Toute l'actualité

Baccalauréat 2012

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

703 059 candidats passent le baccalauréat cette année. Les épreuves écrites des baccalauréats général, technologique et professionnel débutent le lundi 18 juin 2012. Les résultats seront disponibles dès le vendredi 6 juillet sur education.gouv.fr.

 
 

L’essentiel et les nouveautés du baccalauréat 2012

Les chiffres

  • 703 059 candidats inscrits soit une augmentation de près de 7 % par rapport à 2011
  • 469 549 élèves de 1ère inscrits aux épreuves anticipées (baccalauréats général et technologique)
  • 175 390 correcteurs et examinateurs
  • 4 762 centres d’examen

Les nouveautés

Les baccalauréats général et technologique
Nouvelles épreuves anticipées en fin de première 2012

L’épreuve d’enseignement scientifique des séries ES et L devient l’épreuve de sciences, épreuve commune à ces deux séries.
L’épreuve d’histoire et géographie devient une épreuve anticipée en série S.
L’épreuve de mathématiques-informatique est supprimée en série L.

Mise en place du Bachibac
Cette année aura lieu la 1ère session du Bachibac. Cet examen qui consiste en la délivrance simultanée du baccalauréat français et du Bachillerato espagnol s’adresse aux élèves des sections binationales françaises et espagnoles concernées. 47 lycées français proposent une section binationale Bachibac ; ils seront 54 à la prochaine rentrée scolaire.
Il enrichit ainsi la dimension européenne du baccalauréat en s’ajoutant à l’Abibac (délivrance simultanée du baccalauréat français et de l’Abitur allemand) et à l’Esabac (délivrance simultanée du baccalauréat français et de l’Esame di Stato italien).
Le baccalauréat professionnel
Nouvelles modalités d’évaluation des épreuves générales

À l’exception de l’économie-droit, les nouvelles modalités d’évaluation des épreuves générales définies dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle entrent en vigueur à la session 2012. Elles concernent les unités de français, histoire-géographie-éducation civique, prévention-santé-environnement, arts appliqués et cultures artistiques, mathématiques, sciences physiques et chimiques, économie-gestion, langues vivantes, éducation physique et sportive.

Nouvelles spécialités du baccalauréat professionnel

À la suite de créations ou de rénovations, le baccalauréat professionnel offre 10 nouvelles spécialités :

  • accueil-relations clients et usagers
  • bio-industries de transformation
  • construction des carrosseries
  • fonderie
  • logistique
  • optique lunetterie
  • perruquier-posticheur
  • prothèse dentaire
  • technicien en chaudronnerie industrielle
  • transport
Les mesures de sécurisation du baccalauréat
À la suite de l’incident survenu lors de la session 2011 du baccalauréat général, plusieurs mesures ont été prises pour renforcer la sécurité de l’examen :
  • la mise en œuvre de travaux de sécurisation dans les locaux académiques afin de répondre aux préconisations des diagnostics de sûreté réalisés en amont
  • la diffusion d’une charte de déontologie rappelant la responsabilité de tous les personnels concernés en matière d’examen
  • la publication d’une circulaire formalisant l’ensemble des procédures nécessaires à la préparation, au déroulement et au suivi des épreuves du baccalauréat et notamment à la prévention des fraudes
  • l’amélioration des dispositifs de sécurité informatique
  • la modification du décret de 1992 relatif à la procédure disciplinaire applicable aux candidats afin d’améliorer le traitement des cas de suspicions de fraudes
Les résultats sur education.gouv.fr : une consultation simple, directe et gratuite

Dès le vendredi 6 juillet, les résultats du baccalauréat seront disponibles sur la page d’accueil du site du ministère de l’Éducation nationale. Une carte de France donnera accès à tous les résultats quelle que soit l’académie.

 

 

Les chiffres clés du baccalauréat 2012

Candidats

703 059 candidats inscrits dont 26 411 candidats individuels :

  • 334 464 au baccalauréat général (48 %)
  • 148 622 au baccalauréat technologique (21 %)
  • 219 973 au baccalauréat professionnel (31 %)

Effectifs globaux en hausse de 6,91 % par rapport à la session 2011 (hors candidats de Mayotte) :

  • + 1,46 % pour le baccalauréat général
  • - 4,57 % pour le baccalauréat technologique
  • + 27,67 % pour le baccalauréat professionnel

469 549 élèves de première générale et technologique sont inscrits aux épreuves anticipées (+ 0,21 % par rapport à la session 2011, hors candidats de Mayotte)

Candidats individuels

26 411 candidats individuels sur les candidats inscrits soit 3,75 % de l’effectif global

Nombre de sujets

4 880 sujets élaborés pour les diverses sessions en métropole, dans les DOM, les COM et les centres à l’étranger

Copies

Environ 4 millions de copies à corriger

Centres d’examen

4 762 centres d’examen en France
84 pays étrangers organisateurs

Correcteurs

175 390 correcteurs et examinateurs

Indemnisation

Corrections : 5 euros par copie
Interrogation orale : 9,60 euros par heure

Coût de la session 2011

82,20 euros par candidat présent (coût indicatif tous bacs confondus)

Langues

22 langues vivantes étrangères au choix des candidats au titre des épreuves obligatoires et facultatives
25 autres langues au titre des épreuves facultatives uniquement
11 langues régionales

Parmi les candidats les plus jeunes

12 ans et 1 mois ; 13 ans et 4 mois, académie de Montpellier
13 ans et 10 mois, académie de Grenoble ; 13 ans et 11 mois, académie de Rennes

Parmi les candidats les plus âgés

87 ans, académie de Bordeaux ; 84 ans, académie de Nice
81 ans, académie de Montpellier ; 72 ans, académie d’Orléans-Tours

Les effectifs de la session 2012

Candidats inscrits aux épreuves anticipées des baccalauréats général et technologique

France métropolitaine

 

Baccalauréat général

Baccalauréat technologique

Total

Aix-Marseille

14 801

6 183

20 984

Amiens

8 705

4 131

12 836

Besançon

5 641

2 198

7 839

Bordeaux

15 465

5 820

21 285

Caen

7 379

2 629

10 008

Clermont-Ferrand

5 737

2 206

7 943

Corse

1 248

574

1 822

Dijon

7 631

2 955

10 586

Grenoble

18 261

6 420

24 681

Lille

20 532

9 096

29 628

Limoges

2 966

1 282

4 248

Lyon

16 155

6 612

22 767

Montpellier

12 806

5 554

18 360

Nancy-Metz

11 224

5 126

16 350

Nantes

18 424

6 891

25 315

Nice

10 761

4 008

14 769

Orléans-Tours

12 229

4 922

17 151

Poitiers

8 036

3 203

11 239

Reims

6 145

2 532

8 677

Rennes

17 190

6 736

23 926

Rouen

9 416

3 950

13 366

Strasbourg

9 348

3 757

13 105

Toulouse

14 279

5 572

19 851

Paris, Créteil, Versailles

69 087

25 707

94 794

Total métropole

323 466

128 064

451 530

Départements d'Outre-mer

 

Baccalauréat général

Baccalauréat technologique

Total

Guadeloupe

2 665

1 208

3 873

Guyane

1 030

586

1 616

Martinique

1 976

1 198

3 174

Mayotte

1 108

844

1 952

La Réunion

4 567

2 837

7 404

Total DOM

11 346

6 673

18 019

Total métropole et départements d'Outre-mer

 

Baccalauréat général

Baccalauréat technologique

Total

Total métropole et DOM

334 812

134 737

469 549

Rappel inscrits 2011

327 069

139 563

466 632

Évolution 2011-2012 (hors candidats
de Mayotte inscrits
en 2012)

+ 2,03 %

-4,06%

+ 0,21 %

Répartition

71 %

29 %

100 %

 

Candidats inscrits aux épreuves des baccalauréats général, technologique et professionnel

France métropolitaine

 

Total bac général

Total bac technologique

Total bac
professionnel

Total

Aix-Marseille

14 651

7 012

10 337

32 000

Amiens

8 773

4 615

6 925

20 313

Besançon

5 487

2 406

4 068

11 961

Bordeaux

15 467

6 121

10 571

32 159

Caen

7 141

2 934

5 142

15 217

Clermont-Ferrand

5 643

2 338

3 737

11 718

Corse

1 304

564

686

2 554

Dijon

7 547

3 098

4 611

15 256

Grenoble

17 022

7 192

10 684

34 898

Lille

19 975

9 705

16 791

46 471

Limoges

2 925

1 466

2 146

6 537

Lyon

16 502

7 048

10 009

33 559

Montpellier

12 550

5 929

8 466

26 945

Nancy-Metz

11 347

5 718

7 959

25 024

Nantes

17 255

7 459

12 076

36 790

Nice

11 036

4 001

5 600

20 637

Orléans-Tours

12 518

5 302

7 241

25 061

Poitiers

7 710

3 415

4 876

16 001

Reims

6 215

2 766

4 689

13 670

Rennes

16 095

7 466

9 124

32 685

Rouen

9 593

4 551

7 124

21 268

Strasbourg

9 137

4 116

6 494

19 747

Toulouse

13 873

5 751

8 700

28 324

Paris, Créteil, Versailles

72 353

29 666

40 610

142 629

Total métropole

322 119

140 639

208 666

671 424

Départements d'Outre-mer

 

Total bac général

Total bac technologique

Total bac
professionnel

Total

Guadeloupe

2 962

1 466

2 729

7 157

Guyane

1 116

766

1 330

3 212

Martinique

2 286

1 576

2 270

6 132

Mayotte

1 205

1 296

756

3 257

La Réunion

4 776

2 879

4 222

11 877

Total DOM

12 345

7 983

11 307

31 635

Total métropole et départements d'Outre-mer

 

Total bac général

Total bac technologique

Total bac
professionnel

Total

Total métropole et DOM

334 464

148 622

219 973

703 059

Rappel inscrits 2011

328 467

154 379

171 702

654 548

Évolution 2011-2012 (hors candidats
de Mayotte inscrits
en 2012)

+ 1,46 %

- 4,57 %

+ 27,67 %

+ 6,91 %

Répartition

48 %

21 %

31 %

100 %

Candidats inscrits au baccalauréat général par série

France métropolitaine

 

Série
littéraire

Série économique
et sociale

Série scientifique

Total

Aix-Marseille

2 631

4 667

7 353

14 651

Amiens

1 519

2 970

4 284

8 773

Besançon

808

1 746

2 933

5 487

Bordeaux

2 693

5 001

7 773

15 467

Caen

1 347

2 376

3 418

7 141

Clermont-Ferrand

934

1 935

2 774

5 643

Corse

302

429

573

1 304

Dijon

1 336

2 309

3 902

7 547

Grenoble

2 676

5 870

8 476

17 022

Lille

2 831

6 298

10 846

19 975

Limoges

557

864

1 504

2 925

Lyon

2 392

5 540

8 570

16 502

Montpellier

2 293

3 786

6 471

12 550

Nancy-Metz

1 667

3 621

6 059

11 347

Nantes

2 897

5 748

8 610

17 255

Nice

1 990

3 650

5 396

11 036

Orléans-Tours

1 945

4 235

6 338

12 518

Poitiers

1 438

2 538

3 734

7 710

Reims

958

1 875

3 382

6 215

Rennes

2 473

5 508

8 114

16 095

Rouen

1 735

3 178

4 680

9 593

Strasbourg

1 161

3 092

4 884

9 137

Toulouse

2 222

4 431

7 220

13 873

Paris, Créteil, Versailles

11 808

24 822

35 723

72 353

Total métropole

52 613

106 489

163 017

322 119

Départements d'Outre-mer

 

Série
littéraire

Série économique
et sociale

Série scientifique

Total

Guadeloupe

660

1 025

1 277

2 962

Guyane

285

363

468

1 116

Martinique

434

722

1 130

2 286

Mayotte

305

475

425

1 205

La Réunion

1 000

1 428

2 348

4 776

Total DOM

2 684

4 013

5 648

12 345

Total métropole et départements d'Outre-mer

 

Série
littéraire

Série économique
et sociale

Série scientifique

Total

Total métropole et DOM

55 297

110 502

168 665

334 464

Rappel inscrits 2011

56 675

106 314

165 478

328 467

Évolution 2011-2012 ( hors candidats
de Mayotte inscrits
en 2012)

- 2,97%

+ 3,49%

+ 1,67%

+ 1,46%

Répartition

17 %

33 %

50 %

100 %

Candidats inscrits au baccalauréat technologique par série

STL: Sciences et technologies de laboratoire
STI: Sciences et technologies industrielles
STG: Sciences et technologies de la gestion
ST2S: Sciences et technologies de la santé et du social
TMD: Techniques de la musique et de la danse

France métropolitaine

STL

STI

STG

ST2S

Hôtellerie

TMD

Total

Aix-Marseille 429 1 720 3 582 1 152 118 11 7 012
Amiens 256 875 2 253 1 182 49 - 4 615
Besançon 173 664 1 060 433 69 7 2 406
Bordeaux 342 1 559 3 294 776 147 3 6 121
Caen 149 614 1 573 532 61 5 2 934
Clermont-Ferrand 135 496 1 002 635 70 - 2 338
Corse 21 102 332 91 18 - 564
Dijon 236 721 1 392 679 62 8 3 098
Grenoble 357 1 651 3 936 1 111 137 - 7 192
Lille 492 1 995 4 486 2 559 151 22 9 705
Limoges 118 372 608 350 18 - 1 466
Lyon 386 1 840 3 501 1 170 116 35 7 048
Montpellier 313 1 291 3 064 1 166 80 15 5 929
Nancy-Metz 327 1 389 2 725 1 134 131 12 5 718
Nantes 307 1 739 3 635 1 570 182 26 7 459
Nice 220 841 2 346 449 129 16 4 001
Orléans-Tours 390 1 111 2 860 809 132 - 5 302
Poitiers 164 760 1 769 645 77 - 3 415
Reims 151 668 1 284 612 38 13 2 766
Rennes 284 1 657 3 921 1 476 118 10 7 466
Rouen 293 1 046 2 499 622 77 14 4 551
Strasbourg 296 951 2 010 723 136 - 4 116
Toulouse 382 1 366 2 878 978 137 10 5 751
Paris, Créteil, Versailles 1 147 5 930 17 007 5 093 401 129 29 707
Total métropole 7 368 31 358 73 017 25 947 2 654 336 140 680
Départements d'Outre-mer

STL

STI

STG

ST2S

Hôtellerie

TMD

Total

Guadeloupe 23 310 858 251 24 - 1 466
Guyane 16 114 477 159 - - 766
Martinique 44 273 926 309 24 - 1 576
Mayotte - 30 1 130 136 - - 1 296
La Réunion 137 609 1 774 340 19 - 2 879
Total DOM 220 1 336 5 165 1 195 67 - 7 983
Total métropole et départements d'Outre-mer

STL

STI

STG

ST2S

Hôtellerie

TMD

Total

Total métropole et DOM 7 588 32 694 78 182 27 142 2 721 336 148 663
Rappel inscrits 2011 7 587 35 839 80 042 27 640 2 980 291 154 379
Évolution 2011-2012 (hors candidats
de Mayotte inscrits
en 2012)
+ 0,01% - 8,86% - 3,74% - 2,29% - 8,69% + 15,46% - 4,54%
Répartition 5,10% 21,99% 52,59% 18,26% 1,83% 0,23% 100%

Candidats inscrits au baccalauréat professionnel
84 spécialités

Spécialités Candidats inscrits
Accueil - relation clients et usagers 6 477
Aéronautique - option mécanicien, système-cellule 548
Aéronautique - option mécanicien, système-avionique 106
Aménagement et finition du bâtiment 1 462
Artisanat et métiers d'art - option art de la pierre 53
Artisanat et métiers d’art - option communication graphique 1 607
Artisanat et métiers d’art - option ébéniste 587
Artisanat et métiers d’art - option marchandisage visuel 177

Artisanat et métiers d’art - options métiers de l'enseigne et de la signalétique et verrerie scientifique et technique

85
Artisanat et métiers d'art - option tapissier d'ameublement 339
Bio industries de transformation 1 022
Boucher charcutier traiteur 147
Boulanger-pâtissier 1 494
Carrosserie - option construction 52
Commerce 31 394
Comptabilité 20 351
Construction des carrosseries 38
Électrotechnique énergie équipements communicants 22 018
Environnement nucléaire 103
Esthétique cosmétique parfumerie 3 046
Étude et définition de produits industriels 819
Exploitation des transports 102
Fonderie 55
Hygiène - environnement 1 408
Industries de procédés 1 002
Industries des pâtes, papiers et cartons 26
Intervention sur le patrimoine bâti 94
Logistique (ds 2012) 269
Logistique (1s 2012) 3 337
Maintenance des véhicules automobiles - option voitures particulières 9 346
Maintenance des véhicules automobiles - option véhicules industriels 1 320
Maintenance des véhicules automobiles - option motocycles 1 059
Maintenance nautique 601
Maintenance des équipements industriels 9 608
Maintenance des matériels - option A : agricole 1 105
Maintenance des matériels - option B : travaux publics 924
Maintenance des matériels - option C : parcs et jardins 357
Maintenance des systèmes mécaniques automatisés option systèmes ferroviaires 20
Métiers de la mode - vêtements 4 397
Métiers du cuir - option chaussures 10
Métiers du cuir - option maroquinerie 200
Métiers du pressing et de la blanchisserie 56
Microtechniques 670
Mise en œuvre des matériaux - option industries textiles 54
Mise en œuvre des matériaux - option matériaux céramiques 2
Optique lunetterie 218
Ouvrages du bâtiment : aluminium, verre et matériaux de synthèse 588
Ouvrages du bâtiment : métallerie 629
Perruquier posticheur 24
Photographie 611
Pilotage de systèmes de production automatisée 690
Plastiques et composites 544
Poissonier écailleur traiteur 11
Production graphique 1 192
Production imprimée 649
Productique mécanique - option décolletage 62
Prothèse dentaire 355
Réparation de carrosserie 2 258
Restauration 10 798
Secrétariat 20 202
Sécurité-prévention 878
Services accueil assistance conseil 1 738
Services de proximité et vie locale 2 957
Systèmes électroniques numériques 9 297
Technicien aérostructure 92
Technicien constructeur bois 1 066
Technicien d'usinage 3 625
Technicien de fabrication bois et matériaux associés 559
Technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques 2 335
Technicien de scierie 32
Technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre 2 072
Technicien en chaudronnerie industrielle 3 125
Technicien d'études du bâtiment - option B : étude et économie 1 895
Technicien d'études du bâtiment - option A : assistant en architecture 2 291
Technicien du froid et du conditionnement d'air 1 946
Technicien en installation des systèmes énergetiques et climatiques 3 044
Technicien géomètre-topographe 930
Technicien menuisier-agenceur 3 662
Technicien modeleur 119
Technicien outilleur 437
Traitement des surfaces 38
Transports 1 153
Travaux publics 1 395
Vente prospection - négociation - suivi de clientèle 8 509

Total du nombre de candidats en 2012 : 219 973
Part du secteur tertiaire : 50%
Part du secteur industriel : 50%
Rappel total candidats 2011 : 171 702

Évolution du nombre de candidats par rapport à 2011 : + 28%

Le calendrier de la session 2012

Session normale et session de remplacement

Session normale
Épreuves écrites du premier groupe

Métropole

  • Baccalauréat général : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat technologique : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat professionnel : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012

Départements d’Outre-mer

  • Guadeloupe-Guyane-Martinique
  • Baccalauréat général :14, 15, 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat technologique : 14, 15, 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat professionnel : 14, 15, 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • La Réunion-Mayotte
  • Baccalauréat général : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat technologique : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Baccalauréat professionnel : 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012

Collectivités d’outre-mer

  • Polynésie française
  • Baccalauréat général : 4, 5, 6, 7, 8, 11, 12, 17 et 19 juin 2012
  • Baccalauréat technologique : 4, 5, 6, 7, 8, 11, 12, 17 et 19 juin 2012
  • Baccalauréat professionnel : 4, 5, 6, 7, 8, 11, 12, 17 et 19 juin 2012
  • Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Baccalauréat général : 29, 30, 31 mai, 1er, 4, 5 et 6 juin 2012
  • Baccalauréat professionnel : 15, 18, 19, 20, 21 et 22 juin 2012
  • Nouvelle-Calédonie : la session a lieu en novembre-décembre.
Épreuves orales et pratiques

Les dates sont fixées par les recteurs dans chaque académie.

Résultats du premier groupe d’épreuves

Les résultats du premier groupe d’épreuves sont connus à partir du vendredi 6 juillet 2012 (métropole) pour les baccalauréats général, technologique et professionnel.

Épreuves orales du deuxième groupe (oraux de rattrapage)

Organisées immédiatement après la communication des résultats du premier groupe, elles se déroulent jusqu’au mercredi 11 juillet 2012.

Session de remplacement

Cette session est réservée aux candidats inscrits qui n’ont pu se présenter à la session normale pour des raisons dûment justifiées.

Baccalauréats général et technologique
  • Épreuves écrites terminales : 10, 11, 12, 13 et 14 septembre 2012
  • Épreuves écrites de français et de français et littérature : 12 septembre 2012
Baccalauréat professionnel
  • Épreuves écrites : 10, 11, 12, 13 et 14 septembre 2012
  • Épreuves anticipées pour les élèves des classes de première

Épreuves anticipées pour les élèves des classes de première

Baccalauréat général
Épreuves écrites

Série littéraire

  • Métropole
    - mercredi 20 juin : Français et littérature ( 8h - 12h)
    - vendredi 22 juin : Sciences ( 8h - 9h30)
  • Guadeloupe, Guyane et Martinique
    - vendredi 15 juin : Sciences (14 h - 15 h 30)
    - lundi 18 juin : Français et littérature (8 h - 12 h)
  • La Réunion
    - mercredi 20 juin : Français et littérature (10h - 14h)
    - vendredi 22 juin : Sciences (10h - 11h30)

Série économique et sociale

  • Métropole
    - mercredi 20 juin : Français ( 8h - 12h)
    - vendredi 22 juin : Sciences ( 8h - 9h30)
  • Guadeloupe, Guyane et Martinique
    - vendredi 15 juin : Sciences (14 h - 15 h 30)
    - lundi 18 juin : Français (8 h - 12 h)
  • La Réunion
    - mercredi 20 juin : Français (10h - 14h)
    - vendredi 22 juin : Sciences (10h - 11h30)

Série scientifique

  • Métropole
    - mardi 19 juin : Histoire - géographie (14h - 18h). Pour tous les candidats concernés, à l’exception des élèves des sections internationales dans une langue autre que le chinois et des élèves des sections binationales.
    - mercredi 20 juin : Français ( 8h - 12h)
  • Guadeloupe, Guyane et Martinique
    - vendredi 15 juin : Histoire - géographie (13h30 - 17h30). Pour tous les candidats concernés, à l’exception des élèves des sections internationales dans une langue autre que le chinois et des élèves des sections binationales.
    - lundi 18 juin : Français (8 h - 12 h)
  • La Réunion
    - mardi 19 juin : Histoire - géographie (16h - 20h)
    - mercredi 20 juin : Français (10h - 14h)

Source : Bulletin officiel n° 45 du 8 décembre 2011
Calendrier 2012 de l’orientation et de l’affectation des élèves, du diplôme national du brevet, du baccalauréat, des certificats d’aptitude professionnelle, des brevets d’études professionnelles et des brevets de technicien

Épreuve orale

Les dates de l’épreuve orale de français sont fixées par les recteurs d’académie.

Baccalauréat technologique
Épreuve écrite de français
  • Métropole : mercredi 20 juin 2012
  • Guadeloupe, Guyane, Martinique : lundi 18 juin 2012
  • La Réunion : mercredi 20 juin 2012
Épreuves orales

Les dates de l’épreuve orale de français (toutes séries) et de l’épreuve d’histoire-géographie pour les séries Sciences et technologies industrielles (STI) et Sciences et technologies de laboratoire (STL) sont fixées par les recteurs d’académie.

Épreuves écrites du baccalauréat général

Série littéraire
  • Lundi 18 juin
    - Philosophie (8h - 12h)
    - Littérature (14h - 16h)
  • Mardi 19 juin
    - Histoire-géographie (8h - 12h)
    - Mathématiques-informatique (14h - 15h30) (1)
  • Mercredi 20 juin
    - Français et littérature (8h - 12h) (1)
    - Langue vivante 1 (14h - 17h)
  • Jeudi 21 juin
    - Latin (8h - 11h)
    - Langue vivante 2 étrangère (14h - 17h) ou Langue Vivante 2 régionale (14h - 17h)
  • Vendredi 22 juin
    - Enseignement scientifique (8h - 9h30) (1)
    - Arts, épreuve écrite (14h - 17h30)
    - Grec ancien (14h - 17h)
    - Mathématiques (14h - 17h)
Série économique et sociale
  • Lundi 18 juin : Philosophie (8h - 12h)
  • Mardi 19 juin : Histoire-géographie (8h - 12h)
  • Mercredi 20 juin
    - Français (8h - 12h) (1)
    - Langue vivante 1 (14h - 17h)
  • Jeudi 21 juin : Sciences économiques et sociales (8h - 12h ou 8h - 13h si spécialité)
  • Vendredi 22 juin
    - Enseignement scientifique (8h - 9h30) (1)
    - Mathématiques (14h - 17h)
Série scientifique
  • Lundi 18 juin : Philosophie (8h - 12h)
  • Mardi 19 juin : Histoire-géographie (8h - 12h)
  • Mercredi 20 juin
    - Français (8h - 12h) (1)
    - Langue vivante 1 (14h - 17h)
  • Jeudi 21 juin
    - Mathématiques (8h - 12h)
    - Langue vivante 2 étrangère ou Langue Vivante 2 régionale (14h - 16h)
  • Vendredi 22 juin
    - Physique-chimie (8h - 11h30)
    - Sciences de la vie et de la Terre (14h - 17h30)
    - Biologie-écologie (14h - 17h30)
    - Sciences de l’ingénieur (14h - 18h)

(1) Pour les candidats qui sont autorisés à subir à la session 2012 de l’examen toutes les épreuves, y compris les épreuves anticipées, sous réserve de ne pas avoir subi celles-ci l’année précédente (cf. article 3 de l’arrêté du 15 septembre 1993 modifié relatif aux épreuves anticipées du baccalauréat général et technologique) et pour les candidats scolarisés en 1ère ST2S, STL rénovée ou STG durant la présente année scolaire.

Source : Bulletin officiel n° 45 du 8 décembre 2011
Calendrier 2012 de l’orientation et de l’affectation des élèves, du diplôme national du brevet, du baccalauréat, des certificats d’aptitude professionnelle, des brevets d’études professionnelles et des brevets de technicien

Épreuves écrites du baccalauréat technologique

Sciences et technologies de la santé et du social
  • Lundi 18 juin : Philosophie (8h - 12h)
  • Mardi 19 juin
    - Histoire-géographie (8h - 10h30)
    - Sciences physiques et chimiques (14h - 16h)
  • Mercredi 20 juin
    - Mathématiques (8h - 10h)
    - Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin
    - Sciences et techniques sanitaires et sociales : épreuve écrite (9h - 12h)
    - Sciences et techniques sanitaires et sociales : épreuve pratique (14h - 17h)
  • Vendredi 22 juin
    - Biologie et physiopathologie humaines (8h - 11h30)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies de laboratoire - Biochimie Génie biologique
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin
    - Sciences physiques (8h - 11h)
    - Mathématiques (14h - 16h)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Biochimie-biologie (8h - 12h)
  • Vendredi 22 juin : Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies de laboratoire - Physique de laboratoire
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Mathématiques (14h - 18h)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin
    - Physique - chimie (8h - 11h)
    - Électricité (14h - 17h)
  • Vendredi 22 juin
    - Contrôle et régulation ou optique et physico-chimie (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies de laboratoire - Chimie de laboratoire
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Mathématiques (14h - 17h)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin
    - Chimie (8h - 11h)
    - Physique (14h - 16h)
  • Vendredi 22 juin
    - Génie chimique (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies de la gestion - Communication et gestion des ressources humaines
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin
    - Histoire-géographie (8h - 10h30)
    - Épreuve de spécialité (14h - 18h)
  • Mercredi 20 juin
    - Économie-droit (8h - 11h)
    - Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin
    - Mathématiques (8h - 10h)
    - Langue vivante 2 étrangère ou langue vivante 2 régionale (14h - 16h)
  • Vendredi 22 juin
    - Management des organisations (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies de la gestion - Comptabilité et finance d’entreprise / Mercatique / Gestion des systèmes d’information
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin
    - Histoire-géographie (8h - 10h30)
    - Épreuve de spécialité (14h - 18h)
  • Mercredi 20 juin
    - Économie-droit (8h - 11h)
    - Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin
    - Mathématiques (8h - 11h)
    - Langue vivante 2 étrangère ou langue vivante 2 régionale (14h - 16h)
  • Vendredi 22 juin
    - Management des organisations (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies industrielles - Génie civil / Génie mécanique / Génie énergétique / Génie des matériaux
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Étude des constructions (12h30 - 18h30)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Mathématiques (8h - 12h)
  • Vendredi 22 juin :
    - Sciences physiques et physique appliquée (8h - 10h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies industrielles - Génie électronique
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Étude des systèmes techniques industriels (12h30 - 18h30)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Mathématiques (8h - 12h)
  • Vendredi 22 juin :
    - Physique appliquée (8h - 12h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies industrielles - Génie électro-technique
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Étude des constructions (12h30 - 16h30)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Mathématiques (8h - 12h)
  • Vendredi 22 juin :
    - Physique appliquée (8h - 12h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies industrielles - Génie optique
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Étude des constructions (12h30 - 18h30)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Mathématiques (8h - 12h)
  • Vendredi 22 juin :
    - Sciences physiques appliquées (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Sciences et technologies industrielles - Arts appliqués
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin :
    - Étude de cas (8h - 12h)
    - Mathématiques (14h - 16h)
  • Mercredi 20 juin :
    - Physique - chimie (8h - 10h) (1)
    - Français : 14h - 18h (1)
  • Jeudi 21 juin : Recherche appliquée (8h - 16h)
  • Vendredi 22 juin :
    - Arts, techniques et civilisations (8h - 11h)
    - Langue vivante 1 (14h - 16h)
Hôtellerie
  • Lundi 18 juin : Philosophie (14h - 18h)
  • Mardi 19 juin : Environnement du tourisme (14h - 17h)
  • Mercredi 20 juin : Français (14h - 18h) (1)
  • Jeudi 21 juin : Gestion hôtelière et mathématiques (13h - 17h30)
  • Vendredi 22 juin : Sciences appliquées et technologies (14h - 17h)

(1) Pour les candidats qui sont autorisés à subir à la session 2012 de l’examen toutes les épreuves, y compris les épreuves anticipées, sous réserve de ne pas avoir subi celles-ci l’année précédente (cf. article 3 de l’arrêté du 15 septembre 1993 modifié relatif aux épreuves anticipées du baccalauréat général et technologique) et pour les candidats scolarisés en 1ère ST2S, STL rénovée ou STG durant la présente année scolaire.

Source : Bulletin officiel n° 45 du 8 décembre 2011
Calendrier 2012 de l’orientation et de l’affectation des élèves, du diplôme national du brevet, du baccalauréat, des certificats d’aptitude professionnelle, des brevets d’études professionnelles et des brevets de technicien

Épreuves du baccalauréat professionnel

Épreuves générales écrites

Elles sont communes à tous les candidats.

Lundi 18 juin

  • Français: 9h30 - 12h
  • Histoire - géographie - éducation civique: 14h - 16h

Mardi 19 juin

  • Arts appliqués et cultures artistiques: 14 h - 15 h 30

Mercredi 20 juin

  • Prévention - santé - environnement: 15 h - 17 h
Épreuves professionnelles écrites

Les dates diffèrent selon la spécialité de baccalauréat professionnel.

Du 19 au 22 juin: Selon les spécialités de baccalauréat professionnel

Épreuves pratiques

Les dates sont fixées par les recteurs.

Les modalités de l’examen

Baccalauréat général et technologique

Les épreuves anticipées
  • Français : écrit et oral (baccalauréat général et technologique, toutes séries)
  • Français et littérature : écrit et oral (série L)
  • Travaux personnels encadrés TPE (séries L, ES, S)
  • Épreuve d’histoire-géographie : oral (séries sciences et technologies industrielles STI et sciences et technologies de laboratoire STL)

De nouvelles épreuves anticipées sont mises en place pour la voie générale :

  • Sciences : écrit (séries ES et L) - cette épreuve commune remplace l’épreuve d’enseignement scientifique dans ces séries
  • Histoire et géographie : écrit (série S)
  • L’épreuve de mathématiques-informatique en série L est supprimée

Les candidats autorisés à passer en 2012 leurs épreuves anticipées en même temps que leurs épreuves terminales, pour les séries générales, passeront les épreuves anticipées selon les modalités en vigueur jusqu’à la session 2013 et sur les anciens programmes.

  • Français : écrit et oral (baccalauréat général ou technologique, toutes séries)
  • Français et littérature : écrit et oral (série L)
  • Mathématiques-informatique : écrit (série L)
  • Enseignement scientifique : écrit (séries ES et L)
En terminale 2012 : le contrôle en cours de formation (CCF)
  • Éducation physique et sportive (baccalauréat général et technologique)
  • Capacités expérimentales en sciences physiques et sciences de la vie et de la Terre (série S)
  • Expression orale en langues vivantes (série STG et ST2S)
En fin de terminale 2012 : les autres épreuves du premier groupe
  • Épreuves obligatoires : écrites, orales, pratiques selon les séries
  • Épreuves facultatives, deux au maximum (seuls les points supérieurs à 10 sont pris en compte par le jury)
Résultats
  • Le candidat qui obtient une moyenne inférieure à 8/20 est ajourné.
  • Le candidat qui obtient une moyenne de 10/20 ou plus est déclaré admis.
  • Le candidat qui obtient une moyenne comprise entre 8/20 et 10/20 est autorisé à se présenter aux épreuves orales du second groupe.
Épreuves du second groupe, de "rattrapage"

Le candidat se présente à deux épreuves orales, dans deux matières qu’il choisit parmi celles qui ont fait l’objet d’une épreuve écrite, anticipée ou non. Pour chacune des épreuves, seule la meilleure note obtenue par le candidat au premier ou au deuxième groupe est prise en compte par le jury.

Le candidat est reçu s’il obtient une moyenne de 10/20 ou plus à l’ensemble des épreuves, à l’issue des épreuves du second groupe. Un certificat de fin d’études secondaires est délivré au candidat ajourné à l’issue des épreuves du second groupe.

Session de remplacement (septembre)

Cette session s’adresse aux candidats qui, en cas d’absence justifiée liée à un événement indépendant de leur volonté, n’ont pu subir tout ou partie des épreuves organisées à la session de juin.

Les règles sont les suivantes :

  • les candidats ayant subi une partie des épreuves anticipées subissent de nouveau toutes ces épreuves, les notes obtenues à la session normale étant annulées
  • les candidats ayant subi une partie des épreuves subissent à la session de remplacement l’ensemble des épreuves, à l’exception des épreuves anticipées
  • les candidats autorisés à subir des épreuves de contrôle subissent seulement ces épreuves
  • les candidats autorisés par dérogation à subir toutes les épreuves la même année se voient appliquer les règles ci-dessus

Sont exclues de la session de remplacement les épreuves d’éducation physique et sportive, l’épreuve de travaux pratiques encadrés (TPE) et les épreuves facultatives. Les notes obtenues à la session normale à l’épreuve d’éducation physique et sportive et, le cas échéant, aux épreuves facultatives sont reportées et prises en compte lors de la session de remplacement.

Baccalauréat professionnel

Structure de l’examen

Le baccalauréat professionnel comporte :

  • 7 épreuves obligatoires (chaque épreuve est composée d’une ou plusieurs unités)
  • 1 épreuve facultative de langue vivante
Qui peut se présenter ?

Les candidats ayant suivi une préparation au diplôme par la voie scolaire, de l’apprentissage ou de la formation continue.

Les candidats ayant accompli trois ans d’activité professionnelle dans un emploi de niveau au moins égal à celui d’un ouvrier ou employé qualifié et dans un domaine professionnel en rapport avec la finalité du diplôme.

Deux formes d’examen possibles

Les candidats ayant préparé le baccalauréat par la voie scolaire ou de l’apprentissage présentent obligatoirement l’examen sous sa forme globale. Ils subissent l’ensemble des épreuves au cours d’une même session, en fin de formation.
Le diplôme leur est délivré s’ils ont obtenu une moyenne générale égale ou supérieure à 10/20.

Les candidats issus de la formation professionnelle continue, de l’enseignement à distance et ceux qui se présentent au titre de leurs trois années d’activité professionnelle peuvent passer l’examen sous la forme globale ou choisir la forme progressive de l’examen. Dans ce cas, ils ne présentent, lors d’une même session, que certaines unités constitutives du diplôme.
Le diplôme est délivré au candidat qui, après en avoir présenté l’ensemble des unités, a obtenu une moyenne générale égale ou supérieure à 10/20.

Épreuves ponctuelles et contrôle en cours de formation

L’organisation de l’examen diffère selon l’origine des candidats.

Combinaison entre épreuves ponctuelles et épreuves évaluées par contrôle en cours de formation

  • Candidats scolarisés en formation initiale dans les établissements publics et privés sous contrat 
  • Candidats de la formation professionnelle continue dans un établissement public
  • Candidats ayant préparé l’examen par la voie de l’apprentissage dans un centre de formation d’apprentis ou une section d’apprentissage habilités à pratiquer le contrôle en cours de formation

Pour la première fois à la session 2012, plusieurs disciplines générales sont évaluées par contrôle en cours de formation. C’est en particulier le cas de la langue vivante, ce qui ­permet la prise en compte de l’expression orale, qui n’était pas évaluée jusqu’à présent

Épreuves uniquement ponctuelles

Tous les autres candidats, dont, notamment, les élèves de l’enseignement à distance

Dispenses d’épreuves

Les candidats bacheliers ou titulaires de certains diplômes peuvent être dispensés de certaines unités : langue vivante, français, histoire-géographie-éducation civique, cultures artistiques et arts appliqués, éducation physique et sportive, éducation socioculturelle (pour les spécialités relevant du ministère chargé de l’agriculture).

Les candidats ajournés à l’examen d’une spécialité de baccalauréat professionnel qui ont obtenu à une ou plusieurs de ces unités une note égale ou supérieure à 10/20 voient leur bénéfice se transformer en dispenses d’unités s’ils se présentent à l’examen d’une autre spécialité de baccalauréat professionnel, pendant leur durée de validité (cinq ans).

Épreuve de rattrapage

Depuis la session 2009, les candidats au baccalauréat professionnel peuvent bénéficier d’une épreuve de rattrapage, dite "épreuve de contrôle". Aucune modification n’est apportée, pour la session 2012, aux modalités de déroulement de cette épreuve.

Conditions

Les candidats, qui obtiennent une moyenne générale comprise entre 8 et 10 sur 20 aux épreuves du premier groupe et une note au moins égale à 10 sur 20 à l’épreuve professionnelle pratique, peuvent se présenter à l’épreuve de rattrapage.

Modalités

L’épreuve consiste en deux interrogations de quinze minutes chacune :

  • l’une portant sur les connaissances et compétences évaluées dans les unités relevant de l’épreuve E1, qui est, selon les spécialités, une épreuve scientifique, ou scientifique et technique, ou de mathématiques et d’économie-droit ;
  • l’autre sur les connaissances et compétences évaluées dans l’épreuve E5 de français, histoire-géographie et éducation civique.
Résultat définitif

Le résultat définitif de l’examen est égal à la moyenne de :

  • la note moyenne sur 20 des épreuves du premier groupe affectées de leur coefficient
  • la note sur 20 attribuée à l’épreuve de contrôle

Exemple : un candidat qui obtiendrait une moyenne de 8 sur 20 aux épreuves de premier groupe (dont 10 au moins à l’épreuve professionnelle pratique) devrait obtenir au moins 12 sur 20 à l’épreuve de contrôle pour être admis à l’examen.

Ces dispositions s’appliquent à toutes les spécialités du baccalauréat professionnel, quels que soient les coefficients des épreuves, et à tous les candidats, y compris ceux qui bénéficient de dispenses d’épreuves.

Épreuves de remplacement

Les candidats qui, pour une cause de force majeure dûment constatée, n’ont pu se présenter à tout ou partie des épreuves de la session organisée à la fin de l’année scolaire peuvent, sur autorisation du recteur, se présenter aux épreuves de remplacement correspondantes.

Mesures de sécurisation du baccalauréat

Afin de mieux prévenir et répondre aux atteintes portées à la sécurité de l’examen, les services du ministère ont mis en œuvre un ensemble de mesures destinées à améliorer la sécurité des épreuves.

Toutes les académies ont élaboré un diagnostic de sécurité de leurs locaux affectés à la préparation des examens. À cette occasion, différentes failles de sécurité ont été identifiées et des travaux engagés pour y remédier dans les meilleurs délais. Plus de 200 000 euros de crédits ont ainsi été délégués pour financer immédiatement les travaux prioritaires dans plusieurs académies. Ces travaux seront poursuivis au-delà de cette session afin de circonscrire à terme tous les risques identifiés.

Une charte de déontologie des examens a été publiée au Bulletin Officiel de l’Éducation nationale du 12 avril. Elle rappelle les obligations auxquelles sont soumis tous les agents publics qui interviennent dans le cadre de la conception des sujets ou de l’organisation des examens terminaux relevant du ministère de l’Éducation nationale.

Une circulaire sur la préparation, le déroulement et le suivi des épreuves du baccalauréat a été publiée en même temps que la charte de déontologie des examens. Elle formalise, pour la première fois en un document unique, les différentes phases de l’organisation des sessions annuelles de l’examen, pour la métropole et l’Outre-mer : élaboration et envoi, impression et mise sous pli, diffusion et conservation des sujets ; calendriers des épreuves, inscription, affectation et convocation des candidats et constitution des jurys ; déroulement et notation des épreuves, résultats et réclamations.

Elle met, notamment, l’accent sur la prévention et la gestion des fraudes durant les épreuves (par exemple l’affichage et la lecture aux candidats, lors de la première épreuve de l’examen, d’une fiche d’informations sur les consignes à respecter et les sanctions encourues en cas de fraude, etc.).

Diverses actions ont aussi été entreprises pour renforcer la sécurité informatique.

Annexé à la circulaire précitée, un guide a été rédigé pour définir les bonnes pratiques à observer obligatoirement pour les utilisateurs dans ce domaine. Sa mise en œuvre est une priorité d’action pour 2012. De plus, les dispositifs techniques de sécurité ont été renforcés pour assurer la sécurité des systèmes d’information (sonde anti-intrusion, application sécurisée de transmission des fichiers, audits techniques de robustesse, etc.).

Enfin, une réforme importante de la procédure disciplinaire applicable aux candidats au baccalauréat a été publiée le 5 mai (décret n° 2012-640 du 3 mai 2012). Il s’agit de transférer cette compétence des sections disciplinaires des universités à une commission académique de sept membres nommés par le recteur. L’objectif est de traiter plus rapidement et plus efficacement les cas de fraude suspectée en offrant les mêmes garanties de respect des droits de la défense que l’ancienne procédure.

Fraudes ou tentatives de fraudes

La procédure disciplinaire applicable aux candidats au baccalauréat est désormais régie par le décret n° 2012-640 (cf. annexe 1) du 3 mai 2012 qui institue une commission académique de discipline du baccalauréat compétente pour prononcer des sanctions à l’égard des éventuels auteurs de fraudes ou de tentatives de fraudes.

Éléments constitutifs d’une fraude

Constitue une fraude :

  • toute communication des candidats pendant les épreuves
  • toute utilisation d’informations, de documents ou de matériels non autorisés par le sujet ou la réglementation lors des épreuves
  • toute substitution d’identité
Interdictions pendant les épreuves

L’utilisation des téléphones portables et, plus largement, de tout appareil non autorisé permettant des échanges ou la consultation d’informations, est interdite et est susceptible de poursuites par l’autorité académique pour tentative de fraude. Tous ces appareils doivent être impérativement éteints. Ils sont soit rangés dans le sac du candidat, soit remis aux surveillants de salle. Les surveillants doivent regrouper à l’endroit indiqué les sacs, porte-documents, cartables ainsi que tout matériel et document non autorisé, afin que les candidats ne puissent pas y avoir accès pendant la durée de l’épreuve.

Flagrants délits et interdictions pendant les épreuves

En cas de flagrant délit de fraude ou de tentative de fraude, le surveillant responsable de la salle prend toute mesure pour faire cesser la fraude sans interrompre la participation à l’épreuve du ou des candidats. Il dresse un procès-verbal contresigné par les autres surveillants et par le ou les auteurs de la fraude ou de la tentative de fraude.

Le candidat pris en flagrant délit ne peut être expulsé de la salle qu’en cas de substitution de personne ou de trouble affectant le déroulement de l’épreuve.

Instruction d’une suspicion de fraude
Le chef de centre

Sur la base du rapport du surveillant de salle, le chef de centre constitue un dossier de saisine qu’il envoie au recteur, accompagné de son avis sur la matérialité des faits constatés et l’opportunité d’engager des poursuites devant la commission académique.
Le jury du baccalauréat délibère sur les résultats du candidat suspecté de fraude mais aucun certificat de réussite ou relevé de notes ne peut lui être délivré avant la décision de la commission académique.

Le recteur d’académie

Le recteur d’académie engage ou non les poursuites devant la commission académique de discipline qui devra statuer dans un délai de 2 mois après la proclamation des résultats.

La commission académique de discipline du baccalauréat

Présidée par un universitaire, président de jury du baccalauréat, la commission académique comprend 7 membres nommés par le recteur dont 1 élève membre du conseil académique de la vie lycéenne et 1 étudiant élu au sein du conseil d’administration d’une université. La procédure devant la commission organise les droits de la défense.

Sanctions et recours

Les sanctions encourues par les fraudeurs vont du blâme à l’interdiction temporaire de se présenter à des examens ou de s’inscrire dans l’enseignement supérieur.
Le candidat peut contester la décision de la commission académique de discipline devant le juge administratif compétent.

Aménagements pour les candidats présentant un handicap

Les candidats présentant un handicap peuvent passer le baccalauréat dans des conditions aménagées, garantissant l’égalité de leurs chances avec les autres candidats.

Pour bénéficier de ces mesures, les candidats doivent adresser une demande à l’un des médecins désignés à cet effet par la commission départementale des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

Au vu de la situation particulière du candidat, le médecin rend un avis sur lequel s’appuie le rectorat pour décider des aménagements ou des adaptations d’épreuves, comme :

  • l’assistance d’un(e) secrétaire, qui écrira sous leur dictée, pour les candidats qui ne peuvent pas écrire à la main, utiliser leur propre matériel (ordinateur...) ou qui ne peuvent pas s’exprimer par écrit d’une manière autonome
  • une dispense des épreuves obligatoires de langue vivante autres que la langue vivante 1, pour les candidats présentant un handicap auditif, à leur demande ; pour les candidats au baccalauréat professionnel qui présentent un handicap auditif, ou un trouble de la parole ou du langage, des modalités particulières ont été élaborées pour leur permettre de passer dans des conditions satisfaisantes l’épreuve obligatoire de langue vivante 1, désormais évaluée entièrement à l’oral
  • un aménagement de l’épreuve d’histoire-géographie au baccalauréat général des séries ES, L et S, ainsi qu’au baccalauréat technologique des séries STG et ST2S, pour les candidats reconnus handicapés visuels ou handicapés moteurs
  • un contrôle adapté pour l’épreuve d’éducation physique et sportive
  • une composition sur des sujets transcrits en braille ou en gros caractères avec un fort contraste

L’avis du médecin ne préjuge pas de la décision du recteur.

De plus, les candidats concernés peuvent demander la conservation pendant cinq ans des notes de leur choix obtenues à l’examen (quelle que soit leur valeur), tout en pouvant bénéficier, le cas échéant, d’une mention.

Une demande d’étalement des épreuves sur plusieurs sessions peut aussi être formulée.
Depuis la session 2009, cette possibilité est étendue aux épreuves du second groupe.

Par ailleurs, les autorités académiques peuvent ouvrir des centres d’examen adaptés si certains élèves, accueillis dans des établissements hospitaliers pour des séjours de longue durée ou recevant des soins en liaison avec ces établissements, ne peuvent aller composer dans des centres ouverts dans les établissements scolaires.

Enfin, les candidats qui ont obtenu un temps d’épreuves majoré bénéficient d’un temps de repas et de récupération entre les épreuves qui ne doit pas être inférieur à une heure. Ceux qui sont installés dans une salle particulière peuvent, s’ils le souhaitent, déjeuner sur place.

Mentions au baccalauréat

Les mentions
  • "assez bien", pour une note moyenne au moins égale à 12 et inférieure à 14
  • "bien", pour une note moyenne au moins égale à 14 et inférieure à 16
  • "très bien", pour une note moyenne au moins égale à 16

Lors de la session 2011, 50,6 % des lauréats du baccalauréat général ont été reçus avec mention, dont 7,5 % avec mention "très bien".

Parmi les lauréats du baccalauréat technologique, 33,9 % ont obtenu une mention, 0,9 % d’entre eux une mention "très bien".

Quant aux lauréats du baccalauréat professionnel, 44,2 % ont obtenu une mention, dont 0,9 % d’entre eux, une mention "très bien"

Avantages accordés aux bacheliers mention "très bien"

Les élèves qui obtiennent une mention "très bien" au baccalauréat peuvent bénéficier d’une aide au mérite à l’entrée dans l’enseignement supérieur, dès lors qu’ils choisissent une filière relevant du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, habilitée à accueillir des étudiants boursiers. Cette aide leur est attribuée pour 3 ans.

Les élèves et les apprentis, qui ont obtenu une mention "très bien" ou "bien" au baccalauréat professionnel, sont admis de droit en section de techniciens supérieurs s’ils en font la demande. Cette mesure, adoptée à l’issue de la session 2006, favorise l’accueil des bacheliers professionnels qui souhaitent poursuivre des études supérieures.

Mentions par série pour les baccalauréats général et technologique
Mentions obtenues en 2011

45,2 % des lauréats de la série Économique et sociale

  • 28,1 % avec mention assez bien
  • 12,8 % avec mention bien
  • 4,3 % avec mention très bien

41,4 % des lauréats de la série Littéraire

  • 25,7 % avec mention assez bien
  • 11,1 % avec mention bien
  • 4,6 % avec mention très bien

57,5 % des lauréats de la série Scientifique

  • 28,3 % avec mention assez bien
  • 18,7 % avec mention bien
  • 10,5 % avec mention très bien

42,6 % des lauréats de la série Sciences et technologies industrielles

  • 29,1 % avec mention assez bien
  • 11,3 % avec mention bien
  • 2,2 % avec mention très bien

48,5 % des lauréats de la série Sciences et technologies de laboratoire

  • 33,2 % avec mention assez bien
  • 12,8 % avec mention bien
  • 2,5 % avec mention très bien

30,9 % des lauréats de la série Sciences et technologies de la gestion

  • 25,9 % avec mention assez bien
  • 4,7 % avec mention bien
  • 0,3 % avec mention très bien

30,0 % des lauréats de la série Sciences et technologies de la santé et du social

  • 24,5 % avec mention assez bien
  • 5,0 % avec mention bien
  • 0,4 % avec mention très bien

41,0 % des lauréats de la série Hôtellerie

  • 31,5 % avec mention assez bien
  • 8,3 % avec mention bien
  • 1,2 % avec mention très bien

67,7 % des lauréats de la série Techniques de la musique et de la danse

  • 35,8 % avec mention assez bien
  • 23,3 % avec mention bien
  • 8,7 % avec mention très bien
Évolution entre la session 2010 et la session 2011

Part de bacheliers par série ayant obtenu une mention

  • Économique et sociale : + 5,5 %
  • Littéraire : + 0,5 %
  • Scientifique : + 1 %
  • Sciences et technologies industrielles : - 1,3 %
  • Sciences et technologies de laboratoire : + 0,9 %
  • Sciences et technologies de la gestion : - 1,9 %
  • Sciences et technologies de la santé et du social : + 5,3 %
  • Hôtellerie : - 3,7 %
  • Techniques de la musique et de la danse : + 4,7 %
Mentions par secteur pour le baccalauréat professionnel
Mentions obtenues en 2011
  • 43,4 % des lauréats du secteur production (33,1 % avec mention assez bien, 9,2 % avec mention bien et 1 % avec mention très bien)
  • 46,1 % des lauréats du secteur des services (35,2 % avec mention assez bien, 10,1 % avec mention bien et 0,8 % avec mention très bien)
Évolution entre la session 2010 et la session 2011

Part de bacheliers par secteur ayant obtenu une mention

  • secteur de la production : - 0,7 %
  • secteur des services : - 1,1 %

Langues vivantes

Baccalauréat général et technologique

Épreuve de langue vivante 1 (LV1) obligatoire pour toutes les séries

Allemand, anglais, arabe, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu moderne, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien.

Épreuves de langue vivante 2 ou 3 (LV2 ou LV3) obligatoires selon les séries

Les candidats peuvent faire leur choix parmi celles proposées pour l’épreuve de LV1 obligatoire ou parmi les langues régionales : basque, breton, catalan, corse, créole, langues mélanésiennes, occitan, tahitien.

Modalités d’évaluation de l’épreuve obligatoire

Pour toutes les séries générales et technologiques la LV1 fait l’objet d’une épreuve écrite, sauf en séries STG et ST2S, où l’épreuve se déroule à la fois à l’écrit et à l’oral.
La LV2 concerne toutes les séries du baccalauréat général et la série technologique STG. Elle est évaluée soit par une épreuve écrite, soit par une épreuve orale selon la série et la spécialité.
Enfin, une LV3 peut être choisie dans le groupe d’épreuves obligatoires par les candidats de la série littéraire uniquement.

Langues pouvant faire l’objet d’une épreuve facultative orale

Depuis 2008, la langue des signes française (LSF) peut être choisie comme épreuve orale facultative de langue.

Langues étrangères : allemand, anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, grec moderne, hébreu moderne, italien, japonais, néerlandais, polonais, portugais, russe.

Langues régionales : basque, breton, catalan, corse, créole, occitan, tahitien, langues mélanésiennes, gallo, langues régionales d’Alsace, langues régionales des pays mosellans.

Les épreuves orales facultatives, pour les langues autres qu’allemand, anglais, espagnol et italien, ne sont organisées que dans les académies disposant d’examinateurs compétents.

Toutes les séries permettent de choisir une épreuve facultative de langue vivante au baccalauréat.

Langues pouvant faire l’objet d’une épreuve facultative écrite

Albanais, amharique, arménien, bambara, berbère, bulgare, cambodgien, coréen, croate, estonien, finnois, haoussa, hindi, hongrois, indonésien-malais, laotien, lituanien, macédonien, malgache, norvégien, persan, peul, roumain, serbe, slovaque, slovène, suédois, swahili, tamoul, tchèque, turc, vietnamien.

Réglementation particulière au baccalauréat général

À titre dérogatoire, des candidats étrangers ou d’origine étrangère qui sont arrivés en France depuis moins de 2 ans et n’y ont pas suivi un cursus scolaire complet peuvent substituer leur langue maternelle à l’une des langues réglementairement offertes au choix des candidats, dans les épreuves obligatoires de LV1 et LV2 uniquement.

Baccalauréat professionnel

Modalités d’évaluation
Les modalités d’évaluation des langues vivantes, obligatoire ou facultative, ont été rénovées : l’épreuve est désormais une épreuve orale qui prend appui sur le contexte professionnel de la spécialité professionnelle concernée.

Langues pouvant faire l’objet de l’épreuve de langue vivante 1 obligatoire pour toutes les spécialités
Allemand, anglais, arabe, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu moderne, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien.

Langues pouvant faire l’objet de l’épreuve de langue vivante 2 obligatoire pour certaines spécialités
La liste des langues offertes au titre de la langue vivante 2, précédemment identique à celle des langues vivantes 1, a été complétée afin de permettre en particulier le choix des langues régionales et des créoles. Elle se compose désormais comme suit : allemand, anglais, arabe littéraire, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec, hébreu, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien, basque, breton, catalan, corse, créole (guadeloupéen, guyanais, martiniquais, réunionnais), langues mélanésiennes, langue d’oc (auvergnat, gascon, languedocien, limousin, nissart, provençal, vivaro-alpin), tahitien.

Langues pouvant faire l’objet de l’épreuve facultative orale
Allemand, amharique, anglais, arabe, arménien, berbère, bulgare, cambodgien, chinois, croate, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu moderne, hongrois, islandais, italien, japonais, laotien, malgache, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, roumain, russe, serbe, suédois, tchèque, turc, vietnamien, basque, breton, catalan, corse, créole, gallo, occitan, tahitien, langues régionales d’Alsace, langues régionales des pays mosellans, langues mélanésiennes, langue des signes française.

Désormais, les candidats ne peuvent pas choisir, pour l’épreuve facultative, la même langue que celle retenue pour l’épreuve obligatoire.

L’épreuve n’est organisée que dans les académies où un examinateur compétent peut être adjoint au jury.

Dimension internationale du baccalauréat

Le baccalauréat, c’est aussi :

  • l’option internationale du baccalauréat (OIB)
  • les sections européennes ou de langue orientale (SELO)
  • l’Abibac, le Bachibac et l’Esabac
  • le baccalauréat franco-américain
  • le baccalauréat franco-allemand
Option internationale du baccalauréat

Les candidats scolarisés en section internationale (séries ES, L ou S uniquement) peuvent, s’ils le souhaitent, se présenter à un examen spécifique. Dans ce cas, les épreuves de LV1 et d’une discipline non linguistique sont remplacées ou complétées par des épreuves spécifiques avec des coefficients particuliers. Ces épreuves spécifiques portent sur des enseignements propres aux sections internationales : la discipline non linguistique (les mathématiques en chinois ; l’histoire-géographie dans les autres langues).

Langue et littérature
Deux épreuves dans la langue de la section :

  • une épreuve écrite de 4 heures, coefficient 6 en série L, 5 en séries ES et S
  • une épreuve orale de 30 minutes, coefficient 4

Mathématiques en chinois
Une épreuve évaluée en cours de formation (deux fois une heure trente minutes), en première et en terminale, dans la langue de la section (chinois uniquement pour le moment), coefficient 3

Histoire-géographie

  • une épreuve écrite composée, au choix du candidat, en français ou dans la langue de la section, durée 4 heures, coefficient 5 en séries L et ES, 4 en série S
  • une épreuve orale dans la langue de la section, de 15 minutes, coefficient 3 en séries L et S, 4 en ES

Les candidats se voient délivrer le diplôme du baccalauréat avec l’indication "option internationale" suivie de la langue de la section.
Il existe 14 types de sections internationales : allemand, américain, anglais (britannique), arabe, chinois, danois, espagnol, italien, japonais, néerlandais, polonais, portugais, russe et suédois.
À la session 2010, 1 880 candidats ont été reçus (sur 1 898 présentés), soit un taux de réussite de 99,1 %.

Sections européennes ou de langue orientale (SELO)

Les élèves scolarisés en section européenne ou de langue orientale en séries générales, technologiques ou professionnelles peuvent, s’ils le souhaitent, se présenter à une épreuve spécifique leur permettant d’obtenir sur leur diplôme du baccalauréat l’indication "section européenne ou de langue orientale" suivie de la langue de leur section.

Cette indication est obtenue sous deux conditions :

  • avoir obtenu une note égale ou supérieure à 12/20 à l’épreuve du premier groupe de langue vivante qui a porté sur la langue de la section
  • avoir obtenu une note égale ou supérieure à 10/20 à une évaluation spécifique visant à apprécier le niveau de maîtrise de la langue acquis au cours de la scolarité en section européenne

Cette dernière évaluation comporte deux parties :

  • une interrogation orale de 20 minutes comptant pour 80 % de la note
  • une note portée sur la scolarité de l’élève au cours de la classe terminale comptant pour 20 %

De plus, en séries générales ou technologiques, le candidat peut choisir de voir sa note à l’évaluation spécifique prise en compte au titre d’une épreuve facultative.
Les sections européennes et de langue orientale existent en 11 langues : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, japonais, néerlandais, portugais, russe, vietnamien.
À la rentrée 2010, ces sections scolarisaient plus de 30 000 élèves en classes terminales des séries générales et technologiques.

L’Abibac, le Bachibac et l’Esabac

Les candidats scolarisés en section binationale (séries ES, L ou S pour le moment) peuvent, s’ils le souhaitent, se présenter à un examen spécifique. Dans ce cas, les épreuves de LV1 et d’une discipline non linguistique sont remplacées par des épreuves spécifiques sans changement de coefficient. Ces épreuves spécifiques portent sur des enseignements spécifiques aux sections binationales. Ces épreuves sont obligatoirement passées dans la langue de la section. La discipline non linguistique est l’histoire-géographie.

Langue et littérature

  • une épreuve écrite, durée 4 heures pour le Bachibac et l’Esabac ou 5 heures pour l’Abibac ;
  • une épreuve orale, durée 30 minutes

Histoire-géographie
Une épreuve écrite, durée 5 heures

Les sections binationales existent en partenariat avec trois pays :

  • l’Allemagne : délivrance simultanée du baccalauréat et de la Allgemeine Hochschulreife (Abitur)
  • l’Espagne : délivrance simultanée du baccalauréat et du Bachillerato (première session en 2012)
  • l’Italie : délivrance simultanée du baccalauréat et de l’Esame di Stato (seconde session en 2012)

Dans chacun de ces trois pays, des élèves étrangers sont scolarisés dans des cursus binationaux construits sur le même modèle que les sections binationales françaises. Ces élèves étrangers se verront également délivrer le baccalauréat français en plus de leur diplôme national.

Baccalauréat franco-américain

Le baccalauréat franco-américain est un baccalauréat français qui permet de voir certaines notes reconnues en vue d’une entrée dans les universités américaines.

Il est uniquement préparé dans certains lycées français qui sont situés sur le territoire des États-Unis d’Amérique, grâce à un partenariat local.

Certaines épreuves sont remplacées par des épreuves assurées par l’organisme éducatif partenaire aux États-Unis.

La première session du baccalauréat franco-américain a eu lieu en 2011.

Baccalauréat franco-allemand

Le baccalauréat franco-allemand est un diplôme de fin d’études secondaires, distinct du baccalauréat français.

Il est préparé en France dans un seul établissement, le lycée de Buc (Yvelines) et en Allemagne dans deux établissements (Sarrebruck et Fribourg).

Les programmes d’enseignement sont définis et harmonisés entre les trois établissements.

Options au baccalauréat

Enseignement de spécialité

Dans les séries générales, un enseignement de spécialité est proposé, au choix :

  • Langue vivante 1 ou 2 renforcée (séries ES, L)
  • Langue vivante 3 : série L
  • Langues et cultures de l’Antiquité (latin, grec) : série L
  • Arts : série L (au choix : arts plastiques, cinéma-audiovisuel, cirque, danse, histoire des arts, musique, théâtre)
  • Mathématiques : séries S, ES, L
  • Sciences économiques et sociales : série ES
  • Physique-chimie : série S
  • Sciences de la vie et de la Terre : série S
  • Agronomie- territoire-citoyenneté série S (dans les lycées dépendant du ministère chargé de l’agriculture)

Cet enseignement est doté d’un coefficient.

Options facultatives, hors langues vivantes

L’élève peut choisir au maximum deux options facultatives selon les séries :

  • Langues et cultures de l’Antiquité (latin, grec) : pour les séries générales
  • Enseignements artistiques (au choix : arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, histoire des arts, musique, théâtre) : pour toutes les séries générales te technologiques
  • Éducation physique et sportive : pour toutes les séries générales et technologiques

Seuls comptent les points au-dessus de la moyenne.

Dispositif de conservation des notes

Baccalauréat général et baccalauréat technologique

Après un échec au baccalauréat général ou technologique, le candidat qui se présente de nouveau à l’examen peut, à condition qu’il s’inscrive comme candidat non scolarisé et dans la même série, conserver pendant cinq ans des notes égales ou supérieures à 10 obtenues aux épreuves du premier groupe.

Cette mesure de conservation des notes s’applique également aux candidats atteints de maladie grave, ainsi qu’aux candidats sportifs de haut niveau.

Pendant cinq ans, les candidats présentant un handicap peuvent conserver les notes, mêmes inférieures à 10, obtenues aux épreuves du premier groupe, tout en pouvant bénéficier, le cas échéant, d’une mention.

Baccalauréat professionnel

En cas d’échec à l’examen, les candidats au baccalauréat professionnel relevant de la formation initiale peuvent demander à conserver, au sein de la même spécialité et pendant cinq ans à compter de leur date d’obtention, le bénéfice des notes égales ou supérieures à 10 obtenues aux unités.

Lors de la session suivante, le calcul de la moyenne générale s’effectue sur la base des notes conservées et des notes obtenues aux évaluations à nouveau passées.

Les candidats issus de la formation professionnelle continue, de l’enseignement à distance et ceux qui se présentent au titre de leur expérience professionnelle peuvent, s’ils ont présenté l’examen sous la forme progressive, choisir également de conserver et reporter, au sein de la même spécialité, dans les mêmes conditions, des notes inférieures ou supérieures à 10 sur 20 obtenues aux unités.

Organisation et histoire du baccalauréat

L’organisation du baccalauréat nécessite de longs mois de préparation. Surveillance, répartition des élèves dans les salles, conservation des sujets, gestion des copies et des notes mobilisent l’Éducation nationale.

Des acteurs multiples au service de l'organisation du baccalauréat

L’administration centrale
  • élabore les textes réglementaires qui définissent le contenu de chacun des baccalauréats et les différentes modalités d’épreuves (durée, coefficient, nature, etc.)
  • fixe le calendrier national des sessions
  • répartit la charge de l’élaboration des sujets entre les académies
  • fixe et répartit les emplois et les crédits nécessaires aux examens
Les corps d’inspection

Les membres de l’inspection générale de l’Éducation nationale sont réglementairement responsables devant le ministre de la qualité des sujets du baccalauréat.

Ils sont représentés, au niveau académique, par les inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (baccalauréat général et technologique) et les inspecteurs de l’Éducation nationale (baccalauréat professionnel) qui jouent un rôle important d’animation et de conseil tout au long de l’organisation de la session. Ceux-ci contribuent notamment à la désignation des concepteurs de sujets et des membres des jurys.

Les recteurs d’académie

Ils sont principalement chargés de :

  • la mise en place des commissions de choix de sujets
  • la duplication, le stockage puis la répartition entre les centres d’examen de l’ensemble des sujets de la session
  • l’organisation de la campagne d’inscription des candidats
  • la fixation du calendrier des épreuves orales et pratiques dans l’académie
  • la désignation des centres d’examen et la répartition des candidats entre ces centres
  • la constitution des différents jurys et la désignation, pour chacun d’eux, d’un président, d’un président adjoint
  • la convocation des enseignants et des candidats
  • la gestion informatique des différentes opérations liées à l’examen
  • l’édition des diplômes
  • la gestion des recours
  • la conservation des copies pendant les douze mois qui suivent la session
Le chef de centre d’examen

C’est habituellement le proviseur de l’établissement qui accueille les candidats, assisté dans ses tâches d’un ou plusieurs adjoints.

Ses responsabilités sont diverses :

  • stockage des sujets dans les jours précédant les épreuves
  • préparation des locaux et répartition des candidats à l’intérieur des salles
  • organisation de la surveillance par des membres du personnel enseignant et d’éducation
  • accueil des candidats et bon déroulement des épreuves
  • distribution des sujets et répartition des copies entre les correcteurs
  • organisation du secrétariat des jurys
  • organisation des épreuves du second groupe
  • remise des relevés de notes aux candidats
  • gestion des recours

Élaboration des sujets

Les sujets distribués aux candidats au mois de juin sont l’aboutissement d’un processus qui a débuté plus d’un an auparavant.

Mai

Le ministère répartit l’élaboration des sujets pour la session de l’année suivante entre les académies. Cette répartition concerne les sujets "normaux" et de secours des sessions ordinaires et de remplacement de la métropole, des DOM-COM et des différents groupements de pays étrangers. En philosophie par exemple, plus d’une centaine de sujets sont élaborés par différentes académies.

Juin

Dans chaque académie, les divisions d’examen mettent en place des commissions d’élaboration et de choix de sujets dont la présidence est confiée conjointement à un inspecteur général de l’Éducation nationale et à un universitaire. Les membres de ces commissions sont des professeurs de lycée, désignés par le recteur, sur proposition de l’inspecteur pédagogique régional compétent et choisis dans des établissements représentatifs, par leur diversité, de l’ensemble du tissu scolaire de l’académie. La participation à ces commissions ne donne lieu à aucune rémunération. La composition et les travaux de ces commissions sont strictement confidentiels. À cet égard, hormis les deux co-présidents, aucun des membres de la commission ne doit être informé de la destination des sujets à préparer.

Septembre-décembre

Chaque commission élabore plusieurs sujets : l’inspecteur général ou son représentant, l’inspecteur pédagogique régional ou l’inspecteur de l’Éducation nationale veillent au respect des instructions réglementaires et assure, le cas échéant, la coordination entre les commissions d’une même discipline.

Décembre-janvier

Chaque sujet est soumis séparément à deux professeurs (n’ayant pas participé aux travaux de la commission) chargés de les traiter dans un temps inférieur à celui donné aux candidats. Ces enseignants, les "professeurs d’essai", doivent donner leur avis sur la faisabilité et l’intérêt du sujet et repérer d’éventuelles erreurs.

Janvier-février

Les sujets sont modifiés, si nécessaire, pour tenir compte de l’avis des professeurs d’essai. Pour chaque sujet, les deux co-présidents préparent et remettent un dossier au recteur composé :

  • d’un sujet rédigé dans sa forme définitive
  • de rapports des professeurs d’essai
  • d’un rapport des co-présidents attestant de la conformité du sujet à la réglementation en vigueur et proposant une destination pour le sujet (normal ou secours, métropole ou centre étranger)
Mars

Le recteur procède au choix définitif des sujets et à leur affectation. Le "bon à tirer" des sujets est signé par l’inspecteur général et l’universitaire présidents de chaque commission.

Avril-mai

L’académie responsable de l’élaboration d’un sujet l’adresse, sous forme de maquette, à l’ensemble des autres académies, s’il s’agit d’un sujet destiné à la métropole ou à l’académie de rattachement des centres étrangers ou des COM. Les sujets sont ensuite imprimés ou transcrits en braille dans chaque rectorat, mis sous pli, conditionnés en cartons et stockés dans des locaux sécurisés.

Juin

Quelques jours avant les épreuves, les sujets sont acheminés vers les centres d’examen et stockés dans le coffre du proviseur jusqu’à l’heure de l’épreuve.

Histoire du baccalauréat

C’est le décret organique du 17 mars 1808 qui crée le baccalauréat. Les candidats doivent être âgés d’au moins 16 ans et l’examen ne comporte que des épreuves orales portant sur des auteurs grecs et latins, sur la rhétorique, l’histoire, la géographie et la philosophie. Les premiers bacheliers sont au nombre de 31.

Ce diplôme, qui a la double particularité de sanctionner la fin des études secondaires et d’ouvrir l’accès à l’enseignement supérieur (le baccalauréat est le premier grade universitaire), va se démocratiser au fil du temps : en 1880, à peine 1 % d’une classe d’âge obtient le baccalauréat, proportion qui s’élève à 62,6 % en 2003.

Les évolutions du baccalauréat

De 1930 à 1948, le nombre de candidats reçus à l’examen passe de 15 000 à 30 000. Il atteint 150 000 en 1973, 250 000 en 1985 et 470 000 en 1998.

En 2003, on compte 484 000 bacheliers dont 259 812 lauréats du baccalauréat général, 137 603 lauréats du baccalauréat technologique et 88 504 lauréats du baccalauréat professionnel.

En 1993, les nouvelles séries du baccalauréat général sont instituées :

  • ES (économique et social)
  • L (littéraire)
  • S (scientifique)

Ces trois bacs généraux visent la poursuite d’études supérieures (universités, grandes écoles, instituts universitaires de technologie.).

Créé en 1968, le baccalauréat technologique associe une formation générale à une formation technologique. Il implique la poursuite d’études (BTS, DUT, écoles spécialisées). Il existe huit bacs technologiques.

Le baccalauréat professionnel a vu le jour en 1985. Conçus en étroite relation avec les milieux professionnels, les bacs professionnels répondent à la demande des entreprises en techniciens d’atelier, employés ou ouvriers hautement qualifiés. Leur objectif est prioritairement l’entrée dans la vie active, même s’ils permettent dans certains cas la poursuite d’études.

Quelques dates clés

17 mars 1808 : Création du baccalauréat

1821 : Création d’un baccalauréat ès sciences

1830 : Introduction de la première épreuve écrite (composition française ou traduction d’un auteur classique)

1853 : Introduction d’une épreuve de langue vivante

1861 : Julie-Victoire Daubié devient la première femme bachelière à l’âge de 37 ans

1874 : Le baccalauréat ès lettres est scindé en deux séries d’épreuves à passer à une année d’intervalle (origine des deux parties)

1902 : Le grade de bachelier confère les mêmes droits, quels que soient la nature, le nombre des séries ou les mentions, option philosophie et option mathématiques élémentaires

1927 : Trois séries pour la première partie (A latin-grec, A’ latin-langue vivante, B langues vivantes)

1946 : Apparition de sept séries de première partie (quatre classiques, deux modernes, une technique)

Annexes

Texte réglementaire : décret n° 2012-640 du 3 mai 2012 relatif à la procédure disciplinaire applicable aux candidats au baccalauréat

NOR: MENE1220712D

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative,
Vu le code de l’éducation, notamment son article L. 331-3 ;
Vu la loi du 23 décembre 1901 modifiée réprimant les fraudes dans les examens et concours publics ;
Vu le décret n° 92-657 du 13 juillet 1992 relatif à la procédure disciplinaire dans les établissements publics d’enseignement supérieur placés sous la tutelle du ministre chargé de l’enseignement supérieur ;
Vu l’avis du Conseil supérieur de l’éducation en date du 11 avril 2012 ;
Vu l’avis du comité technique ministériel du ministère chargé de l’éducation nationale en date du 16 avril 2012 ;
Le Conseil d’État (section de l’intérieur) entendu,

Décrète :

Article 1
Le code de l’éducation (partie réglementaire) est modifié selon les articles 2 à 5 du présent décret.

Article 2
Le chapitre IV du titre III du livre III est complété par une section IV ainsi rédigée :
« Section IV
« Procédure disciplinaire applicable aux candidats au baccalauréat général
« Art. D. 334-25. - Dans chaque académie, une commission de discipline du baccalauréat est compétente pour prononcer des sanctions disciplinaires à l’égard des candidats auteurs ou complices d’une fraude ou d’une tentative de fraude commise à l’occasion du baccalauréat.
« Art. D. 334-26. - La commission de discipline du baccalauréat est présidée par un professeur des universités qui a été nommé en qualité de président du jury du baccalauréat, désigné par le recteur, chancelier des universités. Le président ne peut siéger au sein de la commission lorsque l’élève qui fait l’objet d’une procédure disciplinaire a été évalué par le jury qu’il a présidé.
« Cette commission comprend, outre son président, les personnes suivantes nommées par le recteur :
« 1° Deux inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux, dont un est désigné comme vice-président ;
« 2° Un chef de centre des épreuves du baccalauréat ;
« 3° Un enseignant membre de jury du baccalauréat ;
« 4° Un étudiant désigné, sur proposition du président de l’établissement, parmi les représentants des étudiants au conseil d’administration d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, désigné par le recteur et dont le siège est situé dans le ressort de l’académie où la fraude ou la tentative de fraude a été commise ;
« 5° Un élève inscrit en terminale au titre de l’année au cours de laquelle est organisée la session. Cet élève est désigné sur proposition du conseil académique de la vie lycéenne, parmi les élus de ce conseil. L’élève qui fait l’objet d’une procédure disciplinaire à raison d’un soupçon de fraude au baccalauréat ne peut siéger au sein de la commission.
« Pour chaque membre de la commission, un suppléant est désigné dans les mêmes conditions.
« En l’absence de son président et du suppléant de ce dernier, la commission est présidée par son vice-président.
« Art. D. 334-27. - En cas de fraude ou de tentative de fraude flagrante commise à l’occasion du baccalauréat, le surveillant responsable de la salle prend toutes mesures pour faire cesser la fraude ou la tentative de fraude, sans interrompre la participation à l’épreuve du ou des candidats. Il saisit les pièces ou matériels permettant d’établir la réalité des faits.
« En cas de substitution de personne ou de troubles affectant le déroulement des épreuves, l’expulsion de la salle des examens peut être prononcée par le chef de centre des épreuves du baccalauréat.
« Dans tous les cas, le surveillant responsable de la salle dresse un procès-verbal contresigné par le ou les autres surveillants et par le ou les auteurs des faits. En cas de refus de contresigner, mention est portée au procès-verbal.
« Le recteur est saisi sans délai des procès-verbaux correspondants.
« Art. D. 334-28. - Les poursuites devant la commission de discipline du baccalauréat sont engagées par le recteur.
« Dix jours au moins avant la date de réunion de la commission de discipline du baccalauréat, le recteur convoque le candidat poursuivi et, le cas échéant, son représentant légal par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.
« La convocation comporte l’énoncé des faits reprochés et précise à l’intéressé sous quel délai et dans quel lieu il peut prendre connaissance de son dossier.
« Elle mentionne le droit pour l’intéressé de présenter des observations écrites et orales et de se faire assister d’un conseil de son choix ou, le cas échéant, de se faire représenter par ce dernier.
« Art. D. 334-29. - Au regard des observations éventuellement produites et des éléments recueillis, le recteur peut décider de ne pas donner suite aux poursuites. Il en informe l’intéressé et, le cas échéant, son représentant légal.
« Art. D. 334-30. - Dans le cas contraire, le recteur saisit la commission de discipline du baccalauréat par écrit. Ce document mentionne le nom et l’adresse du candidat poursuivi ainsi que les faits qui lui sont reprochés. Il est accompagné de toutes pièces justificatives.
« La séance de la commission de discipline du baccalauréat n’est pas publique. Elle se tient valablement même en l’absence du candidat poursuivi.
« Lorsque la commission de discipline du baccalauréat examine l’affaire au fond, son président expose les faits et donne lecture, le cas échéant, des observations écrites produites par l’intéressé. Celui-ci est entendu dans ses explications. Il peut à tout moment, ainsi que son représentant légal s’il est mineur et éventuellement son conseil, demander l’autorisation au président de présenter des observations orales.
« La commission peut entendre des témoins. Cette audition a lieu contradictoirement en présence du candidat poursuivi, sauf s’il est absent, le cas échéant, de son représentant légal et éventuellement de son conseil.
« Le recteur, ou toute personne désignée par lui à cet effet, peut assister à la séance de la commission de discipline du baccalauréat et présenter des observations.
« Le candidat est invité à présenter ses ultimes observations avant que la commission ne commence à délibérer.
« Si elle se juge insuffisamment éclairée, la commission de discipline du baccalauréat peut décider de reporter l’affaire à une séance ultérieure. Il en est de même si le candidat, pour des motifs impérieux, n’est ni présent ni représenté et n’a pas fait parvenir d’observation.
« Art. D. 334-31. - Seules les personnes composant la commission de discipline du baccalauréat ont accès à la salle des délibérations. Nul ne peut délibérer s’il n’a assisté à la totalité de la séance.
« La commission ne peut valablement délibérer que si quatre membres au moins sont présents. Le vote a lieu à bulletin secret.
« La décision prise à la majorité des membres présents est motivée. Elle est signée par le président.
« Elle est notifiée à l’intéressé et, le cas échéant, à son représentant légal, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception. Elle mentionne les voies et les délais de recours.
« La commission de discipline du baccalauréat statue dans un délai de deux mois suivant la proclamation des résultats de la session à laquelle se rattachent les faits ayant donné lieu aux poursuites.
« La décision de la commission de discipline du baccalauréat, accompagnée des pièces au vu desquelles elle s’est prononcée, est transmise aux ministres chargés de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.
« Art. D. 334-32. - Les sanctions disciplinaires qui peuvent être prononcées par la commission de discipline du baccalauréat sont :
« 1° Le blâme avec inscription au livret scolaire, s’il existe ;
« 2° La privation de toute mention portée sur le diplôme délivré au candidat admis ;
« 3° L’interdiction de subir tout examen conduisant à l’obtention du baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans ou d’un titre ou diplôme délivré par un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans. Cette sanction peut être prononcée avec sursis si l’interdiction n’excède pas deux ans ;
« 4° L’interdiction de prendre toute inscription dans un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat pour une durée maximum de cinq ans.
« Art. D. 334-33. - Toute sanction prononcée entraîne, pour l’intéressé, la nullité de l’épreuve au cours de laquelle la fraude ou la tentative de fraude a été commise. L’intéressé est réputé avoir été présent sans l’avoir subie. La commission de discipline du baccalauréat peut en outre décider de prononcer à l’égard de l’intéressé la nullité du groupe d’épreuves ou de la session d’examen.
« Art. D. 334-34. - Lorsqu’un candidat fait l’objet de poursuites disciplinaires, il ne peut lui être délivré un relevé de notes ou un certificat de réussite avant que la commission de discipline du baccalauréat ait statué.
« En cas de nullité de l’épreuve ou du groupe d’épreuves prononcée par la commission de discipline du baccalauréat, le recteur saisit le jury pour une nouvelle délibération sur les résultats obtenus par l’intéressé.
« Art. R. 334-35. - Toute sanction prononcée en application des dispositions de la présente section peut faire l’objet d’un recours de plein contentieux devant le tribunal administratif territorialement compétent. »

Article 3
La section 1 du chapitre VI du titre III du livre III est complétée par une sous-section 3 ainsi rédigée :
« Sous-section 3
« Procédure disciplinaire applicableaux candidats au baccalauréat technologique
« Art. D. 336-22-1. - Les articles D. 334-25 à R. 334-35 sont applicables aux candidats au baccalauréat technologique. »

 

Article 4
La section 3 du chapitre VII du titre III du livre III est complétée par une sous-section 5 ainsi rédigée :
« Sous-section 5
« Procédure disciplinaire applicable aux candidats au baccalauréat professionnel
« Art. D. 337-94-1. - Les articles D. 334-25 à R. 334-35 sont applicables aux candidats au baccalauréat professionnel. »

Article 5
I. ― Pour l’application du présent décret dans les îles Wallis-et-Futuna :
1° Au premier alinéa de l’article R. 371-1, après la mention : « R. 337-31 » est ajoutée la mention : « , R. 334-35 » ;
2° Au premier alinéa de l’article D. 371-3, après la mention : « D. 334-22, », il est ajouté : « D. 334-25 à D. 334-34, ».
II. ― Pour l’application du présent décret à Mayotte :
1° Au premier alinéa de l’article R. 372-1, après la mention : « R. 337-31 » est ajoutée la mention : « , R. 334-35 » ;
2° Au premier alinéa de l’article D. 372-3, après la mention : « D. 334-22, », il est ajouté : « D. 334-25 à D. 334-34, ».
III. ― Pour l’application du présent décret en Polynésie française :
1° Au premier alinéa de l’article R. 373-1, après la mention : « R. 337-31 » est ajoutée la mention : « , R. 334-35 » ;
2° Au premier alinéa de l’article D. 373-2, après la mention : « D. 334-22, », il est ajouté : « D. 334-25 à D. 334-34, ».
IV. ― Pour l’application du présent décret en Nouvelle-Calédonie :
1° Au premier alinéa de l’article R. 374-1, après la mention : « R. 337-31 » est ajoutée la mention : « , R. 334-35 » ;
2° Au premier alinéa de l’article D. 374-3, après la mention : « D. 334-22, », il est ajouté : « D. 334-25 à D. 334-34, ».

Article 6
Le décret du 13 juillet 1992 susvisé est ainsi modifié :
1° Le c du 2° de l’article 2 est supprimé et le d devient le c ;
2° A l’article 4, les mots : « et au d » sont supprimés ;
3° Au deuxième alinéa de l’article 22, les mots : « , ou par le chef de centre des épreuves du baccalauréat » sont supprimés ;
4° Au 2° de l’article 23, les mots : « dans les cas prévus » sont remplacés par les mots : « dans le cas prévu » ;
5° Au premier alinéa de l’article 27, la phrase : « Lorsque les poursuites sont dirigées contre un usager mentionné au c du 2° de l’article 2 ci-dessus, le délai d’instruction ne peut être supérieur à un mois. » est supprimée ;
6° A l’article 28, le second alinéa est supprimé ;
7° A l’article 37, le dernier alinéa est supprimé ;
8° A l’article 41, au premier alinéa, les mots : « aux c et d » sont remplacés par les mots : « au c » et au 2°, les mots : « du baccalauréat ou » sont supprimés.

Article 7
Le présent décret entrera en vigueur le 1er juin 2012. Ses dispositions ne s’appliquent pas aux faits commis antérieurement à cette date. Ceux-ci relèvent des dispositions du décret du 13 juillet 1992 susvisé dans sa rédaction antérieure au présent décret.
Pour la session 2012, l’élève de terminale mentionné au 5° de l’article D. 334-26, dans sa rédaction résultant du présent décret, est désigné directement par le recteur parmi les élèves de terminale élus au conseil académique de la vie lycéenne.

Article 8
Les dispositions du présent décret sont applicables sur l’ensemble du territoire de la République.

Article 9
Le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative et le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 3 mai 2012.

François Fillon
Par le Premier ministre :
Le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, Luc Chatel
Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Laurent Wauquiez

Tableaux statistiques

Rétrospective du baccalauréat : 1960-2011
France métropolitaine (public+privé) - source : DEPP
Ces chiffres incluent ceux des baccalauréats agricoles

Candidats présents

Candidats présents

Candidats admis

Taux de succès

Session

Bac général

Bac techno

Bac
pro

total
bac

Bac général

Bac techno

Bac
pro

total
bac

Bac général

Bac techno

Bac
pro

total
bac

1960

80 710

-

-

80 710

59 287

-

-

59 287

73,5

-

-

73,5

1961

101 644

-

-

101 644

61 498

-

-

61 498

60,5

-

-

60,5

1962

106 692

-

-

106 692

66 225

-

-

66 225

62,1

-

-

62,1

1963

121 972

-

-

121 972

75 474

-

-

75 474

61,9

-

-

61,9

1964

138 430

-

-

138 430

86 729

-

-

86 729

62,7

-

-

62,7

1965

159 186

-

-

159 186

96 924

-

-

96 924

60,9

-

-

60,9

1966

212 420

-

-

212 420

105 839

-

-

105 839

49,8

-

-

49,8

1967

223 410

-

-

223 410

133 257

-

-

133 257

59,6

-

-

59,6

1968

208 460

-

-

208 460

169 422

-

-

169 422

81,3

-

-

81,3

1969

181 466

26 216

-

207 682

122 673

14 342

-

137 015

67,6

54,7

-

66,0

1970

200 722

48 398

-

249 120

138 707

28 600

-

167 307

69,1

59,1

-

67,2

1971

217 298

54 711

-

272 009

143 729

33 037

-

176 766

66,1

60,4

-

65,0

1972

221 453

60 810

-

282 263

147 352

36 844

-

184 196

66,5

60,6

-

65,3

1973

230 110

68 850

-

298 960

150 300

40 939

-

191 239

65,3

59,5

-

64,0

1974

226 101

74 504

-

300 605

153 450

45 274

-

198 724

67,9

60,8

-

66,1

1975

228 833

82 570

-

311 403

153 685

50 804

-

204 489

67,2

61,5

-

65,7

1976

226 268

86 323

-

312 591

151 806

50 856

-

202 662

67,1

58,9

-

64,8

1977

225 318

93 494

-

318 812

153 293

56 216

-

209 509

68,0

60,1

-

65,7

1978

230 262

98 016

-

328 278

156 130

60 050

-

216 180

67,8

61,3

-

65,9

1979

235 515

101 508

-

337 023

155 158

61 009

-

216 167

65,9

60,1

-

64,1

1980

241 738

105 216

-

346 954

159 769

62 660

-

222 429

66,1

59,6

-

64,1

1981

247 530

108 446

-

355 976

162 225

63 389

-

225 614

65,5

58,5

-

63,4

1982

253 587

114 215

-

367 802

170 180

68 249

-

238 429

67,1

59,8

-

64,8

1983

263 959

125 216

-

389 175

174 361

73 798

-

248 159

66,1

58,9

-

63,8

1984

260 100

131 838

-

391 938

169 225

80 272

-

249 497

65,1

60,9

-

63,7

1985

251 217

125 218

-

376 435

170 564

82 486

-

253 050

67,9

65,9

-

67,2

1986

253 887

131 794

-

385 681

178 918

86 071

-

264 989

70,5

65,3

-

68,7

1987

262 766

140 493

1 157

404 416

185 582

91 762

880

278 224

70,6

65,3

76,1

68,8

1988

278 917

145 821

8 610

433 348

207 616

98 491

6 529

312 636

74,4

67,5

75,8

72,1

1989

299 486

155 465

19 587

474 538

226 901

106 554

14 315

347 770

75,8

68,5

73,1

73,3

1990

327 484

163 565

32 296

523 345

247 213

112 615

24 116

383 944

75,5

68,9

74,7

73,4

1991

356 332

169 284

46 397

572 013

267 111

114 750

34 385

416 246

75,0

67,8

74,1

72,8

1992

373 651

174 851

58 835

607 337

272 366

118 501

44 933

435 800

72,9

67,8

76,4

71,8

1993

373 970

174 701

70 988

619 659

277 463

117 093

51 196

445 752

74,2

67,0

72,1

71,9

1994

365 950

177 217

80 024

623 191

273 096

126 744

60 364

460 204

74,6

71,5

75,4

73,8

1995

372 619

177 268

89 120

639 007

281 004

134 498

63 992

479 494

75,4

75,9

71,8

75,0

1996

346 126

170 035

92 270

608 431

258 943

132 300

72 156

463 399

74,8

77,8

78,2

76,2

1997

341 058

169 696

93 561

604 315

262 301

132 415

74 405

469 121

76,9

78,0

79,5

77,6

1998

337 595

176 319

102 908

616 822

268 119

140 679

79 256

488 054

79,4

79,8

77,0

79,1

1999

329 722

183 823

109 452

622 997

259 009

144 947

85 402

489 358

78,6

78,9

78,0

78,5

2000

329 303

186 944

112 942

629 189

263 673

148 476

89 792

501 941

80,1

79,4

79,5

79,8

2001

315 887

183 092

115 107

614 086

251 233

143 475

89 468

484 176

79,5

78,4

77,7

78,8

2002

311 171

178 201

117 643

607 015

250 316

137 425

90 778

478 519

80,4

77,1

77,2

78,8

2003

310 641

179 429

115 890

605 960

260 119

137 891

88 040

486 050

83,7

76,8

76,0

80,2

2004

306 766

179 569

117 658

603 993

253 564

138 634

90 820

483 018

82,7

77,2

77,2

80,0

2005

314 076

177 887

119 944

611 907

264 652

136 050

89 937

490 639

84,3

76,5

75,0

80,2

2006

316 487

174 985

124 857

616 329

274 717

135 708

96 921

507 346

86,8

77,6

77,6

82,3

2007

310 584

166 692

128 509

605 785

273 001

132 555

101 366

506 922

87,9

79,5

78,9

83,7

2008

307 495

162 197

128 773

598 465

270 724

130 877

99 467

501 068

88,0

80,7

77,2

83,7

2009

312 139

157 881

132 514

602 534

277 861

126 419

115 844

520 124

89,0

80,1

87,4

86,3

2010

310 146

156 593

131 582

598 321

271 022

128 245

113 859

513 126

87,4

81,9

86,5

85,8

2011

310 160

149 372

176 443

635 975

274 553

123 711

148 437

546 701

88,5

82,8

84,1

86,0

Proportion de bacheliers dans une génération

France métropolitaine (public+privé) - source : DEPP
L’indicateur est calculé à partir des estimations démographiques INSEE basées sur les résultats de la nouvelle enquête de recensencement en vigueur en mars 2010 rétropolé jusqu’en 1999, date du précédent recensement.

Année

Général

Technologique

Professionnel

Total

1851

0,6

-

-

0,6

1866

0,8

-

-

0,8

1886

1,1

-

-

1,1

1906

1,1

-

-

1,1

1926

1,7

-

-

1,7

1936

2,7

-

-

2,7

1946

4,4

-

-

4,4

1956

7,4

-

-

7,4

1966

12,6

-

-

12,5

1967

15,4

-

-

15,4

1968

19,6

-

-

19,6

1969

14,4

1,7

-

16,1

1970

16,7

3,4

-

20,1

1976

17,9

6,0

-

23,9

1977

18

6,6

-

24,6

1978

18,3

7,0

-

25,3

1979

18,2

7,0

-

25,2

1980

18,6

7,3

-

25,9

1981

18,7

7,3

-

26

1982

19,4

7,8

-

27,2

1983

19,7

8,4

-

28,1

1984

19,5

9,1

-

28,6

1985

19,8

9,6

-

29,4

1986

21,1

10,1

-

31,2

1987

21,7

10,8

0,1

32,6

1988

24,0

11,5

0,8

36,3

1989

25,8

12,3

1,7

39,8

1990

27,9

12,8

2,8

43,5

1991

30,6

13,0

3,9

47,5

1992

32,4

13,6

5,1

51,1

1993

34,9

13,9

5,9

54,7

1994

36,0

15,9

7,0

58,9

1995

37,2

17,6

7,9

62,7

1996

34,4

17,5

9,4

61,3

1997

34,1

17,5

9,9

61,5

1998

33,8

18,3

10,5

62,6

1999

32,2

18,3

11,1

61,6

2000

32,9

18,5

11,4

62,8

2001

32,7

18,2

11,2

62,1

2002

32,6

17,8

11,5

61,8

2003

33,3

17,8

11,4

62,5

2004

31,8

17,6

11,7

61,0

2005

33,0

17,0

11,4

61,4

2006

34,0

16,8

12,1

62,8

2007

33,9

16,4

12,6

62,9

2008

33,8

16,3

12,4

62,5

2009

35,2

15,9

14,4

65,5

2010

35,1

16,4

14,3

65,7

2011

36,7

16,2

18,9

71,8

Note d’information

Résultats définitifs de la session 2011 du baccalauréat
Note d’information n°12.03 - avril 2012

 

 

 
 
L'organisation du baccalauréat en vidéo

L’organisation du baccalauréat nécessite de longs mois de préparation. Surveillance, répartition des élèves dans les salles, conservation des sujets, gestion des copies et des notes mobilisent l’Éducation nationale.
Note : la vidéo a été réalisée en 2010. La date de début des épreuves mentionnée dans la vidéo correspond donc à celle de la session 2010.



 

 

 

Télécharger le dossier de presse

Baccalauréat 2012, le dossier de presse

  • L’essentiel et les nouveautés du baccalauréat 2012
  • Les chiffres clés du baccalauréat 2012
  • Les effectifs de la session 2012
  • Le calendrier de la session 2012
  • Les modalités de l'examen
  • L'organisation et l'histoire du baccalauréat

Feuilleter le dossier de presse Baccalauréat 2012

Télécharger le dossier de presse Baccalauréat 2012

En savoir plus
Pages à consulter

Le baccalauréat

  • Trois voies
  • Chiffres clés
  • L'organisation du baccalauréat
  • L'histoire du baccalauréat
  • Annales et sujets "Zéros"

Le baccalauréat

Le baccalauréat général

  • Un baccalauréat par série
  • Deux groupes d'épreuves
  • Trois mentions

Le baccalauréat général

Le baccalauréat technologique

  • Objectifs du bac technologique
  • Un baccalauréat par série
  • Deux groupes d'épreuves
  • Trois mentions

Le baccalauréat technologique

Le baccalauréat professionnel

  • Préparation du baccalauréat professionnel
  • Examen du baccalauréat professionnel
  • Rénovation de la voie professionnelle

Le baccalauréat professionnel

Dossier de presse - Vincent Peillon - 13/06/2012
Mise à jour : juin 2012
Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires.
Le calendrier scolaire

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
Le Bulletin officiel

Nouveaux rythmes scolaires

Votre enfant est à l'école primaire ? Vous avez des questions sur les nouveaux horaires à la rentrée 2014 ?

Rendez-vous sur le site d'information

5matinees.education.gouv.fr




Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Lettre aux parents

"La réussite de votre enfant est notre objectif commun"

Benoît Hamon écrit aux parents d'élèves



capture d'écran webreportage petit vivier

5 matinées c'est mieux pour apprendre : les parents et les enseignants racontent

Découvrez le webreportage