Toute l'actualité

Présentation des rapports sur la sécurisation et les évolutions du baccalauréat
[archive] Communiqué de presse - Luc Chatel - 12/03/2012

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Suite aux incidents qui ont émaillé la session 2011 du baccalauréat scientifique, Luc Chatel a voulu répondre aux risques de fraude au baccalauréat en demandant aux inspections générales (IGAENR, IGEN, IGF, CGIET) un rapport pour sécuriser l’examen dès la session 2012.

Ce rapport, dont les grandes lignes ont été présentées à la fin de l’été, a montré la complexité de l’organisation de l’examen et les limites de son fonctionnement actuel. C’est pourquoi, le ministre a commandé un second rapport aux mêmes inspections sur les évolutions possibles du baccalauréat à moyen terme.
 
Lundi 12 mars, le ministre a donc présenté l’état d’avancement des différentes mesures de sécurisation du baccalauréat 2012. Une charte de déontologie rappelant les règles de déontologie et la responsabilité en matière d'examen, entérinée au CSE du 19 janvier 2012, est à présent en cours de publication : elle sera adressée à tout le personnel qui a accès aux sujets, qu'il les élabore ou qu'il participe à la chaîne logistique. Un diagnostic local de sécurité a été demandé pour chaque académie : à ce jour, 22 rectorats ont réalisé ce diagnostic. Dans le même esprit, un document unique a été conçu pour formaliser les procédures et sensibiliser les chefs de centre à la surveillance des candidats. Le ministre a également rappelé son attachement à une évolution de la réglementation sur les fraudes visant à transférer aux recteurs les décisions de sanction.
 
Après la présentation du second rapport par les inspecteurs généraux sur les évolutions du baccalauréat, le ministre est revenu sur les grandes idées du rapport publié ce jour.
Il s’est notamment réjoui de l’augmentation du nombre de bacheliers par la diversification des voies d’accès mais a constaté qu’elle a entraîné une inflation du nombre d’épreuves et une complexité de son organisation et donc une grande fragilité. Il a relevé que le baccalauréat ne remplissait plus sa fonction de validation des connaissances de fin de lycée et que son utilisation pour l’affectation dans l’enseignement supérieur est fictive puisque 84% des affectations se font à partir des bulletins de notes. Pour le ministre l’épreuve du  baccalauréat est "à bout de souffle". Il a besoin d’être reformé. C’est pourquoi il  a énoncé quelques mesures simples qui permettraient de renouer avec l’esprit républicain du baccalauréat : moins d’options, moins d’épreuves facultatives, des notes sans doute éliminatoires dans les disciplines fondamentales, plus de place accordée au contrôle continu, un tronc commun encore plus important.
"Une telle évolution requiert un débat, une méthode et du temps : à ce titre, le moment d’une élection présidentielle est particulièrement propice à cette réflexion" a conclu le ministre.

 

Le rapport "Propositions pour une évolution du baccalauréat"

Télécharger le rapport "Propositions pour une évolution du baccalauréat"

En savoir plus
Page à consulter

Propositions pour une évolution de baccalauréat
Présentation du rapport des inspections générales (IGAENR - IGEN - IGF - CGIET)

Baccalauréat : présentation du rapport "Propositions pour une évolution du baccalauréat"

Mise à jour : mai 2012

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires.
Le calendrier scolaire

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
Le Bulletin officiel

RECRUTEMENT

Les inscriptions aux concours de la session 2015  sont ouvertes : n'attendez pas les derniers jours pour vous inscrire !

Inscrivez-vous aux concours enseignants




Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

CAFÉ DES PARENTS

Faites nous part de vos suggestions, posez vos questions, participez à un café des parents !

education.gouv.fr/
cafedesparents