Les publications de la Depp

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur, édition 2018
Parcours scolaires, diplômes, insertion  - Statistiques - publications annuelles - Édition 2018

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
En savoir plus
Glossaire

Définitions des notions et indicateurs statistiques

Pages à consulter

L'égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, dans le système éducatif, Éducation & formations, n° 96.

Égalité des filles et des garçons

C'est à l'école, et dès le plus jeune âge, que s'apprend l'égalité entre les sexes, pour que progressivement les stéréotypes s'estompent et que se construisent d'autres modèles de comportement.

Sites à consulter

Égalité filles-garçons

Des métiers et des formations ouverts aux filles comme aux garçons. Des infos et des témoignages de parcours réussis. Des séquences pédagogiques pour les équipes éducatives.
 
La rubrique Egalité filles-garçons de l’Onisep

Institut national de la statistique et des études économiques

Nouvelle fenêtre vers le site de l'Insee 

L’Insee analyse la situation des hommes et des femmes dans la société française, la persistance ou la réduction des inégalités : démographie, famille, santé, éducation, activité, revenus, loisirs, pouvoir.

Femmes et hommes : regards sur la parité

Qu’est-ce que la DEPP ?

La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance [DEPP] conçoit et produit des données et indicateurs sur la situation du système éducatif français. Elle est responsable de la diffusion et de l'analyse des informations qu'elle détient. Ce faisant, elle apporte des éléments de connaissance à l'ensemble de la société, participant ainsi au débat public général.

Les publications de la DEPP sont disponibles en ligne, sous la forme de fichiers imprimables à télécharger, accompagnés de tableaux de données chiffrées et de graphiques.

En savoir plus sur les missions de la DEPP

Rester informé
Consulter l’actualité de la DEPP et s’abonner à la liste de diffusion

 

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur réunit une série de données statistiques sur la réussite comparée des filles et des garçons depuis l’école jusqu’à l’entrée dans la vie active. La publication met en évidence des différences selon les sexes en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d’orientation et de poursuite d’études entre filles et garçons, qui auront des incidences ultérieures sur l'insertion dans l'emploi ainsi que sur les inégalités professionnelles et salariales entre les femmes et les hommes.

Rédaction en chef : Boubou Traore
 

L’essentiel

Les données statistiques mettent en évidence que les filles réussissent mieux à l’école. Par exemple, ces dernières ont de meilleurs résultats en français. L’évaluation internationale PIRLS de 2016 témoigne bien qu’en France comme ailleurs, les filles en CM1 sont plus performantes en compréhension de l’écrit. Elles sont également plus nombreuses à accéder au baccalauréat. En 2016, la proportion de bachelières dans une génération s’élève à 83,9 %, celle des bacheliers à 73,9 %, soit un écart de 10 points en faveur des filles.

D’un meilleur niveau scolaire, les filles s’orientent davantage vers l’enseignement général et technologique que les garçons. Pour autant, elles sont moins nombreuses en proportion à s’orienter dans les filières scientifiques. En 2016, 41,3 % des terminales scientifiques (S, ST2ID et STL) sont des filles. Ce n’était le cas que de 33,0 % d’entre eux en 1994. Dans l’enseignement supérieur, les différences sont plus nettes parmi les diplômés scientifiques. En 2015, 30 % des ingénieurs sont des femmes et ce taux est de 39 % parmi les docteurs en sciences.
Dans l’enseignement professionnel, la mixité est rarement atteinte, tant dans les domaines de la production – où 15 % des élèves ou apprentis sont des filles – que dans les domaines des services où les filles y sont majoritaires (sept dixièmes).

La réussite scolaire des filles ne se traduit pas systématiquement par une meilleure insertion professionnelle. En effet, si à la sortie des formations professionnelles (BTS inclus), les filles s'insèrent aussi bien en emploi dans les domaines des services, ce n’est pas le cas dans les domaines de la production. À la sortie de l’université, les filles s’insèrent aussi bien dans le marché du travail que leurs homologues masculins, mais n’ont ni le même niveau de qualification, ni le même salaire.

Enfin, pour la première fois, la publication Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur présente les résultats des enquêtes nationales de climat scolaire et de victimation dans le second degré. Les filles ont une perception du climat scolaire plus positive que les garçons, que ce soit au collège ou au lycée. Elles sont plus touchées par des situations de mise à l’écart, tandis que les garçons sont plus victimes de violences physiques.

Cette publication reflète l’engagement du système éducatif dans les objectifs de mixité et d’égalité, objectifs déclinés dans la convention interministérielle pour 2013-2018. Elle constitue un état de situation national, que les acteurs locaux peuvent décliner au niveau académique et au niveau des établissements scolaires.


Repères

La convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

Inscrite dans un fort engagement gouvernemental défini lors du comité interministériel des droits des femmes de novembre 2012, la convention est articulée autour de trois chantiers prioritaires :
- acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes,
- renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes,
- s’engager pour une plus grande mixité des filières de formation à tous les niveaux d’études.

Ces axes sont déclinés en un ensemble d’actions à conduire et leur mise en œuvre fait l’objet d’une actualisation annuelle définie en annexe de la convention pour chacun des six ministères signataires (ministère de l’Éducation nationale, ministère des Droits des femmes, ministère du Travail, de l’emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, ministère délégué chargé de la Réussite éducative). Au niveau local, la déclinaison de la convention s’appuie sur les réseaux mis en place par les différents ministères : chargés de mission « Égalité » en académie, réseau « Insertion-égalité » du ministère en charge de l’agriculture, référent « Égalité » dans les établissements d’enseignement supérieur, etc.

Consulter la convention

Mise à jour : mars 2018

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

calendrier
 
 
     




Handicap, tous concernés

Le handicap





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter