Toute l'actualité

Remise des "Prix des droits de l'Homme - René Cassin"

Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

Xavier Darcos a remis les Prix des droits de l’Homme – René Cassin le 7 novembre 2008. Créé en 1988, ce prix récompense l’engagement de collégiens et de lycéens dans le domaine des droits de l’homme.

 

Palmarès 2008

Collège

  • Catégorie « thème annuel ». 1948-2008 : la Déclaration universelle des droits de l’homme aujourd’hui.
    Établissement lauréat : Collège Henri-Dunant d’Evreux (27) - Académie de Rouen
    Projet intitulé : « La Déclaration universelle des droits de l’homme : entre souvenir et avenir », réalisé par une classe de sixième.

  • Catégorie « hors thème »
    Établissement lauréat : Collège Paul-Fort d’Is-sur-Tille (21) - Académie de Dijon
    Projet intitulé : « Écriture et illustration d’un roman historique sur l’esclavage », réalisé par deux classes de cinquième.

  • Mention spéciale du jury
    Collège Anne-Frank de Roubaix (59) - Académie de Lille
    Projet intitulé : « Tirailleurs, spahis, goumiers, zouaves. La participation des soldats coloniaux dans les première et seconde guerres mondiales. Entre mobilisation, propagande et dévouement », réalisé par 14 élèves de troisième.

Lycée général et technologique

  • Catégorie « thème annuel »
    1948-2008 : la Déclaration universelle des droits de l’homme aujourd’hui
    Établissement lauréat : Lycée André-Malraux de Remiremont (88) - Académie de Nancy-Metz
    Projet intitulé : « Voyage sur la Terre des Droits de l’homme : une enquête de lycéens sur l’héritage de René Cassin », réalisé par une classe de seconde.

  • Catégorie « hors thème »
    Établissement lauréat : Lycée Cassini de Clermont (60) - Académie d’Amiens
    Projet intitulé : « Des courts métrages opéras contre la discrimination », réalisé par une classe de terminale E.S.

Lycée professionnel

  • Catégorie « thème annuel »
    1948-2008 : la Déclaration universelle des droits de l’homme aujourd’hui
    Aucun établissement lauréat.

  • Mention spéciale du jury
    Lycée professionnel régional René-Cassin de Metz (57) - Académie de Nancy-Metz
    Travaux d’élèves de 1ère, baccalauréat professionnel, sur la Déclaration universelle des droits de l’homme

  • Catégorie « hors-thème »
    Établissement lauréat : Lycée des métiers de l’hôtellerie et du tourisme de Grenoble (38) - Académie de Grenoble
    Projet intitulé : « Les droits de l’homme », réalisé par 96 élèves de BEP et de baccalauréat professionnel « hôtellerie ».

Présentation des travaux récompensés

La catégorie "thème annuel" concerne tout travail collectif produit par un groupe d’élèves à partir du thème proposé par l’Éducation nationale et la Commission nationale consultative des droits de l’homme (C.N.C.D.H.) au cours de l’année scolaire concernée.

Le thème annuel du Prix des droits de l’Homme – René Cassin 2007-2008 est : « 1948-2008 : la Déclaration universelle des droits de l’homme aujourd’hui ».

La catégorie "Hors thème" récompense tout projet de groupes d’élèves, de classes, de groupes de classes, d’établissements, de réseaux d’établissements en rapport avec les droits de l’Homme, sans une restriction thématique.

Lycée d’enseignement général et technologique

  • Catégorie thème annuel
    Lycée André-Malraux de Remiremont (88) – Académie de Nancy-Metz
    Des élèves de seconde ont réalisé le carnet d’un voyage fictif, intitulé « Voyage sur la Terre des Droits de l’homme : une enquête de lycéens sur l’héritage de René Cassin ». Lors de différentes escales sur les cinq continents, les élèves ont imaginé des dialogues qui illustrent les violations des droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce travail interdisciplinaire (lettres – histoire-géographie – éducation civique) fait avec beaucoup de finesse et d’originalité le bilan de l’application de la Déclaration universelle des droits de l’homme dans le monde.

  • Catégorie Hors thème
    Lycée Cassini de Clermont (60) – Académie d’Amiens
    Une classe de terminale a réalisé des courts métrages musicaux contre la discrimination. Ce travail porte sur quatre types de discrimination : celles fondées sur le sexe, l'âge, l'origine « ethnique » et notamment la couleur de peau, et l'origine sociale. Les élèves ont souhaité construire des outils de lutte contre les discriminations «en unissant la force des idées à la beauté de la musique ». Ces courts métrages faits sur le temps libre des élèves ont nécessité un long travail de recherche, d’écriture et de création artistique, et font preuve de beaucoup d’humour et de maturité.

Lycée professionnel

  • Catégorie Hors thème
    Lycée des métiers de l’hôtellerie et du tourisme à Grenoble (38) – Académie de Grenoble
    Près d’une centaine d’élèves de BEP et de Bac Pro Hôtellerie ont participé à ce projet global de sensibilisation aux droits de l’homme. Mis en place pendant l’année scolaire 2007-2008, le projet a été organisé autour de la célébration de la Journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre 2007 et de la Semaine de la presse à l’école du 17 au 22 mars 2007. Les élèves ont réalisé des recherches documentaires, des dossiers de presse et une galerie de portraits de personnes ayant été victimes d’atteintes aux droits de l’homme à travers le monde. Le travail réalisé fut présenté sous la forme d’une exposition au sein du lycée.

Collège

  • Catégorie thème annuel
    Collège Henri-Dunant à Evreux (27) – Académie de Rouen
    Pour célébrer le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, les élèves ont réalisé une exposition sur la question des droits de l’homme et les combats menés hier et aujourd’hui pour promouvoir les libertés. Quatre thèmes ont été abordés : la naissance de la Déclaration universelle des droits de l’homme, les grands combattants des droits de l’homme, les combats menés par ces hommes et les droits de l’homme aujourd’hui. Cette exposition est accompagnée d’une chanson intitulée «j’ai fait un rêve » en hommage au célèbre discours de Martin Luther King, aux combats de René Cassin et de Victor Schoelcher.

  • Catégorie hors thème
    Collège Paul-Fort à Is-sur-Tille (21) – Académie de Dijon
    Dans le cadre d’un itinéraire de découverte (I.D.D.) mêlant le français, l’histoire-géographie et l’éducation civique, les élèves de deux classes de cinquième ont réalisé deux courts romans historiques sur l’esclavage intitulés « Mon enfance volée » et « N’Djilema, l’enfant esclave ». Les élèves ont travaillé en équipe pour écrire un roman à plusieurs, et ont réalisé un réel travail de recherche documentaire et de rédaction. Les petits ouvrages ont été présentés au C.D.I. du collège et à la bibliothèque municipale d’Is-sur-Tille. Ils ont ainsi contribué à mieux faire connaître l’esclavage et la traite négrière.

Mentions spéciales du jury

  •  Lycée professionnel (catégorie thème annuel)
    Lycée professionnel régional René-Cassin de Metz (57) – Académie de Nancy-Metz
    Plusieurs élèves de 1ère Bac Pro ont réalisé en groupe des travaux relatifs à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ces travaux ont prix des formes diverses : émission de radio, diaporama, films courts, etc. Cette mention spéciale du jury récompense l’établissement dans sa démarche pédagogique globale autour de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

  • Collège (catégorie hors thème)
    Collège Anne-Frank de Roubaix (59) – Académie de Lille
    Une quinzaine d’élèves de classe de troisième ont participé à la rédaction d’un mémoire sur la participation des soldats coloniaux aux première et seconde guerres mondiales. L’objectif de ce travail est de montrer que ces soldats d’Afrique ont marqué l’histoire militaire de la France. Quatre groupes se sont formés pour travailler sur les soldats algériens, marocains, tunisiens et sénégalais.

Historique du Prix des droits de l’Homme - René Cassin et biographie de René Cassin

Historique du Prix des droits de l’Homme - René Cassin

À l’occasion du 40ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, en 1988, le ministre de l’Éducation nationale a pris l’initiative de créer un “Prix des droits de l’Homme” sous la forme d’un concours portant le nom de René Cassin. La Commission nationale consultative des droits de l’homme (C.N.C.D.H.) a été étroitement associée dès l’origine à l’organisation de ce prix qui est remis chaque année aux lauréats.

Depuis sa création, ce concours est l’un des vecteurs privilégiés de l’apprentissage de la citoyenneté et des droits de l’homme dans les établissements scolaires.

Lors de sa création, seuls les élèves de première des lycées d'enseignement public et d'enseignement privé sous contrat, pouvaient exprimer au cours d'une dissertation d'une durée de quatre heures, une réflexion personnelle sur un thème relatif aux droits de l'homme.

Après des débuts plutôt réussis, l’opération connaît un ralentissement de la participation et le ministère entame alors, à l’instigation de la C.N.C.D.H, une série de modifications visant à lui redonner une plus grande attractivité. En 1992, le concours est ouvert à toutes les classes de lycée, de lycée professionnel et aux classes de 3ème des collèges. Puis la participation à ce concours autorise les travaux collectifs.

L’objectif restant la participation toujours plus massive d’élèves de profils variés, le concours est ouvert en 1997 à tous les élèves de collège et de lycée. Ceux-ci sont ainsi appelés à concourir sous des formes les plus diverses possibles : lancement ou engagement vers une action forte et exemplaire, éventuellement inscrite dans un projet d'établissement ; présentation d'une action déjà mise en œuvre et se prolongeant ; constitution d'un dossier collectif (mémoire, cassette vidéo, cédérom, etc.).

Soucieux de donner un nouvel élan à cette action éducative relative aux droits de l’homme, le ministère de l’Éducation nationale a transformé à partir de l’année 2004-2005 le "concours René Cassin" en "Prix des droits de l'Homme - René Cassin". Ce nouvel intitulé vise à sortir du cadre formel d'un concours trop scolaire en lui substituant une formule de labellisation plus souple, susceptible de récompenser aussi bien une contribution d’élève, qu’une action concrète mise en œuvre par une classe, un projet d’établissement ou encore un programme académique dans le domaine des droits de l'homme.

En 2008, l'Éducation nationale s’implique fortement dans la célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Le ministère et la Commission nationale consultative des droits de l'homme attirent tout particulièrement l'attention des élèves sur ce texte fondateur, et choisissent pour thème du Prix des droits de l'Homme - René Cassin : "1948-2008 : la Déclaration universelle des droits de l'homme aujourd'hui".

Biographie de René Cassin

René Cassin est né à Bayonne. Après de brillantes études secondaires à Nice, il entreprend des études de droit et de lettres à la faculté d'Aix-en-Provence, puis à Paris. Licencié en droit et es-lettres (Histoire) en 1908, il s'inscrit au barreau de Paris en 1909. Il obtient en 1914 un doctorat en sciences juridiques, économiques et politiques.

Mobilisé, René Cassin se bat sur le front de la Meuse. Il est blessé grièvement le 12 octobre 1914 à Saint-Mihiel. Il reçoit la Croix de Guerre avec une citation à l'Ordre de l'Armée et la Médaille militaire.

Dès sa mobilisation en 1915, et parallèlement à sa carrière d'enseignant, il se préoccupe particulièrement des difficultés des victimes de guerre. En 1918, il est nommé président de la Commission de contrôle qui travaille sur le droit aux réparations.

Chargé de cours à la faculté d'Aix-en-Provence, puis professeur agrégé à Lille et en 1929, professeur de droit civil à Paris, René CASSIN conduit entre 1925 et 1939 des missions universitaires en Europe, au Moyen Orient, en Extrême Orient et en Afrique française.

Il devient, à partir de 1924, membre de la délégation française à l'Assemblée de la Société des Nations.

René Cassin s'embarque pour l'Angleterre le 19 juin 1940. Il est reçu par le général de Gaulle qui lui confie la rédaction de la charte stipulant la reconnaissance par les Alliés des Forces françaises libres. Le 5 août, il assiste à l'entrevue Churchill-de Gaulle. Il devient le conseiller juridique et diplomatique du chef de la France Libre.

En qualité de chef des Services français de Londres, René Cassin contribue à doter la France Libre de structures juridiques et administratives propres à assurer la continuité de l'État et de la République. Il assume également la responsabilité du Commissariat national à la Justice et à l'Instruction publique.

Dès 1943, à Alger et plus tard en France, c'est à la préparation de nouvelles institutions républicaines et à la restauration d'un État de droit que René Cassin emploie son énergie.

Il est successivement président du comité juridique du Gouvernement Provisoire et président de la commission à l'Assemblée Consultative. Il participe ainsi à l'élaboration des grandes ordonnances de 1944-1945 et à la création de l'École nationale d'administration en 1945, qu'il préside pendant seize ans. Il joue également un rôle essentiel à la tête du Conseil d'État de 1944 à 1960, dont il assume la vice-présidence.

Plus tard, le général de Gaulle revenu au pouvoir, il contribue à la création des institutions de la Vème République. Il concourt à l'élaboration du projet aboutissant à la constitution de 1958. Il joue parallèlement un rôle déterminant dans la mise en place du Conseil Constitutionnel, dont il est membre de 1960 à 1971.

La première et la plus profonde passion de René Cassin est, sans aucun doute, celle de l'enseignement. Il considère l'éducation comme fondamentale, et le titre d'enseignant est celui auquel il attache le plus d'importance. Il veut à la fois lutter contre l'injustice et contre l'ignorance, sans avoir la prétention de changer les hommes. Au-delà de ces préoccupations, il entend lutter pour les droits de l'homme.

Dès 1945, sont posés les premiers jalons qui conduiront aux actions entreprises en faveur de ces droits. Il place alors leur respect "comme un but essentiel des sacrifices consentis", convaincu de "la nécessité d'établir toute paix future" sur leurs bases.

Refusant plusieurs portefeuilles au sein des gouvernements d'après-guerre, René Cassin préfère compter sur « l'efficacité des organisations non gouvernementales ».

C'est au sein de l'Organisation des Nations Unies, fondée en 1945, qu'il se consacre au combat animant désormais sa vie. Il y crée la commission des droits de l'homme en 1946, qu'il préside lui-même entre 1954 et 1956. Il devient le principal artisan du projet de Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Complétant celle de 1789, elle incorpore de nouveaux droits tels que ceux du travail, mais aussi des droits économiques, sociaux et culturels. Désormais universelle, "elle s'applique à tous les êtres humains sans discrimination aucune et à tous les territoires".

L'une des applications pratiques de cette déclaration est la création, en 1959, d'une Cour européenne des droits de l'homme, dont René Cassin assume la présidence jusqu'en 1968.

A cette date, il constate malgré tout que les hésitations et les retards apportés à sa ratification portent un grand préjudice aux progrès des droits de l'homme dans le monde, et en appelle aux pays européens pour montrer l'exemple aux jeunes nations. Pour remplir cette mission, il fonde en 1969 l'Institut international des droits de l'homme à Strasbourg.

Dans son combat, René Casssin n'a jamais accepté l'existence de discriminations raciales ou religieuses. À la demande personnelle du général de Gaulle, il devient Président de l'Alliance Israélite Universelle en 1943 et le reste jusqu'à la fin de sa vie.

Son action internationale en faveur de la dignité humaine est couronnée par le Prix Nobel de la Paix, décerné le 10 octobre 1968. Conscient des progrès humanitaires à réaliser, il s'intéresse particulièrement aux problèmes de la faim et de la torture, et continue de penser que l'éducation est une des armes de la lutte contre ces fléaux.

Son dernier geste est un appel en faveur de la paix au Liban.

Il meurt le 20 février 1976.

A l'occasion du centenaire de sa naissance - le 5 octobre 1887 - les cendres de René Cassin ont été transférées au Panthéon.

Tout au long de sa vie, cet « idéaliste pratique » a mené un combat sans trêve pour la paix, pour la justice, pour les droits et les libertés de l'homme. La croyance en l'Homme a guidé toute son action et donné à son œuvre une cohérence exemplaire. Il était convaincu de la nécessité de lutter pour la dignité de l'Etre Humain, et contre ce qu'il nommait « l'insidieuse injustice ».
Le vœu qu'il exprima de pouvoir « dormir à côté de Félix Eboue et Jean Moulin, non par orgueil, mais pour éduquer la jeunesse de tous pays », est désormais satisfait.

En savoir plus
Pages à consulter

discours du ministre [07/11/2008]
communiqué de presse [07/11/2008]

Texte de référence

Réglement du Prix  des droites de l'Homme René Cassin
note de service du 6 décembre 2007

[archive] Dossier de presse - Xavier Darcos - 07/11/2008
Mise à jour : juillet 2009
Partager cette page
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Agrandir / réduire la police

C'est officiel

Consultez les dates des vacances scolaires.
Le calendrier scolaire

Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi.
Le Bulletin officiel

Nouveaux rythmes scolaires

Votre enfant est à l'école primaire ? Vous avez des questions sur les nouveaux horaires à la rentrée 2014 ?

Rendez-vous sur le site d'information

5matinees.education.gouv.fr




Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

Lettre aux parents

"La réussite de votre enfant est notre objectif commun"

Benoît Hamon écrit aux parents d'élèves



capture d'écran webreportage petit vivier

5 matinées c'est mieux pour apprendre : les parents et les enseignants racontent

Découvrez le webreportage