Toute l'actualité

Journée internationale des droits des femmes 2017

Partager cet article
  • Envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie la feuille de route 2017 pour l'égalité entre les femmes et les hommes, avec l'ambition de prolonger les actions engagées et de porter des chantiers nouveaux et structurants pour l'égalité. Le ministère s'engage également en ce mercredi 8 mars 2017 pour une communication publique sans stéréotype de sexe.

La feuille de route 2017 pour l'égalité entre les femmes et les hommes du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche constitue la 5e édition de l'exercice interministériel initié en 2012 pour structurer le dialogue autour des enjeux de l'égalité entre les femmes et les hommes.
Comme les précédentes éditions, elle couvre l'ensemble du champ ministériel et définit un cadre stratégique pour assurer une intégration plus forte des actions conduites pour l'égalité.

Cette nouvelle feuille de route, publiée à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2017, dresse un bilan de l'action volontariste, globale et transversale conduite par le ministère, acteur majeur de la stratégie intégrée mise en place par le Gouvernement depuis 2012. Elle a pour ambition de prolonger les actions engagées et de porter des chantiers nouveaux et structurants pour l'égalité.

Le ministère s'engage en ce 8 mars pour une communication publique sans stéréotype de sexe.
Dans la droite ligne des orientations fixées par la ministre de la Fonction publique dans la circulaire du 22 décembre 2016, le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche renforcera le dialogue social sur les questions d'égalité professionnelle en s'appuyant notamment sur le rapport de situation comparée relatif à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, ainsi que sur les recommandations du rapport remis à la ministre par les inspections générales sur la situation de l'encadrement féminin du ministère. Parallèlement, le ministère développera sa connaissance statistique de la situation de l'égalité professionnelle et complètera son offre de formation à l'égalité à destination de ses personnels, tout en travaillant sur des points particuliers et significatifs tels que la question des carrières au sein de l'enseignement supérieur.

L'engagement du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans la démarche de labellisation "égalité professionnelle" et "diversité" certifiée par l'Afnor garantira son ambition dans la durée.

Dans le domaine de l'enseignement scolaire, le ministère poursuivra la politique volontariste engagée pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif. En s'appuyant sur les enquêtes et évaluations, notamment celles du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, il s'attachera à renforcer la prise en compte de l'égalité femmes-hommes dans la formation initiale et continue des personnels et à consolider les progrès effectués en matière de production de ressources, de prévention de toute forme de sexisme, notamment dans les sujets d'examen, d'accompagnement de l'orientation et de promotion de la mixité des filières de formation ainsi que de prévention des violences, dont le harcèlement et le cyberharcèlement, à caractère sexiste et sexuel. Afin que les élèves soient eux-mêmes acteurs, leur participation à cette dynamique de l'égalité sera favorisée. À ce titre, les règles d'élection au Conseil supérieur de l'éducation (CSE), au Conseil national de la vie lycéenne (CNVL) et aux conseils académiques de la vie lycéenne (CAVL) assureront à compter du prochain renouvellement de ces instances une représentation strictement paritaire en leur sein.

Dans l'enseignement supérieur et la recherche, le ministère poursuivra ses axes prioritaires (mixité des filières de formation, violences, études de genre) avec un focus sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.
Cette violence, grâce aux initiatives des associations, des établissements, des chercheurs et du ministère, est de moins en moins taboue et mieux prise en compte par les acteurs et actrices de l'enseignement supérieur et de la recherche : le ministère poursuivra et encouragera cette dynamique. Par ailleurs, le ministère soutiendra une approche globale et transversale des politiques d'égalité afin que tous les leviers soient actionnés pour promouvoir un environnement d'étude et de travail respectant la liberté et l'égalité de chacun. Dans ce cadre, la question de l'égalité sera davantage intégrée, sous tous ses aspects, dans le dialogue contractuel entre les établissements et le ministère. Enfin, dans la continuité de la 9e conférence européenne pour l'égalité des sexes, la France portera ses propositions auprès de l'Union européenne et participera à de nombreux projets européens et internationaux pour l'égalité femmes-hommes.

Consulter la feuille de route 2017 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes

Les garçons réussissent toujours moins bien que les filles à l'École

  • Ils accèdent moins souvent au baccalauréat : en 2015, la proportion de bacheliers dans une génération approche les 73 %, celle des bachelières s'élève à 83 %. L'écart en faveur des filles se réduit en 2015 (10 points) après avoir augmenté en 2014 (13 points).
  • Ils obtiennent moins fréquemment le baccalauréat avec une mention "bien" ou " très bien", notamment en série S : en 2015, la proportion de mentions « bien » ou « très bien » parmi les admis au baccalauréat S s'élève à 33 % pour les garçons et 39 % pour les filles. La différence entre garçons et filles est un peu plus élevée qu'à la session 2000 où elle n'était que de 3 points (13 % contre 16 %). L'écart est encore plus important en ES : 18 % pour les garçons et 28 % pour les filles.
  • Ils ont plus souvent des difficultés en lecture : en 2015, sur l'ensemble des jeunes ayant participé à la Journée défense et citoyenneté, 11 % des garçons ont des difficultés de lecture contre 8 % des filles, soit un écart de 3 points. En 2005, l'écart était de 6 points.
  • Ils sortent plus souvent de formation initiale sans diplôme : en moyenne sur 2012, 2013 et 2014, 16 % des hommes sortis du système éducatif n'ont aucun diplôme ou seulement le brevet contre 11 % des femmes.

Les filles n'ont pas les mêmes parcours scolaires que les garçons

  • Elles s'orientent davantage vers l'enseignement général et technologique : 67 % des filles scolarisées en troisième en 2013 ont continué en 2014 en seconde générale et technologique contre 55 % des garçons.
    Cette propension à poursuivre dans cette voie s'est accrue de la même manière pour les filles et les garçons (+6 points par rapport à 2006).
  • Elles optent toujours moins souvent pour les filières scientifiques : 30 % des filles scolarisées en seconde générale et technologique en 2013 ont continué en 2014 en première S contre 39 % des garçons. Toutefois, cette propension s'est accrue pour les filles puisqu'elles étaient 28 % en 2011. 3 % des filles scolarisées en seconde générale et technologique en 2013 ont continué en 2014 en première STI2D, STL ou STAV contre 13 % des garçons.
  • Elles optent moins souvent pour l'enseignement d'exploration, sciences de l'ingénieur en seconde générale et technologique : 2,5 % des filles font ce choix en 2015 contre 14,1 % des garçons. Mais cette propension s'est accrue pour les filles depuis 2012 puisque c'était 1,8 % des filles et 12,3 % des garçons en 2012.
  • Aussi on constate peu de parité dans certaines séries en première : la part des filles en première S est de 47 % en 2015 et la part de filles en terminale STI2D est de 7 %.
  • Dans l'enseignement professionnel, les filles sont quasiment absentes des spécialités de la production : la part des filles élèves ou apprentis qui préparent un diplôme dans les spécialités de production est de 15 % en 2015.

Ces différences persistent dans l'enseignement supérieur

  • Les femmes sont nettement plus souvent diplômées de l'enseignement supérieur : en 2015, la part de diplômés de l'enseignement supérieur parmi les 30-34 ans s'élève à 50 % pour les femmes contre 40 % pour les hommes. En 2000, ces proportions respectives étaient de 29 % et 26 %.
  • Elles demeurent très minoritaires parmi les ingénieurs même si leur part a progressé de 23 % en 2000 à 29 % en 2014.
  • De même, parmi les docteurs en sciences : en 2014, 40 % des titulaires d'un doctorat scientifique sont des femmes. Elles étaient 35 % en 2005.

À la sortie du lycée, les filles s'insèrent professionnellement aussi bien que les garçons dans les domaines des services, mais moins bien dans les domaines de la production. À la sortie de l'apprentissage, les filles s'insèrent moins bien que les garçons, surtout dans les domaines de la production.

Pour la cinquième année consécutive, la Semaine de sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat féminin est organisée en partenariat avec l'association 100 000 entrepreneurs, dont l'objet est de promouvoir la culture entrepreneuriale et la réussite au féminin auprès des jeunes filles et des jeunes hommes de 13 à 25 ans. Au cours de cette semaine, des femmes entrepreneures toujours plus nombreuses témoignent de leur parcours auprès d'élèves de collèges et de lycées, ainsi qu'auprès d'étudiantes et d'étudiants des établissements d'enseignement supérieur.

La  Semaine de sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat féminin dans l'agenda de l'éducation

L'École est porteuse des valeurs de la République. Ses personnels ont pour missions de transmettre et de faire partager ces valeurs, en éclairant le sens et en favorisant l'expérience. Qu'il s'agisse de la mixité des filières et des métiers ou de lutte contre les comportements sexistes, les violences sexuelles et le harcèlement, les actions engagées pour installer durablement une culture de l'égalité entre les filles et les garçons participent d'une politique éducative globale et cohérente, qui se fonde sur :

  •  l'inscription de l'éducation à l'égalité et au respect mutuel entre les filles et les garçons, ainsi que le refus des discriminations, dans le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture, entré en vigueur à la rentrée 20016, dans les programmes de la scolarité obligatoire (cycles 2, 3 et 4) ainsi que dans les quatre parcours éducatifs de l'élève (parcours citoyen, parcours d'éducation artistique et culturelle, parcours éducatif de santé, parcours Avenir) ;
  • la responsabilisation des élèves, axe fort du parcours citoyen comme de l'enseignement moral et civique, levier d'action essentiel pour le développement d'une culture de l'égalité entre filles et garçons. Leur engagement doit être encouragé, notamment au sein des instances représentatives de la vie collégienne et lycéenne, dont le principe de parité est maintenant inscrit dans la loi ;
  • le renforcement des partenariats avec la société civile (association, Réserve citoyenne), qui joue un rôle majeur dans la sensibilisation de l'ensemble de la communauté éducative et dont les interventions permettent d'illustrer le rôle de l'engagement citoyen dans les combats menés contre les discriminations et les luttes d'accès aux droits.

Promotion de la mixité et de l'égalité professionnelle

L'action du ministère s'inscrit dans les objectifs de la plateforme d'actions pour la mixité des métiers d'une part - la signature le 31 janvier 2017 du plan pour la mixité des métiers du numérique s'inscrit dans cette dynamique -et dans ceux du premier plan interministériel en faveur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (2016/2020) d'autre part.
Le ministère approfondit la mise en oeuvre du parcours Avenir, par la mise à disposition d'un ensemble de ressources destinées à la fois aux personnels de direction et aux enseignants, les approches disciplinaires et interdisciplinaires étant particulièrement mises en valeur. De nombreuses opérations de coopération avec le monde professionnel et de partenariat avec les associations sont mises en oeuvre. 52 accords-cadres et conventions conclus par le ministère à ce jour engagent le partenaire à participer à des actions corrigeant toutes les formes de discrimination dans la représentation sociale des métiers, notamment celles liées au sexe, et encouragent le développement de l'esprit d'initiative et du goût d'entreprendre, notamment pour les femmes. Ces coopérations revêtent des formes très variées : valorisation de modèles de réussite dans des parcours atypiques ; accompagnement par des actions de tutorat et de marrainage ; rencontres et témoignages de professionnelles, salariées et entrepreneures ; développement des expériences en milieu professionnel ouvertes aux jeunes filles (stages, périodes de formation en milieu professionnel, apprentissage).

Prévention du harcèlement et des comportements et violences à caractère sexiste et sexuel

Le ministère renforce sa politique de formation des personnels et de mise à disposition d'outils visant à prévenir les situations de harcèlement, en y intégrant la prévention des violences et des discriminations à caractère sexiste ou sexuel. À la rentrée 2016, deux nouveaux guides ont ainsi été publiés : Comprendre pour agir : l'homophobie et Prévention des cyberviolences en milieu scolaire. Ce dernier intègre les spécificités du cyberharcèlement et du cybersexisme et relaie la campagne "Stop cybersexisme" du Centre Hubertine Auclert. Le guide Comportements sexistes et violences sexuelles : prévenir, repérer, agir quant à lui, a fait l'objet d'une mise à jour en novembre 2016. Les deux parcours M@gistère sur la prévention du harcèlement (l'un pour le 1er degré, l'autre pour le 2d) comportent des ressources sur l'égalité filles-garçons. Enfin la catégorie spéciale "harcèlement sexiste et sexuel" du prix Non au harcèlement a été reconduite pour l'année scolaire 2016-2017.

Formation

Leur référentiel de compétences professionnelles rappelle aux personnels d'enseignement et d'éducation leur devoir de "Se mobiliser et mobiliser les élèves contre les stéréotypes et les discriminations de tout ordre, promouvoir l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes".

Dans son rapport Formation à l'égalité filles-garçons : faire des personnels enseignants et d'éducation les moteurs de l'apprentissage et de l'expérience de l'égalité publié en février 2017, le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) salue la détermination du ministère à faire de l'École un véritable levier pour construire la société égalitaire de demain. Il fait concomitamment le constat d'une mise en oeuvre qui reste encore à consolider et sur laquelle le ministère concentre son action.

Dans le cadre de la formation initiale, une enquête 2015-2016 portant sur la mise en place de séquences dédiées dans le tronc commun des masters Meef et dans les enseignements disciplinaires, montre que l'égalité des sexes est désormais mieux intégrée dans les formations liées à l'exercice du métier jusqu'à faire parfois l'objet d'une unité d'enseignement dédiée. L'existence d'un parcours M@gistère, le nombre croissant de séminaires, de colloques ou de journées d'étude qui lui sont consacrés, entrent dans cette dynamique. Les modules et leurs volumes horaires varient selon les mentions. Ils sont en général plus importants en mention 1er degré et 2d degré ; ils ne sont pas toujours représentés en mention encadrement éducatif et pratiques et ingénierie de la formation. La formation à l'égalité est d'autant plus conséquente dans les Espe qu'elle se nourrit des résultats des recherches produites sur le site. Elle est d'autant plus riche qu'elle fait l'objet d'une approche pluridisciplinaire et partenariale dans le cadre d'une synergie territoriale.

Si cette enquête 2015-2016 fait ressortir de prime abord une diversité de traitement, cette observation ne doit pas occulter que cette question est traitée dans toutes les Espe, selon des modalités propres, dans le respect de la loi de refondation de l'École de la République, du cahier des charges de la formation en master Meef et de l'autonomie des établissements, afin que chaque futur enseignant soit concerné par ces formations.

Enfin, le suivi du respect de l'obligation de formation des personnels à l'égalité filles-garçons fait l'objet d'un regard attentif lors de l'enquête annuelle des directions générales du ministère et périodiquement au moment du renouvellement des accréditations.

Pour ce qui regarde la formation continue, dans le cadre des séminaires nationaux sur les valeurs de la République inscrits au plan national de formation en 2015-2016, la question de l'égalité entre les filles et les garçons a été systématiquement abordée.

Par ailleurs, dans le cadre de de la mise en oeuvre de la Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif 2013-2018, les actions de formation représentent une très grande partie du total des actions partenariales menées au niveau local.

Pour l'année 2015-2016, le nombre de journées stagiaires suivies dans le cadre d'actions de formation s'inscrivant dans l'item "Valeurs de la République, lutte contre les discriminations, égalité filles-garçons" s'est élevé à plus de 30 000 dans le 1er degré, de 20 000 dans le 2d degré. À cela s'ajoute plus de 1 300 enseignantes et enseignants formés, en 2015-2016, sur le parcours hybride, dit parcours M@gistère consacré à l'égalité filles-garçons.

L'année 2015-2016 a enfin été marquée par l'organisation d'une journée de rassemblement du réseau des personnes chargées de mission académique égalité filles-garçons, qui jouent un rôle clé dans le pilotage de la mise en oeuvre de la politique académique en faveur de l'égalité entre les filles et les garçons. Le partage d'expérience et le travail en commun entre ces personnes référentes contribue à la consolidation de ces politiques territoriales.

De nouveaux outils et ressources pédagogiques
Portail Canopé "Outils pour l'égalité filles-garçons"

Depuis mars 2016, 30 000 visites se répartissent entre les quatre rubriques du site :

  • "Agir en classe", 51 %
  • "Fondements et enjeux", 20 %
  • "Agir dans l'École", 18,5 %
  • "Se former/s'informer", 10,5 %

Ces indicateurs reflètent clairement une bonne adéquation entre l'offre du site, riche d'outils utiles pour aborder concrètement la question de l'égalité entre les filles et les garçons, et les attentes prioritaires de la communauté éducative dans son ensemble.

Dans le courant du mois d'avril 2017, la rubrique "Fondements et enjeux" va s'enrichir de trois nouvelles interviews : Dominique Épiphane, sociologue chargée d'études au Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Céreq), abordera le sujet de la mixité des formations professionnelles et des inégalités femmes-hommes dans l'emploi ; Sylvie Ayral, professeure agrégée, docteure en sciences de l'éducation, éclairera le processus de construction identitaire des garçons dans notre société et ses conséquences ; Christine Bard, professeure des universités en histoire contemporaine à l'université d'Angers, s'intéressera à l'histoire des luttes des femmes et du vêtement comme marqueur de genre.

Outils égalité filles-garçons sur le portail Canopé

Plateforme de vidéos pédagogiques "Matilda"

Dans le cadre de son dispositif de soutien à la production de ressources numériques pour l'enseignement, le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a contribué à la réalisation d'une plateforme de vidéos pédagogiques dédiées à l'égalité entre les filles et les garçons, dénommée Matilda.
C'est l'association V.ideaux qui a élaboré cette nouvelle ressource, dont le développement a également mobilisé des moyens du ministère de la Communication et de la Culture, du ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes et de divers partenaires associatifs et privés. Matilda met d'ores et déjà à disposition quatre-vingts vidéos (animations, extraits d'archives audiovisuelles, interviews d‘universitaires, de personnels d'enseignement, d'éducation, d'orientation, etc.) qui croisent des domaines disciplinaires très variés, pour des niveaux allant de l'école primaire au post-bac. L'accès à la plateforme est gratuit. L'ensemble de la communauté éducative (personnels de l'éducation, élèves, familles) peut accéder aux vidéos, accompagnées d'un résumé, d'une notice biographique des personnes interviewées le cas échéant, d'un quiz en ligne, de ressources complémentaires et d'un sous-titrage, avec sa transcription téléchargeable. Moyennant la création d'un compte, une offre enrichie est destinée aux personnels de l'éducation. Elle leur permet de télécharger les vidéos et des scénarios pédagogiques d'accompagnement, libres de droits pour un usage pédagogique, de participer au forum d'échanges associé à chaque vidéo, favorisant ainsi une mutualisation des pratiques et enfin de publier des contributions personnelles ou d'élèves, dans le strict respect des règles juridiques et après modération.

Accéder à la plateforme de vidéos pédagogiques "Matilda"

Ressources de l'Onisep

La rubrique "Égalité" à destination du grand public, accessible sur la page d'accueil du site onisep.fr, propose des articles, des témoignages, des quiz, des concours nationaux, etc. et fait l'objet d'une mise à jour mensuelle. En complément des séquences pédagogiques Égalité, orientées filières d'études/métiers, qui permettent d'accompagner la mise en place du parcours Avenir, la publication sur les métiers des mathématiques (Zoom sur les métiers des mathématiques et de l'informatique), réalisée en partenariat avec cinq sociétés savantes, a été complétée en 2016 par un site compagnon proposant des vidéos testimoniales visant à lutter contre les stéréotypes. Enfin, les délégations régionales de l'Onisep créent et diffusent également des outils.

Renforcement de l'engagement citoyen des élèves en faveur de l'égalité filles-garçons

La loi relative à l'égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017 instaure la parité pour les représentants des élèves aux conseils académiques de la vie lycéenne (CAVL), Conseil national de la vie lycéenne (CNVL), conseils de vie collégienne (CVC) et Conseil supérieur de l'éducation (CSE). Le décret afférent qui précise les modalités permettant d'atteindre la parité au sein des CAVL et CNVL sera publié dans le courant du printemps 2017.

À l'instar de ce qui a été engagé dans plusieurs académies, un accompagnement de l'introduction de la parité dans ces instances de la vie collégienne et lycéenne sera fait auprès des élèves et des personnels. D'ores et déjà, les délégués académiques à la vie lycéenne ont projeté de mettre la question de l'égalité entre les sexes à l'ordre du jour de l'installation des conseils académiques de la vie lycéenne. Ce nouveau contexte offre une opportunité aux personnels de l'éducation de s'emparer de la question de la représentation démocratique, à l'échelle de l'établissement et par extension, dans l'ensemble de la société, notamment sous l'angle des inégalités entre les femmes et les hommes.

Les actions volontaristes et la politique incitative menées depuis 2012 pour une véritable égalité professionnelle femmes-hommes ont permis, grâce notamment à une connaissance statistique désormais institutionnalisée, de faire progresser la part des femmes dans les corps ou emplois où leur présence reste déséquilibrée (encadrement supérieur, enseignants-chercheurs) ainsi que dans les différentes instances de concertation et de dialogue social.

Consulter la fiche "Égalité professionnelle pour les agents du ministère"

La Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif 2013-2018 a pleinement joué son rôle de catalyseur de la mise en oeuvre de la politique en faveur de l'égalité entre les filles et les garçons à l'École. Au travers de ses déclinaisons régionales, elle a permis une dynamique de coopération entre les divers services de l'État, au premier rang desquels les rectorats et les services territoriaux des droits des femmes.
Elle a également ouvert la voie au renforcement des partenariats avec le monde économique et professionnel ainsi que le tissu associatif.
À l'occasion du 8 mars, des actions riches et variées témoignent de l'engagement pour l'égalité des équipes éducatives et des partenaires tout au long de l'année scolaire.

La Journée internationale des droits des femmes dans l'agenda de l'éducation

Le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en partenariat avec les établissements d'enseignement supérieur et de recherche renforce son engagement pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et mène des actions spécifiquement pour le 8 mars.
Cette journée est également l'occasion pour les établissements d'enseignement supérieur et de recherche, leurs personnels et leurs étudiant.e.s de se mobiliser par l'organisation de manifestations scientifiques et culturelles. Ces initiatives traduisent un engagement fort des établissements pour conduire une politique dynamique inscrite dans la durée.

Consulter la fiche "Journée internationale des droits des femmes dans l'enseignement supérieur et la recherche"

En savoir plus
Documents à consulter

    Journée internationale des droits des femmes

    • Feuille de route 2017 pour l'égalité entre les femmes et les hommes
    • Filles-garçons sur le chemin de l'égalité : principaux constats de l'édition 2017
    • Semaine de sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat féminin
    • Égalité filles-garçons : former, sensibiliser et favoriser l'engagement
    • Égalité professionnelle pour les agents du ministère
    • Journée internationale des droits des femmes dans l'enseignement scolaire
    • Journée internationale des droits des femmes dans l'enseignement supérieur et dans la recherche

    Consulter le dossier de presse

    Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur

    Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur. Édition 2017

    Télécharger Filles et garçons sur le chemin de l'égalité 2017

    Télécharger les données (tableaux et graphiques au format Excel)

    Pour une communication publique sans stéréotype de sexe- Guide pratique

    10 recommandations pour une communication publique sans stéréotype de sexe

    Pour une communication publique sans stéréotype de sexe- Guide pratique

    Pages à consulter

    Égalité des filles et des garçons

    • Une politique éducative en faveur de l'égalité à l'école
    • Une situation contrastée
    • Un objectif ambitieux : rééquilibrer les filières
    • Le cadre : une convention interministérielle
    • Les leviers de mise en œuvre
    • Outils pour l'égalité entre les filles et les garçons

    Égalité des filles et des garçons

    Signature de la convention d'engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe

     

     

    Site à consulter

    5e édition de la Semaine de sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat féminin

    • Actions
    • Objectifs
    • Participer à la Semaine
    • Etc.

    Semaine de sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat féminin

    Dossier de presse - Najat Vallaud-Belkacem - 08/03/2017
    Mise à jour : mars 2017
    Partager cet article
    • Envoyer à un ami
    • Facebook
    • Twitter
    • Imprimer
    • Agrandir / réduire la police

    C'est officiel

    Consultez les dates des vacances scolaires

    Les dates des vacances scolaires


    Consultez les textes réglementaires publiés chaque jeudi
    Le Bulletin officiel
    Le Bulletin officiel (Le B.O.)


    Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

    Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

    Découvrez les services en ligne de l'Éducation nationale

    saisir les services de l'État

    Saisir les services de l'État



    LABEL RESPECT ZONE CONTRE LA CYBERVIOLENCE