Toute l'actualité

[archive] Remise des prix aux meilleurs ouvriers de France à La Sorbonne
Discours - François Fillon - 21/06/2004

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Le lundi 21 juin, au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, François Fillon, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a remis leur diplôme et leur médaille à onze lauréats du 23e concours "Un des meilleurs ouvriers de France".
Ce concours honore l'excellence d'un travail aussi bien dans les métiers de l'artisanat que dans ceux de l'industrie et des services.
A l'issue de cette cérémonie, à laquelle participaient également le recteur de l'académie de Paris, Maurice Quenet, et Jean-Pierre Boisivon, président du concours, les onze lauréats - Jean-Claude Bastide, Christophe Chapron, Elie Gosse, Mélinda Jouy, Ludivine Laporte, Philippe Mahu, Joël Meallier, Alain Renault, Isabelle Sauvage, François Tamarin et Christophe Tassan - ont été reçus à L'Elysée par le Président de la République.

Cette remise des prix des « Meilleurs ouvriers de France » est plus qu'une habitude.
C'est une belle tradition à laquelle je tiens à rendre hommage.
C'est un grand rendez-vous des métiers.


Notre pays a toujours été profondément respectueux de ses métiers auxquels des élèves, des professionnels et des enseignants se vouent avec exigence et réussite. Ils fondent ce savoir-faire qui fait de la France un pays reconnu, et parfois envié, de par le monde.
Que vous soyez issus des métiers du bâtiment, de l'audiovisuel, de bouche ou de la gravure -et vous m'excuserez de n'en citer que quelques uns-, vous croyez tous à l'exigence de la qualité.

Ce savoir-faire ne s'invente pas ; il se transmet. Tous ici, vous perpétuez une tradition technique et culturelle : le goût pour la création, la singularité de la perfection¿ Cet héritage est aussi celui des qualités humaines les plus nobles telles que la fraternité du travail en équipe, la générosité des relations entre le maître et l'apprenti, la modestie de la réussite¿

L'importance de la tradition ne saurait pour autant faire de vous les derniers témoins d'une époque révolue. Vous êtes à jour de notre temps et mieux que quiconque savez vous adapter aux techniques les plus modernes.

Fidèles aux traditions mais aussi aux exigences de l'avenir, vous tenez un rôle majeur dans l'esprit de conquête qui doit être celui de la France.

De nouveaux rythmes se posent à notre pays : de jeunes puissances émergent, la concurrence s'accentue, les technologies se diffusent, de nouvelles formes de services s'imposent¿ Face à ces défis, nous ne devons pas craindre l'avenir. Au contraire, la France recèle d'atouts, de créativité et de potentiel. Elle doit dès lors les exploiter, comme vous le faites dans vos métiers respectifs, avec ce sens de l'effort qu'oblige une grande réalisation.

C'est à cela que nous appelons les Français !

Cet appel à l'effort n'est ni l'expression d'une idéologie ni le verdict d'un procès à l'endroit de certains nos concitoyens. Mais notre pays a parfois cédé par le passé aux sirènes des théories sur la fin du travail¿

Quelle drôle d'utopie !

Le travail confère à l'Homme sa dignité autant qu'il est indispensable à sa liberté individuelle¿ Outil d'intégration sociale, le travail fait la richesse et la compétitivité d'une Nation. De lui dépend le rang de notre pays dans une économie aujourd'hui mondialisée.

La France peut compter sur vous. Certains mettent leur talent au service des fleurons de notre industrie, d'autres ont choisi la voie de l'artisanat ou de la PME¿ Qu'il s'agisse de l'un ou de l'autre, vous tous ici n'avez pas choisi la voie la plus facile, car notre pays ne récompense et ne valorise pas suffisamment ceux qui sont animés par leur passion professionnelle.

C'est dans cet esprit que, depuis un peu plus de deux ans, nous veillons à desserrer les n¿uds qui brident les efforts et découragent les initiatives¿

Au c¿ur de cette réaffirmation de la valeur travail, il y a la formation des femmes et des hommes.

Je sais combien cette idée revêt une dimension particulière pour vous. La singularité de vos métiers exige l'excellence et serait impossible pour ceux qui ne remettraient pas sans cesse à jour leur connaissance. A cet égard, la loi relative à la formation professionnelle -que j'ai eu l'honneur de porter- introduit un droit à la formation tout au long de la vie. Ouvert à chaque salarié, ce droit est pour lui une source d'évolution et d'épanouissement autant qu'il constitue un gage d'efficacité et de compétitivité économique pour l'entreprise.

Par ailleurs, cette loi esquisse la réforme à venir de l'apprentissage dont vos corps de métiers sont des acteurs indispensables. La tradition séculière du compagnonnage vous incite plus que d'autres à former et préparer ceux qui demain vous succéderont.

Je vois d'ailleurs, parmi les lauréats cette année, quelques jeunes.

Ce titre de « Meilleur ouvrier de France » représente pour eux plus qu'une distinction. C'est un solide atout pour leur vie professionnelle, un exemple de réussite et la promesse de s'imposer parmi l'excellence.

Je les félicite de s'apprêter à prendre la relève des meilleurs.

Ils sont un encouragement pour nombre de nos jeunes qui s'engagent dans la voie de l'apprentissage et de l'enseignement professionnel. Ces filières sont nobles mais difficiles.

Et pourtant, c'est le chemin que vous avez choisi. Parce qu'il est celui de la passion et du travail bien fait ; mais aussi celui de perspectives professionnelles ouvertes.


Car vos métiers, sauf exception, ne connaissent pas -ou peu- de problème d'emploi. La difficulté n'est pas l'absence de travail mais la satisfaction des offres d'emploi. Et voilà bien l'un des tristes paradoxes du système français : des milliers d'offres non pourvues et autant de jeunes au chômage, sans qualification adaptée¿ Aussi j'invite le plus grand nombre de jeunes à suivre votre exemple, et à bien réfléchir à tout ce que peut apporter d'épanouissant l'exercice d'un métier que l'on a choisit et que l'on aime.

Pour ce faire, je compte renforcer l'information et la connaissance de ces métiers ainsi que des voies professionnelles qui y amènent¿ C'est dans cet esprit que le projet d'adaptation de la 3 ème propose un parcours de « découverte professionnelle », qui permettrait d'intégrer la dimension professionnelle comme composante de la « culture scolaire ».

Il existe, en France et depuis longtemps, des voies efficaces qui mènent vers des qualifications professionnelles. Toutes ces formations constituent un tremplin vers l'emploi dont les petites et moyennes entreprises sont le vivier. Il est temps de leur donner leurs lettres de noblesse¿

Aujourd'hui près d'un candidat sur deux inscrit au baccalauréat présente une série professionnelle ou technologique. C'est le signe encourageant de l'évolution du regard que porte les jeunes sur les débouchés de ces formations et sur le sérieux qu'elles inspirent aux acteurs du monde professionnel.

Elles ont toute leur place dans notre système éducatif, une place qui doit être reconnue et respectée à l'égale de toutes les autres : préparer un diplôme professionnel est tout aussi valorisant que suivre une filière universitaire ! A cet égard, le lieu de la cérémonie d'aujourd'hui, est chargé en symboles. Haut lieu de l'Université française, La Sorbonne incarne une forme de tradition et d'excellence dont vous êtes aussi, et à part entière, les porteurs.

Durant trop longtemps, nous avons présenté les filières générales comme étant les seules voies royales vers l'épanouissement et la promotion sociale.

Ce préjugé, nous devons le combattre. Personne n'a le monopole du talent ! Du normalien au luthier, du chirurgien au carreleur, chacun dans son art peut être saisi par l'expression d'une inspiration créatrice¿

Mesdames, Messieurs,

Dans quelques instants, je vais remettre à certains d'entre vous le diplôme de « Meilleur ouvrier de France ».

Il témoigne des qualités qui sont les vôtres : la créativité, la dextérité, l'âme.

Soyez fiers de cette récompense comme nous sommes fiers de vous !

Cette distinction ne marque pas le terme de votre travail puisqu'elle vous obligera à donner plus encore le meilleur de vous-même.

Demain, dans vos ateliers, sur vos chantiers, dans vos usines, vous serez « Un des Meilleurs ouvrier de France ». C'est dire combien vos apprentis attendront plus encore de votre expérience, vos camarades de vos compétences, vos clients de votre savoir-faire¿ Alors, au fond de vous-même, vous sentirez que le plus beau reste à venir !"

Mise à jour : août 2006

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

calendrier
 
 
     




Handicap, tous concernés

Le handicap





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information

Nous contacter