussi accès à l'espace pour développer les projets de classe. Lieu de coordination et de mutualisation, l'Espace CréationS est aussi celui où est conservée la mémoire de tous les projets développés
au sein du collège.

L'Espace CréationS a pour ambition de proposer un modèle d'éducation au numérique, adapté aux ressources et aux enjeux de l'école, et qui la place au coeur d'un réseau partenarial.

En savoir plus sur le collège Jean-Macé

 

Académie de Dijon

Une rénovation profonde des classes de 4ème et 3ème pour s'adapter à des élèves en grande difficulté

Lycée agricole du Morvan, Château-Chinon, Nièvre

Contexte et enjeux

Situé en zone rurale d'éducation prioritaire, le lycée agricole du Morvan développe des formations dans les secteurs de l'agriculture, de l'aquaculture, des services à la personne, de l'animation et du développement local. Il développe par ailleurs des activités de production et de transformation piscicoles en lien avec des entreprises locales, qui servent de support pédagogique pour tous les élèves.

L'établissement accueille une trentaine de collégiens en 4ème et 3ème, en échec scolaire pour la plupart, souvent très agités ou au contraire apathiques. Plusieurs souffrent de troubles dyslexiques.

Après une période de tâtonnement, l'équipe s'est engagée en 2011 dans une transformation profonde de ses pratiques, en développant un projet pédagogique et éducatif attaché à des enjeux forts: permettre aux élèves de trouver du sens aux apprentissages de retrouver le goût d'apprendre, de devenir acteurs de leur orientation, et de prendre une part active au sein de l'établissement où les deux tiers sont hébergés en internat.

Action

Dans les deux classes, un nombre restreint d'enseignants prend en charge plusieurs matières, et les plages horaires ont été étendues au-delà d'une heure pour permettre une pédagogie diversifiée et individualisée. Les élèves construisent leur progression à leur rythme, et peuvent la suivre grâce à un tableau de bord indiquant des objectifs par trimestre. Des projets concrets interdisciplinaires, l'intervention de plusieurs acteurs extérieurs, des activités extra scolaires le mercredi les remobilisent et les ouvrent sur le territoire. Dès 2012, l'accent a été mis sur l'implication des familles grâce à des rencontres régulières, formelles et conviviales, collectives et si besoin individuelles.

Deux chercheurs, l'un didacticien, l'autre psychologue clinicien, accompagnent l'équipe depuis le début, tant pour la mise en place d'une pédagogie personnalisée que pour son fonctionnement collectif. Des réunions hebdomadaires permettent aux enseignants et personnels éducatifs de confronter leurs interrogations et leurs pratiques, d'élaborer ensemble des solutions. La démarche fait aujourd'hui l'objet d'une consolidation et d'une capitalisation, pour qu'elle puisse être reprise par de nouveaux enseignants et par d'autres équipes dans l'établissement.

En savoir plus sur le lycée agricole du Morvan

 

Académie de Grenoble

Découvrir, s'approprier, construire son image

Lycée agricole privé Tricastin-Baronnies, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme

Contexte et enjeux

Le lycée agricole privé Tricastin-Baronnies assure une formation générale, technologique et professionnelle centrée autour des métiers du cheval, du paysage et de l'environnement. Il accueille 70 élèves en classe de 4ème et 3ème, en échec dans le système scolaire classique.

Certains présentent des fragilités, telles des difficultés d'apprentissage (dyslexie), d'autres ont un parcours familial et/ou social difficiles.

L'objectif est de les réconcilier avec l'école, de leur redonner confiance en découvrant leurs ressources et leurs capacités, de leur permettre de s'inscrire dans un parcours de réussite grâce à une orientation conforme à leurs aptitudes et à leurs choix personnels. "Avoir un projet et en devenir acteur, tout en s'ouvrant au monde".

Action

Les élèves sont accueillis dans des classes à effectif réduit, par une équipe d'enseignants motivés qui adoptent une approche pédagogique centrée sur l'écoute de chacun. Elle
s'enrichit de nombreux projets en lien avec l'image, l'art, le paysage, ou le sport. Ainsi les heures de "corps et communication" permettent de travailler la connaissance de soi et le schéma corporel, l'axe "ouverture au monde et à la culture" programme des cours d'histoire des arts, des sorties culturelles et des projets en lien avec des écrivains. Afin de permettre aux jeunes d'appréhender certains aspects de la vie professionnelle et pouvoir mieux envisager leur orientation, des modules "Aménagement paysager" ou "Hippologie - Équitation" leur sont proposés, ainsi que l'opportunité de faire plusieurs stages et de rencontrer des professionnels.

Un grand projet transversal et interdisciplinaire impliquant tous les élèves et tous les enseignants, a été développé pendant deux ans autour de l'image. Déclinées sous des modes créatifs ou de reportage, les réalisations photo et vidéo ont permis aux jeunes d'explorer plusieurs dimensions, portant autant leur regard sur eux-mêmes, que sur les autres et le monde qui les entoure. En 2014/15 cette même dynamique se poursuit en se transformant, à la faveur de la construction d'une extension du futur lycée. Encadrés par leurs enseignants et des professeurs du Lycée, les jeunes vont s'impliquer dans la réalisation d'un arboretum, jardin botanique de type paysager. Choisir, planter, entretenir les arbres et arbustes qui le composeront, les amènera à penser dans une temporalité à moyen et long terme, favorisant ainsi l'appréhension de leur propre devenir.

En savoir plus sur le lycée agricole privé Tricastin-Baronnies

 

Académie de Limoges

Amener tous les élèves à la réussite grâce à une organisation différente du temps scolaire et des apprentissages

Collège Jean-Monnet, Bénévent l'Abbaye, Creuse

Contexte et enjeux

Situé au coeur d'une zone rurale défavorisée, le collège Jean Monnet accueille 175 élèves, issus en majorité de familles modestes ou précaires. Le climat au sein de l'établissement, convivial et bienveillant, s'appuie sur des relations de confiance entre enfants et adultes.

Dans ce contexte, les besoins des élèves se manifestent dans leur démotivation et leur manque d'ambition scolaire, leur déficit de curiosité, leur manque de confiance en eux-mêmes, leur faible mobilité et leur peu d'ouverture culturelle.

Action

En réponse à ce diagnostic, l'équipe pédagogique s'est mobilisée autour du principal pour mettre en oeuvre un projet d'établissement construit de façon systémique, articulé autour de deux axes majeurs : l'évaluation sans notes et la réorganisation du temps scolaire.  L'évaluation sans notes et par compétences est obligatoire en 6ème et 5ème, et en cours d'instauration en 4ème. Attachés au socle commun de compétences, de connaissances et de culture, les enseignants ont souhaité se doter d'outils appropriés pour exploiter le Livret personnel de compétences, et conçu eux-mêmes des fiches d'évaluation dans leur discipline.

Le réaménagement des durées de cours de 45mn ou de 90 mn a permis de dégager des plages, utilisées selon les besoins repérés des élèves. Pour les élèves en difficulté, un
accompagnement aux devoirs, des séances d'estime de soi, et du tutorat ont été mis en place. Des projets interdisciplinaires impliquent les élèves dans une démarche active de projet. Des enseignements complémentaires ont été introduits : langue vivante 2 dès la 6ème, TICE (technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement) de la 6ème à la 4ème. De nombreux ateliers culturels et sportifs, un parcours d'histoire des arts pour les
élèves de 4ème, permettent aux jeunes de s'initier à des pratiques nouvelles et de découvrir les acteurs de leur territoire. Un parcours de découverte des métiers appuie
l'accompagnement à l'orientation des élèves de 3ème.

Des modes d'organisation collectifs formels et informels, permettent au principal, aux enseignants et aux autres personnels de piloter ces projets et de réagir rapidement pour les corriger, ou pour créer des groupes de travail qui prennent en charge les questions nouvelles.

En savoir plus sur le collège Jean-Monnet

 

Académie de Montpellier

Écoute et parole

Collège Las-Cazes, Montpellier, Hérault

Contexte et enjeux

Situé en Zone Sécurité Prioritaire, le collège Las Cazes est labellisé REP+ (réseau d'éducation prioritaire). Il accueille 350 élèves, issus de familles très précaires dont beaucoup sont d'origine maghrébine et une minorité d'origine gitane. De nombreux élèves sont en échec, en particulier sur la langue écrite qu'ils maitrisent mal. Si l'absentéisme est assez faible, le problème majeur tient au comportement perturbateur d'élèves qui, souvent exclus de cours, s'enferment dans une spirale d'échec.
Depuis 2010 la principale et les équipes du collège sont engagées dans la prévention du décrochage scolaire. Partant du constat que les élèves concernés sont de profils très différents, l'objectif prioritaire a été de donner aux équipes pédagogiques les moyens d'une écoute meilleure, d'une capacité d'attention afin de personnaliser leurs interventions auprès des élèves. Avec pour visée d'apaiser le climat scolaire et de redonner du sens à l'école et aux apprentissages.

Action

Le projet d'établissement "Écoute et Parole" s'appuie sur cinq piliers. Des cercles de paroles selon le PRODAS (programme de développement affectif et social) sont organisés régulièrement et concernent tous les élèves. Coanimés par des enseignants, des personnels de la vie scolaire et des animateurs qui ont bénéficié d'une formation spécifique,
ces espaces de paroles organisés et protégés permettent aux élèves de s'exprimer sur des sujets qui concernent leur vécu personnel.

Dans le domaine pédagogique, des expérimentations sont en cours pour enseigner différemment les sciences, entrainer les élèves à l'auto évaluation, ou pour mettre en place
des parcours personnalisés de réussite scolaire avec des élèves en difficulté.

Des projets culturels (pour les élèves de 4ème) ou humanitaires (pour les élèves en très grande difficulté), remobilisent les élèves en contribuant à leur développement personnel.

Au-delà des stages en entreprise, des rencontres et des visites avec plusieurs acteurs du monde professionnel permettent aux élèves de 4ème et de 3ème de découvrir les filières des métiers et des formations qui leur sont ouvertes.

Enfin les relations avec les familles donnent lieu à une attention particulière à travers des rencontres collectives, formalisées ou conviviales, et des contacts personnalisés.

En savoir plus sur le collège Las-Cazes

 

Des élèves en rupture scolaire découvrent le sens du savoir

Classe relais Pergola, collège Las-Cazes, Montpellier, Hérault

Contexte et enjeux

De 1998 à 2012, Frédérique Landoeuer a développé un projet de médiation culturelle inspiré par les travaux de Serge Boimare, avec les élèves de la classe relais Pergola rattachée au collège Las Cazes. Un DVD "Socrate dans la cité" en a été tiré, destiné à la formation des professionnels de l'éducation. Des séquences filmées avec les élèves sont complétées par des analyses d'universitaires et d'experts.

Les élèves reçus dans les classes relais rejettent l'école et ses apprentissages, et ne maitrisent pas les savoirs fondamentaux. Leur horizon, spatial comme temporel, est extrêmement réduit : très attachés à leur quartier dont ils sortent peu, ils vivent dans l'immédiateté. Ils peuvent avoir recours à l'incivilité, voire la violence, comme mode d'agir, ou s'enfermer au contraire dans l'apathie. Engagés dans un processus de dévalorisation d'eux-mêmes, ils se sentent en marge d'un monde qu'ils ne comprennent ni ne respectent.

Incapables de supporter la déstabilisation que nécessitent les situations d'apprentissage, ils veulent tout savoir sans avoir à apprendre. Leur souffrance psychique les pousse alors, afin de se protéger, à mettre en place une série de stratégies "anti-pensée".

L'objectif central est alors de les réconcilier avec l'acte d'apprendre et de penser.

Action

Il s'agit de proposer aux élèves d'explorer les textes fondateurs universels pour y chercher des réponses aux questions existentielles qu'eux-mêmes, comme chacun d'entre nous, se posent.

Puisant dans le répertoire des mythes, des sciences, des grands écrits philosophiques ou du conte, Frédérique Landoeuer part des questions vives qui interpellent les élèves, et incite chacun à se mettre en recherche. La démarche est transdisciplinaire dans la mesure où pour trouver des éléments de réponse aux questions, les élèves ont recours à différents domaines de connaissances : religion, art, philosophie, littérature, sciences. Chaque domaine est exploré séparément en prenant soin à chaque fois d'expliciter clairement son cadre épistémologique spécifique. Chaque séquence de travail permet de fournir aux élèves une méthode de réflexion et de travail, qui passe par l'installation de rituels méthodologiques institués autour de moments forts. Les élèves s'exercent à raconter une histoire, à raisonner (problématiser, questionner, analyser, conceptualiser et argumenter), à se confronter au débat en groupe. Si le langage occupe une place centrale à l'oral, l'écrit est aussi important et donne lieu à des productions diverses réunies dans un cahier personnel. Ce parcours est enrichi par des rencontres organisées avec des scientifiques, des philosophes, des psychanalystes avec lesquels ils peuvent échanger.

En savoir plus sur le collège Las-Cazes

 

Ateliers d'expression artistique et culture du langage pour lutter contre le décrochage scolaire

Institut L'Amandier, Lézignan-Corbières, Aude

Contexte et enjeux

Établissement privé agricole, l'Institut l'Amandier accueille une trentaine d'élèves dans des classes de 4ème et 3ème. Ils sont en échec scolaire du fait de difficultés d'apprentissage (voire de troubles d'apprentissage mal pris en compte jusque-là), mais aussi en raison de comportements en rupture avec le système scolaire classique. Par ailleurs 53 élèves issus des communes rurales proches suivent des classes de la 6ème à la 4ème en section Enseignement général et technologique.

Le constat révèle chez les élèves un manque de motivation pour des apprentissages qui ne font pas sens pour eux, un comportement passif ou au contraire porté à l'incivilité et au conflit, un manque d'autonomie et d'assurance, une déficience d'imagination, et une difficulté à se projeter dans un avenir. Ils souffrent par ailleurs de grandes lacunes dans leur façon de s'exprimer et d'exercer leur faculté de penser.

Engagées sur plusieurs fronts depuis plus de dix ans pour remédier au décrochage scolaire, la directrice et son équipe ont choisi de concentrer leur action sur la maitrise de la langue.

Inspirées par les travaux de Serge Boimare et de Suzy Patiel, des actions de médiation culturelle sont développées à partir des grands récits du patrimoine culturel.

Action

Les élèves sont tout d'abord réunis dans l'écoute d'un récit fondateur ou d'un conte qu'ils reformulent ensuite à l'oral ou à l'écrit. Puis ils débattent ensemble sur des questions qui les touchent plus particulièrement. Ils exercent ainsi leur pensée critique, en questionnant de façon décalée leur intériorité propre, apprennent à construire une parole juste pour traduire leurs émotions et leurs points de vue, et s'exercent à la confronter de façon constructive à celle des autres.

Animés par une enseignante conteuse semi professionnelle, la psychologue et la documentaliste, des ateliers spécifiques réunissent les élèves selon leurs niveaux. Les ateliers en 6ème sont dédiés aux contes de la mythologie grecque et à l'Odyssée. Ceux de 4ème et 3ème, à des contes merveilleux et à de grands textes fondateurs du patrimoine. Afin d'exercer aussi leur imaginaire, ils créent collectivement un conte qu'ils interprètent et présentent en public en fin d'année. Les élèves de 5ème participent quant à eux à des ateliers de Théâtre forum.

 

Un collège saisi par les arts

Association Hérault Musique Danse / collège les Escholiers de la Mosson, Montpellier, Hérault

Contexte et enjeux

Situé en zone urbaine sensible et labellisé REP+ (réseau d'éducation prioritaire), le collège Les Escholiers de la Mosson accueille des élèves dont 70% sont en grande difficulté scolaire.

L'absentéisme et le décrochage scolaire y sont importants. Ils sont issus de familles qui pour un grand nombre sont d'origine marocaine, ou appartiennent à la communauté gitane, attachée à ses modes de vie culturels. Apprendre à vivre et travailler ensemble, donner du sens à l'école et aux apprentissages sont des enjeux déterminants pour le projet éducatif du collège.

Partant de ce constat, le principal des enseignants de 6ème et l'agence départementale Hérault Musique Danse, ont décidé de s'associer pour créer une classe artistique
expérimentale de la 6ème à la 3ème. Ils ont fait l'hypothèse que le recours à l'art et aux pratiques artistiques peut être vecteur de réussite, comme fondement d'une reconstruction de la scolarité, du rapport à l'école, aux savoirs et aux apprentissages des élèves.

Action

Chaque année de septembre 2010 à juin 2014, les élèves ont participé à des ateliers de pratiques et de création dans plusieurs disciplines artistiques : danse en 6ème, théâtre et écriture en 5ème, écriture et musique en 4ème, la 3ème ayant été pluridisciplinaire. La durée des cours a été ramenée à 1h30, afin de pouvoir intégrer dans leur emploi du temps les ateliers artistiques prévus sur deux demi-journées hebdomadaires. Des séminaires de formation et des réunions régulières de suivi ont permis aux artistes partenaires et aux enseignants de travailler en étroite collaboration, tant pour la conception que le déroulement du projet dans ses différentes déclinaisons. Le laboratoire Education Cultures Politiques de l'Université Lumière Lyon II a accompagné les équipes pendant toute la durée de l'expérimentation et réalisé une évaluation du processus. 30 élèves seront passés par la classe artistique, dont 12 pendant tout leur parcours au collège. 11 enseignants, 2 assistants pédagogiques et une infirmière auront participé à l'expérimentation. Le travail d'évaluation a mis en évidence des résultats très positifs, notamment sur l'amélioration du climat de la classe, le développement personnel des élèves, leur prise d'autonomie et leur capacité à travailler ensemble.

En savoir plus sur le collège Les Escholier de la Mosson

 

Transformer une orientation professionnelle "par défaut" en un projet créatif d'entreprise

Entreprise junior du collège Victor-Hugo, Narbonne, Aude

Contexte et enjeux

La plupart des élèves accueillis en 3ème prépa professionnelle au collège Victor Hugo vivent dans des communes rurales dont ils sortent peu, et sont issus d'un milieu social défavorisé. Conséquence de nombreux échecs dans leur parcours scolaire, ils ont peu d'estime d'eux-mêmes et une faible confiance dans les adultes et l'institution qu'ils incarnent. L'enjeu est de les réconcilier avec l'institution scolaire, de restaurer l'image qu'ils ont d'eux-mêmes, de les réinscrire dans un parcours de réussite en leur permettant de développer des compétences, pour pouvoir envisager un projet d'orientation ambitieux qui passe par le lycée professionnel.

Le pari des enseignants a été de transformer cette classe associée à l'échec en une classe d'excellence, porteuse d'un projet exigeant et motivant de création d'entreprise.

Action

Depuis 2010 tous les élèves de la classe, recrutés sur leur motivation, prennent en charge la création et la gestion d'une entreprise de montage et de commercialisation de vélos pliables au sein du collège. Depuis 2012, des élèves en 4ème alternance les ont rejoints dans le projet.

Pour le mettre en oeuvre, une Entreprise junior associative a été créée en partenariat avec l'entreprise Matex, qui apporte matériaux et savoir-faire nécessaires grâce à l'implication active d'une de ses représentantes.

Les élèves se répartissent toutes les tâches : montage et commercialisation, gestion, marketing, communication, recherche et développement, bâtiment et service technique. La découverte des métiers et des parcours de formation donne lieu à des visites et à des rencontres professionnelles. Un voyage réunissant tous les élèves en autonomie est organisé en cours d'année par le "comité d'entreprise".

Les cinq heures hebdomadaires supplémentaires consacrées au projet sont inscrites à l'emploi du temps des élèves. Travaillant en étroite collaboration avec le reste de l'équipe pédagogique, les enseignants impliqués s'attachent à transférer les acquis du projet dans le travail en classe et évaluent les compétences du socle en fonction.

En savoir plus sur le collège Victor-Hugo

 

Mobilité, disponibilité, travail en réseau pour remobiliser des jeunes en territoire rural

Association 4,3,2,A, Briançon, Hautes Alpes

Contexte et enjeux

Territoire montagneux et enclavé, le département des Hautes Alpes a une faible densité. Une grande partie de la population vit dans des conditions précaires et isolées, particulièrement les jeunes et les familles monoparentales. Plus de 200 de ces jeunes âgés de 13 à 18 ans connaissent des difficultés importantes, tant sur le plan scolaire que pour leur orientation professionnelle. Si des structures d'accompagnement institutionnelles (mission jeunes, mission générale d'insertion de l'Education nationale, services de prévention spécialisée, etc.) et associatives existent, l'efficacité de leur mission est peu opérante dans ce contexte territorial.

Créée en 2009, l'association 4,3,2,A leur apporte une complémentarité nécessaire : mobiles et réactifs, ses deux coordinateurs socio-éducatifs sillonnent le territoire pour accompagner individuellement les jeunes, leur donner accès à une formation qualifiante et favoriser leur insertion professionnelle en entreprise.

Action

Une collaboration étroite avec les établissements scolaires et les autres institutions du secteur éducatif permet à 4,3,2,A de repérer des jeunes dont les difficultés présagent un risque fort de décrochage, ou qui sont déscolarisés. Elle suit plus de 140 jeunes en proposant à chacun une solution adaptée à sa situation. Les deux intervenants de l'association peuvent soit les accompagner directement en l'absence de relais, soit faciliter leurs démarches auprès des différentes institutions concernées.

Mobiliser ces jeunes sur leur projet professionnel est un enjeu essentiel. L'association s'est constituée un réseau de 50 entreprises partenaires sur le territoire. Grâce à ce réseau, les jeunes ont l'opportunité de faire des stages ou d'entreprendre des parcours d'insertion dans différents secteurs, et bénéficient du suivi des deux coordinateurs qui sont leurs référents. Ce suivi se poursuit lorsqu'ils reprennent un parcours de formation, que ce soit au collège, au lycée ou en apprentissage.

Reconnaissant l'importance des familles dans ce projet éducatif, l'association tient à ne pas les déresponsabiliser et les implique autant que faire se peut dans ces démarches.

Devenu un acteur territorial pivot, 4,3,2,A met en réseau tous les acteurs éducatifs du territoire : familles, établissements scolaires, institutions et associations des secteurs socio-médical et culturel, entreprises.

 

Académie d'Orléans-Tours

Changer de regard sur les filières professionnelles

Collège Rosa-Parks, Châteauroux, Indre

Contexte et enjeux

Le collège Rosa-Parks est situé dans le quartier Saint-Jean de Châteauroux, classé en zone urbaine sensible. Labellisé REP+ (réseau éducation prioritaire), il accueille 335 élèves, issus pour la plupart de milieu défavorisé. Certains jeunes en grande difficulté scolaire sont orientés dès la sixième en SEGPA, section professionnalisante ouvrant vers les deux filières Hygiène Service Alimentation et Bâtiment.

Grâce à la dynamique portée par le projet global de l'établissement, les classes de SEGPA sont désormais bien intégrées au collège, sans cloisonnement avec les autres classes, hormis pour les enseignements pratiques.

Répondre aux besoins de ces élèv , c'est les aider à redonner du sens aux apprentissages, en les mettant en lien de façon permanente avec leur mise en application pratique. C'est aussi leur permettre de reprendre confiance et de développer une meilleure estime d'eux-mêmes. C'est leur donner enfin les moyens de se projeter dans un avenir autour d'un projet professionnel, en leur permettant de sortir de leur quartier et de s'ouvrir à l'extérieur.

Action

Lancé en septembre 2013 et reconduit cette année, ce programme a permis à 35 élèves en 4ème et 3ème SEGPA de partir à la rencontre des métiers de l'hôtellerie haut de gamme , à un niveau de qualification qui leur paraissait inaccessible. Grâce à un vaste réseau de partenaires régional, les les collégiens ont pu visiter le lycée hôtellier d'Argenton-sur-Creuse, déjeuner dans un restaurant gastronomique, rencontrer de grands chefs et des professionnels du secteur (dont le chef étoilé Franck Gatefin, avec qui ils ont élaboré un repas complet),suivre des stages à l'Institut Paul Bocuse de Lyon, puis à la Villa des chefs d'Aix-en-Provence. Encadrés pars leurs professeurs mais aussi par d"autres personnels du collèges - une gestionnaire, ancienne responsable dans l'hôtellerie de luxe, et un technicien doté d'un CAP Pâtisserie - les élèves s'impliquent toute l'année dans diverses activités :

  • un atelier boulangerie qui fabrique et vend des viennoiseries aux récréations
  • la préparation de repas servis dans l'établissement pour des adultes et leurs invités extérieurs
  • l'organisation de cinq grands repas gastronomiques de 25 à 30 couverts pour des entreprises et des institutions locales
  • la préparation de six repas à thèmes

En savoir plus sur le collège Rosa-Parks

 

Des "Trajectoires" personnalisées en prévention du décrochage scolaire

Collège Jean-Renoir, Bourges, Cher

Contexte et enjeux

Implanté dans un quartier où sont relogées un nombre croissant de familles en situation précaire, le collège Jean-Renoir a vu en dix ans le public de ses élèves se modifier
profondément. En réponse à cette exigence de mixité sociale, le principal a développé avec les équipes pédagogique et éducative un projet d'établissement ambitieux, intitulé "Vivre ensemble", visant à l'intégration et à la réussite des 700 élèves qu'il accueille. Plus de 50 projets sont conduits chaque année grâce à des partenariats nombreux et à une ouverture internationale favorisée par son label UNESCO.

Si les résultats de cette stratégie se révèlent positifs, c'est grâce à une adaptation constante aux évolutions du contexte. Ainsi en quatre ans, du fait de l'accentuation de la paupérisation, le nombre de jeunes qui arrivent en 6ème avec un risque de décrochage élevé a doublé.

Action

Pour apporter une réponse à la hauteur de ce problème, l'équipe a étendu en l'adaptant aux plus jeunes, un dispositif d'accompagnement personnalisé qu'elle avait initialement mis en place pour les élèves de 4ème et 3ème.

Une analyse systémique de la situation de chaque jeune est réalisée au préalable, impliquant les dimensions sociale, familiale, médicale, judiciaire et scolaire. Sur cette base, une "Trajectoire", parcours individuel qui peut aller de quelques jours à plusieurs mois, est conçue et proposée au jeune et à sa famille. Située en classe et hors la classe, en période scolaire et pendant les vacances, elle prévoit des interventions dans les domaines qui auront été estimés pertinents : scolaire, sportif, culturel, médical, citoyen, etc. Et met en lien tous les acteurs partenaires concernés (médecin, police, éducateurs sportifs, artistes, etc). Les assistants pédagogiques suivent la Trajectoire du jeune, et le professeur principal, en tant que référent, est en charge de l'évaluation de sa situation. 150 jeunes connaissant de grandes difficultés sont suivis de la 6ème à la 3ème dans le cadre de ce dispositif.

L'équipe du projet regroupe les 24 professeurs principaux, l'équipe de direction, les CPE, l'infirmière, l'assistante sociale, la conseillère d'orientation, et travaille en partenariat étroit avec les acteurs locaux.

En savoir plus sur le collège Jean-Renoir

 

Académie de Paris

Du savoir à l'autonomie : la lutte contre le décrochage

Collège Guy-Flavien, Paris 12ème

Contexte

Situé dans un quartier mixte socialement, le collège Guy Flavien accueille 480 élèves, dont 30% sont issus de milieu social défavorisé. Il gère en interne un dispositif expérimental d'accueil pour des élèves déscolarisés (entre 8 et 10 élèves, âgés de 14 à 16 ans).

Pour préserver la mixité sociale nécessaire à la qualité de son projet éducatif, le collège doit relever deux défis : être attractif auprès des familles; créer des conditions de réussite pour chaque élève dans des classes hétérogènes, en s'attachant à diminuer l'écart entre ceux qui réussissent et ceux qui sont en difficulté.

Action

Le travail sur l'hétérogénéité des classes passe, d'une part, par le repérage dès le CM2 des élèves fragiles qui sont accompagnés de façon renforcée en 6ème et pendant les trois années suivantes. D'autre part, par une pédagogie de projets qui donne du sens aux enseignements et contribue aux bonnes relations entre élèves, et entre élèves et enseignants.

Le projet d'établissement s'articule autour de trois axes, développés selon les niveaux de
classe :

  • un tronc commun, réorganisé avec des groupes de besoins en 6ème, et des groupes de compétences en 4ème et 3ème. Ainsi chaque élève peut travailler selon ses capacités, et les élèves les plus fragiles ne sont pas perdus.
  • un accompagnement personnalisé des élèves en difficulté. En 6ème, un tutorat est assuré par des enseignants, qui les aident à reprendre confiance. Jusqu'en 5ème, des séances d'aide aux devoirs sont centrées sur des apports disciplinaires et méthodologiques. En 4ème et 3ème, un accompagnement spécifique permet aux élèves qui s'y destinent de préparer leur orientation professionnelle.
  • pour donner du sens aux apprentissages et permettre une implication active des élèves, des projets interdisciplinaires sont développés en 6ème et 5ème. Enfin des ateliers artistiques ambitieux mis en oeuvre avec des partenaires extérieurs, réunissent les élèves autour d'expériences collectives et individuelles fortes. Espaces de créativité, ils permettent aussi aux élèves de développer les compétences singulières inscrites dans le socle commun.
    Impliqué lui-même dans un projet de création théâtrale, le principal a impulsé cette dynamique il y a 5 ans. Il facilite la mise en oeuvre des projets proposés par les enseignants, qui en assurent le pilotage et le suivi avec lui. Des séances plénières réunissent les équipes pour faire des bilans sur l'avancée des actions et vérifier leur cohérence globale.

En savoir plus sur le collège Guy-Flavien

 

Evaluation sans notes et médiation culturelle

Collège Georges-Clémenceau, Paris 18ème

Contexte et enjeux

Le collège Georges Clémenceau est situé dans le quartier prioritaire de la Goutte d'or à Paris. Il accueille 350 élèves de 40 nationalités différentes, dont les deux tiers sont issus de familles très défavorisées. Le collège et les quatre écoles primaires qui lui sont associées sont les seuls à avoir été labellisés REP + (réseau éducation prioritaire) à Paris.

Impulsées et facilitées par l'équipe de direction, de nombreuses expérimentations sont développées par l'équipe pédagogique en réponse aux objectifs prioritaires qui ont été
identifiés, à savoir :

  • la maitrise de la langue
  • la réduction du décrochage scolaire
  • l'amélioration du climat scolaire

Action

Le niveau 6ème est considéré comme stratégique et concentre plusieurs actions. Une vingtaine d'élèves parmi les plus fragiles sont accompagnés dans leur passage du CM2 au collège par des PPRE (programme personnalisé de réussite éducative). Toutes les classes de 6ème, de 5ème ainsi que la classe UPE2A d'accueil des enfants allophones, sont sans notes. L'évaluation est faite sur les compétences et donne lieu à la tenue d'un journal de bord qui suit les progrès des élèves, ainsi qu'à des entretiens mensuels avec un tuteur. Deux des classes de 6ème s'appuient sur le dispositif d'aide à la lecture ROLL (réseau des observatoires locaux de la lecture). Plusieurs enseignants développent ensemble dans les deux autres classes le projet de médiation culturelle conçu par Serge Boimare. La première heure de cours de la journée est consacrée à la lecture à voix haute de grands textes fondateurs. Les élèves s'en inspirent pour réfléchir et débattre sur les questions qui les préoccupent, s'exercer à l'écriture, déployer leur imaginaire. Par ailleurs, une formation des élèves à la médiation par les pairs est engagée depuis trois ans.

Concernant les autres niveaux, un module de remédiation interne accueille une dizaine d'élèves de 5ème : ils sont suivis pendant deux ans, quatre heures par semaine, en association avec des étudiants en histoire de l'art. Classe charnière, la 3ème donne lieu quant à elle à un travail spécifique d'accompagnement des élèves en vue de leur l'orientation.

La dynamique du projet global se nourrit par ailleurs de nombreux projets culturels et sportifs développés dans les différentes classes grâce à des partenariats. Enfin, depuis trois ans, le collège a mis en place un projet pilote de conseil de vie au collège, qui réunit dix collégiens et dix adultes.

En savoir plus sur le collège Georges-Clémenceau

 

Académie de Versailles

Animer des réseaux École - Famille - Cité

Association École et Famille, Saint-Ouen l'Aumône, Val d'Oise

Contexte et enjeux

Créée en 1999, l'association École et Famille intervient dans le Val d'Oise et les Hauts de Seine. Engagée dans la lutte contre l'échec scolaire, elle est convaincue que ses causes résident essentiellement dans les relations éducatives quotidiennes dans lesquelles les enfants sont impliqués. Cela concerne autant les relations entre l'école et la famille, que l'articulation entre l'action des enseignants et celles des autres professionnels de l'éducation. L'enjeu est alors de mettre en valeur les ressources des familles pour pouvoir s'appuyer sur elles, en établissant un lien de confiance sur lequel peut reposer un accompagnement. Il est aussi d'aider les professionnels des différents secteurs éducatifs concernés à mutualiser leurs savoir-faire complémentaires, et à mettre en cohérence leurs interventions.

Action

École et famille a construit sa démarche en s'inspirant de l'approche contextuelle et des pratiques de travail en réseau développées dans la Clinique de la concertation. Sollicitée lorsqu'un enfant est en grande difficulté scolaire, l'association réunit autour de sa famille tous les professionnels qui sont concernés par sa situation.

Pour rendre lisible la complexité des interrelations qui existent entre eux, et leur donner les moyens d'agir de façon globale et cohérente, elle utilise l'outil du sociogénogramme. Amenée à gérer les conflits et les attentes de chacun au cours des réunions qui regroupent familles et professionnels, École et Famille recourt à des pratiques de médiation. Quelque 80 familles
sont ainsi suivies chaque année.

Par ailleurs, l'association intervient aussi à leur demande auprès des professionnels du secteur éducatif. Elle assure des formations aux pratiques de réseau, de relais et de concertation, et accompagne les équipes dans des supervisions de pratiques. Elle anime aussi des groupes de travail engagés sur des thèmes comme les liens entre la relation pédagogique et le décrochage scolaire, ou les problèmes liés à la poly-exclusion.

L'efficacité de l'action d'École et Famille tient aussi à l'effet levier de ses interventions: amenés sous sa conduite à s'exercer aux pratiques de débat et de réflexion collective, les professionnels s'en inspirent dans leurs propres pratiques.

Discours de Najat Vallaud-Belkacem en ouverture du colloque "Aider tous les collégiens à réussir ? Pratiques et controverses"

1200x800 discours NVB reussir college

Najat Vallaud-Belkacem est intervenue en ouverture du colloque "Aider tous les collégiens à réussir ? Pratiques et controverses" organisé avec la Fondation de France à la Cité internationale universitaire de Paris, vendredi 14 novembre 2014.

 
En savoir plus
Page à consulter

La lutte contre le décrochage scolaire

  • Qu'est-ce que le décrochage scolaire ?
  • La lutte contre l'absentéisme pour les élèves de moins de 16 ans
  • La lutte contre le décrochage scolaire pour les élèves de plus de 16 ans
  • Les dispositifs pour les jeunes qui ont décroché du système scolaire

La lutte contre le décrochage scolaire

Site à consulter

La Fondation de France

A travers les projets innovants qu'elle soutient, la Fondation de France contribue à l'amélioration du sort des élèves les plus vulnérables dans le système éducatif et à ouvrir des pistes de réflexion sur l'évolution possible des pratiques dans la classe et hors de la classe. Les projets soutenus pour lutter contre le décrochage scolaire cherchent l'implication de l'élève, des enseignants mais aussi de tous ceux qui peuvent amener l'enfant sur le chemin de la réussite.

Lutte contre le décrochage scolaire sur le site de la Fondation de France

Mise à jour : novembre 2014

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires

Les dates des vacances scolaires


Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale