Toute l'actualité

Baccalauréat 2014

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

686 907 candidats ont passé le baccalauréat cette année. Les épreuves écrites des baccalauréats général, technologique et professionnel ont débuté le lundi 16 juin 2014. Les résultats seront disponibles à partir du vendredi 4 juillet sur education.gouv.fr

 

 

Allez-vous supprimer le baccalauréat ? La question est, semble-t-il, inévitablement et immédiatement posée à tout nouveau ministre chargé de l’éducation nationale. Et elle me l’a en effet immédiatement été, critiques de toute nature à l’appui. À quelques jours, à quelques heures du début des épreuves écrites en métropole, c’est l’occasion pour moi d’y répondre.


 
Le baccalauréat n’aurait plus aucune valeur ?
Amener chaque année une part plus importante d’une classe d’âge au baccalauréat, voir chaque année une proportion plus élevée de candidats réussir à l’examen, c’est une promesse de la République envers ses jeunes, c’est la marque d’une École de la République qui progresse vers plus d’égalité et qui élève plus de jeunes vers la connaissance. La mobilisation des familles pour voir leurs lycéens réussir à l’examen, la joie des lauréats le jour des résultats sont, à elles-seules, la preuve et l’incarnation de la valeur du baccalauréat.


 
Le baccalauréat serait un examen archaïque, voire préhistorique ?
Son organisation est à chaque session améliorée pour répondre aux attentes des candidats et tendre vers plus d’égalité. Par exemple, les épreuves sont cette année organisées sur six journées au lieu de cinq, pour garantir que les journées des candidats bénéficiant d’un temps de composition majoré d’un tiers en raison d’un handicap n’excèdent pas huit heures. Et pour la première fois, la possibilité est offerte à certains candidats de passer à distance des épreuves orales obligatoires grâce à la visioconférence ou la webconférence.


 
Le baccalauréat serait trop coûteux ?
C’est l’honneur d’une grande Nation que d’investir 80 euros par candidat pour offrir la possibilité à plus de 685 000 jeunes d’accéder au premier grade universitaire. La jeunesse est la priorité du Président de la République. Et le diplôme est, en temps de crise économique plus que jamais, le moyen le plus sûr pour accéder au marché du travail.


 
À tous les correcteurs, examinateurs et personnels des centres d’examens, qui rendent possible la tenue du baccalauréat dans les académies de métropole, d’outre-mer et à l’étranger, je veux exprimer mes sincères remerciements. À tous les candidats de la session 2014, au baccalauréat général et technologique et au baccalauréat professionnel, je souhaite le meilleur.


 
Benoît Hamon,
Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 
 
 

 

 

 

 

L’essentiel

Les chiffres-clés

Le baccalauréat se modernise

Des épreuves écrites sur six jours

Afin d’assurer l’égalité de traitement entre tous les candidats, les épreuves écrites des séries générales et technologiques se déroulent sur six journées, du 16 au 23 juin inclus, au lieu de cinq journées les années précédentes. Cet étalement sur un jour de plus garantira des journées de huit heures d’épreuves au maximum pour les candidats bénéficiant d’un temps de composition majoré d’un tiers.

Seuls les candidats, peu nombreux, passant les épreuves anticipées et terminales en même temps (redoublants et candidats individuels, principalement) ainsi que les candidats bénéficiant, par dérogation, d’un temps de composition majoré supérieur au tiers continueront à connaître des journées d’épreuves supérieures à huit heures.

Des possibilités de visioconférence et de webconférence

Afin de proposer de meilleures conditions de passation des épreuves, certains candidats peuvent désormais passer à distance leurs épreuves orales obligatoires grâce à des visioconférences ou des webconférences.

Ce dispositif s’adresse à des candidats au profil très spécifique : des candidats géographiquement éloignés des centres d’examen, des candidats handicapés, hospitalisés ou incarcérés qui ne peuvent se déplacer jusqu’au centre d’examen.

Ces candidats sont avertis par le recteur de leur académie qui veille à maintenir le principe d’égalité entre tous les candidats à l’examen. Le recteur s’assure de la qualité, de la sécurité et de la confidentialité des échanges entre le candidat et l’examinateur. Un surveillant est présent auprès du candidat pour contrôler le bon déroulement de l’épreuve.

Par ailleurs, des réunions de jurys peuvent également se tenir en visioconférence ou en webconférence.

Des séries rénovées

La rénovation des séries technologiques amorcée avec les séries STI2D, STD2A et STL se poursuit avec les séries STMG et ST2S. Elle s’inscrit dans le contexte de la réforme du lycée, dont une première évaluation est en cours de réalisation.

Des nouveautés sont introduites dans les séries STMG et ST2S

Après la mise en place des épreuves anticipées d’étude de gestion et d’activités interdisciplinaires en 2013, de nouvelles épreuves en classe terminale sont introduites à compter de la session 2014.

Dans la série STMG, les quatre spécialités rénovées - gestion et finance, mercatique (marketing), ressources humaines et communication, systèmes d’information de gestion - sont évaluées à compter de la session 2014. L’épreuve de spécialité est rénovée avec une partie pratique évaluée en cours d’année.

Dans la série ST2S, la nouvelle épreuve de projet technologique est évaluée pour partie en cours d’année et pour partie lors d’un oral terminal. Le projet technologique mobilise les acquis des pôles thématiques des programmes de sciences et techniques sanitaires et sociales en classe de première et terminale ainsi que les acquis de biologie et physiopathologie humaines. Par ailleurs, deux langues vivantes sont désormais obligatoires, et non plus une seule.

Des nouvelles définitions d’épreuves ont été publiées pour les séries STMG et ST2S, ainsi que de nouveaux livrets scolaires.

Des dispositifs transitoires sont par ailleurs prévus à l’attention de certains candidats, notamment ceux souffrant d’un handicap, les sportifs de haut niveau et les candidats ayant échoué à la session 2013 dans les séries ST2S ou STG.

Des ajustements sont apportés à certaines épreuves de la série STI2D

Ces ajustements concernent l’épreuve écrite des enseignements technologiques transversaux et l’épreuve de projet pour laquelle la grille d’évaluation relative à la présentation du projet est rationalisée.

Offrir plus de débouchés dans le supérieur
Des places réservées en STS et IUT

La loi relative à l’enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013 s’est donné pour objectif de faciliter l’admission des bacheliers professionnels en STS (sections de techniciens supérieurs) et des bacheliers technologiques en IUT (instituts universitaires de technologie).
Dans ce but, elle prévoit qu’au sein de chaque académie, une commission fixe un pourcentage minimal de titulaires de ces baccalauréats dans les formations concernées en prenant en compte la spécialité de chaque diplôme. Cette commission est composée de représentants de l’enseignement scolaire, de l’enseignement supérieur et des régions.

Des places en filières sélectives pour les élèves méritants

Sur la base de leurs résultats au baccalauréat, les meilleurs élèves de chaque lycée se voient proposer des places en filières sélectives publiques (classes préparatoires aux grandes écoles, sections de technicien supérieur, instituts universitaires de technologie, instituts d’études politiques, etc.). Le pourcentage d’élèves bénéficiant chaque année de ce droit d’accès est fixé par décret.

Le baccalauréat sur les sites du ministère

Prep’Exam : la base de données des examens sur Éduscol

Depuis janvier 2013, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche propose un accès gratuit aux sujets des épreuves du baccalauréat des trois dernières années (certains sujets ne sont pas disponibles en raison des changements dans la nature des épreuves ou des programmes intervenus depuis 2012), sur son portail Éduscol.

eduscol.education.fr/base-examens

Ces annales regroupent gratuitement près de 1 200 sujets des séries générales, technologiques et professionnelles. Elles s’adressent à la fois aux enseignants, qui peuvent les utiliser pour proposer des devoirs en cours d’année, et directement aux élèves qui souhaitent s’entraîner et bien cerner ce que l’on attend d’eux pour chaque épreuve.

Bien se préparer au baccalauréat

Pour aider les candidats à se préparer aux épreuves du baccalauréat, un espace dédié leur propose des conseils pratiques en vidéos et en images, les principales dates du baccalauréat 2014 pour les voies générale, technologique et professionnelle, tout ce qu’il faut savoir avant d’entrer dans la salle d’examen, les réponses aux principales questions des élèves, etc. : autant d’éléments permettant aux élèves de se préparer sereinement dans la dernière ligne droite avant les épreuves.

education.gouv.fr/bac2014

Consulter les résultats

Dès le vendredi 4 juillet 2014, les résultats du baccalauréat seront disponibles sur la page d’accueil du site du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une carte de France cliquable donnera accès à tous les résultats, dans l’ensemble des académies.

Les résultats du baccalauréat
education.gouv.fr/resultats-du-baccalaureat

Des épreuves aménagées pour les candidats en situation de handicap

Pour la session 2014, plus de 21 600 candidats sont concernés par des aménagements d’épreuves, qui peuvent être de plusieurs ordres, parmi lesquels :

  • un temps d’épreuve majoré
  • un étalement des épreuves sur la session normale et la session de remplacement
  • pour les épreuves obligatoires de langue vivante, à l’oral, une possibilité de dispense
  • une assistance humaine ou l’utilisation d’outils informatiques adaptés
  • pour les candidats malvoyants, une transcription des sujets en braille ou en gros caractères avec fort contraste
  • des épreuves orales obligatoires par visioconférence ou webconférence

De plus, les candidats concernés peuvent demander la conservation pendant cinq ans des notes de leur choix obtenues à l’examen (quelle que soit leur valeur).

Par ailleurs, les autorités académiques ont la possibilité d’ouvrir des centres d’examen adaptés si certains élèves, accueillis dans des établissements hospitaliers pour des séjours de longue durée ou recevant des soins en liaison avec ces établissements, ne peuvent aller composer dans des centres ouverts dans les établissements scolaires.

Pour bénéficier de ces mesures, les candidats doivent adresser une demande à l’un des médecins désignés à cet effet par la commission départementale des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Au vu de la situation particulière du candidat, le médecin rend un avis sur lequel s’appuie le rectorat pour décider des aménagements ou des adaptations d’épreuves. L’avis du médecin ne préjuge pas de la décision du recteur.

La dimension internationale du baccalauréat

85 pays organisateurs

À l’étranger, le baccalauréat général et technologique est organisé dans 85 pays, pour un total de 16 295 candidats aux épreuves terminales.

Les épreuves se déroulent dans 140 centres d’examen ouverts dans les établissements de l’agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et de la mission laïque française.

Les candidats se répartissent de la manière suivante :

  • 40 % sont de nationalité française
  • 50 % sont de la nationalité du pays d’accueil
  • 10 % d’une autre nationalité

Les calendriers des sessions à l’étranger s’échelonnent d’avril à novembre, selon les pays.

  • Pondichéry : du 3 au 30 avril 2014
  • Liban : du 26 au 30 mai 2014
  • Amérique du Nord : du 27 mai au 6 juin 2014
  • Pays étrangers du groupe 1 (pays européens, pays d’Afrique et du Proche-Orient, Madagascar et Île Maurice) : du 10 au 16 juin 2014
  • Asie : du 16 au 20 juin 2014
  • Amérique du sud : du 10 au 18 novembre 2014
Une ouverture à l'international

Le baccalauréat, c’est aussi une large ouverture à l’international, notamment à travers :

  • l’option internationale du baccalauréat (environ 2 300 candidats)
  • les sections européennes ou de langue orientale (environ 40 000 candidats)
  • l’Abibac, le Bachibac et l’Esabac (respectivement 1 329, 605 et 572 candidats)
  • le baccalauréat franco-américain
  • le baccalauréat franco-allemand

Les actions de prévention des fraudes

Dispositif de lutte contre la fraude

Depuis 2013, toutes les académies sont équipées de détecteurs de téléphones portables dont le nombre et l’emplacement sont confidentiels. Les recteurs répartissent ces appareils de façon aléatoire et veillent à les faire circuler entre les centres d’examen, tout au long des épreuves.

Ce dispositif a pour but de lutter préventivement contre l’utilisation frauduleuse des nouvelles technologies. En 2013, celle-ci a représenté près de 37 % des fraudes détectées lors des épreuves du baccalauréat.

Par ailleurs, tous les candidats sont informés des consignes à respecter et des sanctions encourues en cas de fraude ou de tentative de fraude, grâce à une notice d’information affichée à la porte de chaque salle d’examen et lue lors de la première épreuve écrite de la session.

Constitue une fraude :

  • toute communication entre les candidats pendant les épreuves
  • toute utilisation d’informations, de documents ou de matériels non autorisés par le sujet ou la réglementation
  • toute substitution de personne

Tous les appareils non autorisés doivent être impérativement éteints, puis rangés dans le sac du candidat, les surveillants de salle doivent veiller à ce que les candidats ne puissent y avoir accès pendant la durée de l’épreuve.

Instruction d'une suspicion de fraude

En cas de flagrant délit de fraude ou de tentative de fraude, le surveillant responsable de la salle prend les mesures nécessaires pour y mettre fin. Le candidat pris en flagrant délit poursuit sa composition, sauf dans le cas précis de substitution de personne ou de trouble affectant le déroulement de l’épreuve. Un procès-verbal est dressé et contresigné par les autres surveillants et par l’auteur des faits.

Sur la base des faits constatés, le chef de centre adresse un procès verbal de suspicion de fraude au recteur afin que ce dernier puisse saisir la commission académique de discipline du baccalauréat. Cette commission est présidée par un enseignant-chercheur, président de jury du baccalauréat, et composée de sept membres nommés par le recteur, dont un élève membre du conseil académique de la vie lycéenne et un étudiant élu au sein du conseil d’administration d’une université.

Le jury du baccalauréat délibère sur les résultats du candidat suspecté de fraude mais aucun certificat de réussite ou relevé de notes ne peut lui être délivré avant la décision de la commission académique.

Le recteur d’académie engage ou non les poursuites devant la commission académique de discipline qui devra statuer dans un délai de deux mois après la proclamation des résultats. Le candidat peut contester la décision de cette commission devant le juge administratif territorialement compétent.

Sanctions encourues

Les sanctions encourues sont de deux ordres :

  • administratives et/ou
  • pénales

En vertu de l’indépendance des procédures pénales et disciplinaires, un même acte de fraude peut faire l’objet d’une condamnation à une peine par le tribunal correctionnel et d’une sanction disciplinaire prononcée par la commission académique de discipline.

Néanmoins, les sanctions pénales concernent spécifiquement les cas de fraude les plus graves, tels que la divulgation de sujet et la substitution de personne.

Sanctions administratives

Les sanctions encourues par les fraudeurs sont les suivantes (article D. 334-32 du code de l’éducation) :

  • 1- Le blâme
  • 2 - La privation de toute mention portée sur le diplôme délivré au candidat admis
  • 3 - L’interdiction de subir tout examen conduisant à l’obtention du baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans ou d’un titre ou diplôme délivré par un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans. Cette sanction peut être prononcée avec sursis si l’interdiction n’excède pas deux ans
  • 4 - L’interdiction de prendre toute inscription dans un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans.
Sanctions pénales

Le délit de fraude aux examens et concours est réprimé par le juge pénal (article L. 331-3 du code de l’éducation) sur la base de la loi du 23 décembre 1901 réprimant les fraudes dans les examens et concours publics.

Dans le cas d’une divulgation de sujets d’épreuves ou de substitution de personne, l’article 2 prévoit une condamnation à "un emprisonnement de trois ans et à une amende de 9 000 euros ou à l’une de ces peines seulement". L’article 3 prévoit que les mêmes peines sont prononcées contre les complices du délit.

Être réactif en cas d'incident : la procédure de veille et d'alerte

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche met en place un dispositif de veille et d’alerte tout au long des épreuves écrites des baccalauréats général, technologique et professionnel qui se déroulent à l’étranger, en métropole, dans les départements et régions d’outre-mer et dans les collectivités d’outre-mer.

Ce dispositif vise à permettre une gestion optimale des incidents qui pourraient se produire, grâce à une circulation des informations la plus rapide possible entre les centres d’examen, les services académiques concernés et le ministère.

Ainsi, une cellule de veille et d’alerte nationale mobilise la direction générale de l’enseignement scolaire et les inspecteurs généraux de l’éducation nationale concernés pour traiter les incidents éventuels dans les meilleurs délais.

Les services des examens et concours de chaque académie sont, eux aussi, mobilisés avec les corps d’inspection concernés pour répondre aux diverses sollicitations émanant des centres d’examen.

Les sujets d'épreuves

Garantir la confidentialité des sujets

La confection et la diffusion des sujets sont soumises à un ensemble de règles strictes qui visent à garantir la confidentialité à chaque étape :

  • répartition confidentielle entre les académies pour l’élaboration des sujets de l’année suivante
  • signature d’une charte de déontologie pour tous les personnels impliqués
  • composition confidentielle des commissions d’élaboration des sujets
  • travail des commissions dans des conditions hautement sécurisées
  • transmission des sujets de façon dématérialisée par les académies conceptrices, grâce à un réseau hautement sécurisé, propre à l’éducation nationale
  • impression et mise sous pli des sujets dans des locaux académiques sécurisés
  • double conditionnement des sujets
  • diffusion des sujets au plus près possible, dans le temps des épreuves concernées
  • stockage sécurisé dans les centres d’examen avec accès limité au chef d’établissement et son adjoint
  • ouverture des enveloppes contenant les sujets uniquement avant l’épreuve concernée, en présence des candidats
3 500 sujets principaux et de secours

Lors de chaque session, environ 3 500 sujets d’épreuves de baccalauréat sont élaborés.

Pour chaque épreuve, un nombre de sujets est retenu en fonction des destinations concernées (métropole, Drom-Com, regroupements de pays à l’étranger).

À côté des sujets principaux, des sujets de secours sont élaborés afin de répondre à tout type d’incident qui nécessiterait de changer de sujet au cours de la session de baccalauréat. Ces sujets sont conçus de la même façon que les autres.

Ainsi, en philosophie, 80 sujets sont élaborés chaque année pour les baccalauréats général et technologique.

L’élaboration des sujets : un processus d'une année

Le choix des options

Enseignement de spécialité

Pour les séries générales, un enseignement de spécialité, doté d’un coefficient spécifique, est proposé :

  • langue vivante 1 ou 2 approfondie : série L
  • langue vivante 3 : série L
  • langues et cultures de l’Antiquité (latin, grec) : série L
  • droit et grands enjeux du monde contemporain : série L
  • arts : série L (au choix : arts plastiques, cinéma-audiovisuel, arts du cirque, danse, histoire des arts, musique, théâtre)
  • mathématiques : séries S, ES, L
  • sciences sociales et politiques : série ES
  • économie approfondie : série ES
  • physique-chimie : série S
  • sciences de la vie et de la Terre : série S
  • informatique et sciences du numérique : série S
  • écologie, agronomie et territoires : série S (dans les lycées dépendant du ministère chargé de l’agriculture)
Options facultatives, hors langues vivantes

Dans les séries générales et technologiques, l’élève peut choisir au maximum deux options facultatives parmi :

  • 2 options de langues et cultures de l’Antiquité (latin, grec), pour les séries générales
  • 6 enseignements artistiques (au choix : arts plastiques, cinéma, danse, histoire des arts, musique, théâtre), pour les séries générales et technologiques
  • plusieurs disciplines en éducation physique et sportive, pour les séries générales et technologiques

Seuls comptent les points au-dessus de la moyenne. Pour la première option facultative choisie par l’élève, les points au-dessus de la moyenne sont multipliés par deux. Si ce choix porte sur une langue ancienne (latin ou grec), les points au-dessus de la moyenne sont multipliés par trois.

Langues vivantes
Séries générales et technologiques

58 langues vivantes étrangères, régionales ou des signes :

  • 22 langues vivantes étrangères pour les épreuves obligatoires et facultatives : allemand, anglais, arabe, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien
  • 24 autres langues au titre des épreuves facultatives uniquement : albanais, amharique, bambara, berbère, bulgare, coréen, croate, estonien, haoussa, hindi, hongrois, indonésien-malais, laotien, lituanien, macédonien, malgache, peul, roumain, serbe, slovaque, slovène, swahili, tamoul, tchèque
  • 11 langues régionales : basque, breton, catalan, corse, créole, occitan-langue d’oc, tahitien, langues mélanésiennes, gallo, langues régionales d’Alsace, langues régionales des pays mosellans
  • langue des signes française (LSF)
Séries professionnelles

Les modalités d’évaluation des langues vivantes, obligatoires ou facultatives, ont été rénovées : l’épreuve est désormais une épreuve orale qui prend appui sur le contexte professionnel de la spécialité concernée.

  • Langue vivante 1 obligatoire pour toutes les spécialités : allemand, anglais, arabe, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien.

  • Langue vivante 2 obligatoire pour certaines spécialités : allemand, anglais, arabe littéraire, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec, hébreu, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien, basque, breton, catalan, corse, créole (guadeloupéen, guyanais, martiniquais, réunionnais), langues mélanésiennes, langue d’oc (auvergnat, gascon, languedocien, limousin, nissart, provençal, vivaro-alpin), tahitien.

  • Épreuve facultative orale : allemand, amharique, anglais, arabe, arménien, berbère, bulgare, cambodgien, chinois, croate, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu, hongrois, islandais, italien, japonais, laotien, malgache, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, roumain, russe, serbe, suédois, tchèque, turc, vietnamien, basque, breton, catalan, corse, créole, gallo, occitan, tahitien, langues régionales d’Alsace, langues régionales des pays mosellans, langues mélanésiennes, langue des signes française.

 

 

Les effectifs

Effectifs académiques

Candidats aux épreuves anticipées

Séries générales

Séries technologiques

Séries professionnelles

86 spécialités

  • Accompagnement, soins et services à la personne – option A (à domicile) : 3 553
  • Accompagnement, soins et services à la personne – option B (en structure) : 18 720
  • Accueil-relation clients et usagers : 8 076
  • Aéronautique – option mécanicien, système-cellule : 602
  • Aéronautique – option mécanicien, système-avionique : 155
  • Agencement de l’espace architectural : 152
  • Aménagement et finition du bâtiment : 1 070
  • Artisanat et métiers d’art – option art de la pierre : 50
  • Artisanat et métiers d’art – option communication plurimédia : 1 693
  • Artisanat et métiers d’art – option ébéniste : 420
  • Artisanat et métiers d’art – option marchandisage visuel : 268
  • Artisanat et métiers d’art – option A : verrerie scientifique et technique : 14
  • Artisanat et métiers d’art – option B : métiers de l’enseigne et de la signalétique : 78
  • Artisanat et métiers d’art – option tapissier d’ameublement : 262
  • Bio-industries de transformation : 658
  • Boucher charcutier traiteur : 155
  • Boulanger-pâtissier : 1 250
  • Commerce : 26 757
  • Commercialisation et services en restauration : 4 929
  • Comptabilité : 14 839
  • Conducteur transporteur routier marchandises : 1 155
  • Construction des carrosseries : 97
  • Cuisine : 6 659
  • Électrotechnique énergie équipements communicants : 17 104
  • Environnement nucléaire : 124
  • Esthétique cosmétique parfumerie : 3 389
  • Étude et définition de produits industriels : 773
  • Façonnage de produits imprimes, routages : 17
  • Fonderie : 50
  • Hygiène environnement : 945
  • Industries de procédés : 771
  • Industries des pâtes, papiers et cartons : 18
  • Intervention sur le patrimoine bâti : 162
  • Logistique : 3 028
  • Maintenance des équipements industriels : 7 322
  • Maintenance des matériels – option A : agricole : 823
  • Maintenance des matériels – option B : travaux publics : 680
  • Maintenance des matériels – option C : parcs et jardins : 302
  • Maintenance de véhicules automobiles – option voitures particulieres : 7 197
  • Maintenance de véhicules automobiles – option vehicules industriels : 957
  • Maintenance de véhicules automobiles – option motocycles : 813
  • Maintenance nautique : 486
  • Métiers de la mode, vêtements : 3 037
  • Métiers du cuir – option chaussures : 15
  • Métiers du cuir – option maroquinerie : 235
  • Métiers du pressing et de la blanchisserie : 42
  • Microtechniques : 681
  • Mise en œuvre des matériaux – option industries textiles : 39
  • Mise en œuvre des matériaux – option matériaux ceramiques : 0
  • Optique lunetterie : 674
  • Ouvrages du bâtiment : aluminium, verre et matériaux de synthèse : 419
  • Ouvrages du bâtiment : métallerie : 540
  • Perruquier posticheur : 22
  • Photographie : 444
  • Pilotage de systèmes de production automatisée : 630
  • Plastiques et composites : 456
  • Poissonnier écailleur traiteur : 22
  • Production graphique : 792
  • Production imprimée : 456
  • Productique mécanique – option décolletage : 42
  • Prothèse dentaire : 743
  • Réparation de carrosserie : 1 754
  • Secrétariat : 14 617
  • Sécurité-prévention : 1 091
  • Services de proximité et vie locale : 3 695
  • Systèmes électroniques numériques : 7 662
  • Technicien aérostructure : 174
  • Technicien constructeur bois : 906
  • Technicien d’usinage : 2 755
  • Technicien de fabrication bois et matériaux associés : 471
  • Technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques : 1 980
  • Technicien de scierie : 33
  • Technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre : 1 477
  • Technicien d’études du bâtiment – option A : étude et économie : 1 808
  • Technicien d’etudes du bâtiment – option B : assistant en architecture : 1 218
  • Technicien du froid et du conditionnement d’air : 1 473
  • Technicien en chaudronnerie industrielle : 2 585
  • Technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques : 2 618
  • Technicien géomètre-topographe : 635
  • Technicien menuisier-agenceur : 2 732
  • Technicien modeleur : 66
  • Technicien outilleur : 270
  • Traitement des surfaces : 33
  • Transports : 942
  • Travaux publics : 1 207
  • Vente prospection, négociation, suivi de clientèle : 7 311
  • Total candidats 2014 : 205 375
  • Part du secteur tertiaire : 45,5 %
  • Part du secteur industriel : 54,5 %
  • Rappel total candidats 2013 : 183 688

 

 

Les calendriers des épreuves

Séries générales et technologiques

Sessions de juin
Épreuves écrites

1- Métropole

  • 16, 17, 18, 19, 20 et 23 juin 2014.

2 - Départements d’outre-mer

  • Guadeloupe-Guyane-Martinique : 13, 16, 17, 18, 19, 20 et 23 juin 2014
  • La Réunion-Mayotte : 16, 17, 18, 19, 20 et 23 juin 2014

3 - Collectivités d’outre-mer

Polynésie française

  • Baccalauréat général : 10, 11, 12, 13, 16 et 17 juin 2014
  • Baccalauréat technologique : 10, 11, 12, 13, 16 et 17 juin 2014

Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Baccalauréat général : 27, 28, 30 mai, 2, 3 et 6 juin 2014

Nouvelle-Calédonie

  • la session a lieu en novembre-décembre
Épreuves orales et pratiques

Les dates sont fixées par les recteurs dans chaque académie.

Résultats du premier groupe d'épreuves

Les résultats du premier groupe d’épreuves sont connus à partir du vendredi 4 juillet 2014 (métropole) pour toutes les séries.

Oraux de rattrapage

Organisées immédiatement après la communication des résultats du premier groupe, les épreuves orales du second groupe se déroulent jusqu’au mercredi 9 juillet 2014.

Session de remplacement

Cette session est réservée aux candidats inscrits qui, pour des raisons dûment justifiées, n’ont pu se présenter à la session de juin.

  • Épreuves écrites terminales : 8, 9, 10, 11, 12 et 15 septembre 2014 (métropole)
  • Épreuves écrites de français et de français et littérature : 10 septembre 2014 (métropole)

Épreuves anticipées en première

Épreuves écrites du baccalauréat général

Épreuves écrites du baccalauréat technologique

Épreuves du baccalauréat professionnel

 

 

Les résultats de la session 2013

Note d'information n°6 - Mars 2014
Les résultats définitifs de la session 2013 du baccalauréat : les effets de la réforme de la voie professionnelle
Avec 678 000 candidats et 589 200 lauréats, le taux de réussite augmente à la session 2013 du baccalauréat. Il atteint 87 % : 92 % dans la voie générale, 87 % dans la voie technologique et 79 % dans la voie professionnelle. Dans la voie technologique, la hausse du taux de réussite compense presque entièrement la perte de candidats. Dans la voie professionnelle, le taux de réussite au baccalauréat augmente très légèrement après trois années de baisse. Entre 2008 et 2013, la proportion de bacheliers dans une génération augmente de 11,4 points pour atteindre 73,7 %. La réforme de la voie professionnelle a considérablement augmenté le nombre de bacheliers. Elle aura eu pour effet de porter la part de ces bacheliers dans une génération à 20,1 %.

Consulter la note d'information n°6 - Mars 2014 "Les résultats définitifs de la session 2013 du baccalauréat : les effets de la réforme de la voie professionnelle"

 

 

Baccalauréat 2014 : le dossier de presse

Baccalauréat 2014

  • L’essentiel
  • Les effectifs
  • Les calendriers des épreuves
  • Les résultats de la session 2013

Feuilleter le dossier de presse "Baccalauréat 2014"

Télécharger le dossier de presse "Baccalauréat 2014"

Dossier de presse - 11/06/2014
Mise à jour : juillet 2014
Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires

Les dates des vacances scolaires


Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi
Le Bulletin officiel
Le Bulletin officiel (Le B.O.)


Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale