Toute l'actualité

24ème université d'été de la communication à Hourtin du 25 au 29 août 2003
Dossier de presse 26/08/2003

Le développement de l'usage éducatif des technologies de l'information et de la communication>

Comme l'a annoncé le Premier Ministre dans le plan RE/SO 2007, l'objectif du ministère de la Jeunesse de l'Education nationale et de la Recherche est d'arriver, en 2007, à un ordinateur pour dix élèves dans les écoles primaires, et à un pour trois dans les collèges et les lycées .

Parallèlement il s'agira d'atteindre, d'ici trois ans, la généralisation de l'utilisation des nouvelles technologies dans l'éducation, soit un taux d'utilisation de plus de 50%.

Des efforts concentrés dans les trois directions

· Matériels informatiques, en coopération avec les collectivités territoriales :
En parallèle à la poursuite de l'effort d'équipement, il faut franchir une étape qualitative en améliorant la disponibilité et la simplicité d'utilisation des outils informatiques, et en offrant de nouveaux services à l'ensemble de la communauté éducative.

· La mise en place d'un pôle national des contenus numériques et des usages pédagogiques pour l'enseignement :
L'utilisation des technologies de l'information et de la communication doit servir la réussite scolaire grâce à une nouvelle politique centrée, d'une part, sur la qualité et la cohérence de supports pédagogiques numériques et, d'autre part, sur la mise en commun des pratiques des enseignants sur les réseaux.

· Une éducation à l'usage des ordinateurs et de l'Internet :
L'action doit porter sur la sécurisation des utilisations de l'Internet en milieu scolaire, sur la formation de l'élève et de l'enseignant et sur l'éducation à un usage critique des technologies de l'information et de la communication.

Dix mesures pour relancer l'utilisation des technologies de l'information et de la communication à l'École


Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, a présenté, le 14 mai 2003, une série de mesures pour développer l'utilisation des technologies de l'information et de la communication dans les écoles, les collèges et les lycées.

Mesure n°1 : L'effort porte, en priorité, sur les écoles primaires qui sont peu équipées : 3 millions d'euros ont été engagés pour améliorer l'équipement et la diffusion des nouvelles technologies dans les écoles primaires. Ce budget sert avant tout à aider les communes qui ont peu de moyens financiers.

Mesure n°2 : Prêt de matériel informatique aux enfants malades ou handicapés pour garder un lien numérique avec la classe.
Le ministère souhaite, en lien avec les collectivités territoriales, favoriser l'équipement des dispositifs départementaux d'assistance pédagogique et des centres scolaires hospitaliers.

Mesure n°3 : Mise en place des dispositifs d'assistance au service des utilisateurs scolaires.

Mesure n°4 : Création de plates formes de travail collaboratives organisées pour les enseignants et les élèves dénommées « espace numérique de travail ».

Mesure n°5 : Création en ligne d'un « espace numérique des savoirs » avec les éditeurs publics et privés.

Mesure n°6 : Création d'un pôle national des contenus numériques pour l'enseignement scolaire au Centre national de documentation pédagogique (CNDP).
Dès octobre 2003, il sera le maître d'œuvre du ministère pour développer les coproductions public/privé et fournir aux enseignants des produits multimédia de qualité. Il orientera également les enseignants dans leurs recherches de produits multimédia ou de sites Internet éducatifs.

Mesure n°7 : Création au sein du CNDP d'une agence pour la promotion des usages éducatifs et du travail collaboratif. Sa mission : identifier et faire partager les usages intéressants aussi bien pour les enseignants que les parents.

Mesure n°8 : Validation des compétences relatives à l'usage des TIC.
Cette validation est aujourd'hui obligatoire à l'école élémentaire, où existe le brevet informatique et internet (B2i). Dès l'année scolaire 2003-2004, la validation des compétences du B2i niveau 2 devra être mise en œuvre pour tous les élèves du collège avec pour objectif de valider l'ensemble de ces compétences en classe de 3e.

Mesure n°9 : Vigilance et traitement avec rigueur des questions de sécurité, notamment par la création d'un réseau de correspondants académiques.
Le ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche, crée, avec l'aide du ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, une cellule nationale chargée d'inscrire dans des listes noires les sites identifiés comme illicites. Ces listes seront envoyées aux académies et intégrées systématiquement aux systèmes de filtrage des établissements scolaires.

Mesure n°10 : Pour la rentrée 2004, un certificat informatique et internet optionnel sera intégré à la 2e année d'IUFM. Il s'agit de former les enseignants à une connaissance générale de l'outil informatique mais aussi de les aider à mieux l'utiliser dans leur discipline

L'espace numérique de travail (ENT)

Qu'est ce qu'un espace numérique de travail ?
Un espace numérique de travail désigne un dispositif global fournissant à un usager (élève, étudiant, enseignant, enseignant-chercheur, parent, personnel administratif et technique) un point d'accès unifié et sécurisé à l'ensemble des ressources et des services numériques en rapport avec son activité.
L'espace numérique de travail doit permettre à chaque utilisateur d'accéder à l'ensemble de ses services en ligne depuis tout poste de travail connecté à Internet, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'établissement. Son espace numérique de travail le suivra au cours de ses déplacements quotidiens, dans et hors de l'établissement, comme au long de son cursus ou de sa carrière.
L'espace numérique de travail offre un certain nombre de services de base. Son rôle principal est d'intégrer les services et de les présenter de manière cohérente, unifiée, personnalisée, et personnalisable. Il sert en outre de portail d'accès à d'autres services complémentaires

Un exemple d'espace numérique : le cartable numérique
Le concept de cartable numérique ne recouvre pas une réalité unique. Il s'agit en réalité d'utiliser une image familière qui renvoie au lien entre l'école et la maison, pour suggérer l'intégration profonde des technologies de l'information et de la communication (TIC) au sein et autour de l'école.
Le cartable numérique est un espace personnalisé destiné à l'enseignant et à l'élève (ainsi qu'à sa famille), inclus dans l'espace collectif de la classe, accessible à la fois au sein de l'établissement et en dehors, qui met à disposition un ensemble de ressources et d'outils. Objectifs : favoriser l'appropriation des technologies de l'information et de la communication par les élèves et renforcer leur usage au sein de l'école.

Depuis le début de l'année 2002, la direction de la technologie pilote une démarche destinée à développer l'offre de services pédagogiques et administratifs en ligne auprès des établissements scolaires et des écoles : production, diffusion, échange de ressources numériques, outils de communication et de collaboration, organisation de la vie scolaire, etc. L'ensemble de ces services constituera ainsi pour chaque usager un véritable espace numérique de travail. http://www.educnet.education.fr/equip/bsdet.htm)

Une démarche fondée sur trois principes :
Simplicité : l'ensemble des services offerts aux utilisateurs (élève, étudiant, enseignant, enseignant-chercheur, parent, personnel administratif et technique) sera accessible par l'Internet, dans ou hors de l'établissement, sur un site web unique, de manière personnalisée selon le statut et les fonctions de chaque usager.
Qualité : ces services seront offerts avec la même exigence de qualité que dans les autres secteurs professionnels.
Proximité : la mise en œuvre des services en ligne sera maîtrisée par l'établissement scolaire, s'adaptant à son projet individuel. Les niveaux académiques et nationaux fourniront un ensemble de services techniques et méthodologiques pour assister l'établissement et l'école dans cette mise en œuvre.

Un appel à projets
Un appel à projets a été lancé, en mars 2003, en commun avec la Caisse des dépôts et consignations, pour de premiers déploiements de ces espaces numériques de travail entre la rentrée 2003 et la rentrée 2004.
http://www.educnet.education.fr/actu/appels.htm
Le volet 1 de cet appel, pour des projets dont la maturité permet d'envisager un déploiement avant la fin de l'année 2003, est subventionné à hauteur de 1 million 390 000 euros.
Dix-neuf dossiers de candidature ont été reçus en réponse, impliquant 15 académies, 8 régions, 22 départements et 9 communes ou groupements de communes., ce qui prouve l'intérêt et la dynamique de partenariat collectivités-Etat qu'a suscité cet appel à projet.
Huit projets ont été retenus :
- « ENT2Pi » (académie d'Amiens et conseil régional de Picardie),
- « ARGOS » (académie de Bordeaux, conseil régional d'Aquitaine,
- conseil général des Landes et communauté d'agglomération de Pau),
- « ArianeDijon » (académie de Dijon, conseils généraux de Côte d'Or, de la Nièvre, de Saône et Loire, de l'Yonne, communauté d'agglomération de Châlons, et villes de Châlons et de Dijon) ,
- « Cartable électronique » (académie de Grenoble, conseils généraux de l'Isère et de Savoie)
- « Numa » (académie de Montpellier, conseil régional du Languedoc-Roussillon, conseils généraux de l'Hérault et des Pyrénées orientales)
- « Prisme Lorraine » (académie de Nancy-Metz, conseil régional de Lorraine, conseils généraux de la Meuse et des Vosges)
- « Portées II » (académie de Poitiers , conseil régional de Poitou-Charentes, conseil général de la Vienne)
- « ENTEA » (académie de Strasbourg, conseil régional d'Alsace, conseil général du Bas-Rhin, ville de Colmar)
http://www.educnet.education.fr/actua/html/arts/G20030718.htm)
Une série d'événements publics est organisée en collaboration avec la Caisse des dépôts et consignations et la Fondation internet nouvelle génération (FING) pour sensibiliser les collectivités locales aux enjeux des espaces numériques de travail.

L'espace numérique des savoirs (ENS)

Qu'est ce qu'un espace numérique des savoirs ?
L'espace numérique des savoirs, lancé en février 2003 est un portail d'accès à un ensemble de ressources et services numériques, dont les contenus sont librement exploitables en classe pour un travail pédagogique.
www.education.gouv.f/cid327/index.html

Une démarche fondée sur trois orientations
- le contexte légal et la propriété intellectuelle : l'espace numérique des savoirs intègre, en amont, le rachat des droits de reproduction des œuvres ;
- le partenariat public/privé : l'espace numérique des savoirs est un canal privilégié pour la diffusion de la connaissance, enrichi tant par les éditeurs publics que par les éditeurs privés.
- l'exemplarité en terme de simplicité d'usage et d'accès aux informations : la complexité des technologies s'efface au profit d'une véritable transparence pour les usagers.
L'offre de ressources actuellement disponible se compose d'un site spécifique de l'Agence France Presse, des dictionnaires (Le Robert et Le Robert Junior), des encyclopédies (Tout l'univers, Hachette multimédia pro, L'Universalis), d'archives audiovisuelles extraites des fonds de l'INA (les Balises de la mémoire), des données économiques et statistiques de l'INSEE, du site Louvre.edu, du site Basile, corpus de textes de la littérature narrative française, réalisé par le CNED et les éditions Champion.

Pour enrichir cette offre un accord de partenariat a été signé le 25 août 2003 lors de l'université de la communication d'Hourtin, entre le Ministre délégué à l'Enseignement Scolaire, et les syndicats de la presse parisienne (SPP) et de la presse quotidienne régionale (SPQR).

Cet accord vise à favoriser l'accès des élèves et des enseignants, à travers un site Internet, à la richesse et à la diversité de la presse nationale et régionale(1) dont l'étude est essentielle pour l'action éducative

Les signataires s'engagent afin :
· d'identifier et de constituer, à partir des contenus journalistiques existants, une offre répondant aux besoins de l'enseignement, dans le cadre notamment des programmes de l'Éducation nationale ;
· de déterminer ensemble les meilleures conditions économiques et juridiques pour faciliter l'accès des élèves et des enseignants à ces contenus dans le cadre d'une utilisation exclusivement non commerciale et strictement pédagogique.
L'offre sera complétée à la rentrée de septembre 2003 d'une centaine d'images satellitaires, produites par Spot Imag et d'animations scientifiques en mathématiques, sciences-physiques et sciences de la vie et de la Terre.
La préfiguration de l'espace numérique des savoirs est testée sur un panel de 1 500 établissements volontaires : des écoles, des collèges et des lycées d'enseignement général ou professionnel, les IUFM et leurs antennes, les centres de documentation pédagogique du réseau SCEREN (CNDP, CRDP, CDDP). L'accessibilité aux ressources est variable suivant le niveau d'enseignement et le type d'établissement. http://www.educnet.education.fr/ENS/default.htm)
Le test se déroule de février 2003 à juin 2004.
Jusqu'en juin 2003, la mise au point des modalités techniques d'accès au portail et des modalités de suivi et d'accompagnement ont constitue les priorités d'étude, en concertation avec les équipes pédagogiques des académies et des établissements du panel.
L'année scolaire 2003-2004 sera consacrée à l'évaluation, quantitative et qualitative, des usages et à l'analyse des besoins.
Le bilan du test permettra d'étayer la réflexion, prélude à la généralisation d'un portail qui sera à la fois riche, évolutif et durable.

(1) Accords signés avec Le Monde, Le Figaro, Les Échos, La Tribune, Libération, L'Humanité, La Croix et en cours de signature avec treize titres de la presse régionale : L'Alsace, Les dernières nouvelles d'Alsace, L'Est Républicain, La Voix du Nord, l'Union, Paris-Normandie, Ouest France, Le Télégramme de Brest, La Nouvelle République du Centre-Ouest, Sud-Ouest, Nice Matin, La Dépêche du Midi, Le Parisien.

L'éducation à l'image

Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, et Jean-Pierre Cottet, directeur général de France 5, ont signé, le 12 mai 2003, un accord-cadre visant à renforcer les actions communes en faveur de l'éducation à l'image et de l'utilisation de programmes audiovisuels en classe.
Ce partenariat porte sur deux projets :
- La fourniture par France 5 de séquences audiovisuelles pédagogiques à l'espace numérique des savoirs lancé en février 2003 dans le cadre de la politique de développement des contenus numériques pour l'éducation souhaitée par le ministère.

Les 1 500 établissements qui expérimentent l'espace numérique des savoirs peuvent d'ores et déjà accéder à des dictionnaires, des encyclopédies en ligne, des fonds littéraires, des données économiques, des animations scientifiques en 3 dimensions ; ils auront ainsi accès, sur le web, à des extraits des programmes de France 5.
- L'association du ministère de la jeunesse de l'éducation nationale et de la recherche et du ministère de la culture et de la communication à la mise en œuvre du service de vidéos éducatives à la demande qui a été lancé en septembre par France 5 et le Scéren/CNDP. Ce service réservé aux établissements scolaires leur permet d'accéder sur le web à un choix de 700 séquences vidéos courtes. Les enseignants peuvent facilement les intégrer à leurs cours grâce à une documentation pédagogique d'accompagnement.
Ces deux projets reposent sur une coopération renforcée autour de la politique de libération des droits sur les programmes audiovisuels diffusés par France 5.


Le certificat informatique et internet

Le certificat informatique et internet, C2i® - conçu dans le prolongement du brevet informatique et internet (B2i®) en voie de généralisation dans l'enseignement scolaire - certifie les compétences acquises par les étudiants de l'enseignement supérieur. Ces compétences, définies comme indispensables à la poursuite de leurs études universitaires, sont susceptibles d'évoluer en fonction des développements technologiques et doivent leur permettre de se former tout au long de la vie.
En 2002-2003, les travaux ont porté sur le C2i® de niveau 1, commun à tous les étudiants et devant être acquis avant la fin de la licence :
définition du référentiel des compétences nécessaires à tout étudiant. Ce référentiel permet de tester non seulement les capacités techniques des étudiants, mais aussi l'usage responsable qu'ils font de l'outil ;
élaboration d'outils d'auto évaluation mis à disposition des établissements qui le souhaitent sous la forme d'un cédérom d'activités;
élaboration d'une banque d'exercices de contrôle élaborés par les établissements volontaires dans un but de mutualisation ;
définition des modalités de mise en œuvre de la certification.
Le C2i® de niveau 1 sera expérimenté dans dix établissements volontaires dès la rentrée universitaire 2003. Il sera intégré de façon optionnelle à la 2e année d'IUFM à la rentrée 2004.
http://www.educnet.education.fr/superieur/C2i.htm

La mise en œuvre d'une politique d'éducation à la citoyenneté et à la civilité pour l'usage des TIC


Face aux risques d'atteinte aux intérêts moraux et matériels des personnes qui pourraient être encourus par l'utilisation des réseaux et de l'internet dans les écoles et les établissements scolaires, le ministère souhaite inscrire son action dans un cadre général d'éducation à la responsabilité, au civisme et à la citoyenneté.

Les chartes
La démarche pédagogique choisie est de recourir systématiquement à des chartes d'utilisation, intégrées aux règlements intérieurs des établissements et des écoles. Les signataires sont ainsi engagés dans un rapport contractuel définissant les droits et les obligations de chacun, et mis en garde, de manière explicite et préalable contre les dérives et les dangers potentiels de certains usages.
Un projet de charte générale d'utilisation des services de l'internet, des réseaux et des services multimédias, associé à un forum de discussion, est ouvert et génère de nombreux échanges. (http ://listes.educnet.education.fr/forum/?type=jq).


La protection des données personnelles
Parce que l'utilisation d'internet par les enfants est un sujet de préoccupation pour tous, le ministère et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) ont organisé une action de sensibilisation des enseignants, des élèves et des familles à la protection des données personnelles et à la protection de la vie privée sur les réseaux. http://www.cnil.fr


Respect du droit et des personnes sur les réseaux : vers une éducation à la civilité
Du fait de l'ampleur et de la diversité des questions juridiques que pose l'usage de l'internet au milieu éducatif, le ministère, associé au Forum des droits sur internet (http ://www.foruminternet.org/), a lancé une expérimentation, conduite auprès d'un échantillon d'écoles, de collèges, de lycées et de lycées professionnels. Objectif : développer des pratiques pédagogiques centrées sur le respect de la loi et des personnes, tant au plan de la liberté d'expression, de la protection de la vie privée, que de la propriété intellectuelle, dans l'usage d'internet. Les résultats de cette expérimentation formeront un ensemble de démarches pédagogiques et d'exemples pratiques de mise en œuvre qui seront largement diffusés.
Enfin, dès septembre, chaque académie nommera un responsable de la sécurité des systèmes d'information. Ces responsables formeront un maillage national destiné à prévenir les risques informatiques et permettront de développer nos capacités de réaction en cas d'alerte face aux sites inappropriés de l'Internet par exemple.

Le site PrimLangues


Pour accompagner l'apprentissage des langues vivantes à l'école primaire


Le site PrimLangues, ouvert en septembre 2002, est destiné aux enseignants et constitue la ressource numérique pour accompagner le plan de généralisation de l'enseignement des langues dans le premier degré. Il a à la fois une vocation

d'information, de portail, de centre de documentation et d'outil de dialogue et de questionnement. Primlangues propose cinq grandes rubriques :
· les actualités des langues vivantes en général et du site en particulier ;
· des ressources diversifiées accompagnées de commentaires et correspondant, pour la plupart d'entre elles, à des points du programme (textes officiels, ouvrages de référence et sitographies, outils multimédia, propositions de séquences pédagogiques, notamment des "leçons zéro", validées par les corps d'inspection et s'appuyant sur des documents didactisés ou authentiques) ;
· des outils pour les échanges (forums, foire aux questions, listes d'information et de discussion), pour la formation et l'évaluation (en autonomie ou propositions de stages) ;
· la possibilité d'établir des correspondances scolaires ou entre enseignants et de développer des dialogues interclasses, relations plus ponctuelles et en lien direct avec le contenu des séances proposées par l'enseignant ;
· un guide pour l'international afin de faciliter la recherche de documents pédagogiques ou authentiques dans différentes langues, d'encourager l'établissement de liens avec une classe étrangère et de
s'informer sur les possibilités d'échanges et de formation .
http://www.primlangues.education.fr

Les campus numériques


Des formations entièrement ou partiellement à distance


À la suite des trois appels à projets en 2000, 2001 et 2002, 64 campus numériques sont en cours de développement.
Ces consortiums d'établissements d'enseignement supérieur ont pour objectif principal la mise en ligne de formations. Ils s'inscrivent dans les logiques du développement de la formation tout au long de la vie et de la nécessaire présence française à l'international (voir RAM 2001-2002 p 66 à 69). En juin 2002 les campus numériques préparaient à 150 diplômes dont 110 diplômes d'État ; ils représentaient 1 000 modules autonomes de formation et concernaient 20 000 étudiants.

En 2003, une importante opération d'évaluation a été confiée à deux sociétés, Ernst & Young et Ipsos. Elle a été conduite auprès de trois catégories d'interlocuteurs : les étudiants et adultes en reprise d'étude, les acteurs des campus numériques au sein des établissements, les partenaires des campus numériques (établissements étrangers, entreprises et institutions nationales).
http://www.educnet.education.fr/superieur/campus.htm

En parallèle à l'évaluation, deux axes de développement ont été privilégiés :
Démarche qualité : Le ministère a apporté un soutien financier aux consortiums qui se sont engagés dans la mise en place de démarches qualité.
Présence à l'international : La direction de la technologie a soutenu le renforcement de la présence des campus numériques à l'international, en privilégiant les dimensions européennes et francophones, en coordination avec la commission européenne, l'agence universitaire de la francophonie (AUF) et l'Agence Edufrance.

Des espaces numériques de travail pour l'enseignement supérieur
À la suite de l'appel à projets campus numériques 2002 (volet 2), quatre consortiums d'universités associant des entreprises développent des « environnements numériques de travail » adaptés aux établissements d'enseignement supérieur français. Ils ont également pour mission de déployer ces environnements dans le cadre d'opérations pilotes.

Des universités numériques en région
En mai 2003 a été lancé, avec la participation de la Datar, un appel à projets « Universités numériques en région », doté de 10 millions d'euros. L'objectif est double : développer les services en ligne offerts à l'ensemble des étudiants et faciliter l'accès de tous les étudiants à ces services. Cet appel à projets se traduira par la signature de contrats d'objectifs tripartites, associant des consortiums d'établissements d'une même région, les conseils régionaux et autres collectivités locales, le ministère.
http://www.educnet.education.fr/superieur/uninum.htm

Le projet prioritaire « Assistance aux utilisateurs »


Le projet, prioritaire, « Assistance aux utilisateurs des TIC dans les EPLE et écoles » s'inscrit dans le contexte de généralisation des usages des technologies de l'information et de la communication dans l'éducation et plus généralement dans la société.
L'assistance, service à l'utilisateur, doit apporter des réponses aux difficultés rencontrées dans les usages des TIC, quelle qu'en soit l'origine : matériels et réseaux, logiciels et services multimédias, usages.
http://www.educnet.education.fr/equip/assistance.htm


Les expérimentations menées dans les académies
· En 2001, quatre académies (Bordeaux, Grenoble, Rouen et Toulouse) ont lancé l'expérimentation ; deux ont choisi une plate-forme d'assistance internalisée, les deux autres une plate-forme externe. Sept nouvelles académies les ont rejointes en 2002 et, au cours de l'année 2002, les directions de la technologie et de l'administration ont accompagné 22 académies (projets, crédits et postes) et incité les huit dernières à déposer un projet. Un tableau de bord, mis en place collectivement, est renseigné par la plupart des académies.
· Les académies ayant une plate-forme internalisée utilisent le progiciel de gestion des demandes d'assistance retenu au niveau national. Un groupe de travail chargé de veiller à la cohérence du paramétrage du progiciel travaille, depuis le mois de mars 2002, à la mutualisation des bases de consignes.
· Le contrat des académies ayant une plate-forme externe venant à échéance en novembre 2003, un appel d'offres a été publié en mai 2003 pour permettre à de nouvelles académies d'intégrer cette plate forme d'accueil et de premier niveau.

La problématique de l'évaluation
La procédure d'évaluation de l'expérimentation, prévue lors du lancement du projet, s'appuie, d'une part, sur les tableaux de bord et, d'autre part, sur une évaluation externe, appliquée aux quatre académies premières expérimentatrices du projet.
L'évaluation externe consiste à mesurer les évolutions de l'impact du projet " Assistance " sur l'utilisation des technologies de l'information et de la communication par les personnels, en procédant à trois études successives (2001- 2002- 2003).
Le deuxième volet (2002) réalisé est en cours d'exploitation.

Le site d'accompagnement du plan de prévention de l'illettrisme www.bienlire.education.fr à partir du 1er septembre 2003


L'objectif principal consiste à aider, par un ensemble de ressources, à rendre lecteurs tous les enfants et les jeunes, et donc à :
- prévenir les difficultés qu'ils rencontrent
- remédier aux difficultés qui s'installent.


A l'intention des adultes intervenant auprès des enfants et des jeunes, il s'agit de :
- rompre l'éventuel isolement
- donner des outils
- valoriser les actions de terrain
- accompagner l'action par les apports des analyses et de la recherche.
Le site s'adresse aux enseignants et aux formateurs, mais aussi bibliothécaires, animateurs et bénévoles intervenant dans le temps des loisirs éducatifs et culturels ainsi qu'aux familles.


Le site propose cinq grandes rubriques :
- l'atelier présente des pratiques destinées aux différents publics ciblés ;
- la médiathèque présente des ressources documentaires (informations officielles, bibliographies…) et des documents plus distanciés des pratiques (articles, contributions plus théoriques, interviews) ;
- un syndicat d'initiative oriente l'internaute dans un carnet d'adresses, notamment un annuaire des ressources régionales, et vers un portail ;
- un espace d'échanges comportant une foire aux questions et une rubrique consacrée aux réactions des internautes ;
- une rubrique d'actualités informant sur les manifestations ou événements dans le domaine de la prévention de l'illettrisme.

Création d'une Délégation aux usages de l'Internet


La politique d'accès public à l'internet est une priorité de l'action gouvernementale. Parmi les mesures prises par le Premier Ministre lors du Conseil Interministériel de la Société de l'Information (CISI) du 10 juillet, une délégation aux usages de l'Internet est créée à compter du 1er octobre 2003. Cette délégation interministérielle, placée auprès de Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, est confiée à Benoît Sillard, sous-directeur des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation.


Cette nouvelle structure aura en charge les missions actuelles de la MAPI(Mission d'accès public à l'informatique, à l'internet et au multimédia, créée le 1/12/2000 pour trois ans). Mais, plus généralement, elle aura une mission de généralisation de l'accès et de la formation des familles, des enfants et du grand public, dans l'esprit de la mission de diffusion des nouvelles technologies qui incombe à la Ministre déléguée aux nouvelles technologies.


Son action se développera autour de trois grands thèmes : Civilité et sécurité, Initier et former tout au long de la vie et Internet pour tous.


La délégation mettra notamment en oeuvre les mesures prises par le CISI telles que : Education à la civilité , annuaire de sites labelisés, outils de protection de l'Internaute, répertoire des usages publics , charte « net public », espaces publics numériques, généralisation du passeport Internet ( PIM), e-formation, handicap et Internet, Enfant à l'hôpital, et préparation du Sommet Mondial de la Société de l'Information.

Le communiqué de presse du 22/08/03

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est pratique

     





DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Nous suivre, nous contacter

Facebook Twitter LinkedIn Snapchat Youtube lettres d'information